A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013 | of 2014

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Canada, UCL, Collectif Emma Goldman, Plan Mort: la destruction de l'environnement vendu à rabais pour les multinationales. (en)

Date Mon, 15 Dec 2014 15:59:42 +0200


Alors que le gouvernement libéral de Philippe Couillard passe à la hache les services publics, son ministre des ressources naturelles, Pierre Arcand, s'est fait rassurant pour leurs amis des multinationales. L'investissement de fonds publics dans les projets du Plan Mort va bel-et-bien rester intact. Les investisseurs l'ont demandé alors Couillard ne pouvait pas refuser. Comme l'a mentionné Arcand: «Les investisseurs sont tous intéressés. Ils nous disent: "nous sommes intéressés, mais si on investit, il faut qu'on puisse avoir les infrastructures''». Les compagnies ne redonnent qu'un pourcentage ridicule de leurs milliards de profit en redevance au gouvernement. Elles veulent aussi que les deniers publics payent leurs installations qui vont leur permettre de soutirer du sol tout cet argent. Nous savons tous/toutes comment le cercle se termine. C'est la population qui paie pour décontaminer les sites laissés à l'abandon une fois le projet terminé. C'est ainsi que le Québec est au prise avec 698 sites abandonnés, pour une facture s'élevant à 1,2 milliard de dollars. Le gouvernement n'a toujours aucun plan pour enrayer ce problème...La réalité est qu'il ne veut pas régler cette situation en faisant payer les compagnies minières pour leurs désastres écologiques.

Cependant, soyez rassuré, le gouvernement fait tout cela pour le bien être des populations ''nordiques'', comme nous le rappel encore le sinistre des ressources naturelles: ''le gouvernement ne peut tout simplement pas «délaisser les deux tiers du territoire du Québec», comme l'ont fait les gouvernements dans le passé. «Les populations nordiques ont besoin» du Plan Nord''. C'est sûrement pour leur bien être que les Première Nations ne sont pas consultées et que des projets comme celui de mine Arnaud à Sept-Iles engendrent autant de grogne dans la population.

Évidemment, tout cela n'est que parure. Les seuls mots qui sortent de la bouche des politiciens sont pour louanger le potentiel minier du Québec et des retombées possibles pour les caisses de l'État. C'est pourquoi le gouvernement à créé la Société du Plan Nord et le Fonds du Plan Nord, tous deux dédiés au développement minier. Le reste, c'est-à-dire le bien être des populations touchées par ce désastre, fait parti d'un discours visant à faire accepter socialement le pillage des ressources naturelles et la destruction de l'environnement québécois par des multinationales financées avec l'argent des citoyen-ne-s. Outre les quelques emplois créés pour la population local, les jobs iront à des firmes d'ingénieurs basées dans des régions non ''nordiques'' pour emprunter les dires du sinistre Arcand.

L'austérité, mais pas pour les minières. Le gouvernement Couillard va payer 20 millions de dollars avec l'aide des fonds publics pour financer une étude de faisabilité du projet de chemin de fer entre la fosse du Labrador et Sept-Iles. Il ne veut sûrement pas se rappeler que la Caisse de dépôt et placement ainsi que le Canadien National avaient conclu que le projet n'était pas réalisable lors d'une évaluation ultérieure. La construction du chemin de fer pourrait coûter jusqu'à 4 milliards de dollars. Rajoutons à cela les infrastructures payées par les deniers publics pour les minières, comme la route offerte à Stornoway pour le projet de la mine Renard (plusieurs centaines de millions). Comble de l'injure, c'est la retraite des employé-e-s du secteur public qui va payer une partie du financement nécessaire à Stornoway pour piller le nord. La Caisse de dépôt et placement, institution qui gère entre autre des régimes de retraite public et la RRQ (1), à aidé au financement du projet.

Face à cela, d'autres possibilités existes:

Passage d'un texte sur la décroissance libertaire écrit par un camarade membre de la Fédération Anarchiste à Rennes.

Pour lire le texte en entier.

Chacun-e sait ce que signifierait une tentative de décroissance dans la société actuelle, c'est-à-dire une société profondément inégalitaire: aggravation du chômage, accentuation des inégalités sociales, récession, chaos... sans même résoudre les problèmes écologiques. Des restrictions imposées aux plus vulnérables, des mesures draconiennes accablant le bas peuple... sans réduire le luxe des classes privilégiées.

Seule une décroissance en société libertaire peut à la fois permettre la résolution des problèmes écologiques et l'émancipation de l'humain. C'est-à-dire une décroissance maîtrisée par la population. La première caractéristique est la localisation de l'économie. Il n'est plus possible que, chaque jour, des dizaines de milliers de tonnes de marchandises soient acheminées sur des dizaines de milliers de kilomètres ; le commerce mondial va nécessairement se contracter. Or il n'est absolument pas dans l'intérêt des multinationales de revenir à des échanges locaux ou régionaux alors qu'elles ont, au contraire, favorisé la mondialisation des échanges. Le capitalisme, on le sait, ne peut se concevoir qu'à grande échelle.

La seule localisation de l'économie qui soit viable est donc celle qui s'appuierait sur une autogestion généralisée de la société. En effet, augmenter les volumes de production n'est intéressant que pour des entreprises privées, puisque les profits augmentent proportionnellement. Produire plus, c'est travailler plus. Or la moitié de ce qu'on produit est inutile ou nocif, voire dangereux. Une population qui aurait, par l'autogestion généralisée, la maîtrise de la production, n'aurait aucun intérêt à entretenir le gaspillage sur lequel est fondé le capitalisme, aucun intérêt à fabriquer des produits agricoles qui arrivent directement à la décharge, des biens peu durables, non réparables, des produits toxiques, des gadgets, du jetable ou des armements (ce qui est le summum du jetable).

Entre travailler huit heures par jour pour s'aliéner, s'intoxiquer et s'autodétruire, et travailler quatre heures par jour pour fabriquer des biens socialement utiles, et pour recréer de la solidarité, de la convivialité, personne ne devrait hésiter à choisir la deuxième solution. La boulimie de biens matériels, le délire consumériste dans lequel nous sommes plongés ne sont qu'une misérable mécanique compensatoire à nos frustrations, à notre mal-être.

1. Régie des rentes du Québec.
-----------
Pendant ce temps, le gouvernement envoi la police pour matraquer les opposant-e-s au Plan Mort.

Publié il y a 3 days ago par Collectif Emma Goldman
http://ucl-saguenay.blogspot.com/2014/12/plan-mort-la-destruction-de.html
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://lists.ainfos.ca/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center