A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) CLASSES EN LUTTE 146 - Bulletin de la fédération CNT-FTE des trvailleurs eusws de l'éducation

Date Mon, 17 Nov 2014 12:43:01 +0200


Communiqué de la fédération réunie en Commission Administrative fédérale à Dijon les 9, 10 et 11 octobre 2014. ---- L'essentiel n'est pas de voter mais de lutter! ---- Dans l'éducation nationale et les collectivités territoriales c'est la période des élections professionnelles. Les boutiques syndicales nous bombardent de prospectus publicitaires pour nous convaincre de leur donner notre bulletin de vote. ---- Nous sommes toujours allergiques au clientélisme et au syndicalisme de service. Pendant que certains se disputent des strapontins dans des commissions fantoches, les mauvais coups continuent de pleuvoir. Le management crétin, les contrats précaires, les obligations administratives, la chasse aux élèves étrangers, l'épuisement au travail des personnels et des enfants, les inégalités scolaires et sociales progressent.

Siéger dans les instances pour servir de
«caution sociale» à ceux qui organisent le
massacre ? Pour nous, c'est toujours non!
Dans le marasme social et syndical qui
nous touche aussi, les élections
professionnelles n'offrent aucun début de
réponse. La défense des travailleuses et
des travailleurs se fait directement contre la
hiérarchie au quotidien, pas lors d'élections
professionnelles. Le refus des procédures
administratives infinies doit se pratiquer
dans chaque école, chaque établissement.
Nous devons réaffirmer notre capacité à
nous autogérer entre travailleuses et
travailleurs, et quelques fois ébranler
certaines certitudes.

Les mandaté-e-s des syndicats de
l'éducation réuni-e-s en CAF à Dijon font
toutes et tous les mêmes constats. Les
rythmes scolaires mal pensés, mal
préparés, non pris en charge par
l'éducation nationale épuisent tout le
monde et n'apportent rien de nouveau aux
enfants. Mais au-delà du constat de
l'épuisement des un-e-s et des autres, nous
refusons la division des personnels
(animatrices-animateurs, agents de service,
enseignants...). Les AVS, auxiliaires de vie
scolaire, emblématiques de la précarité et
du travail sous payé cherchent à se monter
en collectif de lutte.

Les programmes scolaires vont changer.
Nous ne pleurerons pas les programmes
Darcos mais nous savons que les
«nouveaux» programmes ne résoudront
pas les problèmes divers. Certes une
ouverture pédagogique peut apparaître
mais ils ne prennent pas en compte
l'urgence sociale et la détresse des
personnels, des élèves et de leurs
familles. Ils ne sont pas là pour ça, ils ne
seront qu'une béquille pour aider
l'enseignant-e à monter sur l'estrade,
pour nous, ce n'est pas la meilleure place
pour travailler avec les élèves.

Les problèmes de logement, de papiers,
sont toujours là. On ne les laisse pas à
l'extérieur, un enfant, un travailleur sont
entiers. Les contraintes doivent être
combattues en même temps et par tous.
Partout où ils sont présent-e-s, les
travailleuses et les travailleurs de
l'éducation de la CNT qu'ils soient instits,
profs, animatrices, animateurs, AED,
AVS, ATSEM, étudiant-e-s, lycéen-nes
sont investi-e-s dans les combats
sociaux pour faire reculer la précarité, la
divisions des personnels, l'autoritarisme
de la hiérarchie, la politique migratoire
qui discrimine nos élèves sans-papiers et
le fichage des enfants. Plus que notre
carrière, ce que nous voulons faire
évoluer, ce sont les rapports sociaux
coopératifs et émancipateurs et les
pédagogies qui les défendent.

La CNT veut une autre société et pas
aménager cette société, fonder ici et
maintenant et autre chose.
------------------------------------------------

Non à la criminalisation du mouvement social : solidarité avec Fouad Harjane!

Ce vendredi 1 4 novembre 201 4, la cour
d'appel du tribunal de Metz statuera sur
la recevabilité de l'appel de notre
camarade Fouad Harjane, militant CNT,
condamné en première instance a
payer près de 40000 euros de dom-
mages et intérêts à la SNCF pour le
blocage de la gare de Metz lors du
mouvement de lutte contre le CPE en
2006.

Pour rappel des faits, le 30 mars 2006,
suite à une initiative de la Coordination
nationale étudiante, plus de 800 étu-
diants en lutte de l'université de Metz
avaient occupé pacifiquement les voies
ferrée s, aux côtés de salariés grévistes
de la SNCF. Notre camarade Fouad
avaient alors été le seul et unique
interpellé, sur instruction du procureur,
malgré la lég itimité d'un mouvement
social qui quelques jours plus tard
contraignait le gouvernement à retirer
le CPE.

Cette rép ression ciblée , menée 8 ans
après les faits, n'est pourtant pas le fruit
du hasard et poursuivre notre cama-
rade syndicaliste n'a qu'un objectif : en-
voyer un signal fort au mouvement
social et syndical en rép rimant par
l'exemple toute initiative de lutte qui vi-
serait à défendre la justice sociale.

