A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Trk�_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Trk�
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Monde libertaire # 1526 - 25 septembre au 1er octobre 2008

Date Thu, 25 Sep 2008 12:37:41 +0200 (CEST)



« Un capitalisme sans banqueroute est comme un christianisme sans enfer. »
Frank Borman

* Sommaire
Travailleurs blousés, patrons flouzés, par Sami Chemin, page 3
Services publics à la trappe, par S. Chemin, page 3
Amis, donnez pour que l?école dure, par I. Aubel, page 4
Nouvelles des fronts, par H. Lenoir, page 5
Des brèves qui font mal, page 6
Ça dégraisse, par J.-P. Levaray, page 7
La chasse aux pauvres continue, par C. Danis, page 8
Sautés de banques, par J. Langlois, page 9
Décroi-science, par X. Beckaert, page 11
Point de vue anarcho-russe, page 14
L?imbroglio bolivien, par P. Sommermeyer, page 15
L?argent qui pue, par N. Potkine, page 16
Le Dictionnaire de l?anarchie, par et de M. Ragon, page 17
Bon anniversaire, Louis, par R. Burget, page 19
Rock à Cuba, page 20
Une vie pleine de mouvements, page 21
Notre radio, page 22
Agenda, page 23


* Editorial du Monde libertaire # 1526 du 25 septembre au 1er octobre 2008

Encore une sale semaine pour les Terriens. Le sacro-saint capitalisme étale ses
nuisances et ses failles. Les marchés financiers sont « nerveux ».

En sabir néolibéral boursier, ça veut dire que la panique augmente à l?étranger et
aux États-Unis.

D?après certaines informations, la Banque fédérale yankee ? entendons le
porte-monnaie des citoyens US ? va allonger pas moins de 800 milliards de dollars
pour racheter tout plein de titres pourris que personne ne veut plus. Le complexe
d?assurances AIG est sauvé à ce prix, en clair il est nationalisé (eh oui) et on
préserve 0,8 % de croâssance.

Gros à parier que la crise une fois passée ? si elle doit passer ?, les gribouilles
s?empresseront de reprivatiser, selon le bon vieux plan qui a fait ses preuves :
nationaliser les pertes, privatiser les bénéfices, et que les cocus défilent avec
la techno !

Cheu nous, tout est bon pour calmer les petits boursicoteurs inquiets du côté «
portefeuilles » : Radio Paris ose ressortir, tel un hareng de la saumure,
l?inusable Peyrelevade ? vous vous rappelez çui qu?a failli le Crédit Lyonnais et
l?ensuivie dette faramineuse épongée par vous et moi. Qu?ose-t-il bêler dans le
micro, l?incapable patenté? Un bon gros titata bien fumant : « Vous n?avez rien à
craindre. » Sans doute, avec ses petites mains blanches d?exploiteur, la crise
financière et la récession il va les arrêter net aux frontières ? telles les nuées
de Tchernobyl. Malgré l?incompétence et l?échec de l?économie de marché, la Voix de
son maître, toujours elle, déroule le tapis rouge aux nouveaux riches et aux voyous
qui s?engraissent du système sur le dos des gueux : Soros sans rougir avoue 32 % de
gains dans ses placements, Tapie pleurniche et touche un jackpot de 45 millions
d?euros, Georges Ghosn, royal, dégraisse 6000 renault pour maintenir les 15 % de
profit annuel des actionnaires, et tout ça avec la morgue froide du winner qui
lampe son caviar dans un pince-fesse à Matignon. Entre réassurances lénifiantes et
annonces de fin du monde, qui croire ?

Est-ce la stratégie du choc chère à Naomi Klein ? Bon, on vous souhaite malgré tout
une bonne semaine, surtout si vous ne fumez pas (+ 10 % sur les cigarettes),
surtout si vous n?êtes pas sans emploi (le financement de la RSA est épargné aux
électeurs friqués), surtout si vous ne cherchez pas un logement (augmentation
exponentielle du nombre de SDF, dont un tiers a un emploi), surtout si vous n?êtes
pas malade (le service public Hôpital limite ses dépenses pour maintenir les
exonérations fiscales des entreprises), etc. Et si on songeait enfin à la rév?


* Un Dictionnaire de l?anarchie

Par Michel Ragon

Le 2 octobre prochain sortira en librairie un Dictionnaire de l?anarchie concocté
par Michel Ragon.

