A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Dernieres infos sur le proces suite a l'occupation du consulat du Mexique - Dijon 9/01/07

Date Sat, 6 Jan 2007 12:39:14 +0100 (CET)


Rappel : Le 09.01 à 13h30 au tribunal de Dijon, six personnes sont convoquées pour
vol, violences et séquestration suite à un rassemblement et à une occupation du
consulat du mexique à dijon qui a eu lieu le 01.09 en marge des rencontres de
l'Action Mondiale des Peuples. Cette action visait à montrer une solidarité vis à
vis des luttes à oaxaca, à dénoncer la répression sur place et à ce qu'un
communiqué de protestation soit
envoyé à l'Etat mexicain depuis le consulat.

Dernières infos et rendez-vous :

Un renvoi va être demandé mardi à dijon par les avocats des inculpé-e-s afin de
pouvoir faire comparaître des témoins. Comme le renvoi sera probablement accepté,
un rendez-vous sera proposé ultérieurement pour un rassemblement de soutien lors du
procés réel.

Une action d'information sera néanmoins organisée dans la rue en fin d'après midi
avec des projections de films sur les luttes à oaxaca autour d'un brasero.

A 20h, il y aura un repas au toboggan, 62 rue Charles dumont, des films et une
discussion qui sera l'occasion de faire le point sur la situation là-bas et les
manières de poursuivre des actions de solidarité et de
propager la lutte ici.

Pour plus d'infos ou pour organiser des actions de soutien, contactez
leg(a)poivron.org ou téléphonez au 03 80 66 64 81. Il sera possible d'organiser un
acceuil et logement à Dijon aux tanneries pour les
personnes se déplaçant.

-----------------

Par le Réseau Insurrection Sans Frontières

Révolte à Oaxaca...
et pendant ce temps, à Dijon...

Oaxaca, vous connaissez ?
Dans cette province du Mexique, depuis le mois de juin, la population s'est
soulevée contre le gouverneur local, Ulises Ruiz Ortis. "Tant mieux pour elle, tant
pis pour lui" êtes-vous peut-être tenté de penser avant de jeter ce tract en vous
disant que vous avez bien d'autres préoccupations : votre boulot qui vous emmerde
mais que vous avez peur de perdre, le loyer qui augmente, vos gamins qui vous
disent (ou qui le pensent seulement) "l'école ça fait chier et ça sert à rien, on
sait bien qu'on trouvera que des tafs de merde" et à qui vous ne savez pas quoi
répondre, etc. Et puis vous avez déjà donné pour Médecins du Monde et les
sans-abris, alors vous pouvez pas vous occuper de tout ce qui se passe sur la
planète...

Mais justement, si nous sommes là dans la rue à diffuser ce tract, si des gens
passaient en procès aujourd'hui pour avoir occupé le consulat du Mexique à Dijon,
c'est que ce qu'il se passe là-bas nous concerne tous et
toutes directement, que les luttes et les aspirations du peuple de Oaxaca sont les
mêmes que les nôtres.
Là-bas tout est parti d'une grève des instit', dont les salaires permettaient à
peine de survivre dans cette province où l'industrie touristique provoque une
hausse continue du coût de la vie. Quand la police a attaqué le campement des
grévistes sur la place centrale de Oaxaca, la population s'est jointe à eux pour la
repousser et prendre le contrôle de la ville, c'est-à-dire chasser les
représentants du pouvoir qui depuis des années géraient la cité : les
administrations sont fermées, les véhicules officiels réquisitionnés, certaines
mairies des alentours sont occupées. La population en lutte se regroupe au sein de
l'Assemblée Populaire des Peuples de Oaxaca (APPO) et commence à reprendre en main
l'organisation sociale.
Pendant plusieurs mois, les habitant-e-s des "colonies" (quartiers populaires de
Oaxaca, souvent indigènes) doivent se défendre face aux attaques des milices du
gouverneur et de la police (on compte plus d'une
vingtaine de morts, tous du côté de la population), illes dressent des barricades
et peuvent compter sur les liens de solidarités qui existent dans ces quartiers
pour le ravitaillement, les soins aux blessées, etc.
Le mouvement n'est plus alors une grève de profs, mais chacun y participe en
élargissant la lutte : en premier lieu obtenir la démission du gouverneur-tyran,
mais aussi se réapproprier collectivement sa vie et sa
ville, en la soustrayant à l'industrie touristique qui vient détruire les communautés.

Oaxaca, comme les autres luttes en Amérique Latine et dans le monde, nous rappelle
que c'est en se basant sur des liens de solidarités forts et en s'organisant
collectivement et de manière autonome, sans laisser le soin à un parti politique
d'arranger les choses pour nous, qu'on peut espérer améliorer ses conditions de vie
et rendre notre monde un peu plus vivable.
Ça nous rappelle aussi que c'est possible : en Argentine des ouvriers et des
ouvrières ont chassé leur patron et récupéré leurs usines, à Oaxaca et au Chiapas
(un autre état mexicain) la population a chassé les autorités
et repris ses affaires en main.
Ça nous rappelle enfin que ça n'arrive jamais sans violence, que détruire est
parfois nécessaire avant de reconstruire (à Oaxaca quelques bâtiments symboles de
l'oppression ? le palais de justice et des hôtels de luxe ? ont été brûlés). De
toute façon l'affrontement avec la police est inévitable, puisqu'elle est toujours
envoyée contre ceux et celles qui se révoltent contre un ordre inégalitaire et
oppressif, elle existe même
d'abord pour ça.

Et c'est tout cela que les médias mexicains et français tentent de cacher, soiten
n'en parlant pas, soit en faisant passer la révolte pour un acte de délinquance
pour mieux l'isoler et la réprimer.
Et c'est tout cela qui fait qu'au delà de la distance et des différences de
culture, Oaxaca est proche de nous, parce que la lutte là-bas entre en résonance
avec les mobilisations collectives d'ici, du mouvement dit
"anti-CPE" à la grève où les employé-e-s font reculer le patron, de l'ouverture
d'une maison arrachée à la spéculation immobilière pour y organiser des activités à
l'opposition à l'expulsion d'une personne
sans-papier.
Et c'est pour cela qu'on ne doit pas laisser l'insurrection à Oaxaca être étouffée
sous la répression (prisons, tortures, menaces, etc.), parce que ce qui se joue
là-bas et ici c'est le même mouvement.

Réseau Insurrection Sans Frontières

Pour plus d'infos, envoyez un mel à solidijonoaxaca(a)no-log.org


[ expéditeur/expéditrice <leg(a)poivron.org> ]

_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center