A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2015 | of 2016

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) ucl-saguenay: Un bilan militant de l'année 2015 au Saguenay-Lac-St-Jean par Collectif Emma Goldman

Date Wed, 24 Feb 2016 14:19:58 +0200


Nous vous présentons un bilan militant (bien sûr non-exhaustif la liste aurait été bien trop longue!) de la contestation et des activités libertaires au Saguenay-Lac-St-Jean durant l'année 2015. Le tout s'assemble tel un grand chantier vers la construction d'un contre-pouvoir, c'est-à-dire notre pouvoir de faire de grandes choses ensemble et de renverser les systèmes de domination (capitalisme, patriarcat, racisme, État, etc.). En 2016, la lutte continue. ---- Pour le Collectif anarchiste Emma Goldman, la première activité publique de l'année s'est déroulée le 24 janvier. À la Tour à Bières, à Chicoutimi, près d'une cinquantaine de personnes ont participé à l'événement "Au-delà de l'austérité, Ne vivons plus comme des esclaves". Au programme, il y avait: un vernissage de bannières du collectif, le lancement d'un zine sur notre campagne contre l'embourgeoisement, la projection d'extraits du film documentaire "Ne vivons plus comme des esclaves", puis une discussion collective sur le film et les expériences sociales émancipatrices.

Par la suite, au début février, nous avons réalisé une autoformation sur le consentement dans les relations sexuelles. Nous avons souhaité faire suite à cette activité interne avec la production et la distribution d'autocollants dénonçant la culture du viol et le sexisme vers la fin mars.

En réponse à un nouveau geste raciste commis par la cellule locale du groupuscule néonazi "Fédération des Québécois de Souche", une série d'activités antiracistes intitulées "110% Québécois" ont eu lieu à Chicoutimi. Le collectif a pris part à l'une d'elle, soit une soirée multiculturelle en musique au Bar à Pitons, à Chicoutimi, le 28 février. Il s'agissait d'une initiative autonome de quelques personnes de la région qui versaient les bénéfices à un organisme. Nous y avons réalisé un atelier de discussion "Pour une région plus inclusive et solidaire contre le racisme!" et plus d'une quarantaine de personnes y ont participé. L'atelier était introductif sur le sujet. Les discussions ont été très intéressantes et variées. Le collectif a tenu à ce que le milieu s'engage dans la lutte contre le racisme: "Pour chaque geste raciste, faisons 5, 10, 100 actions antiracistes!". Au cours de la soirée, le collectif a également lancé la quatrième édition de son bulletin régional "Le Pic-Bois" qui portait sur l'abolition du colonialisme et la décolonisation du Nitassinan. Des centaines de copies en ont été distribuées au Saguenay-Lac-St-Jean et dans d'autres régions du Québec jusqu'à présent.

Le 11 mars, nous nous rendions au Café Étudiant du Cégep de Saint-Félicien pour tenir une conférence sur la réappropriation urbaine et l'autogestion de nos villes. Plus d'une trentaine de personnes se sont déplacées. Le Café Étudiant était l'endroit tout désigné pour y tenir ce genre d'événement puisqu'il est né d'une lutte autonome. Les discussions ont porté sur l'embourgeoisement, les grands projets inutiles et couteux et la domination de l’asphalte et du béton sur la nature. Les personnes sur place ont décidé de rassembler les noms afin de constituer un comité large dont le but était de travailler la question de l’autonomie et de l’auto-organisation à Saint-Félicien.

La même journée, nous lançions la "Déclaration commune pour une solidarité ouvrière, écologiste et anticoloniale contre les élites régionalistes et les multinationales!" dans le cadre du conflit opposant Produit Forestier Résolu à Greenpeace. 36 personnes de partout dans la région et au Québec ont co-signé cette déclaration. Le texte disait notamment: "Nous nous insurgeons contre le faux choix qui nous est donné entre la préservation de notre environnement et le maintien d’emplois. Puisqu’il s’agit de drames humains par centaines – que les bourgeois qui préfèrent une marge de profits de quelques dizaines de milliers $ de plus portent l’odieux de leur geste! Le «consensus régional» que les élites cherchent à nous faire avaler nous ramène aux miroirs fétichisés des postes de traite – il n’y a rien à offrir aux travailleurs et travailleuses."

