A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Trk�_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Trk�
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007 | of 2008

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) A propos du controle social

Date Mon, 8 Sep 2008 22:30:59 +0200 (CEST)



A l'heure actuelle le capitalisme, désormais "décomplexé", est plus impitoyable que
jamais. Dans sa logique jusqu'au-boutiste d'exploiter jusqu'à l'assèchement et la
destruction tout ce sur quoi il jette son dévolu (l'homme, les ressources, ?), il
use et abuse de son pouvoir d'influence. Dans un univers ou tout s'achète et tout
se vend, ce pouvoir d'influence s'apparente plutôt à du pouvoir de corruption.
Traduit directement en pouvoir politique, celui-ci ramène et réduit l'Etat à ce qui
est sa fonction essentielle : un outil policier, maître-casseur en matière sociale.

Je n'ai pas besoin de m'étendre sur les effets du capitalisme pour les populations,
car vous les connaissez. Néfastes. Cela passe par la précarité, les inégalités, les
restrictions de toutes sortes?, entraînant misère sociale, conflits, déchéances
physique, psychique et morale. Et si, aujourd'hui, il y a un peu partout des remous
sociaux, certes largement corporatistes, les capacités potentielles d'action,
d'organisation, et de solidarité dont ont déjà su faire preuve par le passé les
populations, représentent un véritable danger pour le pouvoir et ceux qu'il
protège. Le capital ne peut y faire face qu'à travers un état-policier et la
création d'un climat social favorisant divisions et conflits. Pour éviter d'être
freiné, déstabilisé, voire détruit à un moment où les classes dirigeantes sont plus
déchaînées et plus voraces que jamais, l'état met en place une répression policière
que beaucoup auraient cru révolue. Faite d'intimidation, de provocation, de
violence physique et d'arrestations, cette répression s'accompagne de la mise en
place progressive d'un certain nombre de moyens en amont de ces méthodes.

Cette répression - avec ses méthodes - et ces moyens servent à assurer le contrôle
social dont les efforts portent sur le nous faire accepter des règles du jeu
absurdes et imposées, comme naturelles : "Que ces règles soient acceptées comme des
évidences, amen !" Bien sûr, la propagande omniprésente dans les différents médias,
se fait le relais et l'écho de l'idéologie du "chacun pour soi" et du profit à
n'importe quel prix. L'objectif est toujours le même : tout en voulant sauvegarder
une apparence de démocratie, le climat ambiant vise d'une part, à isoler les gens
et à les diviser pour les opposer (par exemple, par le corporatisme). D'un autre
côté, le retour en grâce de l'autoritarisme (à la maison, à l'école ou ailleurs)
est une tendance très actuelle (accompagnée par les médias, les paroles d'experts,
et autres spécialistes complices) qui prétend cerner l'individu pour lui faire
accepter la soumission dès le plus jeune âge. Ce formatage est destiné à faciliter
le contrôle social, afin que lorsqu'un individu s'écarte de la ligne imposée, il
éprouve malgré lui le sentiment de commettre une faute. Un individu qui se sent
"coupable" est isolé avec le poids de sa faute. La culpabilisation, qui a été
abondamment utilisée par l'église catholique, permet de créer de faux coupables.
D'ailleurs, les prisons sont pleines de faux coupables et de vraies victimes
sociales.

Souvenez-vous, il y a quelques années : le discours favori du F.N, repris depuis
lors par beaucoup d'autres, qui "dénonçait l'insécurité" grandissante subie par
les honnêtes gensss" ; suscitant ainsi le sentiment d'insécurité.


Contrôle et infantilisation

Aujourd'hui, les dignes successeurs du F.N. ont décidé, pour contrer les effets
perturbateurs des problèmes sociaux, de jouer le tout-sécuritaire. Et
l'accentuation du contrôle social y tient toute sa place. Le développement à
outrance de la technologie qui offre une large gamme de choix futiles, avec son
système "mode-moderne" et un renouvellement incessant du tout-gadget, cultive et
entretient un esprit infantile, c'est-à- dire irresponsable. D'autre part, cette
"liberté" de choix, ce "changement" permanent, veut donner l'illusion de liberté
tout en nous privant de nos libertés fondamentales, celles d'une vraie autonomie,
personnelle et sociale. Cette illusion de liberté permet d'occulter ou de détourner
notre attention des vraies inégalités et des vraies injustices qui en découlent,
tout en les banalisant.

Le combat factice du "pouvoir d'achat" est dans la droite ligne de ces illusions
car il se résume à vouloir gagner plus sans s'occuper des causes réelles. Je ne nie
pas, ici, les légitimes besoins de la population qui est acculée à toujours plus de
restrictions, ni les exigences des laisser-pour-solde-de-tout-compte qui luttent
pour une vie décente et pas seulement pour un peu plus de "pouvoir d'achat". La
récupération qui s'illustre par la chimère électorale et partisane, ainsi que le
syndicalisme institutionnel sont d'excellents moyens pour diviser et mettre en
concurrence les individus. Ceux-ci, dépossédés de leur autonomie, et donc de la
lutte, en sont réduits au "statut social" de supporters. Ce qui n'est pas sans
rappeler les grands événements médiatico-sportifs, abrutissement suprême de la
plèbe, s'il en est : Pendant ces "grands événements", tout le monde est rendu
inquiet de l'état de santé des joueurs de l'équipe nationale, du choix et de la
tactique de l'entraîneur. Et pendant ce temps ? ? "Le bâteau coule normalement" et
dans la plus grande indifférence.


