A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Ni patrie ni frontieres # 16-17 - septembre 2006

Date Mon, 25 Sep 2006 13:10:58 +0200 (CEST)


' Rêve générale '
Tracts - Analyses des mouvements de février-avril 2006 Paroles de grévistes
Ni patrie ni frontières n° 16 /17­ Septembre 2006

Ce numéro tente de rendre compte du bouillonnement social des mois de février, mars
et avril 2006 chez les étudiants, lycéens, chômeurs et salariés. Nous avons cherché
à donner la parole à des individus et des courants différents afin de rendre compte
de la diversité et de la richesse de ce mouvement de la jeunesse, très certainement
le plus important depuis le mouvement contre le CIP de Balladur en 1994. Malgré
leurs faiblesses politiques, les courants apartidaires ­ qu'ils soient
spontanéistes («prositus» et «autonomes»), anarchistes ou «ultragauches» ­ nous ont
semblé plus intéressants que les courants partidaires (trotskystes).
Nous avons donc reproduit surtout des tracts ou des textes qui posent des questions
sur le mouvement, qui en critiquent les limites et les défauts, plutôt que des
analyses qui donnent dans l'autosatisfaction (du genre « C?est nous qui tenions la
Coord » ou « On a poussé les syndicats à... ») et qui se concentrent sur la
proximité des échéances électorales de 2007, les chances d?un candidat de la
prétendue « gauche de la gauche », les conséquences de l?imaginaire « victoire du
non » et autres préoccupations politiciennes.

Parmi les courants apartidaires ci-dessus mentionnés, ce sont certainement les plus
spontanéistes qui ont la part belle dans ce numéro. Nous avons tenté de souligner
quelques-unes de leurs limites dans les introductions et dans les notes de bas de
page (signées NPNF). En effet, dans ces milieux prédomine une idéologie, certes
hétérogène, mais qui repose sur quelques constantes communes :

- la primauté de la satisfaction des «désirs » individuels ;
- l?illusion que l?on pourrait construire des îlots alternatifs au sein de la
société capitaliste (squats, communautés, etc.) qui permettraient de transformer
les rapports interindividuels ;
- la dénonciation lancinante et caricaturale des dirigeants des groupes d?extrême
gauche et le mépris pour tous les militants de base, considérés comme des
bureaucrates en herbe ;
- une apologie des actions exemplaires, de l?affrontement de rue, du vol et du
pillage sans aucune considération du rapport de force et de leurs conséquences
pénales pour les individus concernés ;
- une sous-estimation du rôle de la classe ouvrière (dont la composition a certes
considérablement changé dans les métropoles impérialistes) qui va de pair soit avec
l?apologie de la révolte brute des masses indifférenciées, soit avec un rôle
d?avant-garde accordé au précariat ;
- un refus de réfléchir à des stratégies de construction d?organisations politiques
permettant de regrouper tous ceux qui veulent la révolution ; - l?illusion que l?on
pourrait en quelque sorte construire un autre monde tout de suite, sans passer par
la moindre étape de transition (dont les modalités restent bien sûr à définir,
contre toute vision étatiste y compris celles qui se cachent sous le masque de
l?autogestion ou de la démocratie participative),
- un mépris fréquent des « revendications », vues comme l?expression d?une volonté
d?étouffer un mouvement social.

Mais ces courants ont aussi l?énorme force d?exprimer la révolte de la jeunesse et
des exploités, de ne pas lui fixer des limites préétablies, de ne pas avoir
d?illusions sur la nature et le rôle des syndicats et partis de gauche, et surtout
de ne pas souhaiter canaliser la révolte sur le terrain électoral ou dans des
moules organisationnels bureaucratiques, où l?on sait d?expérience que la flamme
révolutionnaire des individus ne trouvera pas un oxygène suffisant pour brûler
longtemps.

Nous publions aussi dans ce numéro trois témoignages et onze interviews sur le
mouvement dans huit villes de « province » (Caen, Grenoble, Tours, Aix-en-Provence,
Avignon, Reims, Marseille et... Forcalquier), et deux facs de la région parisienne
(Jussieu et Evry). Ces interviews sont fondées sur un questionnaire très général
conçu par le groupe allemand Kolinko et adapté par nos soins à la situation
française de février-avril 2006. Brutes de décoffrage, ces réponses donnent
quelques outils pour comprendre à la fois les limites du mouvement et sa richesse,
d?autant plus qu?elles ne proviennent pas de militants « encartés » qui tenteraient
de démontrer à tout prix la justesse de leurs positions et de leurs actions.