L'année 2015 a par la suite été marquée par toute une série de la Marmite Autogérée, sous le slogan "La solidarité plus forte que l'austérité". Dans chaque chaque événement (six au total), nous avons distribué des repas consistants et nutritifs et occupé le parc devant l'édifice du 21 Price pour confronter les visions par rapport à cette maison de chambre et ce qui s'y passe – largement démonisé par les médias et très policé. Une des occupations avait même lieu alors qu'une course cycliste internationale passait directement devant le parc. Le 1er événement a eu lieu le 15 mars et plus d'une quarantaine de personnes sont venu-e-s. Au 2e événement, le 19 avril, avec cette fois-ci un marché gratuit, une soixantaine de portions ont été servies. Le 3e événement, le 31 mai, consistait en un Happening Art et Austérité. Environ 75 personnes sont venues, avec une très bonne participation et beaucoup d'initiatives. Le 4e événement, le 19 juillet, était intitulé "Réclame ton Parc" et, comme le nom l'indique, après avoir mangé nous avons fabriqué le mobilier d'un nouveau parc en bois de palettes et sommes parti-e-s les fixer sur un terrain laissé à l'abandon par la ville en attente de promoteurs immobiliers. Cela a été le début du Parc du 19 juillet (il en sera mention davantage un peu plus loin dans ce texte!). Nous avons également lancé le journal Cause Commune express #27 à cette occasion, sur le thème "La solidarité est plus forte que l'austérité" (http://ucl-saguenay.blogspot.ca/2015/07/parution-du-journal-cause-commune.html). Un 5e événement a eu lieu le 4 octobre, avec près d'une vingtaine de personnes. Enfin, la 6ième et dernière Marmite Autogérée de l'année a eu lieu le 15 novembre et a démontré à nouveau que de plus en plus de gens souffrent de la faim, ici même à Chicoutimi. Durant l'été, le collectif a adopté les quelques principes de la Marmite Autogérée que vous pouvez retrouver sur cette page (http://ucl-saguenay.blogspot.ca/2015/08/quelques-principes-de-la-marmite.html). Pour mieux décrire le caractère de la Marmite Autogérée, voici un extrait du bilan de l'une des éditions de 2015:

"La nourriture est l'un des principaux besoins humains et avec l'austérité, c'est de plus en plus de gens qui ont faim dans nos quartiers. En plus de remplir un besoin visible et concret, l'événement visait la construction de liens de solidarité et d'entraide, la réappropriation de l'espace dans la ville (nous occupons des lieux) et l'éducation populaire sur l'austérité et ses impacts... il nous apparaît également que nous avons besoin de s'organiser ensemble sur des bases égalitaire et autonome pour faire reculer la pauvreté et construire le pouvoir populaire. Nous cherchons par ces actions à inspirer l'auto-organisation des gens et la multiplication des initiatives d'entraide en rupture avec le système qui nous affame."

Le printemps a été marqué par des mobilisations importantes tant au niveau communautaire que syndical. Le 27 février, par exemple, près de 150 personnes ont bravé le froid à Chicoutimi et ont pu occuper 5 des 6 banques de la Rue Racine une à la suite de l'autre. Le premier mai a été souligné d'une manière que l'on avait pas vu depuis longtemps au Saguenay-Lac-St-Jean. Les centrales syndicales, les groupes communautaires et les groupes de femmes ont multiplié les actions de perturbation économique et les manifestations aux quatre coins de la région. Un blocage de la route du Parc des Laurentides sur toutes ses voies, dans les deux directions, le blocage spontanée du Pont Dubuc à Chicoutimi et la manif chez un concessionnaire en lock-out de Saint-Félicien ont particulièrement retenu l'attention! Vous pouvez visionner notre vidéo-reportage des actions dérangeantes à cette adresse. http://ucl-saguenay.blogspot.ca/2015/05/video-reportage-actions-derangeantes-du_2.html Au niveau étudiant, la mobilisation était moins spectaculaire mais il y en a tout de même eu. À l'UQAC, malgré le refus de l'association générale, le MAGE-UQAC, de tenir ne serait-ce qu'un jour de grève, au moins 7 associations facultaires étaient en grève le 1er avril de façon autonome (comme en 2012), et ce malgré des avis répétés par la direction que leur grève serait illégale. Des lignes de piquetage étaient tenues pour bloquer les cours. Les étudiants et étudiantes l'ont bien compris: les droits ne nous sont pas donnés comme des cadeaux, il faut les prendre par les moyens justes et nécessaires! Au Collège d'Alma, les bureaux de la direction ont été occupé pendant 30 minutes le 13 mars pour protester contre la suspension de deux enseignants du cégep. Les étudiants et étudiantes du Cégep de St-Félicien ont pour leur part fait la grève le 2 avril.