Réglements, lois et autres tabous

Dans le même axe, le piège identitaire, plus que jamais à l'ordre du jour, est lui
aussi rentré dans les moeurs, aidé en cela par le pouvoir avec, par exemple, son
ministère de l'identité nationale. Parallèlement, les communautarismes de toutes
sortes, y compris religieux, sont ainsi présentés comme des droits et des libertés
mis en danger.

Teintés d'un orgueil malsain et cultivés au niveau corporatiste, ces "pièges à
cons" sont d'excellents vecteurs pour une haine de substitution. Elle permet de
faire canaliser aux gens pris dans cet engrenage leurs frustrations et leur mal de
vivre dans un sens réducteur. Quelle que soit la direction qu'on prenne, le
contrôle social se fait sentir, soit par un règlement, soit par une loi, voire un
tabou, avec un net retour de la superstition. La superstition d'aujourd'hui,
réflexe toujours irrationnel, n'a plus ce caractère religieux qu'on lui connaissait
autrefois, mais le fait de considérer des normes comme immuables et fatales,
d'assimiler leur transgression à une sorte de malédiction, s'assimile bien à de la
superstition. Dans un état qui puise rigoureusement son inspiration dans
l'idéologie d'extrême-droite, le mot droit est mis à toutes les sauces et on nous
"vend" l'état de droit, ou plutôt, l'état d'extrême-droits (quel humour, n'est-ce
pas ?), comme le meilleur de la civilisation et de l'efficacité. Le recours aux
nouvelles technologies de flicage comme la télésurveillance publique, la biométrie,
les puces informatiques ?, et autres mouchards participe aussi du contrôle social.
Traiter avec des machines nous impose de nous conduire comme des machines, des
"robots" sans réflexion et résignés. Le facteur humain n'a plus sa place et devient
même une faute.


Excusez-moi d'avoir eu un brin d'humanité

Sur ce sujet, je citerai une phrase de Raymond Domenech, l?entraîneur de foot,
pendant l'Euro 2008 de foot : "Excusez-moi d'avoir eu un brin d'humanité à un
moment où j'aurais dû rester froid et professionnel." Bien qu'il s'agisse de
décisions dans un sport, ce discours est révélateur de l'état d'esprit qui
prédomine, en dévalorisant purement et simplement le facteur humain lorsqu'il faut
prendre des décisions. - "?froid et professionnel ?", voilà le maître-mot :
professionnel. C'est censé balayer naturellement tout le reste. Ce langage frelaté
en dit long sur la désorientation et la confusion dans lesquelles nous entraîne et
nous maintient le contrôle social pour nous rendre dociles et indolents. Le
contrôle social, ce n'est pas seulement le maintien de l'ordre, avec coup de
matraques et autres, c'est, aussi et surtout, un endoctrinement.

D'ailleurs, dans "contrôle social", il y a deux mots : contrôle, et, social. Le
contrôle est vérification, maîtrise, inspection, surveillance et suppose d'être à
l'affût (?comme un relent de police, non ?), mais n'est en aucun cas possession. Le
social est collectivité humaine, interaction et rapports des individus entre eux,
avec les groupes, et entre groupes d'individus. Le contrôle social vise à "tenir"
l'individu dans le rôle qui lui est imposé. Le contrôle implique, donc, l'absence
de liberté. Faute de pouvoir totalement détruire ou s'approprier la pensée de
chacun d'entre nous, le pouvoir travaille sans relâche à l'aliénation de notre
esprit critique qui est à l'origine de toute réflexion. C'est pourquoi tout
l'effort du contrôle social porte là-dessus : couper l'individu de sa propre nature
et de son "pouvoir" de remettre en question, de remettre en cause, de réfléchir et
de se forger sa propre opinion ; en fin de compte, le pouvoir d'être libre. C'est
pourquoi, le contrôle social nous interdit de recourir à notre capacité à dire NON,
et par là, à notre capacité à intervenir. A mon sens, la liberté commence ici, par
cette capacité à dire NON et par le courage de refuser. En refusant, on se tourne,
forcément, vers autre chose ? et sûrement vers les autres.

En d'autres mots, la nature de l'homme, avec ses besoins d'expression-
communication et de sociabilité, instincts de l'espèce, est "quelque chose" de
malléable et de façonnable. Un être humain traité humainement (c'est-à-dire comme
tel) épanouira toujours son potentiel car il prendra confiance dans son jugement au
fur et à mesure qu'il prendra de l'assurance. Mais, le façonnage d'aujourd'hui
prend les allures d'un bétonnage qui le fige dans un immobilisme aliénant. C'est
l'homme aux normes, l'homme normalisé avec névroses et angoisses, condamné à vivre
dans le fantasme, c'est-à-dire en dehors de la réalité.

Incapable de comprendre cette réalité, où il est sans cesse manipulé, il est
l'homme de la compréhension morte, incapable, a priori, de faire, autre chose que
ce pourquoi il a été programmé.

En conclusion, je dirais, simplement, que le contrôle social est l'anti-thèse de la
révolution sociale ? mais peut-être aurais-je dû commencer par là ? ? Et vous,
qu'en pensez-vous ? ?

F

====================================
Extrait de Anarchosyndicalisme ! #107

Disponible en ligne ici :
http://www.cntaittoulouse.lautre.net/rubrique.php?id_rubrique=80

Version papier envoyée sur simple demande à

CNT AIT
7 rue St Rémésy
31000 TOULOUSE

====================================
Forum : http://cnt.ait.caen.free.fr/forum


[ expediteur/expeditrice <contact(a)cnt-ait.info> ]



_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
Send news reports to A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
Subscribe/Unsubscribe http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
Archive: http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center