Trois cent soixante-dix entrées, certaines très longues (Proudhon, Bakounine,
Kropotkine, etc.), certaines d?à peine quelques lignes, pour tenter de restituer la
pensée libertaire volée par les médias. Il ne s?agit pas d?un dictionnaire des
militants mais plutôt de la pensée anarchiste dans le monde contemporain
(répercussions sur la pensée de Camus, Sartre, Breton et d?autres plus inattendus).
Nous publions ici des extraits de son introduction.

Michel Ragon, Dictionnaire de l?anarchie, édité par Albin-Michel.

Sortie prévue le 2 octobre


Après la Seconde Guerre mondiale, l?internationalisation du marxisme semblait
mettre l?anarchie dans les oubliettes de l?histoire.

Mais rien n?est jamais sûr. L?impensable faillite du communisme en URSS et dans les
pays européens écrasés par le bolchevisme a fait resurgir la pensée libertaire.

Original par rapport aux théories socialistes ou libérales, anti-étatiste,
dénonçant toute dictature, fût-elle prolétarienne, l?anarchisme a même suscité
d?étonnants revirements d?idées chez des intellectuels aussi engagés avec le Parti
communiste qu?André Breton et Jean-Paul Sartre « Pourquoi, déclarait André Breton
au début des années 1950, pourquoi une fusion organique n?a-t-elle pu s?opérer à ce
moment (lors de la naissance du surréalisme) entre éléments anarchistes proprement
dits et éléments
surréalistes? J?en suis encore, vingt-cinq ans après, à me le demander. »

Et Sartre, à la fin de sa vie, disant ne plus se reconnaître dans le marxisme: «
J?aime bien rappeler les origines un peu anarchistes de ma pensée. J?ai toujours
été en accord avec les anarchistes, qui sont les seuls à avoir conçu un homme
complet, à constituer par l?action sociale, et dont le principal caractère est la
liberté. »

On croit rêver.

D?aberration en aberration, l?anarchie est devenue une mode. Un flacon de parfum
s?est même, voilà peu, baptisé Anarchiste. Guy Sorman, auteur de La Révolution
conservatrice américaine, prône un « conservatisme libertaire ». Emmanuel Le Roy
Ladurie se dit « libéral-libertaire », et Alain Touraine « socialo-libertaire ». En
mars 1983, dans le Magazine littéraire, Jean-Jacques Brochier consacrait un long
article à « Sollers anarchiste », et, en avril, un non moins long article à «
l?anarchiste cérébral » Georges Simenon.

La méthode est bien connue. Cajolons l?adversaire pour mieux l?étouffer.

L?anarchie a une longue histoire et, au début du XIXe siècle, William Godwin et
Charles Fourier peuvent être considérés comme des précurseurs de l?anarchisme.
Pourtant, le véritable théoricien de l?anarchie, c?est Proudhon. Proudhon se
proclame anarchiste et élabore une doctrine qui demeurera à jamais concurrente de
celle de son contemporain et ennemi Karl Marx.

Pourtant, à la mort de Proudhon, en 1865, il n?existait aucun mouvement anarchiste,
ni en France ni ailleurs. Bien que les ouvriers parisiens qui firent la Commune de
1871 fussent, selon l?expression de Karl Marx, « infectés de proudhonisme ».

L?anarchie, comme mouvement politique, ne commence que vers 1880, et l?ancêtre, «
le père de tous les anarchismes », c?est Bakounine exclu en tant que tel par Marx
de l?Internationale.

L?anarchie se situe en dehors des partis et les récuse tous. Bien que la politique
ouvrière française, à la fin du XIXe siècle, ait été foncièrement anarchiste,
débouchant sur l?anarchosyndicalisme.

La difficulté de cerner l?anarchisme, c?est justement qu?il n?est pas un parti,
mais l?association, parfois tumultueuse, de nombreuses tendances.

Quoi de commun entre l?anarchisme individualiste, qui va de Stirner à Émile Armand,
et le communisme libertaire de Kropotkine sinon une opposition totale à
l?embrigadement étatique? Rien de commun entre le pacifisme intégral de Louis
Lecoin et sa défense des objecteurs de conscience, et le nihilisme teinté de
terrorisme. Rien de commun entre l?antipatriotisme, l?antimilitarisme, qui sont
l?un des aspects les plus connus de l?anarchisme, et un patriote ukrainien
anarchiste, valeureux guerrier, comme Makhno.

Rien de commun? Eh bien si, malgré des oppositions aussi vives, nous verrons que
l?esprit libertaire se trouve aussi bien chez des hommes de guerre comme Makhno et
Durruti, que chez des pacifistes comme Stirner ou Thoreau. Le mouvement anarchiste
n?est pas un parti politique. Sa doctrine est floue, parfois contradictoire. Avec
néanmoins des constantes.