En pleine grève à l'UQAC, un membre du collectif a présenté une séance d'Université Populaire sous le thème "Pour une région plus inclusive et solidaire contre le racisme!» le 1er avril. Un peu moins d'une vingtaine de personnes y ont participé. Par la suite, le 8 avril, pour soutenir l'occupation qui avait lieu par les étudiants et étudiantes de l'UQAM, une manifestation spontanée de solidarité a eu lieu à Chicoutimi. L'action n'avait pas demandé de permis aux policiers et revendiquait: la démission du recteur de l'UQAM, l'interdiction de la présence policière dans les écoles et la fin de la répression politique. Deux jours plus tard, toujours à Chicoutimi, une Manif-action contre l'austérité était organisée par le Comité Autonome de Lutte à l’Austérité. Pendant plus d’une heure, des étudiants et étudiantes et des travailleurs et travailleuses ont déambulé dans le centre-ville de Chicoutimi pour protester contre les mesures d’austérité mises de l’avant par le gouvernement Couillard. Sans itinéraire donné, les manifestants et manifestantes ont perturbé les artères principales.

À la fin avril, la cour de Roberval a remis sa sentence contre les cinq militants et militantes du Front de Libération de la Ouiatchouan qui avaient été arrêté-e-s en 2013 après s'être barricadé-e-s dans les téléphériques de Val-Jalbert pour bloquer le projet de mini-centrale hydro-électrique et protéger la rivière. 120 heures de travaux communautaires et une amende de 1000$ pour avoir dénoncé un projet frauduleux non-rentable et qui pue la corruption à plein nez, en plus de détruire un site naturel exceptionnel sur des terres Autochtones non-cédées.

Le 12 mai, nous avons eu l'opportunité de tenir un atelier sur l'organisation anarchiste hors des grands centres au Café-Bar L'AgitéE, à Québec. Près d'une trentaine de personnes ont assisté à l'activité qui a duré environ 2h30. Comme nous l'écrivions dans notre retour sur l'activité: "l'essentiel de l'atelier a porté sur les difficultés et les freins à l'expansion du mouvement anarchiste hors des grands centres. Comme anarchistes du Saguenay-Lac-St-Jean, nous voyons très clairement ces difficultés et l'implantation durable de notre collectif aurait certainement été beaucoup plus difficile, voir impossible à certains moments, sans la collaboration à une organisation qui souhaitait profondément cette expansion du mouvement. Sans vouloir nécessairement revenir, dans l'immédiat, à ce qui était il y a quelques années, nous cherchons à travers les quelques activités que l'on fait à l'extérieur du Saguenay à briser les murs de l'isolement que l'on ressent. Mais force est de constater que la tâche n'est pas des plus faciles."

Après Québec, nous avons tenu un kiosque du collectif le 23 mai à l'occasion du Salon du Livre Anarchiste de Montréal. Des milliers de personnes étaient présentes. Nous avons pu faire plein de rencontres super intéressantes et distribuer une grande quantité de publications militantes.

Ce fut par la suite le tour de Tadoussac, lors du Grand Tintamarre, les 5 et 6 juin. Nous y avons tenu un kiosque du collectif, en plus d'un atelier de discussion le samedi. 40 personnes sont venues à ce dernier.

