A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) ANARCHISTES SOLIDAIRES DU ROJAVA* - Kobanê, bientôt deux mois de résistance (en, pt)

Date Tue, 18 Nov 2014 12:37:52 +0200


Cet article a été publié sur le site de l'Organisation Communiste Libertaire (OCL) le 10 novembre et propose un tour d'horizon à la fois sur l'organisation de la vie quotidienne et de la résistance à Kobanê, mais aussi sur les évolutions politiques de cette dernière et de la bataille qui s'y mène. ---- Kobanê, bientôt deux mois de résistance ---- Ce 9 novembre, les YPG annoncent que les djihadistes ont été contraints de se retirer d'un quartier du centre de Kobanê qu'ils contrôlaient et de reculer en direction de la partie orientale de la ville qu'ils occupent encore. Avant de fuir, ils auraient détruit à l'explosif une mosquée qui leur servait de quartier général. ---- Par ailleurs, les défenseur-e-s de Kobanê multiplient depuis 48 heures les attaques et les incursions à l'extérieur de la ville, en direction de certains villages, et cela sur tous les fronts, ouest, sud et est.

Deux articles récents sur la bataille de Kobanê, un sur la manière dont s'organise la vie quotidienne et la résistance dans Kobanê, l'autre abordant certaines des dernières évolutions politiques qui accompagnent et caractérisent cette bataille.

_________
Un reportage sur la ville assiégée de Kobanê

Özgür Gündem

Le 7 novembre 2014

Depuis près de deux mois, les combattants de l'Etat islamique (IS) assiègent la ville kurde de Kobanê dans le Kurdistan occidental. Ersin Çaksu est l'un des rares journalistes qui couvre quotidiennement la ville assiégée de Kobanê.

Je suis arrivé le 19 septembre, quatre jours après le début des attaques de l'IS sur Kobanê. La plupart des civils que j'ai vus ont depuis disparu. Certains d'entre eux ont fui vers la Turquie, d'autres ont malheureusement été tués dans les combats.

A Kobanê et dans les 360 villages environnants vivaient environ 400.000 personnes. Maintenant ne vivent plus que 4000 personnes dans les zones sûres du centre-ville. 5.000 autres civils vivent encore à Til Sheir, un village à l'est de Kobanê. La zone est minée et est situé entre les barbelés de la frontière avec la Turquie et une ligne de chemin de fer.

Lorsque l'IS a commencé avec ses attaques, de nombreuses personnes ont fui avec leurs affaires dans cette zone. Il y a des familles entières, mais leurs yeux sont dirigés vers Pîrsûs (Suruç) la ville frontalière du côté turc.

Le seul lien possible entre Kobanê et Pîrsûs est avec le téléphone portable. Les gens des deux côtés se font du souci réciproquement. Alors que les civils restés dans Kobanê font partie de la lutte contre l'IS, leurs familles et parents dans Pîrsûs combattent comme réfugiés pour leur survie.

L'est de Kobanê ressemble à un tas de gravats provoqués par les attaques au mortier, les attentats-suicides de l'IS avec des explosifs chargés dans des véhicules et les attaques aériennes de la coalition anti-IS. Avant la guerre, l'est était une des parties les plus riches de la ville.

Bien que la partie sud de la ville n'est pas autant endommagé que la partie orientale, les destructions sont partout visibles. Ces parties de la ville ont été le théâtre de féroces combats de rue et aucune des portes de ces maisons n'est ouverte. Tous les logements sont reliés entre eux par de grands trous dans les murs. Il est possible d'aller de maison en maison à travers ces trous, puis de pénétrer dans une autre partie de la ville, quatre ou cinq pâtés de maisons plus loin.

Dans chaque rue, il y a des véhicules détruits. Depuis le début des combats, les rues ne sont pas nettoyées et la ville a été envahie par les mouches. Mais maintenant que le temps est devenu plus frais la puanteur est moins intense. Les pénuries alimentaires et en eau ont considérablement aggravé la situation pour les chiens errants et les autres animaux vivant dans la rue. La plupart des civils sont soit des personnes âgées, soit des femmes avec de jeunes enfants. Bien qu'ils ne soient pas autorisés à aller au front et à lutter contre l'IS, certains brisent l'interdiction.

