A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Contre Courant #251 (février-mars-avril 2014) - Deux documentaires suisses pour la route vers de nouvelles aventures

Date Fri, 06 Jun 2014 19:35:00 +0300


La plupart des dix-neuf films que j'ai découverts lors des 49èmes Journées soleuroises (du 23 au 30 janvier 2014) mériteraient une chronique détaillée. Ne disposant que d'une page, je me circonscris à deux créations. Quoique d'un optimisme nettement plus modéré que mes opinions politiques, je formule le voeu que mes traits de plume ne se soldent pas par un assourdissant clap de fin... Rendez-vous très bientôt sur le site d'A Contre Courant ! ---- Dérogeant, pour une fois, à mes habitudes, je respecte la «résolution» adoptée pour ce numéro (voir le texte sur les «origines d'ACC») et n'appose pas mon nom au bas de ce texte. Sa thématique facilite l'identification, non ?... ---- «La barque n'est pas pleine» ---- Pas sûr que nous apprenions avant longtemps toute la vérité sur
les attentats perpétrés, le «nine eleven», contre les tours jumelles du World Trade Center à Manhattan et le Pentagone à Washington.

En revanche, aucun doute ne subsiste à propos des tragiques évé-
nements au Chili, vingt-huit ans auparavant, jour pour jour.

Le mardi 11 septembre 1973, à Santiago, des tanks assiégèrent
le palais de la Moneda bombardé par des avions de combat Hawker
Hunter fabriqués outre Manche. Juste avant l'assaut final, Salvador
Allende, qui avait été élu démocratiquement, le 4 septembre 1970,
sous la bannière de l'Unidad Popular, se suicida avec un fusil auto-
matique AK-47 que lui avait offert Fidel Castro. Le «golpe» du géné-
ral Augusto Pinochet marqua le début de seize années et demi de
tyrannie.

En sus de la CIA, plusieurs trusts comme le géant des télécom-
munications ITT(1), qui diversifia son secteur d'activités, Anaconda et
Kennecott, firmes spécialisées dans l'exploitation de mines de cui-
vre, ou Nestlé, concoururent à la stratégie de déstabilisation fomen-
tée par Henry Kissinger, conseiller à la Sécurité nationale, puis se-
crétaire d'État, auprès de Richard Nixon. Jacques Pilet, reporter
pour le quotidien lausannois «24 heures», révéla que Charles Mas-
set, l'ambassadeur de Suisse, sabla le champagne avec ses collè-
gues, le soir de ce funeste mardi. Kurt Furgler, Conseiller fédéral
démocrate-chrétien à la tête du Département de justice et police,
affirma, le 5 novembre 1973, que «la barque n'est pas pleine»,
tout en indiquant qu'il n'accueillerait pas plus de deux cents person-
nes fuyant la dictature. Sous la pression du Haut-Commissariat des
Nations Unies pour les réfugiés et d'une partie de l'opinion, le gou-
vernement porta le quota à deux cent cinquante-huit. Il s'agissait
essentiellement de femmes et d'hommes qui avaient précédemment
obtenu l'asile dans la patrie de Pablo Neruda.

Alternant interviews, images d'archives et gros plans sur des
coupures de presse, Daniel Wyss dépeint le climat de l'époque (la
guerre froide, la méfiance envers des étrangers catalogués à «gau-
che»...) et insiste sur les élans de générosité concrète en faveur
des persécuté(-e)s. En décembre 1973, de jeunes Bâlois fondèrent
aux côtés de l'abbé Cornelius Koch l'Action Places gratuites. L'appel
«cinq réfugiés chiliens dans chaque paroisse» connut un succès tel
qu'en l'espace d'une semaine trois mille places se libérèrent. Mais
les autorités, qui avaient applaudi au changement de régime au pied
de la Cordillère des Andes, demeurèrent inflexibles. Le 23 février
1974, quelques heures après l'arrivée à l'aéroport de Genève-Coin-
trin des cinq premiers bénéficiaires de l'initiative citoyenne, le Con-
seil fédéral imposa l'obligation du visa. Quiconque participa à l'ins-
tallation de migrants sans autorisation de séjour encourait six mois
de prison et une amende de dix mille francs. Le Tessinois Paolo
Bernasconi, alors procureur et membre du mouvement, estima que
ce «délit» avait été perpétré en vertu d'un idéal, d'un motif humani-
taire élevé. Nonobstant les embûches administratives, environ trois
mille cinq cents Chilien(-ne)s entamèrent une nouvelle existence en
Suisse durant les décennies 70 et 80.