Revenons maintenant au Parc du 19 Juillet, fondé lors de l'événement "Réclame ton parc", le 19 juillet. Nous avons aménagé celui-ci avec des bancs et des tables, qui y sont demeurés durant plus d'un mois même si l'entretien du terrain par la ville se continuait. Le parc était situé au coin des rues Tessier et Jacques-Cartier. Après un mois d'occupation, de nouveaux bancs et tables ont été construits (ce texte avait paru http://ucl-saguenay.blogspot.ca/2015/08/chicoutimi-les-anarchistes-lassaut-du.html ). L'expérience nous a inspiré quelques lignes comme celles-ci: "Nous voyons depuis un mois une appropriation directe par les habitant-e-s du quartier de ce terrain laissé à l'abandon. Une nouvelle temporalité se crée; en dehors des circuits marchands, de la vie chronométrée à la seconde près, de l'existence rongée par le stress et la déprime, de places publiques anxiogènes et ultra contrôlées, de rapports humains vidés de toute humanité. Une résistance s'installe dans le quartier des «affaires». Dans cette partie de Monopoly grandeur nature, le maire offre un terrain de jeu à ses ami-e-s promoteurs immobiliers et moyens capitalistes, en laissant pour compte les gens qui y habitent. Leur jeu est sordide et inhumain. Cette occupation extirpe au jour le jour ce terrain des griffes des vautours. Une zone d'autonomie collective est née. En un mois, les gens se sont réappropriés le terrain pour y pratiquer des sports de façon non-compétitive et mixte, discuter entre ami-e-s, lire, vivre le temps présent, tenir une vigile de solidarité internationale, et une myriade d'activités que les gens dans leurs tours de marbre et d'ivoire rêveront jusqu'au cercueil. C'est la vie. Elle ne s'achète pas. Emprisonnez la et elle scie ses barreaux. Face aux attaques menées par la mairie et ses chasseurs-de-pauvres, nous serons toujours là pour défendre et forcer la libération des espaces de spéculation, sous contrôle des habitant-e-s du quartier." Le 9 septembre, un témoin occulaire affirme avoir vu des employés municipaux démanteller le Parc du 19 Juillet et voler le mobilier. Exactement une semaine avant, les employé-e-s avaient fait un grand tas avec le mobilier, mais d'autres habitants et habitantes du quartier l'avaient spontanément eux mêmes remis en place.

À Chicoutimi, de multiples vigiles de solidarité avec la lutte du peuple Kurde et la Révolution sociale du Rojava ont parsemé l'été et l'automne, soit à la Place du citoyen ou au Parc du 19 Juillet. La première s'est déroulée le 21 juillet pour dénoncer l'attentat de Suruç survenu la veille et en solidarité avec Kobanê. Le 13 septembre nous récidivions contre le blocus de Cizre. Quelques jours plus tard, le 16 septembre, nous tenions une vigile en solidarité avec les réfugié-e-s avec distribution de tracts sur la Rue Racine. Le 11 octobre, nous étions de retour pour dénoncer l'attentat d'Ankara et pour démontrer notre solidarité avec les camarades de Turquie et du Kurdistan qui luttent contre le gouvernement autoritaire d'Erdogan.

Au cours de l'été, un Système d'Échange Local (SEL) a été mis en place au Saguenay par l'Éco-kartier du centre-ville de Chicoutimi. L'initiative consiste en un réseau d'entraide dans lequel le temps devient une monnaie d'échange. Vous pouvez vous renseigner davantage sur le SEL sur cette page. http://selsaguenay.communityforge.net/

Le 29 août, le pitoyable groupuscule de néonazis locaux, sous le couvert d'un groupe religieux traditonnaliste réactionnaire, organisait une conférence sur le féminisme au centre Joseph Nio, à Chicoutimi. Seulement 5 personnes, 3 jeunes hommes fascistes et 2 vieilles femmes, y étaient présentes et ont demandé protection à la police. La conférence était donnée par un prêtre que même la passéiste Église Catholique trouve trop rétrograde avec ses positions sexistes et homophobes!

Les 5 et 6 septembre, le collectif tenait un kiosque dans le cadre du Bazar de l'Imprimé et du Nouveau Graphisme (Bing) au Centre Bang, à Chicoutimi. Pour l'occasion, nous avons également lancé la cinquième édition de notre bulletin régional Le Pic-Bois, intitulée "Pour en finir avec le travail" (disponible en ligne à cette adresse http://ucl-saguenay.blogspot.ca/2015/10/cinquieme-edition-du-bulletin-regional.html ). Nous avons également pu présenter notre tout nouveau dépliant de présentation.

Le collectif est intervenu modestement dans la campagne électorale fédérale. D'abord, le 15 septembre, dans le centre social de l'UQAC, un membre du collectif a tenu durant plus d'une heure un kiosque sans permission avec une bannière "Agir au lieu d'élir" à l'occasion d'une foire de kiosques avec les représentants et représentantes des principaux partis. Ensuite, le 20 septembre, le collectif a organisé l'événement Les Politicien-ne-s Maïs au Parc du 19 Juillet. Au menu, il y avait une épluchette de blé d'inde, la projection d'un film de notre cru et une discussionn. Il s'agissait d'un montage vidéo sur l'abstention électorale. Une quarantaine de personnes sont venues, même si nous avons dû reporter la date prévue initialement en raison de fortes intempéries. Vous pouvez consulter notre retour sur l'événement à cette adresse http://ucl-saguenay.blogspot.ca/2015/09/photos-retour-sur-levenement-les.html