La Conféd ération nationale du travail
dén once le non sens et l'injustice des
poursuites engagée s à l'encontre de
Fouad HARJANE. Si nous ne pouvons
concevoir que notre camarade soit
condamné au nom de l'ensemble du
mouvement social en étant tenu res-
ponsable d'une action décidée et me-
née par un collectif, nous dén onçons
ég alement cette justice de classe me-
née afin de protég er les profits du capi-
tal plutôt que les intérêts des
travailleurs en lutte. De plus, nous rap-
pelons qu'il incombe plus à la SNCF
de mettre en oeuvre un service de
transports publics de qualité plutôt
que de tenir le rôl e d'un agent de ré-
pression de l'État. Par ailleurs, la CNT
rappelle a la SNCF qu'elle n'a pas eu
les mêm es velléi tés rép ressives pour
les plus de cent patrons ivres ayant
entravés la circulation ferroviaire il y a
peu.

Ainsi la CNT exige que cesse immé-
diatement cette rép ression anti syndi-
cale et demande :

la relaxe totale de Fouad HARJANE
le désengagement de la SNCF de
toute poursuite par le retrait de sa
plainte

l'amnistie pour tous les syndica-
listes et militants condamnés dans le
cadre des luttes sociales

-----------------------------------------------

Solidarité avec les sans­papiers

Paris, le 1 6 octobre 2014,
Depuis de nombreuses années, les
gouvernements successifs font de la
chasse aux sans-papiers une priorité.
De ces politiques racistes sont nées
des situations de précarité sociale
inadmissibles contre lesquelles nous,
travailleuses et travailleurs de
l'éducation, essayons de lutter par
tous les moyens. Mais c'est assez
récemment que nous avons perdu
beaucoup de terrain. Parmi les
conséquences les plus désastreuses,
l'expulsion de Khatchik, lycéen à
Camille Jenatzy (1 8ème) et de
Léonarda (collégienne arrêtée lors
d'une sortie scolaire) l'année passée.
Ces politiques, couplées à l'abandon
de l'accueil et de la protection des
mineurs, ont aussi mis des dizaines
de lycéens à la rue. En particulier,
d'innommables
tests
osseux
permettent de déclarer, de manière
totalement opaque, des gamins
majeurs. Sitôt cette majorité «établie»,
les lycéens et lycéennes sont
exclus des foyers de l'aide sociale à
l'enfance (ASE). La semaine dernière,
l'un d'eux, à peine sorti de centre de
rétention grâce à une belle
mobilisation, a été hospitalisé à deux
reprises pour malnutrition.
Les lycéens et lycéennes organisé-e-
s au sein de la FIDL, excédés par
cette situation, ont décidé d'accueillir
dans leur local leurs camarades
sans-papiers jetés à la rue par les
institutions. Nous les assurons de
tout notre soutien dans leurs actions
à venir pour qu'enfin soient
régularisés et pris en charge les
lycéens sans-papiers, et plus
largement pour la régularisation de
toutes et tous les sans-papiers,
familles, travailleuses et travailleurs,
élèves,...

Communiqué du syndicat CNT des
travailleuses et travailleurs de
l'éducation Paris

Dernières nouvelles :
Un rassemblement était organisé
devant l'Hôtel de Ville de Paris mardi
21 octobre. Une délégation a été
reçue. L'adjointe à la maire s'est
engagée à héberger "la quinzaine de
jeunes" qui avaient trouvé refuge
dans les locaux de la FIDL, le
syndicat lycéen.
-------------------------------

Subvertir la pédagogie ? Sortie du n° 38 de la revue N'Autre école

Au milieu de l'hiver dernier, un événement
inhabituel dans le domaine de la pédago-
gie et du syndicalisme s'est déroulé à
Créteil durant deux jours : des passionné-
e-s de l'éducation et de l'égalité, venu-e-s
de toute la France, ont débattu autour
d'un thème à l'intitulé un peu provoca-
teur : subvertir la pédagogie avec un
point d'interrogation. Inhabituel, car, au
lieu de remâcher les éternels slogans,
près de 300 enseignant-e-s, animateurs-
trices et parents ont travaillé par ateliers.
Inhabituel car, plutôt que d'en rester là le
stage accompli, des participant-e-s ont
pris en main un numéro spécial de la re-
vue N'Autre école.
Riche en propositions concrètes, de l'ate-
lier-philo à la classe inversée en passant
par l'engagement collectif d'une SEGPA,
ainsi qu'en aperçus originaux et en dis-
cussions sans jargon, ce numéro est
maintenant disponible !
Subvertir la pédagogie, backstage,
n° Commun N'Autre école - Sud éduca-
tion - CNT éducation - Émancipation -
GFEN Ile-de-France - Questions de
classe(s).
64 pages, 4 EUR disponible en librairie ou
par commande en paiement en ligne sur
le site.

============================================

Sommaire
La FTE et les
élections
professionnelles
Solidarité contre la
répression
Lycéen-ne-s sans
papiers
Subvertir la
pédagogie
--------------------
Sortie du n°38
de N'autre école
---------------------
Contact, site internet
owww.cnt-f.org/fte
ofede-educ@cnt-f.org
o06 26 50 01 36
---------------------

Préavis de grève


La CNT FTE dépose
chaque semaine des
préavis de grève pour
couvrir les mobilisations
des personnels. Ce pré-
avis couvre tous les
collègues souhaitant dé-
brayer pour protester
contre tous les problèmes
liés à la dégradation du
service public d'éduca-
tion tant au niveau local
que national, ainsi que
pour défendre des élèves
menacés d'expulsion pour
défaut de papiers. Il s'agit
pour nous de permettre à
tous les
établissements et col-
lègues le souhaitant de se
mettre en grève.
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://lists.ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center