A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Greve et occupation a la fac de Tolbiac - Paris

Date Thu, 10 May 2007 09:58:56 +0200 (CEST)


A propos de Tolbiac:
Il y avait ce midi [ mercredi 9 mai] environ 500 personnes en tout à l'AG, et pas
1000, mais c'est beaucoup quand même, surtout comparé au calme plat d'avant les
élections et aux réunions publiques sur Sarko qui ne ramenaient que 6 ou 8
personnes il y a encore 5 jours. Une première AG lundi avait réuni 250 à 300
personnes, qui avaient appelé à faire des piquets de grève dès ce matin 07h30. Ces
piquets n'ont pas été
tenus, faute de combattants.

L'AG de ce midi a voté le blocage de la fac vers 15h. Actuellement des piquets de
grève sont installés pour bloquer les ascenceurs qui donnent accès aux salles de
cours.

Cette révolte est légitime et rassurante sur la combattivité de la jeunesse, mais
je ne sais pas ce qu'elle va donner :
-beaucoup de facs en France n'ont déjà plus cours et sont en pleine session
d'examen. A Tolbiac, les partiels commencent aussi. Le mouvement risque d'être
difficile à étendre, à moins d'être prêt à foirer ses examens.
Ca s'est déjà fait, avec succès, en 2003 (grève des partiels qui avait permis de se
mobiliser contre la réforme des retraites de Fillon et la loi de
"modernisation"(comprendre "privatisation") des facs de Luc Ferry. A
l'époque la grève avait commencé en avril.

Si Tolbiac n'est pas relayée par d'autres facs, elle risque de s'isoler dans une
grève jusqu'au boutiste qui risque de créer beaucoup d'épuisement et de
démoralisation, que nous risquons de payer plus tard.

Ce sera aussi inévitablement une grève dure et violente : qui dit blocage des
derniers cours et des partiels par une faible minorité, dit vives réactions de la
part des étudiants ayant peur de rater leur année.

Parmi ces étudiants qui veulent passer leurs exams, il y aura des anti-Sarko, qui
remettrons juste en cause les méthodes employées par les grévistes. Mais il y aura
aussi la masse des étudiants inscrits en gestion/management, dont beaucoup sont
pro-Sarko et éventuellement membres de l'UNI (=UMP), et n'ont
jamais hésité à venir à 400 ou 500 casser du gréviste dans le passé. Pour éviter
cela, le Président de l'Université peut décider :
-de fermer la fac pour casser la grève
- de faire intervenir les CRS (ce ne serait pas la première fois)

Je ne sais pas comment cela évoluera. Je rêverais que ça marche : que cette grève
s'étende et fragilise le futur gouvernement.

Pour l'instant, ce mouvement, tel qu'il est à l'heure où je vous parle, est
spontané, mal organisé, et manque totalement de sang-froid et de stratégie,
ingrédients qui sont pourtant indispensables pour construire la
résistance à Sarkozy , marquer des points et éviter de tomber dans les pièges qui
nous seront tendus (éviter d'aller se jeter dans la gueule du loup le soir à
Bastille, par exemple: en ce moment on perd entre 100 et 200 personnes tous les
soirs, dont pas mal d'étudiants de Tolbiac, qui ne mesurent pas du tout l'arsenal
répressif qui les attend).

Pour l'instant aussi, ce sont les anarchistes et la FSE qui mènent la danse, et ils
ont le réflexe "blocage de Tolbiac et occupation la nuit", qui ont fait leur preuve
dans le passé mais ont conduit ces dernières années à
finalement empêcher les mouvements de croÎtre et à isoler et épuiser les grévistes
: contre le CPE par exemple, les leaders de la FSE faisaient voter des motions pour
que les étudiants ne partent pas en manif parce qu'il fallait "tenir le siège de
Tolbiac".

Voilà, c'est à la fois super et inquiétant :
- si les étudiants s'enferrent dans un mouvement minoritaire, cela nous affaiblira:
avec 300 grèvistes qui empêchent 10.000 étudiants désireux de passer leurs exams de
le faire, cette grève sera impopulaire et
créera de l'amertume au lieu de créer de la confiance, fera marquer des points à
l'UMP lors des législatives et des points à l'UNI lors des prochaines élections aux
conseils de l'université, et cassera les 300 avant-gardistes
partis trop tôt, qui risquent de faire défaut si un mouvement de masse a lieu plus
tard, parce qu'ils n'auront pas eu leurs exams, parce qu'ils auront pris 6 mois ou
un an ferme, ou parce qu'ils seront cassés moralement.
-Si au contraire la grève se construit et parvient à instaurer un rapport de force,
sur Tolbiac (à 1500/2000 en AG, ça commence à devenir jouable), mais aussi ailleurs
, cela sera le signe d'une très bonne organisation et d'un degré de conscience et
de combattivité très élevé, puisque cela signifiera qu'une bonne partie des
étudiants auront renoncé à leurs examens de fin d'année pour combattre l'ennemi.

Pour l'instant, très honnêtement, ce n'est pas la tournure que cela prend, mais qui
sait?

Amitiés,
Stéphanie, prof à Tolbiac


[ info reprise de la liste [forum]
https://ac-reseau.eu.org/cgi-bin/mailman/listinfo/forum ]
_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center