A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Trk�_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Trk�
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Les protestations sociales augmentent et sont reprimees - Perou

Date Thu, 19 Jul 2007 11:58:53 +0200 (CEST)


Les refus des politiques néolibérales du gouvernement augmentent. Hier, les paysans
se sont joints à la grève illimitée des enseignants et un de leurs dirigeants a été
tué par la police.
Les protestations contre le gouvernement d?Alan Garcia ne cessent pas, malgré la
dure répression dure. Près de 300 détenus, quatre morts et des dizaines de blessés
c?est le solde de presque deux semaines de
protestations antigouvernementales dans pratiquement tout le pays. Aux enseignants
en grève depuis douze jours -contre une nouvelle loi qui les soumet aux évaluations
pour conserver leurs postes qu?ils estiment une
excuse pour les licencier et les remplacer par d?autres enseignants moins critiques
avec le gouvernements- ont été rejoints par des paysans qui ont paralysé une bonne
partie de l?intérieur du pays. Hier, le dirigeant
paysan, ex-maire d?un lieu habité de la zone, est mort d?un tir dans la poitrine
quand la police a attaqué un groupe de grévistes qui bloquaient une route dans la
province d?Andahuaylas, région méridionale andine
d?Apurímac, l?une des plus pauvres du pays.

Les chocs entre paysans et policiers ont fait hier plus d?une vingtaine de blessés
dont deux graves. Les paysans exigent un plus grand soutien à l?agriculture et
refusent le Traité de Libre Commerce (TLC) avec les
États-Unis, qui permettra l?entrée de produits agricoles nord-américains
subventionnés. D?autre part, la région Arequipa, située à environ mille kilomètres
au sud de Lima et la deuxième plus importante du pays, est
paralysée par une grève indéfinie commencée il y a déjà six jours, exigeant, entre
autres choses, l?élimination des hausses récentes du prix des combustibles. Les
demandes sont diverses, mais le point commun est le
rejet de la politique économique néolibérale.

La grève du syndicat des enseignants qui regroupe près de 300 mille professeurs de
collèges publics se sent dans tout le pays, tandis que les protestations agraires
et pour des revendications régionales sont plus
importantes dans les zones andines et du sud, les plus pauvres et où, selon une
enquête récente de l?Institut d?Opinion publique de l?Université Catholique, 80
pour cent de la population désapprouve la gestion de
Garcia. Huit des 25 gouvernements régionaux du pays ont défié le gouvernement
central, en déclarant légale la grève du magistère et en refusant de licencier les
enseignants et de déduire de leurs salaires les jours non travaillés aux grévistes.

Le gouvernement a réagi en menaçant les présidents régionaux qui ont pris cette
décision de les dénoncer pénalement pour refuser d?honorer la décision du
gouvernement de déclarer illégale la grève enseignante. Bien que les grévistes et
le gouvernement assurent être disposés au dialogue, la situation est au point mort
: les différents secteurs en grève disent qu?ils sont disposés à lever leur
protestation si le gouvernement ouvre
dialogue et négociation pour traiter leurs demandes ; mais le gouvernement le
refuse, exigeant, à son tour, que les grèves soient d?abord levées pour commencer
le dialogue.

Hier, tandis que se poursuivait la répression policière et les arrestations, le
premier ministre, Jorge del Castillo, a accusé les grévistes d?avoir des liens avec
le Sentier Lumineux, le groupe armé d?inspiration maoïste qui entre 1980 et 2000 a
déclenché une guerre sanglante, bien qu?il soit maintenant isolé et pratiquement
inexistant. "(Ceux qui protestent contre le gouvernement) sont des parents
idéologiques du Sentier Lumineux", a accusé Del Castillo, en montant encore plus le
ton à l?escalade verbale déclenchée par le gouvernement contre les grévistes.

Malgré le massif succès des protestations, et de l?évident mécontentement populaire
exprimé dans les rues et dans les dernières enquêtes, le gouvernement insiste pour
répéter son argument suivant lequel les
manifestations antigouvernementales se limitent à des "petits groupes radicaux de
gauche" et qu?il n?existe pas de raisons pour un mécontentement parce que le pays
croît économiquement.

Lima, Carlos Noriega, Pagina/12 (Argentine), 17 juillet 2007.
Traduction : http://amerikenlutte.free.fr

[expéditeur/expéditrice < amerikenlutte(a)no-log.org> ]



_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center