A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Organisation Communiste Libertarie (OCL) - Courant Alternatif, CA #232 - Le PS rafle et expulse, peu de monde s'en émoi

Date Fri, 01 Nov 2013 09:01:59 +0200


EXTRAIT D'UN TÉMOIGNAGE: ---- « Jeudi 6 juin dans l'après-midi, une rafle comme on n'en voyait plus depuis la guerre d'Algérie ou depuis les grandes vagues d'expulsions de squats au début des années 1980, a eu lieu à Barbès. Pendant presque deux heures tout un quartier a été bouclé, les gens ne pouvant plus ni entrer ni sortir, bloqués par des centaines de flics de toute sorte arrivés à bord de dizaines de véhicules, quadrillant la zone jusqu'à la Gare du Nord, La Chapelle, Château Rouge et Anvers (Ces quatre stations de métro délimitent un losange d'un kilomètre d'Est en Ouest, un peu moins du Sud au Nord). ---- A l'intérieur du périmètre les flics se déploient. A l'extérieur du périmètre ils sont apparemment aussi extrêmement nombreux. Divers contrôles sont effectués : papiers et ventes à la sauvette, ... Des gens commencent à s'entasser aux différents check points.

Protestations molles, entre résignation et agacement.
Très vite, à l'intérieur du quartier bouclé, beaucoup
moins de " vrais gens " que d'habitude et
une multitude de patrouilles de robocops
qui interpellent au faciès. Comme souvent,
délit d'extranéité et de classe sociale sont
de mise, à savoir que les cibles principales
du contrôle sont les Africains qui ressem-
blent à des mecs qui viennent d'arriver du
bled.
A chaque fois qu'ils en capturent, les bleus
appellent victorieusement leur central avec
leur talkie pour annoncer combien ils en
ont attrapé. Puis ils les ramènent vers des
bus d'embarquement sur le boulevard Bar-
bès. Apparemment tout un staff technique
et bureaucratique était installé dans les
cars.
Quand les flics bouclent un quartier ils sont
plus ou moins obligés de relâcher les bar-
rages qui empêchent de sortir et entrer
dans le quartier pour la sortie de l'école. Du
coup ils ont ouvert les barrages à 16h25.
Mais les contrôles ne vont pas s'arrêter ...
Voyant que certains flics en uniforme par-
taient et que les camionnettes de CRS qui
barraient les rues se poussaient, pas mal de
personnes, sans doute réfugiées dans des
halls, sont sorties de leur cachette... C'était
sans compter avec des groupes de civils qui
par quatre ou cinq ou six sillonnaient le
quartier, pour certains avec des camou-
flages assez réussis (le rasta, le gars qui res-
semble à un sans papier, la fille déguisée en
jeune de quartier), et contrôlaient et arrê-
taient les gens. Les personnes arrêtées
étaient alors conduites menottées dans des
bus stationnés à ce moment-là sous le
métro au carrefour Barbès. Le dernier bus
rempli est parti vers 16h30.
Plus tard, au rassemblement pour l'assassi-
nat de Clément Méric nous avons appris
qu'une partie des gens emmenés dans les
bus avaient été conduits au commissariat
de la rue de Clignancourt, ce qui a provo-
qué des cris de : Les fascistes assassinent à
saint Lazare ; le PS rafle à Barbés ».

