A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Organisation Communiste Libertarie (OCL) - Courant Alternatif, CA #232 - International-Italie -- Un Grillo qui perd, des ouvrières qui gagnent

Date Wed, 13 Nov 2013 17:17:03 +0200


DANS LE NUMÉRO DE MAI 2013 DE COURANT ALTERNATIF , NOUS ÉCRIVIONS À PROPOS DE L'ÉCLOSION DU MOUVEMENT M5S (MOUVEMENT 5 ÉTOILES) MENÉ PAR GIUSEPPE GRILLO QU'«IL VA ÉVIDEMMENT S'EFFILOCHER AU FUR ET À MESURE QUE LES AMBITIONS DES NOUVEAUX ÉLUS S'AFFIRMERONT CONTRE LEUR MENTOR». IL N'A PAS FALLU LONGTEMPS POUR QUE CETTE PRÉDICTION S' ACCOMPLISSE. ----
DU CLOAQUE POLITICIEN... ---- On se rappelle qu'en février dernier ce sont 163 élus « grillistes » (102 députés et 54 sénateurs entièrement nouveaux sur la scène politique) qui avaient provoqué la surprise en entrant dans le «tombeau vide et malodorant» qu'est, aux dires de Grillo le parlement italien. Il faut croire que la puanteur reste quand même fascinante si on en juge par l'attraction qu'elle a provoqué chez les nouveaux élus plus désireux de s'y intégrer que d'y poursuivre la dénonciation.

Mais la roche Tarpéienne n'y étant pas loin
du Capitole, dès le mois de Mai lors d'élec-
tions municipales partielles, le M5S crédité
précédemment de 27 % est retombé à 12 % à
Rome. Nombre d'électeurs de Grillo pen-
chaient à gauche, du moins vers le PD (1).
Grillo, fou furieux s'en est alors pris aux Ita-
liens qui n'avaient rien compris, prédisant
qu'ils seraient bientôt «punis».

Peu après cet avertissement, ce sont les
élus eux-mêmes du M5S qui ont précipité
la débandade et la désaffection vis-à-vis de
leur chef. Tout à commencé lorsque bon
nombre de nouveaux élus se sont aperçus
que le refus de Grillo à tout compromis per-
mettant que l'Italie se dote d'un nouveau
gouvernement ne servait pas vraiment leur
ambition de jouer un rôle dans la vie poli-
tique institutionnelle du pays. En effet, bon
nombre de leurs électeurs désapprouvaient
le fait d'avoir empêché Bersani (ex - com-
muniste, membre du PD, parti démocrate)
de constituer un nouveau gouvernement.
Le résultat c'est que finalement ces députés
se sont trouvés hors jeu lorsque s'est
constitué, sans eux, une large union allant
des berlusconiens au PD (large en nombre
de formation mais très faible en diffé-
rence !). Certains ex grillistes ont quitté le
navire, d'autre bataillent pour prendre
bouche avec la gauche, d'autres ont été ex-
clus. Le parti se renforce en s'épurant hurle
Grillo entre deux insultes scatologiques à
l'encontre de ses ex-soutiens. Bref, on di-
rait, si nous étions en France que cela fait le
jeu du FN. Mais en Italie la place est déjà
prise par la Lega et les ex MSI intégrés dans
le parti de Berlusconi.

... À L'ESPOIR QUI NAÎT! -- Bologne 23 mai.

En fin d'après-midi se déroule dans une rue
de la ville une assemblée organisée par le
CUA (collectif universitaire autonome) avec
des travailleuses de la Sodexo, une entre-
prise de nettoyage de Pise. Il s'agit de faire
partager l'expérience de ces salariées qui,
trois mois durant, ont lutté pied à pied
contre la menace de 78 licenciements vou-
lus par la Sodexo et qui, finalement, ont fait
plier la multinationale française à force de
grèves, de piquets, et surtout de ténacité
(voir Courant alternatif, mai 2013, p. 22).
Après leur victoire, les travailleuses avec le
comité pour le droit à la santé ont rédigé un
dossier sur ces trois mois de lutte qui se
veut « une contribution pour les luttes fu-
tures dans la santé et, plus généralement
pour construire une riposte de base à la
crise ». Car il ne s'agit pas seulement d'une
lutte pour sauver des emplois mais aussi,
comme celle des sidérurgistes de Tarente,
au sud de l'Italie, contre le consortium Ilva
(voir Courant alternatif octobre 2012), qui
questionne les rapports sociaux et la fina-
lité du travail.

Lorsque la police veut intervenir pour ten-
ter de disloquer le rassemblement et em-
pêcher qu'il prenne de l'ampleur, des
chaises et des tables volent qui font reculer
pour un temps la police. Dans un deuxième
temps cette dernière tente d'intervenir sur
une place en plein coeur de la zone univer-
sitaire où l'assemblée s'était déplacée. Les
charges sont violentes, elles font des bles-
sés mais elles ne parviennent pas à dissou-
dre l'assemblée qui se poursuit jusqu'au
bout dans une ambiance électrique.

Cette intervention policière dans le quar-
tier universitaire de Bologne avait une dou-
ble signification. D'une part éviter que la
victoire des ouvrières pisanes ne devien-
nent un exemple et se répande comme une
traînée de poudre. Et d'autre part mettre un
frein musclé à cette mauvaise habitude de
faire des assemblées publique dans ce lieu
destiné par les rénovateurs urbains à deve-
nir un grand centre commercial !

Pour le CUA cet épisode est un moment
d'une volonté de réappropriation des es-
paces urbains : « Les places de la ville ne
peuvent être des lieux militarisés et laissés
entre les mains du mercantilisme privé.
Elles ne peuvent être non plus des lieux de
comportement nihiliste ou, jusqu'à 5h du
matin la musique résonne à fond la
caisse ! ». Il s'agit de lutter contre toutes les
représentations simplistes qui feraient de
cette réappropriation un lieu d'affronte-
ment entre d'un côté des « résidents pro-
pres sur eux et de droite et de l'autre des
jeunes, des étudiants, des précaires por-
teurs de chaos. Le CUA veut rompre avec
cette logique et veut faire des espaces ur-
bains « des lieux de tolérance, d'écoute à la
différence et de solidarité sociale ». C'était
le sens du débat public avec les ouvrières
de Pise. C'est ça que le pouvoir veut éradi-
quer.

Une remarque pour terminer. Les quelques
compte rendus de ces événement bolo-
gnais, en France mais aussi parfois en Italie,
montrent que chacun y puise ce qu'il veut
t(p)rouver. Les syndicalistes mettent l'ac-
cent sur la solidarité avec les pisanes, lais-
sant souvent de côté le contenu lutte contre
la gentrification (2) portée par les assem-
blées étudiantes. Les insurrectionnalistes,
de leur côté y voient surtout les images
d'affrontement avec la police et... la lutte
contre la gentrification omettant de dire
que tout est parti de la solidarité avec une
lutte... corporatiste ! Soyons optimistes et
disons que si chacun y trouve son compte
c'est d'une certaine manière tant mieux, et
que si l'Italie est encore « la grande absente
des révoltes qui ont secoué le bassin médi-
terranéen » (CA mai 2013) la richesse diver-
sifiée de certains mouvements laisse
entrevoir des perspectives meilleures.

[1] De « centre
gauche » il rassemd'anciens communistes et démochtiens.
[1] Prière de ne pdire embourgeoisment, on vous prdrait pour un franchouillard ensoumis à l'idéologmarxiste. Gentrifition ça fait plus srieux, plus universitaire, autqu'un contenu, c'un signe d'appartnance à la modernité.

jpd
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center