Par exemple la négation de l?autorité, de toute autorité.

« Il y a plusieurs variétés d?anarchistes, écrit Sébastien Faure dans
l?Encyclopédie anarchiste, mais tous ont un trait commun qui les sépare de toutes
les autres variétés humaines. Ce point commun, c?est la négation du
principe d?autorité dans l?organisation sociale et la haine de toutes les
contraintes qui procèdent des institutions fondées sur ce principe. Ainsi,
quiconque nie l?autorité et la combat est anarchiste.»

Négation de l?autorité et révolte.

Dans sa «Lettre aux anarchistes» (12 décembre 1899), Fernand Pelloutier écrit :

« Nous sommes des révoltés de toutes les heures, des hommes vraiment sans dieu, ni
maîtres, sans patrie, les ennemis irréconciliables de tout despotisme moral ou
matériel, individuel ou collectif, c?est-à-dire des lois ou des dictatures (y
compris celle du prolétariat) et les amants passionnés de la culture de soi même.»

La révolte peut amener la violence, dont Sébastien Faure disait qu?elle était une «
nécessité douloureuse ». Si la violence est aujourd?hui rejetée par les fédérations
anarchistes (la violence des années 1970-1980
n?est plus le fait des anarchistes devenus non violents et pacifistes, mais de
groupuscules marxistes-léninistes : bande à Baader en Allemagne, Brigades rouges en
Italie, Action directe en France), l?histoire de l?anarchie comporte cependant une
tradition de la violence.

Les courants libertaires sont aujourd?hui multiples et touchent le monde entier.
Toujours importants en Italie, en Espagne et en France, nombreux en Amérique
latine, c?est sans doute aux États-Unis que l?anarchisme connaît sa plus féconde
activité théorique, par sa présence dans les universités (Murray Bookchin, Noam
Chomsky) et dans le monde du spectacle (du Living Theater à John Cage).

L?anarchisme aux États-Unis demande une étude spécifique, ce que Ronald Creagh a
d?ailleurs réalisé par sa thèse de doctorat en 1978.

L?anarchisme a resurgi en Grèce, en Turquie, en Yougoslavie et dans les pays
scandinaves. Et, bien sûr, en Russie et en Ukraine, délivrés du joug bolchevique.

Dans sa préface au livre d?Alain Pessin, La Rêverie anarchiste (1982), Gilbert
Durand met l?accent sur la nouvelle pratique sociologique qui se refuse à
considérer l?anarchiste comme un marginal. « Le mouvement anarchiste, écrit-il, se
situe dans ces phénomènes de marginalisation qui, selon nous ? mais déjà selon Marx
dans son analyse de la société de la première moitié du XIXe siècle ?, sont le sel
fécond de toute société. »

Dans les dernières décennies du XXe siècle, la sociologie et la philosophie
universitaires se sont emparées de la pensée libertaire, même (et c?est souvent le
cas pour les vedettes) lorsqu?elles ne citent pas leurs sources. Les études sur
l?histoire et l?actualité de l?anarchie sont aujourd?hui nombreuses. Pessin,
Manfredonia, Creagh, Onfray ont donné à la pensée libertaire de nouvelles
perspectives, même si celles-ci effarouchent parfois le militantisme traditionnel.

Gaetano Manfredonia souligne que « la composition sociale des militants [est] de
plus en plus issue des classes moyennes salariées » et que le mythe du Grand Soir «
ne fait plus recette ». « Ne fait plus recette », mais galvanise néanmoins encore
les jeunes militants.

L?idée même d?une révolution sociale insurrectionnelle, poursuit Manfredonia,
demeure plus un mythe qu?une éventualité évidente, quand cette perspective était
ancrée au plus profond des espérances anarchistes
au début du XXe siècle.

Car si la philosophie anarchiste n?a jamais été « ouvriériste », si ses principaux
théoriciens (à part Proudhon) n?étaient pas des hommes du peuple (Bakounine et
Kropotkine aristocrates, Fénéon intellectuel bourgeois, Élisée Reclus savant
géographe), la majorité des militants furent néanmoins et, pendant longtemps, des
artisans : cordonniers, imprimeurs? Symboliquement, la couverture de la revue de
Pouget, Le Père
Peinard, célébrait un cordonnier à son établi.

