A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Trk�_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Trk�
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Note d'information sur Oaxaca # 25 - decembre 2007

Date Tue, 18 Dec 2007 21:48:50 +0100 (CET)



Troisi? troisième assemblée de l'

Non, ce n'est pas votre serviteur qui se met à bégayer. C'est qu'à Oaxaca, les
choses se compliquent. Pour tout dire, les différences de projet à l'intérieur de
l'Assemblée populaire des peuples d'Oaxaca (APPO) s'accentuent et rendent difficile
la cohabitation.

Voici les faits. Les 17 et 18 novembre derniers s'est tenue à Oaxaca la Troisième
Assemblée de l'Etat de l'APPO. Rappelons que l'assemblée est l'autorité suprême de
l'APPO. Or cette troisième assemblée n'a pas été
reconnue légitime par quelques organisations membres, qui l'ont boycottée.

Soucieuse de préserver l'unité, la 22e section du Syndicat national des
travailleurs de l'éducation (SNTE) a joué les bons offices pour réconcilier les
parties opposées, et convoquer une nouvelle assemblée avec
la présence de tous. Les boycotteurs de la précédente voulaient l'appeler :
"troisième", ce que ne pouvaient accepter tous ceux qui y étaient venus et y
avaient travaillé ; pour eux, à la rigueur, c'était la quatrième. Les
enseignants ont proposé "troisième bis", ce qui ne satisfaisait personne?
Finalement, le compromis accepté par tous a consisté à ne pas attribuer de numéro à
cette nouvelle assemblée, qui s'est tenue le 8 décembre, mais à l'appeler
"Assemblée de réorganisation de l'APPO".

Protagonistes

Pour ceux qui l'auraient oublié, l'APPO est née le 17 juin 2006, suite à la
violente répression par le gouverneur de l'Etat, Ulises Ruiz Ortiz (URO), d'une
manifestation des enseignants trois jours auparavant. Il est toujours agréable de
rappeler que ce jour-là, après avoir encaissé l'attaque policière, ceux-ci
s'étaient réorganisés et, avec le concours de l'ensemble de la population, avaient
infligé aux flics une sévère raclée.

L'APPO, fruit de ce mouvement populaire spontané, regroupe plusieurs centaines
d'organisations très diverses : syndicats, associations, communautés indiennes,
municipalités autonomes, organisations politiques,
collectifs les plus variés, féminins, culturels, de quartier, etc. On avait
insisté, au plus fort du mouvement, sur la forte influence qu'avait eue la
tradition indienne, population majoritaire dans l'Etat, dans la création et le
fonctionnement de cet organe original de démocratie populaire, où c'est la base qui
dirige et où les représentants obéissent, où la règle est de rechercher toujours le
consensus le plus général et non de faire triompher "la juste ligne politique".

Cependant, la question de la participation aux élections locales avait déjà mis au
jour des coups de canif, voire de machette, dans le contrat. Peu avant la tenue de
la Première Assemblée de l'Etat, en février dernier,
un communiqué publié au nom de l'APPO avait causé stupeur et indignation chez la
plupart des appistes. Celui-ci affirmait que l'APPO "a décidé de participer [?] au
processus électoral [?]", alors que la question n'avait pas encore été débattue, et
que la discussion lors de la Première Assemblée allait déboucher précisément sur la
position opposée : toute organisation qui déciderait de participer aux élections le
ferait en son nom propre et non en celui de l'APPO, toute personne candidate à ces
élections devrait ipso facto démissionner de toute responsabilité dans l'APPO.

Le bloc électoraliste, responsable de ce déni de démocratie, était constitué
principalement du Front populaire révolutionnaire (FPR), du Front large de lutte
populaire (FALP), tous deux s'autodéfinissant comme staliniens, ainsi que de la
Nouvelle Gauche oaxaquègne (Nioax), proche du PRD (groupe auquel appartient Flavio
Sosa), et de la COMO (Coordination des femmes 1er Août), tenue par le FPR.