Sommaire

De Mai 68 à Février-Avril 2006 : Tordons le cou à quelques mythes pour mieux
comprendre le présent (Ni patrie ni frontières) - Les mouvements étudiants en
France depuis 1945, suivi d?une Chronologie des mouvements étudiants (extrait de
Wikipedia)

«Autonomes», «castoriadiens», spontanéistes, « pro-situs » et «post-situs» :

Précarité, salariat, travail, jusqu?où le mouvement social (Société
autonome) - Fronde antiCPE et révolte sociale - Pousser le monde qui s?écroule (Un
occupant de l?EHESS) - Appel de Raspail (Les occupants de l?EHESS) - Communiqués du
Comité d?occupation de la Sorbonne (COSE) - Mise au point du COSE - Le CPE, une
goutte d?eau dans un lac de rage - (Grenoble, Les enragé-e-s ouvrent le bal)
Réflexions sur le soulèvement en France (Bureau des secrets publics) - Ultime
communiqué du COSE - Notes sur le mouvement anti-CPE en Avignon (Infokiosk)

Anarchistes :

Lutter contre le CPE et le CNE, oui, mais pas seulement ; En lutte contre la misère
sociale ; La lutte n?est pas terminée (3 tracts du GARAS) - Et pendant-ce temps-là
que font les anarchistes ? (Libertad, L?En dehors) - Un récit de la lutte anti-CPE
à Caen, mars avril 2006 (SIA Caen)

«Ultragauches» :

Prenons la parole (Des internationalistes) - Le CPE, un instrument de plus pour
accroître flexibilité et discipline au travail - Pour obtenir le retrait du
CPE-CNE, il est nécessaire que tous les travailleurs rejoignent la lutte - La lutte
contre le CPE-CNE est à un tournant - Un joli printemps (4 textes de Mouvement
communiste) - La solidarité du mouvement des étudiants : un exemple pour toute la
classe ouvrière (Courant communiste international)

Inclassables :

Blocages et embauchages, mise en perspective du CPE et Hard Blocking (2 textes de
Temps critiques) - La lutte anti-CPE (Roland Simon, Théorie communiste)

Annexe réformarde :

Ni CPE, ni CDI. Revenu garanti ! (AC Limoges)

Débat :

Les «lascars» : casseurs de manif ou révoltés ? Indi...gènes, indi...génat,
indi...génisés ? des concepts indi... gents ! (Ni patrie ni frontières) - Les
casseurs de banlieue et le mouvement étudiant - Quelques éléments d?analyse sur les
«lascars» (anonyme, CNT) ­ C. Guillon : Sur quelques récents publicitaires de la
démocratie parlementaire- Ne pas abandonner la rue (Laurent) - Lettre au journal Le
Monde (F. Lonchampt) - Pour que les banlieues prennent leur place dans la ville -
(Deux de l?Assemblée de Montreuil) - Réflexions sur ceux que l?on appelle les «
casseurs de manifestants » (Janos et Siryne Z. Indigènes de la République)

Interviews et témoignages de collégiens, étudiants et grévistes
de Forcalquier, Marseille, Aix, Jussieu, Reims, Avignon, Evry, Tours

Coordinations :analyses contradictoires de leur rôle :

Mais où est passé le mouvement réel ? (Kamo) - Les Coordinations nationales
étudiantes (Groupe CRI) - Les Coordinations... (Convergences révolutionnaires) - La
fin du CPE (La Riposte) - CPE: L'épreuve de force continue (Lutte ouvrière)

Jeunes et travailleurs sociaux (Myriam)

Quelques infos sur les mouvements étudiants grec et britannique (TPTG et AWL)

ABONNEMENT ET CONTACT

un numéro simple de Ni patrie ni frontières coûte 7,5 euros ; un numéro double 10
euros. Frais de port inclus. Si vous souhaitez recevoir les 3 numéros suivants,
vous pouvez envoyer un chèque de 23 euros à l?ordre de Y. Coleman (pour les 6
numéros suivants 45 euros) ou bien la même somme en timbres. Pour collaborer à
notre revue, émettre des critiques ou des propositions : : yvescoleman(a)wanadoo.fr
ou : Y. Coleman (sans autre mention) 10, rue Jean-Dolent 75014 Paris.
_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center