A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Trk�_ The.Supplement

The First Few Lines of The Last 10 posts in:
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Trk�
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006 | of 2007

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Les anarchistes dans la revolution russe

Date Thu, 6 Dec 2007 14:02:17 +0100 (CET)



Le vendredi 7 décembre prochain, à 20h30, dans les locaux de B 17 (17 rue
Paul-Bellemay ? deuxième cours), le collectif Prop-Agôn-Da (dont je fais partie) et
le SCALP ont le plaisir de vous inviter à une conférence sur les anarchistes et la
révolution russe. Pour en parler, ils ont fait appel à René Berthier, auteur d?un
ouvrage sur la question intitulé « Octobre 1917 : thermidor de la révolution russe
».
[ [ cf. http://www.ainfos.ca/fr/ainfos07133.html &
http://www.ainfos.ca/fr/ainfos07141.html ]

René est bien connu dans le milieu libertaire pour la qualité de ses
argumentations, sa fine connaissance du marxisme et de l?anarchisme, et son souci
constant de tirer du passé les éléments susceptibles d?éclairer les chemins
d?aujourd?hui de l?émancipation sociale.

/« Dans la pratique, la seule chose qui puisse empêcher l?entente de tous les
révolutionnaires pour une action commune, c?est l?étroitesse d?esprit de ceux pour
qui toute pensée différente de la leur est nuisible. L?essentiel pour les
anarchistes c?est qu?ils ne soient pas de ceux-là. » [1] Par ces mots, Victor Serge
plaidait en faveur d?une réforme profonde de l?anarchisme à la lueur des premiers
enseignements de la révolution russe. Les lignes qui suivent ont pour but de
présenter de façon inévitablement schématique les grandes
divergences opposant l?anarchisme révolutionnaire et le marxisme?/

Il y a tout d?abord la question de l?Etat, du rôle du parti et de la dictature du
prolétariat.

Si ces deux courants du socialisme sont d?accord pour juger que l?Etat est un
organe de domination de la classe bourgeoise sur les classes opprimées, marxistes
et anarchistes se sont toujours opposés sur le rôle que devait jouer l?Etat en
période révolutionnaire. Les premiers préconisent la prise du pouvoir d?Etat par le
prolétariat et l?instauration de sa dictature ; les seconds luttent pour
l?abolition de l?Etat et son remplacement par la fédération des communes et des
conseils d?usine. Dès la Ière Internationale, Michel Bakounine s?est violemment
heurté aux marxistes sur cette question fondamentale. Pour lui, cette idée de «
dictature du prolétariat » est mortelle pour la Révolution. « /L?Etat imaginé par
Mr Marx/, écrit-il, /n?est pas autre chose, dans son essence, que le gouvernement
des masses de haut en bas par une minorité savante et par cela même, privilégiée,
prétendant mieux comprendre les véritables intérêts du peuple que le peuple
lui-même/ ». Il critique également et par avance l?Etat bureaucratique, « /règne de
l?intelligence scientifique, la plus aristocratique, le plus despotique, le plus
arrogant et le plus méprisant de tous les régimes/ ». L?Histoire lui a donné raison
: il est faux de parler de « dictature du prolétariat » quand ce qui se met en
place n?est que la dictature d?un Parti révolutionnaire, intransigeant [2],
persuadé d?incarner la Vérité, utilisant les masses plus que se mettant à son
service. C?est pourquoi, dès 1917, les bolcheviks s?efforceront par tous les moyens
d?utiliser, contrôler, juguler et soumettre à leur logique les soviets d?usine ;
empêcher ceux-ci de devenir de véritables contre-pouvoirs [3]. Mais le fait qu?ils
soient parvenus à cela assez facilement, induit aussi que les libertaires, divisés,
désorganisés, puis très rapidement soumis à la répression, n?ont pas été à la
hauteur des événements [4].

