A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Greek_ 中文 Chinese_ Castellano_ Català_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008 | of 2009 | of 2010 | of 2011 | of 2012 | of 2013

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) courant alternatif #230 - La rupture Tantqu’il -- Présentation du collectif «Tant qu'il y aura de l'argent...»

Date Wed, 19 Jun 2013 13:27:05 +0300


Dans le collectif Tant qu'il y aura de l'argent..., nous venons de plusieurs tendances qui se réclament de la révolution communiste (communisme libertaire, gauche communiste...). Ce qui nous a rassemblés, c'est l'analyse de la crise du capitalisme de 2008 et ses conséquences politiques et économiques. Nous avons fait le constat que les écrits sur la crise ne nous convenaient pas. En effet, nous lisons dans les médias bourgeois, les économistes au service du capitalisme, qui n'expliquent pas les raisons profondes de cette crise. Nous pensons que l'économie ne doit pas être un domaine réservé aux spécialistes. Nous considérons qu'il n'y a pas besoin d'utiliser un langage universitaire et savant pour tenter d'analyser en profondeur les mécanismes de la crise du capitalisme. Pour se faire, nous avons créé ce collectif qui s'articule autour
d'un site internet et d'une revue.

On y publie des articles sur différents
thèmes: un panorama des plans d'aus-
térité dans les pays européens, une
présentation des méthodes de main-
tien de l'ordre selon les pays. Le site
comporte une rubrique "notions", dans
laquelle nous expliquons simplement
les bases de nos analyses, par exemple
les concepts de l'économie marxienne,
comme la plus-value, le salaire, ou en-
core la baisse tendancielle du taux de
profit.

Nous diffusons nos analyses par la
tenue de réunions/débats publics dans
des plusieurs villes: Paris, Marseille,
Toulouse, Montpellier, Lyon... et
d'autres dates à venir.

Le site internet, la revue et les dis-
cussions publiques sont une façon de
diffuser nos analyses mais aussi les
bases politiques qui sous tendent ces
dernières.

Nous sommes communistes antiges-
tionnaires. Communistes, c'est-à-dire
pour une révolution qui détruise le ca-
pitalisme, par l’abolition de la pro-
priété privée, du salariat, du genre, de
l’État et de la valeur.

Antigestionnaires, car nous som-
mes contre toute forme de gestion al-
ternative du capitalisme. On peut citer
différents discours gestionnaires. Par
exemple les alternatives proposées par
les sociaux-démocrates valorisent l'
"honnête" capitalisme industriel na-
tional contre l' "immoral" capitalisme
financier mondial. Ils proposent la ré-
industrialisation ou encore la nationa-
lisation des banques... Ces discours
laissent entendre que le système est
perverti par une minorité de capita-
listes trop rapaces, plutôt que de par-
ler des raisons profondes de cette
crise.

Certains groupes ou organisations
d'extrême gauche orientés libertaires,
promeuvent , quant à eux, différentes
alternatives mutualistes ou autoges-
tionnaires pour sortir de la crise. Nous
y voyons au mieux, une manière de
supporter la crise qui peut être efficace
pour certains prolétaires, au pire, une
forme de capitalisme auto-géré, en
aucun cas un moyen d'abolir l'exploi-
tation.

Il en va de même pour ceux qui
prétendent détruire le capitalisme en
conservant les bases de celui ci ( État,
salariat, monnaie,...). Ces "anticapita-
listes" qui veulent se hisser en haut de
l'état comme sur un escabeau pour re-
peindre en rouge le capital, nous expli-
quent évidemment que ce n'est que
transitoire. Mais ce transitoire qui dure
n'est, pour nous, rien d'autre qu'une
des perspectives de la défaite. Car au
final, les différents discours gestion-
naires on ça en commun: ils dressent,
chacun à leur manière, les contours
d'un possible aménagement de notre
écrasement. Tant qu'à faire, on préfère
jouer la gagne.

On ne va pas aborder ici une ana-
lyse générale de la crise, c'est trop long
et puis on l'a déjà entrepris dans plu-
sieurs articles du site.

