A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Trk�_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Trk�
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Le Monde libertaire # 1480 - 31 mai au 6 juin 2007

Date Wed, 30 May 2007 13:48:23 +0200 (CEST)


Hebdomadaire de la Fédération anarchiste, adhérente de l?Internationale des
fédérations anarchistes
«Tant que nous endurerons les patrons,tant que nous engraisserons cette
charognerie,nous serons malheureux comme les pierres du chemin.»
Émile Pouget


*** Le sommaire du Monde libertaire # 1480 :
Acquis sociaux, ça branle dans le manche
Nul César n?est invincible, par S. Chemin, page 3
L?autruche, par F. Ladrisse, page 5
Les brèves de combat, page 6
La réforme de l?Education nationale, par Jacqueline, page 7
Perquisition chez Globenet, par Cha, page 8
Le Zimbabwe en crise, par le magazine Freedom, page 9
Anarchistes en Europe de l?est, par P. Schindler, page 10
Du transport à la mobilité, par Dr. Martius, page 11
Handicap au travail, par Z. Neumayer, page 13
L?Université libre de Vincennes avec René Schérer, par P. Schindler, parge 16
À propos de Serge Latouche, par J.-P. Tertrais, page 17
Apologie du casseur, par N. Potkine, page 19
Attention religion, par Caroline, page 20
Livre noir des atteintes à la laïcité, par J.-M. Raynaud, page 21
Radio libertaire, page 22
Agenda, page 23


*** Éditorial

UNE PREMIÈRE VAGUE de réformes frappera l?éducation dès le mois de juillet. Le
ministre de l?Éducation, Darcos, veut ainsi supprimer la carte scolaire et lancer
la privatisation des universités. Pour l?instant, il se
veut rassurant.

La suppression de la carte scolaire n?entraînera pas d?inégalité selon lui, et la
réforme des universités n?entraînera pas de sélection des étudiants, juste une
certaine « autonomie ». Bref, si on le croit, sa
réforme ne sert à rien?

La réalité est malheureusement toute autre. Ainsi, certaines familles pourront
payer le luxe à leur enfant du choix de leur école. Et nul doute que certaines
écoles seront dotées de plus de moyens que d?autres. Pour
l?université, c?est vers la privatisation que l?on tend.

En effet, l?objectif, à terme, notamment avec le Press, est d?ouvrir des filiaires
afin de fournir des travailleurs clef-en-main qui correspondent à une demande des
entreprises. Les étudiants pourront désormais choisir
une licence « Renault » ou bien une maîtrise de « BNP-Paribas ». En contrepartie,
les entreprises financeront les établissements, et nul doute qu?elles imposeront
leurs conditions.

Quant aux travailleurs, le plan est déjà près. D?abord, instaurer le service
minimum dans le service public pour leur restreindre le droit de grève. Ensuite,
une fois que les travailleurs du public ne pourront plus être le moteur d?un
quelconque mouvement social (disparition de leur statut plus protégé que dans le
privé), instaurer le contrat de travail unique à tous. Et là, le droit de grève
finit dans les oubliettes. La France qui travaille ne va pas être déçue !

Pour ceux qui ne travaillent pas, ça va aussi faire mal. À peine arrivé au pouvoir,
le gouvernement veut déjà ajouter une franchise aux soins médicaux, comme si se
soigner convenablement n?était déjà pas assez
difficile pour toute une partie de la population.

Mais rassurons-nous, les syndicats sont en négociation avec le patronat. Le
gouvernement ne rentrera dans la danse qu?ensuite pour légiférer. Si les syndicats
négocient, nous voilà sauvés, on ne pourra même pas accuser
le gouvernement du sort qui nous attend.

Bref, jusqu?ici, tout va bien. Pour la suite, reste à savoir si nous nous donnerons
les moyens de défier ceux qui nous exploitent.


*** En prime un article :

Nul César n?est invincible
Par Sami Chemin

LA QUASI-TOTALITÉ des médias est concentrée entre les mains des puissances
d?argent, essentiellement celles d?un bétonneur et de deux marchands de canons.
Parallèlement, d?autres faiseurs d?opinion, c?est-à-dire les instituts de sondage ?
lesquels manient avec un art consommé les ficelles du marketing ? contribuent
également au conditionnement des esprits.

L?articulation entre ces deux « supra-dispositifs » en vue de servir et renforcer
l?idéologie dominante a largement démontré son efficacité au cours des dernières
années et plus particulièrement lors de la dernière
élection présidentielle.

Qu?entendons-nous par efficacité ?