Le 16 octobre, nous avons tenu un Marché gratuit dans le Bâtiment de 1912 de la Pulperie de Chicoutimi dans le cadre du Happening Artistique de la Relève. Près d'une quarantaine de personnes ont participé à l'événement. Le Happening est l'un de ces évènements alternatifs régionaux (et dont les principes se rapprochent souvent des nôtres en plusieurs points!) - avec le Grand Tintamarre de Tadoussac, le défunt Folk Sale, les Clowns noirs, … pour n'en nommer que quelques uns – une riche contre-culture régionale s'y rhizome. Notre bilan de l'événement se trouve ici http://ucl-saguenay.blogspot.ca/2015/10/marche-gratuit-subversion-des-codes.html

Les élections, avec ses manipulations les plus grossières par les principaux partis, ont suscité le développement d'une mouvance populiste réactionnaire mieux connue comme le "mouvement des sacs de patate". Fort représentée au Saguenay-Lac-St-Jean comme nous avons pu le constater dans les médias sociaux, nous avons écrit sur le sujet: "Essentiellement contestataire, même s'il fut nourri de toute pièce par Harper et ses stratèges politiques fascisants, il s'agit d'un mouvement basé sur la peur des étrangers. Sous prétexte de vouloir libérer les femmes de religion musulmane, ce mouvement diffuse une propagande raciste à leur endroit qui les stigmatise et constitue une atteinte réelle à leur sentiment de sécurité. L'islamophobie, avec les gestes haineux comme le sang de porc sur la mosquée de Chicoutimi ou les agressions envers des femmes voilées, se nourrit de l'ignorance et de la perpétuation du Privilège Blanc. Les médias et les équipes d'Harper et Duceppe font diversion de la situation de récession économique, de la crise des réfugié-e-s et des critiques internationales adressées au Canada et pointent du doigt un bouc-émissaire facile dans le contexte du néo-colonialisme au Moyen-Orient."

Une deuxième édition des Vigiles Soeurs d'esprit s'est déroulé le 4 octobre au Centre d'amitié autochtone de Saguenay, suivi d'une marche pour honorer la mémoire des femmes Autochtones disparues et assassiné-e-s un peu partout au Canada. Plus d'une vingtaine de personnes ont participé à l'événement.

Du côté syndical, l'automne a été marquée par quelques journées de débrayage massif des syndiqué-e-s du Front Commun Intersyndical. Certains gestes d'éclats sont survenus dans la région comme le blocage dans les deux directions du Pont Carcajou, à Alma, par près de 2000 syndiqué-e-s de l'enseignement. Des associations étudiantes facultaires de l'UQAC ont fait la grève en solidarité avec le Front Commun. Les étudiants et étudiantes du Cégep de Jonquière ont fait pareillement avec 3 jours de grève non-consécutifs. Menaçant de déclencher une grande grève généralisée dans plusieurs usines de la région, les employé-e-s de Rio Tinto-Alcan ont pu signer une entente de principe avec la partie patronale. Un camarade a d'ailleurs décrit celle-ci dans un article http://ucl-saguenay.blogspot.ca/2015/12/entente-de-principe-rta-lattaque-du.html .

Le mouvement communautaire a également connu un automne agité avec les mobilisations contre l'austérité et pour le financement et la reconnaissance des organismes communautaires. Manifestations, perturbations et même une occupation du CIUSSS, à Chicoutimi, par près de 150 personnes,... Nous affirmions: "Le Collectif anarchiste Emma Goldman salue la grève historique du milieu communautaire le 2 et 3 novembre dernier. Au Saguenay Lac-St-Jean, c’est près de 110 groupes (sur les 1300 au Québec) qui ont obtenu un mandat. Une telle mobilisation aurait été impensable dans notre région, il y a quelques années à peine. Il est tout à fait heureux de voir ce milieu renouer plus largement avec ses racines et cela est très encourageant pour la suite des choses." http://ucl-saguenay.blogspot.ca/2015/11/greve-du-communautaire-un-conflit.html

Enfin, nous pouvons souligner l'épreuve vécue par les 450 employé-e-s de garage en lock-out, qui durant toute l'année et ce, en continuité depuis le début de l'année 2013, ont piqueté pour conserver leur dignité et maintenir leurs conditions de travail. La partie patronale avait avec elle tout l'arsenal répressif (police, agents de sécurité, systèmes de surveillance à la fine pointe, justice,...) et a beurré épais en matière de provocations: cabanes de lock-outé-e-s vandalisées et défoncées, menaces d'agressions physiques et en voiture, multiplication des injonctions et des centaines d'outrages au tribunal, congédiments illégaux, falsifications, etc. Les lock-outé-e-s ont su gardé la tête haute et ont pu riposter à quelques occasions contre ces bavures.