UN SECOND TÉMOIGNAGE

« Je descendais du métro Barbès avec mon
cousin vers 15h30. La police m'a demandé
un titre de transport, je le leur ai donné, et
ensuite ils ont demandé les papiers. J'ai dit
que je n'en avais pas. Ils m'ont mis les me-
nottes et m'ont amené dans un car. Dans le
commissariat [ rue de Clignancourt ] il de-
vait y avoir 80 personnes arrêtées. On a
passé 3 ou 4 heures dans une cellule à 20. Il
y avait une personne très malade qui se
plaignait auprès des policiers mais ils s'en
fichaient. Et puis quelqu'un a demandé
d'aller aux toilettes et les policiers ont dit
non. Les gens n'étaient pas contents. Alors
des flics sont entrés dans la cellule et ils ont
frappé 3 personnes avec les mains et les
pieds. Dans la cellule, on avait ni ceinture
ni lacets puis, 3 ou 4 flics sont arrivés et ils
nous ont demandés de nous mettre tout nu,
d'enlever les vêtements, d'enlever les slips !
On ne voulait pas, on a refusé ! Alors le chef
est intervenu et a dit à ses collègues de lais-
ser tomber...».
Au final, environ 80 personnes seront arrê-
tées dont une quarantaine sans papiers
sera conduit au centre de rétention de Vin-
cennes. Nous ignorons le nombre d'expul-
sions réalisées par l'Etat français grâce à
cette rafle

==================================

La France ne veut pas de réfugiés syriens !

En janvier dernier, sans la moindre publicité, le gouvernement français a dé-
cidé d'imposer aux Syriens souhaitant transiter par un aéroport français l'ob-
tention préalable d'un « visa de transit aéroportuaire » (VTA). Ce visa,
particulièrement difficile à demander dans le contexte de désorganisation
politique de la région et à obtenir, à supposer que l'on parvienne à avoir accès
aux autorités consulaires françaises, est devenu indispensable pour monter
dans un avion transitant par un aéroport français, ou éviter d'en être refoulé
vers le pays de provenance. De toute évidence, cette obligation entrave la pos-
sibilité pour des Syriens d'échapper à la répression, à la guerre, ou de sortir
des camps des pays limitrophes où près d'un million d'entre eux survivent
dans des conditions indignes et dans la plus grande insécurité.
Le but avoué de cette mesure ? Éviter que des Syriens ne déposent une de-
mande d'asile à l'occasion de leur transit par un aéroport français ! Le pré-
texte ? Le code communautaire des visas, qui permet aux États membres
d'adopter une telle mesure « en cas d'urgence due à un afflux massif de mi-
grants clandestins ». Prétexte fallacieux car il n'y a aucun afflux massif de Sy-
riens dans les aéroports français (environ 350 Syriens maintenus en zone
d'attente en 2012, sur un total d'environ 9 000 personnes). L'Anafé et le Gisti
ont porté cette affaire devant le Conseil d'Etat et ils ont perdu ! Il ne fait aucun
de doute que cette mesure porte atteinte à l'exercice du droit d'asile et expose
des personnes ainsi empêchées de fuir à des menaces sur leur vie et leur li-
berté en cas de renvoi vers un pays tiers qui lui-même les renverrait très pro-
bablement en Syrie.

===================================

La France condamne à mort des ressortissants afghans !

En 2009, Sarkozy avait repris les expulsions de réfugiés
afghans dans leur pays d'origine. Quelques mois après
être revenus au Pouvoir les socialistes tentaient d'expul-
sés un couple d'afghans. Devant la mobilisation, le pou-
voir était contraint de reculer. Puis, très rapidement,
plusieurs afghans et pakistanais étaient expulsés ! Cer-
tains y échappent grâce à un vis de forme reconnu par
un juge des libertés et de la rétention. Le 8 juin, un jeune
afghan n'a pas eu cette chance, il est reparti de force pour
Kaboul !
La France a été une force militaire d'occupation en Af-
ghanistan. Des « conseillers militaires » y sont toujours
présents. Qui dit occupation, dit collaboration ! C'est ainsi
qu'environ 800 afghans ont aidé sur le terrain l'occupant
français. Ceci est vrai pour toute force d'occupation.
Lorsque les forces d'occupations s'en vont, se pose le pro-
blème de la sécurité des collaborateurs qui restent. En Af-
ghanistan, les collabos des forces occidentales
d'occupations ont une espérance de vie très réduite ! Le
Premier ministre conservateur britannique a délivré 700
visas à ses collaborateurs, ... le président de la Répu-
blique française n'en a accordé que 166 !
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center