En 1894, la police lyonnaise fichait cent cinquante-deux anarchistes. Parmi
ceux-ci, 55 % étaient des artisans: trente-neuf cordonniers, seize tisserands, onze
plâtriers, huit teinturiers. Les marxistes n?accusaient-ils pas les anarchistes
d?être des produits de métiers en voie de disparition? Mais le travail de ces
métiers artisanaux permettait la rêverie. On sait que les cordonniers, notamment,
étaient de grands lecteurs.

L?industrialisation de la cordonnerie et du tissage a balayé cette culture
ouvrière. L?échec de toutes les révolutions populaires a mis à mal le messianisme.

Les nouveaux penseurs de l?anarchie se livrent à une complète reformulation des
théories.

Subsistent, subsisteront toujours le rejet de l?État, du pouvoir (de tous les
pouvoirs) et la fringale de liberté (de toutes les libertés).

Mais que sont aujourd?hui les États nationaux dans le contexte du capitalisme
mondial? Les anarchistes participent évidemment aux manifestations antimondialistes
et écologistes. On les retrouve dans
l?épopée du Larzac, dans les rassemblements contre les sites nucléaires, parmi les
arracheurs de maïs transgénique.

Le situationnisme, les provos d?Amsterdam, Solidarnosc, autant de sursauts
libertaires et revendiqués comme tels.

L?activité des militants anarchistes se retrouve aujourd?hui dans la critique des
bureaucraties syndicales, dans la solidarité avec les objecteurs de conscience et
les insoumis, dans les critiques de l?enfermement psychiatrique et de l?indigence
carcérale, dans l?aide aux sans-papiers, aux sans-logis, aux SDF, aux expropriés.

On les retrouve encore parmi les théoriciens de la décroissance et les adversaires
du matraquage de la publicité (les Déboulonneurs de pub).

On les retrouve toujours dans les luttes féministes.Toujours, puisque les
anarchistes se sont démarqués des partis ouvriéristes en préconisant, dès le début
du XXe siècle, des réformes fondamentales: moyens contraceptifs, droit à
l?avortement, sexualité consciente, limitation des naissances, union libre.

Combien ont été condamnés à la prison pour propagande interdite, aujourd?hui normale?

Les anarchistes ont prôné, malgré la malédiction qui les poursuivait, ce qui est
devenu le planning familial.

Enfin, Internet donne une puissance nouvelle à l?Internationale anarchiste
puisqu?il permet un contact permanent, de pays à pays, de continent à continent.
Les liens internationaux sont devenus plus faciles, plus
immédiats et la propagande plus directe.

Le capitalisme dénoncé par Marx était absolument sordide. Mais il n?était qu?une
préface malhabile à ce qui est devenu le capitalisme mondial d?aujourd?hui.

Face à celui-ci, que dire, que faire, sinon espérer ce que Jean Préposiet énonçait
dans son excellente Histoire de l?anarchisme (1993):

« Sans l?aiguillon libertaire, le pouvoir ne douterait jamais de lui-même.
L?anarchisme reste la mauvaise conscience de l?autorité. »

M. R.


* Agenda du Monde libertaire # 1526 du 25 septembre au 1er octobre 2008

Vendredi 26 septembre

Metz (57)
Fête de la CNT, 20 heures, au bar de la Comédie, débat « Penser global, agir local
» suivi de David Vincent et ses mutants. Au bar le Flamenco, débat « Fichage ADN,
constructions de nouvelles prisons, rétention de sûreté » suivi des Boulettes
russes. Au bar de la Chenille Bleue, débat « De la montée des discriminations à la
poussée de l?extrême droite » suivi de The Sioux. Au bar la Tedesco, débat «
Homophobie, sexisme » suivi de
Pitou. Liste des festivités au 06 88 08 49 59.

Gennevilliers (92)
20h30. La CGT Éduc?action, la CNT Éducation et SUD Éducation vous invitent à une
projection/débat sur le mouvement Freinet et son histoire. Bourse du travail, 3,
rue Lamartine, près du métro Asnière-Gennevilliers (Gabriel- Péri).

Caen (14)
20 heures Projection débat autour du film/détournement La dialectique peut-elle
casser des briques? Discussions autour des situationnistes et du détournement; au
Pavillon Noir, 10, bd Poincaré.

Périgueux (24)
Bruno Daraquy accompagné au piano par Nathalie Fortin, présente son nouveau tour de
chant « À Toi » au Paradis, 8, place Faidherbe, à 21h00. Réservation conseillée: 05
53 06 40 37

Samedi 27 septembre

Metz (57)
Fête de la CNT, 16 heures, manif pour la défense de nos acquis sociaux. 18 heures,
meeting de la CNT. Suivi de concerts avec Young Soul Rebel, Redkick, Bull Brigade,
Two Tone Club au bar de la Chenille Bleue (PAF 10
euros, 8 euros pour les précaires). Liste des festivités au 06 88 08 49 59.