A la dictature du prolétariat qui présuppose l?incapacité des masses à s?affranchir
elle-même, les anarchistes russes opposent une confiance absolue à l?initiative
créatrice des masses. Ils se battent donc pour défendre le droit des travailleurs à
une initiative entière, pour le droit à l?autogestion politique, économique et
sociale. Cette confiance dans la spontanéité des masses et dans leurs capacités à
construire par elles-mêmes une société sans classe ni Etat se retrouve dans cette
formule d?Archinov : « /Prolétaires du monde entier, descendez dans vos propres
profondeurs, cherchez-y la vérité et créez-là vous-mêmes : vous ne la trouverez
nulle autre part ! » [5]

Le positionnement idéologique des marxistes-léninistes s?expliquent assez
facilement pour l?anarchiste russe Piotr Archinov : le Parti Bolchevik, loin d?être
le parti du prolétariat, n?est pour lui qu?une formation politique bourgeoise, en
ce sens qu?elle ne vise que la conquête du pouvoir politique. Vingt ans plus tôt,
Makhaïski avait fait une critique similaire du mouvement socialiste : selon lui, le
socialisme étatique n?est rien d?autre que l?idéologie des classes moyennes
intellectuelles avides de supplanter à la tête de l?Etat les anciennes classes
possédantes (capitalistes, propriétaires fonciers, noblesse etc...) ; pour se
faire, elle a besoin du soutien actif des travailleurs, d?où sa phraséologie
révolutionnaire[6]. Cette question de la place des intellectuels dans le mouvement
révolutionnaire n?est pas anodine : pour schématiser, les marxistes considèrent que
le prolétariat n?existe que lorsqu?il a une conscience politique c?est à dire qu?il
s?est doté d?un Parti le représentant, un parti qui ne peut être qu?une formation
défendant le socialisme scientifique. A
l?inverse, le mouvement anarchiste se présente, non comme la classe ouvrière en
mouvement, mais comme une idéologie indiquant que son champ d?intervention est
uniquement les classes dominées. Pour Lénine, « /la conscience de classe ne peut
être apportée à l?ouvrier que de l?extérieur de la lutte économique/ »,
c?est-à-dire sur la scène politique donc, et ce par des bourgeois socialistes. Pour
les anarchistes au contraire, c?est le prolétariat qui dans la lutte de classes,
construit sa propre capacité politique et son autonomie. D?un côté, on insiste donc
sur le contrôle de l?Etat et la centralisation politique et économique ; de l?autre
sur l?abolition
de l?Etat et le fédéralisme.

Pour les anarchistes ukrainiens rassemblés autour de personnalités fortes comme
Nestor Makhno ou Pierre Archinov, il est impératif que les masses ne se soumettent
pas aux intellectuels. Sans tomber dans un anti-intellectuallisme sans objet, ils
soulignent que les intellectuels doivent se mettre au service du Peuple et non se
substituer à lui dans la lutte révolutionnaire.

Autre question fondamentale : quel rôle attendre des paysans dans la révolution.

Les paysans sont jugés trop arriérés, individualistes et mués par l?instinct de
propriétaire pour comprendre le message révolutionnaire. Concrètement, seul le
Prolétariat, par la place qu?il occupe dans les rapports de production, est en
mesure de faire la révolution. C?est pourquoi Marx et Engels pensaient que la
Révolution n?interviendrait que dans les pays économiquement avancés comme
l?Allemagne et non dans la Russie Tsariste dont les 9/10è de la population
sortaient depuis peu du servage. Dans les thèses sur la question agraire des
premiers congrès de l?Internationale Communiste, il est certes fait appel à la
mobilisation de la classe paysanne, mais à chaque fois, il est précisé que le
mouvement paysan devra aliéner son autonomie et se soumettre au prolétariat
industriel.

Pour les anarchistes, il est au contraire vital que le mouvement révolutionnaire
s?appuie fortement sur les masses paysannes. Nestor Makhno expliquait ainsi que «
/pour les paysans, le pouvoir des soviets locaux [signifiait] la transformation de
ces organes en des unités territoriales autonomes, sur la base du groupement
révolutionnaire et de l?autodirection socio-économique des travailleurs en vue de
la construction d?une société nouvelle/. » Pour les makhnovistes, l?instinct
anti-autoritaire des masses populaires ukrainiennes est le fruit à la fois de la
forte agitation anarchiste régnant en Ukraine depuis le début du siècle mais
également de la permanence d?un mode communautaire de gestion de la terre
(/Obchtchina/) et d?une tradition guerrière et autonomiste (/Volnitza/).