Pensons alors à un vieux proverbe chinois: « Quand le sage montre la Lune,
l?imbécile regarde le doigt. » Mais encore? Eh bien c?est simple? le couple
médias-sondagistes a constamment poursuivi une stratégie précise,
ainsi, pour occulter les véritables objectifs dissimulés dans ladite stratégie, ce
tandem n?a eu de cesse d?amuser la galerie à coup de petites phrases, d?un flux
constant de sondages savamment manipulateurs, de mise en scène de situations
accentuant la « peopolisation » du champ politique.

Ces procédés extrêmement sophistiqués visaient en réalité un seul but: implanter
puis arrimer solidement dans les esprits les modèles politiques qui prévalent dans
nombre de pays capitalistes, à savoir la réduction de la représentation politique à
deux forces (lire deux partis), toutes deux asservies obligatoirement à l?idéologie
et à l?ordre capitaliste.

Les différences, transformées en divergences pour le bon peuple, devant porter au
mieux sur des sujets « sociétaux » (terme issu de la novlangue pour mieux vider
davantage le politique de sa substance) ou, au pire, sur la mise en exergue de
différences cosmétiques entre telle ou telle personnalité.

Dit autrement, les servants de l?idéologie dominante n?ont eu de cesse de
stigmatiser le prétendu archaïsme du champ politique hexagonal pour nous enjoindre
de nous débarrasser séance tenante de nos vieux oripeaux, et de nous convertir sans
plus regimber au « nec plus ultra » de la démocratie que serait par exemple: un
parti républicain côté pile et un parti démocrate côté face.

Évidemment, pas chiens pour deux sous, ces penseurs à deux balles consentent à être
généreux sur les détails ou, si vous préférez, nous autorisent à choisir les
appellations qui nous conviennent, sous réserve
de ne pas ergoter sur le principal, autrement dit d?acter que le capitalisme est
l?horizon indépassable de notre temps et qu?il faut par conséquent se doter des
institutions et formes de représentation politiques qui assureront sa perpétuation
éternelle.

Revenons plus pleinement à nos mangeurs de grenouilles.

Du côté des conservateurs « pur sucre » la mise en forme de ce rêve a déjà eu lieu.
Le César de l?Élysée a un large temps d?avance sur la famille d?en face (vu que
parler de camp opposé serait un abus de langage).
Pendant que le premier a mis ses légions en ordre de bataille et peaufine les
derniers préparatifs de son offensive contre le camp des travailleurs, les seconds
font dans la comédie de boulevard et agitent leurs épées de bois.

Idéologiquement, les seconds ont fait leur mue depuis belle lurette sans avoir eu
besoin de la légitimer avec un quelconque Bad Godesberg. Pour autant, leur
dispositif scénique souffre d?obsolescence car la
cartographie des partis, en dehors de la sphère d?influence ou de l?emprise du
César modèle réduit, est en pleine décomposition, d?où leurs glapissements et
tentatives de « recomposition » pour ne pas être largués
définitivement dans la distribution des rôles et prébendes.

L?ennui, pour ces pitres, est qu?il leur faut privilégier les prochaines élections
législatives sans attendre leur grand parti ramasse-restes, faute de quoi César ne
leur laissera que des rogatons.

Autrement dit et pour l?heure, l?émergence d?un clone de l?UMP paré de couleurs
plus chatoyantes que l?icelle ? forcément puisque « progressiste » ? attendra.

Nous ne verserons pas une seule larme sur les déboires présents et futurs de tous
ces sinistres personnages qui ont l?impudence de prétendre incarner le côté
senestre de la politique.

Itou la pusillanimité des représentants autoproclamés de la gauche de la gauche et
l?impuissance sur laquelle leurs incantations débouchent, nous ne plongerons pas
dans l?affliction.Tous méritent notre colère. L?heure
est particulièrement grave, sinon dramatique, ce qui n?empêche pas tous ces
stratèges en chambre de continuer à privilégier leurs intérêts de boutiquiers,
plutôt que d?organiser la riposte de l?ensemble des
travailleurs pour faire rendre gorge au César qui s?apprête à nous enfoncer son
glaive dans nos flancs. Bien sûr nous délirons, car il n?a jamais été dans
l?intention de ces tigres de papier d?amener les travailleurs dans la rue. Bien
pire, chaque fois qu?ouvriers et étudiants ont secoué vigoureusement le joug qui
les opprime, la plupart se sont évertués à freiner le mouvement d?abord, puis à
l?aiguiller sur les « bons rails » c?est-à dire à faire l?apologie des urnes, étant
entendu qu?en votant « bien » on allait voir ce qu?on allait voir.