Brioude (43)
20h30. Conférence Pierre Monatte et le syndicalisme révolutionnaire à la Halle aux
Grains, animée par Miguel Chueca.

Périgueux (24)
Bruno Daraquy au Paradis, 8, place Faidherbe, à 21h00. Voir plus haut.

Paris XIIIe
Les Amis de la Commune de Paris font une fête commémorative de 15 heures à 20
heures. Stands de librairie et buvette, animations avec Riton la Manivelle et
d?autres musiciens. 17h30, Intervention suivie d?un débat sur
la Commune et le droit au logement. 18H30, apéritif communard avec Marc Perrone et
Marie-Odile Chantran.
Place de la commune de Paris sur la Butte aux cailles. Métro Place d?Italie ou
Corvisart.

Ivry (94)
De 12 à 20 heures. C?est la Fête de Radio Libertaire. à Ivry! Musique, avec
Moustache (14 heures) qui chantera Brassens et les autres, la chorale Le Coeur du
Peuple (16 heures) et Fred Alpi (18 heures). Espace consacré
aux logiciels libres, projection de Cosette réalisé par Laurent de l?émission « Léo
38 », ateliers pour
les enfants (sculpture, dessin, écriture, théâtre) et Nono le clown des
Batignolles. Pour les petits et les grands, spectacle de capoeira. La radio avec
son studio sur place retransmettra les concerts. Auditeurs et animateurs pourront
échanger à loisir. Deux bars, grillades, cuisine chilienne. Au Squatt «Sans Plomb»,
38 rue Gabriel Péri à cinq minutes à pieds du M° Mairie-d?Ivry, 10 minutes de la
gare RER d?Ivry. L?entrée est libre.

Paris Xie
14 heures. Conférence débat avec Nicole Maillard-Déchenans, autour de son livre
Pour en finir avec la psychiatrie paru en mai 2008 aux Éditions libertaires. À
l?Ageca, 177, rue de Charonne (attention, ne pas confondre rue de Charonne et bd de
Charonne).

Paris XIIIe
De 15 à 20 heures. Fête de La Commune: chansons, musique, poèmes, buvette,
animation pour enfants, débat à 15 heures sur Commune et droit au logement. Place
de la Commune de Paris 1871 (angle des rues de la Butte aux Cailles et de
l?Espérance). M° Corvisart ou Place-d?Italie. Tel. 06 30 76 12 65.

Dimanche 28 septembre

Metz (57)
Fête de la CNT. 12 heures, repas-concert avec Fred Alpi; au bar de la Chenille
Bleue. Au bar le Flamenco, 14 heures, débats « L?anarcho-syndicalisme: ses
pratiques, ses stratégies ou comment créer une section CNT dans le public et le
privé ». Au bar l?Émile Vache, CNT, CGT, FO, Sud? « l?éparpillement des
syndicalistes de luttes vers l?unité organisationnelle ». Au bar La Tedesco, « Les
bourses du travail: de l'outil de résistance à l?alternative libertaire ». Au bar
de la Chenille Bleue (Paf 10 euros, 8 pour les précaires), concerts à 19 heures
avec Strong as Ten, Klisto, La K-Bine Feat Sheryo, et La Place du Kif. Liste des
festivités au 06 88 08 49 59.

Merlieux (02)
Cette année pas de Salon du Livre anarchiste. Mais à l?occasion de la Fête du
Livre, le groupe Kropotkine de la Fédération anarchiste tiendra sa table de presse
et la Bibliothèque sociale sera ouverte de 10 heures à 19
heures, 8 rue de Fouquerolles. De 15 à 16 heures, débat avec Alain Krivine, Bernard
Defrance et un militant du groupe Kropotkine à la salle polyvalente.

Lundi 29 septembre

Paris Xxe
20 heures, Vive la Sociale (bis). Spectacle collectif avec François Corbier, Michel
Bühler, Serge Utgé-Royo, Évelyne Gallet, Annick Roux. 20 et 15 euros. Au Vingtième
Théâtre, 7, rue des Plâtrières. Tél. 01 43 52 20 40.



Le Monde libertaire, hebdomadaire de la Fédération anarchiste, adhérente à
l'Internationale des fédérations anarchistes

Chaque jeudi dans votre kiosque, 24 pages d'actualités en couleurs pour deux euros

www.federation-anarchiste.org


[ <expediteur/expeditrice <farouen(a)no-log.org> ]

_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center