Xale Osman, 67 ans, s'est armé lui-même et combat aux côtés de ses deux fils. « Alors que les jeunes d'ici meurent, pensez-vous vraiment que j'ai peur de la mort ? » me demande-t-il.
Les civils quittent leurs maisons la nuit, seulement en cas d'urgence. Si quelqu'un tombe malade, les milices locales sont avisées et un véhicule des unités de défense (YPG /YPJ) vient et emmène les gens là où ils peuvent être soignés.

En cas d'attaque ou d'une autre menace de l'IS, les YPG/YPJ déclarent une situation d'urgence à court terme et emmènent les gens dans d'autres maisons jusqu'à ce que le danger soit passé.
A Kobanê il y a une énorme solidarité. Voyager à travers la ville devient plus facile chaque jour, parce que le premier véhicule que l'on rencontre sur la route, s'arrête et vous invite à monter.

C'est peut-être cette solidarité qui explique précisément pourquoi Kobanê a pu résister si longtemps. Il y a peu de personnes qui vivent encore dans leurs propres maisons. S'il le faut, les portes des maisons sont ouvertes à tout moment pour les personnes nécessiteuses. Ceux qui sont encore dans leurs maisons, partagent le fromage, les cornichons, la confiture et les légumes secs, qu'ils avaient cultivés pour l'hiver, avec les personnes dans le besoin.

Bien que les gens aient peu pour survivre, ils le partagent entre eux. Par exemple, si une voiture est nécessaire, les YPG/YPJ ouvre un garage et inscrit au nom du propriétaire du véhicule ainsi que la plaque d'immatriculation et le véhicule peut être utilisé.

Il n'y a aucune activité commerciale dans la ville. Le seul magasin encore ouvert est la boulangerie. Le pain est distribué gratuitement à la population. D'autres aliments, surtout des stocks en conserve et ceux de l'aide humanitaire sont répartis régulièrement entre les habitants certains jours déterminés. L'eau est distribuée dans de grandes bouteilles. L'administration locale distribue également de la farine tous les trois jours. Cinq ménages se partagent un sac de 50 kg de farine.

Il y a des civils qui se mettent volontairement en avant et réalisent des travaux bénévoles. Ils réparent des véhicules, des armes et des générateurs dans une ville qui n'a pas d'électricité depuis 18 mois. Dans de nombreux cas, ils aident les médecins à transporter les blessés, portent des armes et des munitions vers la ligne de front, cuisinent pour les combattants ou cousent des vêtements pour eux. Alors que l'hiver s'installe lentement ici, les maladies et l'hygiène sont devenues un réel problème.

Il n'y a que cinq médecins dans toute la ville, et en raison du manque de matériel médical et de médicaments les médecins dans la plupart des cas ne peuvent traiter les plaies que provisoirement. Les trois hôpitaux de la ville de Kobanê ont été détruits par des attaques à la bombe et les médecins soignent les blessés dans un petit bâtiment. Beaucoup de ceux qui sont malades, refusent d'aller voir le médecin. Une femme âgée explique que l'équipement médical est de toute façon déjà rare. « Les médicaments ne doivent pas être gaspillés sur nous. Nos enfants se battent et se blessent. Les soins médicaux, les médicaments doivent être utilisés pour eux. »

Alors que le cimetière de Kobanê est devenu un champ de bataille, les morts sont enterrés dans une autre partie de la ville. Xatun, une femme me dit après les funérailles d'un parent - un jeune combattant - qu'ils n'ont pas le temps de pleurer correctement. « Nous ne pleurons pas maintenant. Si Kobanê est libre, je pleurerai deux fois. Une fois des larmes de tristesse couleront pour les jeunes que nous avons enterrés. Et aussi des larmes de joie parce qu'ils auront sacrifié leur vie et ainsi libéré Kobanê ».

Özgür Gündem, 07/11/2014, ISKU
ISKU | Informationsstelle Kurdistan

Traduction rapide : XYZ / OCLibertaire

source : ici

_______
Kobanê, l'ISIS et la Turquie

Amed Dicle

Le 9 novembre 2014

La résistance Kobane en est à son 56ème jour. L'ISIS est conscient qu'il a été brisé à Kobanê. L'impact psychologique de cette perte est clairement visible parmi les groupes d'attaque. Cette réalité est plus visible encore sur la première ligne et repérable dans les communications internes, par talkie-walkie, de l'ISIS.