Oui, l?heure est dramatique. César et ses généraux pensent et annoncent urbi et
orbi que leurs sales coups passeront comme une lettre à la poste, d?où le fait
qu?ils bombent le torse et se moquent ouvertement des
valétudinaires « d?en face », c?est-à-dire des partis dits d?opposition et des
syndicats. Mais il faut dire que les Curiaces en question ne sont guère coriaces,
aussi auraient-ils bien tort de se gêner. Ne nous leurrons
pas, Sarkozy et ses séides ne sont pas des rodomonts, oui ils veulent frapper fort
et vite. Ces cogneurs ont parfaitement évalué la situation, aussi leur premier
objectif est de casser le droit de grève, car ils
savent que là est l?arme principale des travailleurs. Admettons que ces mercenaires
du patronat parviennent à leurs fins, alors c?est un vrai boulevard qui s?ouvrirait
devant eux. Dans la foulée, ils pourraient continuer à dépecer le Code du Travail,
dynamiter les régimes spéciaux, généraliser la précarité du travail, transformer
l?éducation nationale en une myriade de PME, pondre d?autres lois liberticides,
réprimer d?une main
de fer toute forme de contestation, criminaliser davantage la pauvreté, etc.

Nous n?avons pas lieu de forcer le trait ni de noircir le tableau, car cette
chronique des mauvais coups? évitables est programmée et déclinée sur tous les tons
par César et ses courtisans aux dagues acérées. Et
pendant ce temps-là, les bureaucraties syndicales défilent à la queue leu leu
devant les nouveaux maîtres, se gargarisent du dialogue qui leur sera offert, pour
ensuite pleurnicher soit parce que les délais pour discuter
sont trop serrés, soit parce que décidément il y a trop de « chantiers » ouverts
simultanément!

César est magnanime qui tient à peu près ce langage: «Vous pouvez choisir le
coloris de la corde de chanvre qui vous pendra et même le lieu de l?exécution. » Eh
oui, au cas ou les bureaucraties syndicales joueraient
la montre, une très probable chambre bleue horizon légiférerait pour aboutir au
même résultat. Les temps à venir feront le lit des hypocrites puisque Chèrèque et
ses frères de gamelle n?auront de cesse de se
défausser les uns sur les autres pour s?exonérer des responsabilités qu?ils
revendiquent, à savoir représenter? et défendre les salariés!

Les gros mous de l?ex-gauche « plus rien » se hisseront sur leurs maigres pattes et
jureront qu?ils mèneront une terrible bataille parlementaire en déposant des
montagnes d?amendements. Puis, quand la broyeuse aura bien déchiqueté le droit de
grève, tous les pitres que nous venons de citer retourneront à leur niche, car les
bougres savent bien que trahir les travailleurs mérite bien un gros no-nos à
ronger. Certes, nombre de
facteurs objectifs constituent autant de handicaps pour mener une lutte d?ensemble.
Parmi ces « lests » nous citerons particulièrement: le fort volume de chômeurs et
de travailleurs précaires, le fort endettement des ménages, le chantage à la
fermeture d?entreprise et surtout le crédit accordé aux urnes même quand les
illusions accordées à cette voie vont diminuendo. On ne saurait minimiser les
handicaps que nous venons de citer, néanmoins potentiellement la classe ouvrière et
tous ceux qui ont intérêt à faire rendre gorge à César
et ses généraux ont largement les moyens de briser les pièges destinés à nous
broyer les os. Question de prise de conscience, ce qui suppose pour les
travailleurs de recouvrer la confiance en leurs propres forces,
lesquelles sont immenses. Si des milliers de Spartacus se lèvent, César et sa
valetaille seront défaits, dans le cas contraire très longue et bien froide sera la
nuit.

S.C.


*** Et pour finir, l?agenda du Monde libertaire :

Jeudi 31 mai

Paris 11e
Discussion-débat autour de la lutte contre le CPE, à partir de l?ouvrage Loin des
Censier battus (CNT-RP, 2007, 255 pages) en présence d?étudiants, profs et Iatos
Organisé par la librairie Quilombo. À 19h45, au CICP, 21ter, rue Voltaire.

Vendredi 1er juin

Rouen
Soirée poésie. Panorama de la poésie actuelle et présentation du nouveau recueil de
Guy Pique Haut Corps (K. éditions) à la librairie l?Insoumise, au 128, rue
Saint-Hilaire.

