A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Canada, UCL - Collectif Emma Goldman: Cessons de faire l'autruche, relevons la tête. (en)

Date Sun, 23 Nov 2014 11:17:31 +0200


Extrait du dernier Cause Commune express produit à l'occasion des manifestations contre l'austérité du 31 octobre 2014 (3 de 3) ---- http://3.bp.blogspot.com/-tptqUvUCa5c/VGvCMvHX0CI/AAAAAAAAEvQ/gv6lN1PzzW0/s1600/politique_de_lautruche.gif ---- «L'esclave moderne est persuadé qu'il n'existe pas d'alternative à l'organisation du monde présent. Il s'est résigné à cette vie, car il pense qu'il ne peut y en avoir d'autres. Et c'est bien là que se trouve la force de la domination présente : entretenir l'illusion que ce système qui a colonisé toute la surface de la Terre est la fin de l'Histoire.» -- Jean-François Brient, De la servitude moderne, Chap VIII, 2007. ---- Les gouvernements, le patronat et les fabriques du consentement (les médias) nous servent encore une fois les discours sur les temps difficiles. Ils nous répètent ab nauseam que nous vivons au-dessus de nos moyens, qu'il faut se serrer la ceinture (certainE plus que d'autre). Pendant ce temps, les écarts se creusent et l'appauvrissement collectif se fait de plus en plus sentir. Les acquis qui nous semblaient encore récemment intouchables, comme les fonds de pension deviennent des terrains de jeux pour le totalitarisme marchand. Les acquis que nous avons obtenu de haute lutte sont attaqués et notre qualité de vie y passe aussi.

Les gens occupent des emplois de plus en plus précaires et de moins en moins bien payés - vers où cette situation nous conduit-elle collectivement? À la carte de crédit comme supplément au revenu? À des perspectives de retraites de plus en plus dégradées et lointaines?

N'attendons rien de l'État...

À gauche comme à droite, les partis politiques sont à genoux devant leur dieu Capital. Au mieux, la descente aux enfers est moins rapide... mais elle arrive pareil. Il ne faut pas compter sur les urnes pour changer quelque chose. Les politiciens et politiciennes au pouvoir retournent leurs vestes et rentrent dans le rang à la première occasion. Les exemples sont trop nombreux pour commettre la même erreur.

Seule la lutte paie!

Si nous souhaitons vivre dans une société libre et égalitaire, nous devons nous indigner, mais surtout nous lever et mettre un terme à ce saccage. D'abord, en fédérant nos colères à la base pour contrer les mesures d'austérité qui arrivent et par la suite en passant à l'offensive.

Car nos objectifs ne doivent pas se résumer à empêcher la hausse des tarifs, les licenciements, les coupures dans les services, etc. Brisons le fatalisme, la résignation et l'apathie, semons les graines d'une véritable transformation de la société.

Nous croyons que c'est en construisant des alternatives et des contre-pouvoirs réellement aux mains du plus grand nombre, que nous pourrons y parvenir. Cela passe par la reprise en main des entreprises par et pour les travailleurs-euses et la mise en autogestion des outils de production. Mais également par l'autogestion de nos lieux de vie et d'étude. Il nous faut reprendre des mains des patrons le contrôle de l'économie, de nos quartiers et construire des espaces d'organisation et de démocratie directe (comités, collectifs, assemblées générales, etc). Ainsi nous jetterons les bases d'un pouvoir véritablement populaire, démocratique et égalitaire.

Donnons écho à ce slogan apparu en 2010 en Grèce : ne vivons plus comme des esclaves! (« Na min zisoumé san douli»).

L'exemple grec ou l'utopie mise en acte.

Ne vivons plus comme des esclaves est une devise qui est apparue suite à l'adaptation de la pièce de Jean Genet : Les bonnes. Elle s'est rapidement répandue sur les murs des villes, les panneaux publicitaires dans les journaux alternatifs, dans certaines stations de radio et dans les lieux d'autogestion qui se sont multipliés en Grèce depuis la crise de 2008.

Plus qu'une devise, c'est un appel à mettre fin à l'attentisme, au consumérisme, à la dépendance et à l'autoritarisme. Un appel pour l'auto-organisation, l'autogestion généralisée, la solidarité, l'entraide et l'autonomie.

Les Espaces sociaux libres de Grèce sont des lieux de rencontre, d'organisation, mais surtout de création. Les différentes assemblées générales ont développé de nombreux projets sociaux pour et par les habitants et habitantes : des dispensaires sociaux et sanitaires autogérés, des épiceries sociales, des magasins de gratuité, des cours en accès libre (langue, histoire, philosophie, art, poésie, technique, etc.), des aires de restauration saine et à bas prix, des jardins communautaires, des espaces de jeux pour les enfants, des bibliothèques, des librairies, des médias alternatifs (radio, journaux, revues), des structures économique alternatives (dans la production et la distribution).

Par bien des aspects, ces pratiques rappellent ce qu'a pu être l'action communautaire autonome avant d'être intégrée progressivement aux fonctionnalités de l'État. En développant l'ancrage à l'État, les artisans et artisanes du communautaire n'ont pu que jouer un rôle de soupape pour le mécontentement social. Car plus le milieu communautaire a obtenu la reconnaissance de l'État, plus il a perdu en autonomie effective; s'est professionnalisé et s'est éloigné de son projet d'émancipation sociale pour devenir un fournisseur à rabais de service.

Publié il y a 13 hours ago par Collectif Emma Goldman
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://lists.ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center