Ce sont encore ces quatre organisations qui, aujourd'hui, contestaient la
légitimité de la Troisième Assemblée. Il faut dire que depuis août, le FPR est
entré de plain-pied dans la gauche institutionnelle : il a réussi à faire inscrire
l'un des siens, Zenén Bravo Castellanos, sur la liste de la coalition électorale
dirigée par le PRD, et à en faire un député local. Or, si on a eu l'imprudence d'y
glisser un orteil, il est difficile, sinon
impossible, de sortir indemne du système politique institutionnel de l'Etat
d'Oaxaca, vu sa décomposition et sa corruption. C'est ce qui fait prédire aux plus
mauvaises langues ? dont nous ne sommes pas, bien sûr ? qu'à la galerie de
portraits sans laquelle le FPR ne se montre jamais en public (Marx, Engels, Lénine,
Staline) va bientôt s'en ajouter un autre : celui du malgouverneur Ulises Ruiz?

Enjeux

Tout cela est d'autant plus dommage que cela arrive à un moment où on assistait à
un regain de mobilisation par rapport aux derniers mois. Inévitablement, la terreur
d'Etat instaurée par URO avait fait baisser la
participation populaire aux différentes manifestations. Cela avait mécaniquement
entraîné aussi une baisse de la participation aux réunions de l'APPO, notamment à
celles du Conseil. Les représentants des communautés indiennes, des quartiers, des
associations, des barricades et des collectifs divers y venaient de moins en moins.
Cela laissait une représentation majoritaire aux organisations politiques, qui
pouvaient s'y livrer, tranquilles, à leur petit fourbi.

Or la Troisième Assemblée a marqué une rupture avec cette spirale descendante. Plus
de 300 délégué-e-s y ont participé, redonnant à l'assemblée de l'APPO le caractère
qu'elle avait au départ : celui d'une représentation de la population de l'Etat
dans toute sa diversité.

Et c'était bien ce que recherchait cette Troisième Assemblée : un retour aux
principes fondateurs du mouvement, "nourris de l'esprit assembléiste, respectueux
et démocratique des peuples indiens de l'Etat, de la lutte sociale d'en bas,
pacifique, autonome, indépendante des institutions corrompues de l'Etat [?], et de
la confrontation directe contre le système capitaliste qui nous réduit en
esclavage". On a emprunté cette définition à David Venegas, dans une de ses
dernières lettres de prison, datée du 5 décembre dernier.

Et maintenant ?

Si on examine les résolutions issues de la Troisième Assemblée des 17 et 18
novembre, et celle de l'Assemblée "de réorganisation et redéfinition des
structures" du 8 décembre, on trouve beaucoup de points communs, et quelques
nuances.

Les deux insistent, on s'en doute, sur la nécessité de réorganisation ; ce thème
est abordé plus précisément dans la seconde, qui annonce un congrès "à moyen
terme", et une assemblée extraordinaire en attendant.

En revanche la Troisième Assemblée réaffirmait les accords issus de la Première et
la Deuxième en matière électorale, alors que l'assemblée du 8 décembre passe
pudiquement ce point sous silence. Il est vrai que cette assemblée n'annule pas la
précédente?

Pour les grandes lignes, les revendications restent les mêmes : virer Ulises Ruiz,
libérer tous les prisonniers politiques (y compris ceux d'avant 2006), arrêter les
poursuites contre tous les participants à la lutte populaire, juger les
responsables matériels et intellectuels des morts et des exactions. S'ajoute à cela
le soutien aux autorités municipales élues selon les us et coutumes (à l'indienne)
parfois contestées par les caciques locaux, et la solidarité avec d'autres luttes
de la République mexicaine (Atenco, La Parota, normaliens d'Ayotzinapa) ou du
monde. On y rappelle aussi la participation de l'APPO à des initiatives
nationales : Assemblée populaire des peuples du Mexique (APPM), Front national
contre la répression (FNCR), jugement populaire national contre les répresseurs?

Ailleurs au Mexique

Avec tout cela, on n'a plus guère la place de parler d'autres luttes qui le
mériteraient. Au Chiapas, par exemple, les paramilitaires de l'Oppdic multiplient
les attaques contre les communautés zapatistes. Au Guerrero, les élèves de l'école
normale rurale d'Ayotzinapa réclament de pouvoir faire ce pourquoi ils ont été
formés : enseigner dans les communautés indiennes qui n'ont pas d'instituteur ; ils
sont pour cela férocement réprimés par le gouverneur PRD (gauche ?) Zeferino
Torreblanca?

12 décembre 2007.


[ texte repris de la mailing liste [cspcl] http://cspcl.ouvaton.org ]


_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center