Dans la Russie révolutionnaire de 1917, ce sont en fait deux « volontarismes » qui
se sont affrontés : le premier considérait que le peuple russe, soumis depuis des
siècles à l?autoratisme du Tsar et des grands propriétaires, devait, pour son bien,
se laisser guider par le Parti bolchevik [7]; le second considérait que le peuple
russe, libéré enfin de ses entraves séculaires, avait en lui les ressources et la
capacité de se passer de maîtres.

En guise de conclusion, je me contenterai de vous glisser ces mots de Bakounine,
écrits en 1872, peu de temps après son exclusion de la Première Internationale par
les marxistes : « Prétendre qu?un groupe d?individus, même les plus intelligents et
les mieux intentionnés, seront capables de devenir la pensée, l?âme, la volonté
dirigeante unificatrice du mouvement révolutionnaire et de l?organisation
économique du prolétariat de tous les pays, c?est une telle hérésie contre le sens
commun et contre l?expérience historique, qu?on se demande avec étonnement comment
un homme aussi intelligent que M. Marx a pu la concevoir ? »


Pour nous contacter, une seule adresse e-mail : <patsy.cht(a)wanadoo.fr> ;
et une seule adresse postale : Alternantes FM 19 rue de Nancy BP 31605 44316 Nantes
cedex 03

Et n?oubliez pas. Alternantes, radio libre et sans pub, a besoin de votre soutien.
Alors, écoutez et faites écouter Alternantes, et si le c?ur vous en dit et que
votre portefeuille vous le permet, adhérez à l?association Alternantes ! Pour tout
renseignement, appelez aux heures de bureau au 02 40 93 26 62 !

A la semaine prochaine !


Notes

[1] Victor Serge, /Les anarchistes et l?expérience de la révolution russe (1920)/
in /Mémoires d?un révolutionnaire et autres écrits politiques 1908-1947/, Laffont,
Bouquins, 2001.

[2] Lire Dominique Colas, Le léninisme : philosophie et sociologie politiques du
léninisme, PUF, 1982.

[3] Lire à ce sujet notamment : Marc Ferro, /Des soviets au communisme
bureaucratique/, Archives Julliard, 1980 ; Leonard Shapiro, /Les origines de
l?absolutisme communiste ? Les communistes et l?opposition 1917-1922/, Albatros,
1986.

[4] Sur l?activité des libertaires russes, voir René Berthier, /Octobre 1917 :
thermidor de la révolution russe/, Ed. CNT, 2003. Sans oublier les nombreux écrits
d?Alexandre Skirda, ceux de Ida Mett, Voline, Rudolf Rocker, Paul Avrich.

[5] Piotr Archinov, /Le mouvement makhnoviste/, Bélibaste, 1969.

[6] Jan Waclav Makhaïski, /Le socialisme des intellectuels/, Seuil, 1979.

[7] Lire à ce sujet deux ouvrages fondamentaux : Nicolas Berdiaev, /Les sources et
le sens du communisme russe/, Gallimard, 1951 ; et surtout l?ouvrage remarquable de
Claudio Sergio Ingerflom, /Le citoyen impossible : les racines russes du
léninisme/, Payot, 1988.



*Le Monde comme il va* - Emission n°9 du jeudi 29 novembre
Hebdo libertaire d?actualité politique et sociale, nationale et internationale
Tous les jeudis de 19h10 à 19h30 - Animation/technique : Patsy, Véro, Olivier, Nacer

Alternantes FM 98.1 Mgh (Nantes) / 91 Mgh (Campbon)*

Alternantes FM
19 rue de Nancy, BP 31605
44316 Nantes cedex 03
http://www.alternantesfm.net/sommaire.htm


_________________________________________________
A - I n f o s
informations par, pour, et au sujet des anarchistes
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center