Samedi 2 juin

Paris 20e
Le groupe Idées noires de la Fédération anarchiste vous donne rendez-vous à
l?entrée du cimetière du Père-Lachaise, rue des Rondeaux, à l?occasion de la
commémoration annuelle de la Semaine sanglante, organisé par Les amis de la
commune, à 14h30 heures. Métro Gambetta.

Paris 11e
Débat à la librairie Publico, 145 rue Amelot, à 16 heures. Pascal Charbonnat,
Guillaume Lecointre et Marc Sylberstein viendront nous parler de la passionnante «
histoire des philosophies matérialistes » que vient d?écrire Pascal.

Dimanche 3 juin

Ivry-sur-Seine (94)
Gala annuel de l?Union pacifiste au Forum Léo-Ferré, 11, rue Barbès. Entrée 13,50
euros (10,50 euros pour les étudiants, érémistes, enfants de moins de 16 ans?
gratuit pour les enfants de moins de 6 ans). Métro
Pierre-Curie ou Porte-d?Ivry, ligne 7. Bar et petite restauration disponible sur
place. Plus d?informations sur www.forumleoferre.com

Mercredi 6 juin

Paris 20e
ARCC organise une soirée consacrée à André Robèr (du groupe la Vache folle),
peintre, poète et éditeur des Éditions K?A, à 19 heures, 160, rue de Pelleport.
Soirée préparée et présentée par Dominique Jeantet avec la
participation de Stéphane Hoarau.

Jeudi 7 juin

Merlieux (02)
Rencontre avec Frédéric H. Fajardie, auteur des Foulards rouges, du Voleur de vent,
de La Lanterne des morts, de La Nuit des chats bottés, de Chronique d?une
liquidation politique, de 18 heures à 21 heures, à la
Bibliothèque sociale, 8, rue de Fouquerolles. Tél./fax: 0323801709.

Paris 11e
Présentation du numéro 14 de la revue offensive «l?horreur touristique», avec
Rodolphe Christin, auteur de Anatomie de l?évasion et de Dissidence de la
broussaille. À 20h au bar le Lieudit 6 rue sorbier, Paris XXe, m°
Ménilmontant. Dans le cadre de la Librairie éphémère. Organisé par OLS Paris, 21ter
rue Voltaire, Paris XIe. http://offensive.samizdat.net, ols.paris(a)no-log.org

Samedi 9 juin

Paris 18e
Rencontre-débat avec Céline Beaudet qui nous parle de son ouvrage Les Milieux
libres: vivre en anarchiste à la Belle Époque à 15h30, à la bibliothèque La Rue, au
10, rue Robert-Planquette.

Mardi 12 Juin

Ivry-sur-Seine (94)
Réunion publique. Violence, non-violence, action directe et avant-gardisme dans le
mouvement ouvrier et social. Le débat sera précédé par la projection du film
documentaire "The Weather underground" de Sam Green et Bill Siegel. Ce film relate
l'histoire d'un groupe d'étudiant aux USA dans les années 60 qui créent une
formation révolutionnaire armée. Soirée à l'invitation du groupe libertaire d'Ivry
(Fédération anarchiste). À 20
heures au Forum Léo Ferré, 11, rue Barbès. Métro : Pierre-Curie. Bar et petite
restauration. Entrée libre

Jeudi 28 juin

Ivry-sur-Seine (94)
Soirées de soutien au Forum Léo-Ferré du 28 au 30 juin. Le 28: Céline Caussimon,
Annick Cisaruk, Bruno Daraquy, Wladimir Anselme. Au Forum Léo-Ferré, 11, rue
Barbès. Entrée 15 euros pour une soirée, 28 euros pour deux soirées, 40 euros pour
les trois. Métro Pierre-Curie ou Porte-d?Ivry, ligne 7. Bar et petite restauration
disponible sur place. Plus d?informations sur www.forumleoferre.com

Vendredi 29 juin

Ivry-sur-Seine (94)
Soirée de soutien au Forum Léo-Ferré du 28 au 30 juin. Avec Jean-Pierre Réginal,
Alain Léamauff, Chris Lancry, Vincent Absil. Voir jeudi 28 juin.

Samedi 30 juin

Ivry-sur-Seine (94)
Soirée de soutien au Forum Léo- Ferré du 28 au 30 juin. Avec Yannick Le Nagard,
Claude Astier, Bernard Joyer, Sarclo. Voir jeudi 28 juin.


Le Monde libertaire, chaque jeudi en kiosque, 24 pages en couleurs pour deux euros

[ expéditeur/expéditrice <relations-exterieures(a)federation-anarchiste.org> ]

_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center