A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2015 | of 2016

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) ucl-saguenay: Vulgarisations - L’État sous le libéralisme et les partis politiques par Collectif Emma Goldman

Date Tue, 2 Feb 2016 13:21:10 +0200


Tentative de Vulgarisation de l'Anarchisme est une série d'essai visant à expliquer les bases de ce courant politique et philosophique et les rendre accessible en élaborant de courts textes sur différents sujets groupés en thèmes. L'ensemble des textes peuvent être retrouvés au moyen du libellé "vulgarisation" et des noms des thèmes abordés. --- Rappel: Ces essais visant à dresser un tableau large et accessible, leur contenu n'engage en rien le Collectif Emma Goldman ni ses positions ni ses membres. ---- Lorsqu'il est question de gestion des sociétés humaines, les gens pensent souvent au gouvernement. Mais cette institution de pouvoir n'a pas toujours existé. Aujourd'hui comme toujours, les partis politique ne servent qu'à défendre la classe dominante.

Dans l'image, un capitaliste dit: "Ce que j'aime avec la démocratie constitutionnelle, c'est qu'elle m'appartient!" en étant assis sur des piles d'argent.

L’État sous le libéralisme et les partis politiques

L’abolition de toutes les oppressions passe, pour les anarchistes, par l’abolition de tout gouvernement, et ce, sans d’abord prendre le pouvoir. Mais lorsqu’il est mention de le faire, on réplique souvent aux anarchistes que c’est la démocratie qui doit décider, que les gouvernements ont toujours existé et que la «démocratie» bourgeoise en est la meilleure forme.

Mais à quoi sert ce gouvernement? Lorsqu’on le regarde sous sa forme actuelle, on peut déterminer la fonction de l’État de par les mesures qu’il prend:
-Établit les lois et les maintient en vigueur par le système policier et le système judiciaire
-Perçoit les impôts et les taxes et décide de leur taux
-Octroie des contrats avec des entreprises privées, comme dans la construction
-Donne des crédits d’impôts et des subventions aux entreprises.

Mais alors, à quoi servent les partis politiques? Comment voter pour un parti ou pour un autre traduit réellement la volonté de la population? Au-delà de quelques politiques sociales, aucun parti ne représente vraiment cette volonté. Un parti politique, pour être élu, a besoin de publicité favorable, de moyens de transports, de moments de réunions, d’accréditation auprès des lois électorales etc. Toutes ces choses prennent de l’argent. Pour obtenir de l’argent, un parti politique doit obtenir des dons. Ces dons sont-ils parfaitement désintéressés? Jamais.

Un parti politique obtiendra des dons d’entreprises, ou de particuliers liés à ces entreprises, qui ont avantage à ce que ce dernier soit élu. Lorsque le parti est élu au pouvoir, on peut rapidement constater que les lieux où les entreprises reçoivent les subventions les plus généreuses sont les comtés électoraux qui ont élu un député du parti au pouvoir. On remarque que les entreprises qui obtiennent les contrats, crédits d’impôts et subventions qu’elles souhaitent ont pratiquement toujours des liens avec le parti au pouvoir.

De nombreuses commissions d’enquêtes sur la corruption ont vu le jour, toutes sont arrivées aux mêmes réalisations superficielles, et toutes ont proposé certaines mesures qui ne font que calmer les symptômes. Or, ce qu’on appelle corruption, dans ces commissions d’enquête, n’est toujours au final que le dépassement d’une limite arbitraire que l’on a voulu établir. Dans sa racine même, le gouvernement «démocratique» sous le système capitaliste fonctionnera toujours par la corruption, par le retour d’ascenseur, et chaque parti est le défenseur d’une faction différente de la bourgeoisie capitaliste.

De plus, avec la globalisation, les conditions économiques elles-mêmes sont suffisamment contraignantes pour forcer tous les gouvernements, quelque soit le parti, à adopter les mêmes mesures économiques qui avantageront la même frange de l’élite économique. Le Néo-libéralisme, produit américain et britannique des années 70, force les États à attribuer à des entreprises privées la gestion de services essentiels, taillant en pièce les réformes antérieures du Keynésianisme. Et face à ces mesures, la contestation sociale grandit de plus en plus. Peu importe le parti au pouvoir, c’est la même recette qui sera appliquée, et ces derniers auront recours à leur monopole de la violence pour écraser toute dissension, par l’envoi notamment de la police. Au final, un gouvernement ne sert qu’à rendre les riches plus riches et empêcher les pauvres de se révolter en les réduisant violemment au silence.

Texte précédent dans la série: L'État et ses formes à travers l'histoire
Prochain texte à paraître: Les partis "de gauche" et le vote inutile.
Pour Lundi prochain le 1er Février.

http://ucl-saguenay.blogspot.co.il/2016/01/vulgarisations-letat-sous-le.html
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://lists.ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr
A-Infos Information Center