Cependant, l'ISIS est toujours dans Kobanê et la bataille continue. Comme nous l'avons dit précédemment, tant que l'ISIS est capable de rester à Raqqa, à Jarablus et à Tel Abyad, Kobanê restera une zone de guerre. Mais en même temps, alors que l'ISIS continue de subir des pertes à Kobanê, il est en train de s'affaiblir dans les endroits mentionnés ci-dessus. Cela, en un mot, signifie qu'une victoire contre l'ISIS à Kobanê conduira à long terme à la défaite de l'ISIS dans le reste de la Syrie. Ce processus a commencé et peut durer pendant une grande partie de l'année prochaine.

Je crois que l'ISIS est catégorique sur le fait de rester dans Kobanê parce qu'il est trop conscient de cet enjeu. Parce qu'une éventuelle retraite du centre urbain de Kobanê vers la campagne environnante assurera l'anéantissement complet de l'ISIS. Cela signifiera leur faire perdre l'avantage psychologique face aux YPG/YPJ, aux forces peshmergas et aux forces de Burkan El Firat ["Volcan de l'Euphrate", combattants locaux officiellement affiliés à l'Armée syrienne libre], tout en en faisant aussi des cibles idéales pour les frappes aériennes de la coalition. Une retraite signifierait un suicide militaire pour l'ISIS. Toutefois, l'insistance de l'ISIS à rester dans Kobanê signifie la même chose ; on peut donc dire qu'en effet ils ont été vaincus.

L'ISIS a attaqué Kobanê pour les intérêts d'autres forces et est maintenant dans le pétrin. La force qui a fait de Kobanê une cible pour l'ISIS et qui lui a offert tout l'appui possible dans ses efforts était et est encore la Turquie.

L'Etat turc voulait que Kobanê tombe, et le veut encore. Il y a deux raisons à cela. La première est que Kobanê est le berceau de la Révolution du Rojava. Il voulait infliger un coup fatal contre le berceau de la révolution. La Turquie ne veut pas que les Kurdes de Syrie obtiennent leurs droits ou statut en tant que peuple, et elle était prête à collaborer avec l'ISIS à cette fin. Deuxièmement, la Turquie voulait faire de la présence de l'ISIS à ses frontières un levier pour ses visées diplomatiques en ce qui concerne la crise syrienne.

Alors, que fait le gouvernement de l'AKP fait pour atteindre ces objectifs ? Rappelons-nous : d'abord, il pensait que l'attaque de l'ISIS contre Kobanê se traduirait par la chute de la ville en un temps très court. Sous le couvert d'accueillir les réfugiés en provenance de Kobanê, il allait utiliser cela contre le mouvement de libération kurde et les puissances mondiales. Le premier scénario envisagé ne s'est pas matérialisé. Les plans d'Ankara ont été sabotés par la résistance de Kobanê.

La tentative suivante a été mise en pratique avec l'invitation de Salih Muslin [co-président du PYD] à Ankara : Ankara avait même déclaré : « Nous allons offrir toute l'aide possible, nous aussi allons les frapper ». Ils voulaient faire monter les attentes parmi les Kurdes. Cependant, après la visite de Muslim [co-président du PYD], le soutien de la Turquie en faveur de l'ISIS s'est intensifié. La déclaration d'Erdogan selon laquelle« Kobanê peut tomber très bientôt » a montré son optimisme et sa foi en l'ISIS. Cela a démasqué une fois de plus la politique de la Turquie à l'égard de Kobanê.

Malgré cela, le gouvernement turc a essayé de gagner du temps avec de nouveaux coups. Ils ont dit que les peshmergas et l'ASL devaient être autorisés à pénétrer dans Kobanê. En disant cela, la Turquie pensait que le gouvernement régional du Kurdistan n'allait pas envoyer de peshmergas à Kobanê, et en tout cas que le PYD n'accepterait aucun peshmergas à Kobanê. Nous devons nous rappeler qu'avant même qu'un des côtés kurdes ait publié une déclaration sur la question, Erdogan avait émis des prédictions sur la question de savoir si les Kurdes accepteraient une telle mesure.

Cependant, aucune force kurde n'avait fait le moindre commentaire sur l'envoi de forces peshmergas dans Kobanê [*]. Erdogan voulait provoquer des luttes intestines entre les Kurdes.