Le 10 novembre, à la Tour à Bières, nous avons eu la chance de recevoir le Projet Accompagnement Solidarité Colombie (PASC) et Submedia.TV pour une conférence et des projections de films à l'occasion de leur tournée avec Felipe Uncacia, délégué des autorités traditionnelles du peuple U'Wa, de Colombie. Ce dernier est venu nous parler de la résitance de son peuple contre l'exploitation pétrolière. Près d'une vingtaine de personnes ont assisté à l'événement.

À la mi-novembre, à l'annonce par Sam Hamad des coupures dans l'Aide sociale, nous avons publié et distribué une 28ième édition du Cause Commune express pour dénoncer les coupures. Vous pouvez retrouver le journal en ligne à cette adresse http://ucl-saguenay.blogspot.ca/2015/11/coupures-dans-laide-sociale-faisons-un_12.html

Le 23 novembre, le collectif a revendiqué par communiqué avoir posé deux bannières "Bienvenue aux réfugié-e-s" à Chicoutimi et Jonquière en réponse à une bannière sordide «Réfugiés non merci» attachée à un viaduc près de la centrale de police, à Arvida. Comme certains médias l'ont republié: "À chaque acte d'intolérance, nous nous engageons à multiplier les actes de solidarité".

Vers la fin novembre, une vingtaine de personnes se sont déplacées au Café Étudiant du Cégep de Saint-Félicien pour assister à l'atelier-conférence «Anarchisme et austérité» donnée par le Collectif Emma Goldman. Notre bilan de l'activité était très positif et soulignait l'énergie et la volonté des militants et militantes rencontré-e-s sur place. http://ucl-saguenay.blogspot.ca/2015/12/breve-saint-felicien-repartir-avec.html

Le 5 décembre, plusieurs membres et sympathisant-e-s du collectif se sont rendu-e-s à Québec pour participer au contingent anticapitaliste de la manifestation "Uni-e-s contre l'austérité", organisée par la Coalition pour la justice sociale. Près de 200 personnes ont participé à la courte marche, dont des représentants et représentantes de groupes syndicaux, d'associations étudiantes, de groupes femmes et de groupes communautaires. Annoncé par le collectif Subvercité et la section de Québec de l'IWW, le contingent anticapitaliste a été fort animé et parsemé de drapeaux noirs et rouges. Nous y avons distribué des journaux Cause Commune express sur les coupures à l'aide sociale.

Finalement, à la mi-décembre, le collectif a conclu une entente pour la location d'un local dans le centre-ville de Chicoutimi pour une durée d'un an. Ce sera l'Espace Social Autogéré et l'ouverture officielle a eu lieu à la fin du mois de janvier 2016. À travers l'histoire régionale du Saguenay-Lac St-Jean, plusieurs espaces militants de socialité alternative ont eu pignon sur rue, particulièrement durant les années 60 et 70. Toutes portaient des valeurs de changement social et de progrès. L'Espace Social Libre, projet démarré par le Collectif anarchiste Emma Goldman, s'inscrit comme nouveau-né de cette généalogie militante. L'Espace Social Libre comprendra une bibliothèque, un coin pour enfants, un marché gratuit, un atelier de sérigraphie, un espace créatif libre et plusieurs autres initiatives sociétales. Le local est accessible aux personnes en fauteuil roulant. On parle d'un lieu d'éducation populaire et un point d'ancrage pour les idées et pratiques alternatives, autogestionnaires et antiautoritaires dans le quartier. D'un lieu d'organisation autonome et populaire partagé avec différents groupes. D'un lieu de soutien, d'intervention et d'aide mutuelle dans le quartier. D'un lieu que les gens peuvent fréquenter gratuitement peu importe le statut économique ou social, sans discrimination.

http://ucl-saguenay.blogspot.co.il/2016/02/un-bilan-militant-de-lannee-2015-au.html
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://lists.ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr
A-Infos Information Center