Revenons plutôt sur une question
que nous sommes nombreux à nous
poser, alors qu'on voit partout en Eu-
rope les plans d'austérité se succéder :
et en France? Bon, ici c'est pas la joie, le
nombre de chômeurs et de précaires
est là pour le témoigner mais on parait
bien moins touché par la crise qu'en
Espagne, au Portugal, ou encore en
Grèce. Alors?

Commençons par une blague: La
crise est quasi terminée. L'économie se
relance. En Espagne, en Grèce, les
presque 30% de la population au chô-
mage trouvent des tafs par millions.
Les 5 millions de chômeurs en France,
les près de 6 millions en Italie etc. font
la fine bouche devant toutes les propo-
sitions d'embauches. Les gouverne-
ments de l'UE, pour organiser la
demande de main d’œuvre, créent de
nouveaux centres, les "pôles em-
bauches", ou ce sont les patrons qui
font la queue pour trouver des sala-
riés...

Bon, arrêtons les frais. Tout ça pour
dire que si un scénario nous parait être
particulièrement peu probable, c'est
bien celui d'une sortie de crise, pour
l'instant.

En revanche, tout semble indiquer
que la crise va s'approfondir. Et avec
elle, l'austérité, le chômage... C'est vrai,
pour revenir a ce qu'on disait un peu
plus haut, que la France est beaucoup
moins touchée; et les capitalistes fe-
ront tout pour que cela continue. Pas
par bonté d'âme, ou francophilie, mais
plutôt car trop fragiliser l'économie
française, c'est multiplier les risques
d'effondrement de la zone euro. Le
problème, c'est qu'ils n'ont juste pas le
choix. Cette politique est très bien in-
carnée par le gouvernement socialo:
marcher sur des œufs, essayer de lou-
voyer, mais en même temps pour-
suivre une politique austéritaire. Et
dans la mesure ou la situation ne s'ar-
range pas du tout, -par exemple, la
France est sûrement en récession- la
pression va augmenter, et d'une ma-
nière ou d'une autre lorsqu'il faudra
faire des économies, on peut être sûr
que ce sera en coupant dans les dé-
penses publiques, en réformant encore
les retraites... en somme, en s'atta-
quant aux prolos.

Sans compter ce qui se passe
ailleurs en Europe. En Italie, en Grèce,
en Espagne, entre-autres mais pas seu-
lement. C'est l'économie mondiale qui
est en crise. La croissance chinoise n'a
jamais été aussi basse depuis des an-
nées et ce qui ne suit pas, c'est la
consommation. Or, faut pas compter
sur l'Europe, pourtant le premier mar-
ché mondial, pour relancer le busi-
ness...

Reste la question des luttes, de l'ac-
tivité de crise du prolétariat. C'est tout
simplement l'inconnue de l'équation.
Mais bon, hein, comme dit Johnny, il
suffira (peut-être) d'une étincelle...

Nous avons de nombreux articles
en préparation sur les répercussions
économiques et politiques de la crise
et les luttes du prolétariat qui en dé-
coulent. Plusieurs notions sont annon-
cées comme la valeur, le genre, ou le
travail. Des réunions publiques sont en
préparation dans d'autres villes. Voilà
pour nos prochains projets.

Les nouveaux membres et les nou-
veaux contributeurs sont les bienve-
nues, toute personne intéressée par
notre travail peut nous proposer des
articles. Nous invitons également les
gens à critiquer nos analyses.

Mais notre objectif à long terme, est
de participer à la structuration du courant
communiste antigestionnaire. Pour cela,
on lancera d'ici quelques mois un
appel, qui précisera un peu plus ce
qu'on entend par communisme anti-
gestionnaire. Il s'agira aussi de propo-
ser la création d'un réseau, afin de
s'organiser à une échelle plus large
avec d'autres collectifs, personne, etc.,
qui se reconnaissent dans ce position-
nement et qui sont favorables à une in-
tervention politique concertée et
commune.

Le collectif Tantquil
http://www.tantquil.net/
_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center