A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Trk�_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Trk�
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) La delation sociale au quotidien

Date Fri, 26 Sep 2008 23:04:11 +0200 (CEST)



Le Syndicat Interco Paris Nord de la CNT-AIT appele à soutenir P. et à relayer cet
appel :

L'histoire n'est pas banale mais courante.

P. travaille comme jardinier chez des particuliers du 78, travail précaire avec
toutes les galères des chèques emploi services (Cesu): travail pénible et usant,
revenus très bas et insuffisants. Travailler en chèque emploi services ne lui
permet pas de vivre décemment, les frais d'essence, de matériel viennent s'ajouter
au bas niveau de rémunération dans lequel les particuliers maintiennent leurs «
petit personnel ».

Quand on est jardinier, on doit apporter son matériel (débroussailleuse, sécateur,
tondeuse, taille haie...), les outils coutent cher à l'achat et en entretien. P a
donc ces dernières années sollicité la société Sthil, fabricant de matériel, qui
lui a fourni gratuitement, en 2002, 2004 et 2006, quelques outils importants afin
de l'aider dans son travail.

En juillet, la débroussailleuse de P tombe en panne et ne peut être réparée. En
pleine saison de travail, c'est un incident important et P ne peut en acheter une
neuve, il n'a pas les moyens. Il se tourne alors vers la société Sthil avec qui il
a toujours eu de bons contacts et demande par téléphone si il est possible que
celle-ci lui procure une débroussailleuse. On lui répond que oui.

Mais quelques jours plus tard il reçoit un courrier du directeur Marketing et
Technique de la société Sthil qui lui dit avoir contacté le service d'action
sociale de la Mairie d'Aubergenville où habite P, que ceux-ci lui
ont précisé que P « ne faisait aucun effort pour sortir de la précarité, qu'il
refusait tout accompagnement vers l'emploi » (vous noterez que P travaille depuis
de nombreuses années et que sa famille composée de 4
personnes vit de ce travail). Fort du témoignage accablant mais mensonger, la
société Sthil refuse alors de fournir le matériel et P se retrouve dans
l'incapacité d'effectuer son travail correctement.

Dans son courrier, que nous ne reproduisons pas ici par souci de confidentialité,
le directeur Marketing et technique de Sthil, précise qu'il aidera P si celui-ci
accepte de suivre les directives d'insertion de la Mairie d'Aubergenville.

Plusieurs remarques importantes concernant cette affaire.

Comment se fait-il que la Mairie d'Aubergenville communique des informations (qui
plus est, erronées et fausses) à une société sur l'un des habitants de la commune?
Les service communaux et sociaux sont tenus à
la plus stricte confidentialité. De quel droit les services de la mairie
d'Aubergenville émettent-ils un jugement sur l'activité professionnelle de P?

Dans son courrier, la société Sthil met en avant que P se ferait rémunérer parfois
en espèces et qu'il est en marge de la société. Ses propos diffamatoires sont
reportés suite à l'entretien téléphonique de Sthil avec
les services d'action sociale de la mairie. Ces accusations du service social de la
mairie sont graves set mettent en cause l'honnêteté de P. Il y a eu manifestement
volonté des services sociaux de la mairie de
diffuser les accusations sur P auprès de la société Sthil.

A ce jour, P a écrit à Sthil et à la mairie pour dénoncer ces façons de faire et
demander réparation du préjudice moral et matériel subi. A ce jour il n'a eu aucune
réponse.

En 2007, les députés français ont adopté le texte sur la Loi sur la Prévention de
la Délinquance. Cette loi a officialisé le contrôle social des personnes par les
services des mairies: les acteurs sociaux partagent leurs informations (auparavant
soumises au secret professionnel) avec le Maire, ce qui est une atteinte à nos
libertés. A Aubergenville le partage des informations se fait donc même avec les
entreprises...!

Ne laissons pas les services sociaux collecter et diffuser des informations sur
nos vies.

Pour soutenir P, écrire à la boite mail : yvelinesenluttes(a)gmail.com

Si vous avez du matériel que vous n'utilisez pas ou que vous connaissez un
moyen de dépanner P, merci de nous écrire, nous ferons suivre.

http://www.yvelines-en-luttes.info/

================
contact(a)cnt-ait.info
http://cnt-ait.info


[ expediteur/expeditrice <contact(a)cnt-ait.info> ]






_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center