Lorsque les peshmergas sont partis pour Kobanê, les Turcs les ont fait attendre à Suruç pendant trois jours, au cours desquels l'ISIS a intensifié ses attaques sur le poste-frontière de Mursitpinar. Leur but était de s'emparer du point de passage de la frontière afin de stopper la peshmergas et les empêcher de pouvoir réellement entrer dans la ville. Une fois de plus, le plan d'Ankara a échoué. Le point de passage de la frontière de Mursitpinar a été héroïquement défendu par les combattants des YPG et toutes les attaques ont été repoussées avec succès.

Actuellement, la montée de la pression internationale et le statut légendaire de Kobanê ont mis la Turquie dans une situation difficile. La Turquie est tombée dans le trou qu'elle a elle-même creusé. Malgré cela, il est trop tôt pour dire si la Turquie a modifié sa politique en ce qui concerne Kobanê. Et, pour être honnête, si la Turquie ne change fondamentalement sa politique envers les Kurdes, il semble impossible qu'ils changent leur approche de Kobanê. Il semble que la Turquie reste catégorique sur la poursuite de sa politique antikurde irrationnelle dans un proche avenir.

La haine kurde envers les décideurs turcs est en passe de leur rendre la vie difficile. Cela ne peut conduire qu'à une disparition politique. La disparition militaire, culturelle, politique et économique du colonialisme ne peut signifier que la libération des Kurdes et des autres communautés opprimées. La résistance de Kobanê a veillé à ce que cette nouvelle ère soit maintenant à portée de la main...

Traduction rapide : XYZ / OCLibertaire

source : ici

___

[*] NdT.

Il n'est pas exact de dire que les Kurdes de Kobanê ont accueilli sans réserve l'arrivée des peshmergas et des renforts de l'ASL (dont Erdogan voulait faire monter le contingent de ces derniers à 1400 hommes). Ils ont fait savoir que leurs frères kurdes d'Irak feraient mieux d'aller combattre l'ISIS sur le front irakien, et que l'ASL serait plus utile en attaquant l'ISIS ailleurs, et notamment le verrou de Tall Abyad, à l'est de Kobanê, qui bloque la jonction avec le canton de la Jazira. Mais, c'était là des points de vue émanant de commandant-e-s des YPG/YPJ n'engageant pas officiellement la direction du PYD. Dans les faits, l'arrivée d'une petite centaine de combattants de l'ASL et surtout de 150 pechmergas bien équipés en armes (quelques blindés, de l'artillerie et des missiles antichars...), en munitions et en équipements, renforce objectivement la capacité de combat de la résistance de Kobanê sans modifier véritablement l'équilibre des forces politiques dans la ville. Même s'il y a un commandement militaire conjoint (YPG-pechmergas-Burkan El Firat), ce sont les YPG/YPJ qui tiennent la baguette, qui connaissent la ville, qui maitrisent les opérations... C'est un nouvel échec pour Erdogan.

Source : http://oclibertaire.free.fr/spip.php?breve575

Posted in Analyse, General, Information | Tagged confédéralisme démocratique, résistance Kobanê, reportage konanê | Leave a reply
Solidarité libertaire Paris-Kobanê le 1er

---------------------------------------------------------
* Qui sommes nous? http://rojavasolidarite.noblogs.org/
Nous sommes des militants anarchistes, libertaires et anti-autoritaires, réunis pour apporter notre soutien à la révolution sociale actuellement en cours au Rojava, et pour aider dans la mesure du possible les populations kurdes menacées par les forces réactionnaires, que ce soit Daesh, les pays frontaliers ou les forces de la coalition.
Nous sommes solidaires de l'expérience d'auto-organisation qui a lieu actuellement au Rojava, avec le soutient et sous la protection du PYD et de ses structures d'autodéfense (YPG/YPJ), qui sont pour nous les principales forces progressistes de la région.

Les militants composant notre initiative sont des individuels, des membres d'organisations politiques ou encore participent à des squats.
Voici la liste non-exhaustive des sites Internet nous présentant :

Groupe Regard noir de la Fédération anarchiste
Groupe Salvador-Segui fédéré à la Fédération anarchiste
Organisation communiste libertaire
Alternative libertaire
Coordination des groupes anarchistes
La conquête du pain, boulangerie autogérée
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://lists.ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center