1) Impliqué dans le renversement au Brésil, le 31 mars 1964, du prési-
dent Joao Belchior Marques Goulart (Parti travailliste) par le maréchal
Humberto de Alencar Castelo Branco.


«L'expérience Blocher»

Le dimanche 9 février 2014, le peuple helvétique a
approuvé à 50,3% l'initiative «contre l'immigration de
masse». À l'origine de cette votation, la Schweizerische
Volkspartei, le Parti suisse du peuple, que les franco-
phones désignent par «l'Union démocratique du cen-
tre». Sa figure emblématique : le milliardaire Christoph
Blocher, qui polarise comme aucun autre leader autoch-
tone. Seul contre presque tous, il avait mené la croisade
contre l'adhésion de son pays à l'Espace économique
européen.

Le 6 décembre 1992, 50,3% (parallèle frappant) de
ses compatriotes lui avaient donné raison. S'imposant
quasiment un numéro d'équilibriste, Jean-Stéphane
Bron(1) a tenté, avec son long métrage de cent minutes
«L'expérience Blocher», de tracer, sans manichéisme
outrancier, mais sans jouer au candide, le portrait et le
parcours d'un individu dont il ne partage «ni les idées, ni
les méthodes, ni les convictions». La dualité fascination/
répulsion l'a-t-il titillé, au moment de s'atteler à son pro-
jet ou au fil du continuum narratif ?... Fidèle au précepte
de Confucius «une image vaut mille mots», le réalisa-
teur lausannois délivre quelques messages sublimi-
naux, par exemple les impétueuses chutes du Rhin à
Schaffhausen, métaphore visant la force du SVP, pre-
mière formation politique de la Confédération, tout en
renvoyant à l'enfance, en ces parages, à Laufen, du
septième enfant d'un pasteur intégriste chassé de sa
chaire.

Le cinéaste, invisible à l'écran, ne mégote pas, pour
fixer la distance, sur les commentaires off, s'adressant
par ce biais à l'interlocuteur dont il ne sollicite évidem-
ment pas de réponse. De nombreuses séquences ont
pour cadre l'habitacle de l'Audi A 8 avec chauffeur.
«Embedded», Jean-Stéphane Bron, suffisamment répu-
té pour ne pas rebuter son adversaire, «soixante-huitard
de l'autre bord», fait face à son objet/sujet affalé sur la
banquette arrière de la berline, flanqué de son épouse
Silvia. Nous zieutons même cette dernière au lit, en
chemise de nuit (ouf !), un livre à la main, dans la suite
220 de l'hôtel cinq étoiles Bellevue Palace à Berne.

Christoph Blocher, industriel combinard profitant à
fond de la mondialisation, tribun ultraréactionnaire au
nationalisme kitsch, xénophobe polyglotte, affairiste
roué, richissime collectionneur de tableaux, a laissé le
maître d'oeuvre pénétrer dans des pans d'intimité (ce
qui donne lieu à quelques poses involontairement gro-
tesques!). Plutôt jovial et avenant, le député a ouvert
sans chichi les portes de sa somptueuse villa avec pis-
cine en terrasse et jardin de Herrliberg, sur les hauteurs
du lac de Zurich. C'est ainsi que ces bipèdes-là vi-
vent !...

1) Cf. mon long papier afférent aux 33èmes Journées de
Soleure dans ACC de mars 1998.
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://lists.ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center