A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2015 | of 2016

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) ucl-saguenay: Vulgarisations: Le monopole de la violence et la police par Collectif Emma Goldman

Date Fri, 15 Apr 2016 09:31:12 +0300


Tentative de Vulgarisation de l'Anarchisme est une série d'essai visant à expliquer les bases de ce courant politique et philosophique et les rendre accessible en élaborant de courts textes sur différents sujets groupés en thèmes. L'ensemble des textes peuvent être retrouvés au moyen du libellé "vulgarisation" et des noms des thèmes abordés. --- Rappel: Ces essais visant à dresser un tableau large et accessible, leur contenu n'engage en rien le Collectif Emma Goldman ni ses positions ni ses membres.*** ---- Les Anarchistes veulent abolir les gouvernements corrompus et violents. Et ceux qui empêchent de mettre fin à la corruption, ceux qui protègent ces gouvernements et le pouvoir sont les policiers. ---- Le monopole de la violence et la police ---- L’anarchisme est un courant antiautoritaire, opposé à toute forme de pouvoir exercé par les institutions sur les individus, ou par les individus sur d’autres individus. Et aux côtés des patrons, qui s’approprient la vie des autres pour leur profit, et des politiciens, qui gèrent toujours les nations à l’avantage de leurs amis du patronat, les policiers comptent parmi les figures représentant l’essence même de l’abus violent de pouvoir sur les autres personnes. Mais pourquoi la police existe-t-elle?

Tout d’abord, il faut comprendre que des corps professionnels de police n’ont pas toujours existés. Auparavant, certaines milices temporaires et les armées étaient les principaux organes de l’État chargés d’arrêter la criminalité (du moins celle des concurrents de l’État). Mais avec l’avènement des nouveaux États constitutionnels, de nouvelles façons de maintenir l’ordre étaient nécessaires, notamment en raison de l’industrialisation. En effet, avec un nombre toujours croissant de travailleurs et de travailleuses dans les usines du XIXe siècle, les patrons n’étaient jamais à l’abri d’une révolte ouvrière. Les conditions de travail étaient horribles, les horaires épuisants, soit de 14, voire 16 heures par jour, et la paie misérable. Des familles entières devaient travailler, et il n’existait aucune sécurité d’emploi. Le seul recours: La grève. Et cette grève ne pouvait avoir lieu qu’en bloquant l’usine et en manifestant. Les États n’arrivaient même plus à faire appel aux armées puisque ces dernières étaient composées d’ouvriers conscrits et qu’on leur apprenait non pas à défendre les riches contre leurs familles, mais à défendre leur patrie contre l’ennemi extérieur. Il fallu donc créer une nouvelle caste de détenteurs du monopole de la violence qui n’aurait aucun scrupule à faire feu sur la foule: La police.

Ces corps professionnels, en échange d’un salaire décent, étaient éduqués à réprimer dans la violence toute forme de contestation contre l’État et les riches propriétaires. De plus, dans plusieurs pays coloniaux, les corps policiers existant encore aujourd’hui descendent d’institutions racistes, esclavagistes et génocidaires, comme les Slave Patrols américaines chargées de pourchasser les esclaves noirs en fuite et la Police Montée du Nord-Ouest, maintenant la GRC, chargée de la mise en œuvre du génocide pratiqué contre les Premières Nations. Aujourd’hui, la police sert principalement à la mise à l’écart de tous les éléments pauvres de la société. Au moyen du profilage racial, social et politique, la police interpelle et harcèle constamment des personnes plus vulnérables pour empêcher toute capacité de ces dernières à se sortir de la misère sous prétexte qu’elles sont plus à risque d’être criminelles, sans penser que la stigmatisation sociale causée par la police et la judiciarisation est déjà un facteur poussant vers la criminalité. De plus, la police garde, comme toujours, sa fonction de défenseure de l’État capitaliste. Avec la montée de la contestation contre le néo-libéralisme depuis la fin des années 90, la police s’est progressivement militarisée pour maintenir l’ordre par la violence.

La police est donc l’organe de monopole de la violence de l’État, c’est-à-dire l’institution qui s’assure d’être la seule à pouvoir séquestrer, violenter et tuer les autres pour les forcer à se plier aux décisions du gouvernement. Tout comme les gouvernements sont corrompus et nuisibles, la police est violente, dangereuse et corrompue comme les gouvernements qu’elle sert. C’est pourquoi tou-te-s les anarchistes disent All Cops Are Bastards, et sont pour l’abolition de cette institution meurtrière.

Texte précédent dans la série: Le système de justice et la coercition
Prochain texte à paraître: Abolir les lois - Instaurer les conventionsLundi prochain le 18 Avril

http://ucl-saguenay.blogspot.co.il/2016/04/vulgarisations-le-monopole-de-la.html
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://lists.ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr
A-Infos Information Center