A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Desertons la mascarade electorale, mais ne nous abstenons pas de lutter !

Date Sat, 14 Oct 2006 15:38:49 +0200 (CEST)


Nous refusons la mascarade électorale et la délégation de pouvoir parce que nous
savons qu?il est possible d?organiser la société autrement, et que la
transformation de la société passe par d?autres moyens. La délégation de pouvoir
consiste à céder sa voix, son pouvoir de décision à une minorité. A accepter que
celle-ci exerce le pouvoir et décide à notre place. Où est le ? pouvoir du peuple ?
dans une telle mascarade ? Le seul ? pouvoir ? qui nous est alors laissé par les
classes dominantes c?est celui de nous taire et d?obéir à des lois qui nous
oppriment, et ce, ironie du sort, en notre nom !

A l?opposé, nous pensons que la seule démocratie réelle consiste à la démocratie
des égaux, la démocratie directe où les décisions sont prises par l?ensemble des
travailleuses et des travailleurs librement associé-e-s. Elle consiste à exproprier
les actionnaires et le patronat et à gérer directement l?économie, pour la mettre
au service de la collectivité et des besoins réels des travailleuses et
travailleurs. A virer les politicien-ne-s et les patrons pour prendre les décisions
collectives dans le cadre d?assemblées de quartier et d?entreprises, fédérées entre
elles, comme l?ont fait les Espagnols en 36-39 et comme ont essayé de le faire les
Argentins lors de la crise de 2001 (plus de 200 usines récupérées et gérées
directement par les travailleuses et travailleurs, sans patrons). A pratiquer le
mandatement impératif, et révocable à tout moment, quand cela est nécessaire. A
pratiquer la rotation des mandats. A prendre les décisions collectivement plutôt
qu?à confier à une personne le pouvoir de décider à notre place. A garder un
contrôle permanent sur les mandats, pour conserver notre pouvoir de décision, et
garantir que les mandatés ne dépassent pas les termes de leurs mandats, définis
collectivement. Pour cela, il nous faut reprendre aux dirigeants quels qu?ils
soient (patron-ne-s, politicien-ne-s,...) la parole, le contrôle sur nos vies, sur
l?économie et l?organisation de la société. Refuser toutes les hiérarchies et
travailler à les liquider, pour que le mot ? Egalité ? ait enfin son sens réel.
Pour cela, il nous faut nous saisir des luttes sociales, pour reprendre à nos
exploiteurs ce qu?ils nous volent : le produit de notre travail, et notre pouvoir
de décision sur nos vies et sur l?organisation de la société. C?est à travers ces
luttes (sur les lieux de travail, le logement,...) au moyen de notre action directe
(grève, occupation, boycott, sabotage...) sans intermédiaires élus ou autoproclamés
et aux pratiques d?entraide que nous construisons au quotidien (coopératives, lieux
autogérés, comités de voisins, etc...) que nous créerons les éléments d?une rupture
avec l?ordre inégalitaire qui nous est imposé.

En tant qu?anarchistes, nous nous abstenons de voter lors des élections. Parce que
nous savons qu?il ne s?agit que de mascarades qui laissent intactes l?essentiel de
la domination et de l?oppression dans cette société. Parce que nous savons que la
bourgeoisie se contrefout de la couleur politique de ses valets. Ceux-ci ne sont
que des pantins qui servent ses intérêts. Seule la méthode change.

Parce que nous refusons de déléguer notre pouvoir de décider à des spécialistes,
élus ou auto proclamés, qui prétendent tous, ? mieux ? nous représenter, mais qui
au fond ne serviront que leur propre intérêt, celui des classes dominantes, d?une
minorité au pouvoir.

Le pouvoir et tout ceux qui y aspirent ont beau jeu de présenter les
abstentionnistes comme des personnes qui se désintéressent de la politique, des
questions qui touchent à la gestion de la société. Pour notre part c?est parce que
nous refusons de nous abstenir de donner notre avis, décider, lutter et reprendre
le contrôle de nos vies au quotidien que nous nous abstenons lors des mascarades
électorales.

Les élections ont pour fonction de canaliser la colère sociale issue d?un système
fondé sur la domination et la contrainte. Elle servent à légitimer un pouvoir qui
nous contraint toutes et tous au nom d?une prétendue ? souveraineté populaire ?. Au
nom de celle-ci, les politiciens nous confisquent la parole, mais aussi notre
pouvoir de décision.

A l?opposé, nous pensons que c?est au quotidien, dans les rapports de force que
nous créons face au pouvoir, que nous posons les jalons d?une transformation
révolutionnaire de la société. Chaque fois que nous luttons par nous même, face aux
patrons, à l?Etat ou à n?importe lequel de nos exploiteurs, nous contribuons à
créer les conditions d?une transformation révolutionnaire de la société. Chaque
fois que nous créons des solidarités avec d?autres exploité-e-s, nous sommes plus
forts, parce que ce qui maintient les crapules qui nous gouvernent et nous
exploitent au pouvoir, c?est ce qui nous divise : sexisme, racisme, homophobie...

Chaque lutte porte en elle les germes de rupture avec l?ordre établi, dès lors
qu?elle est menée par les exploité-e-s de manière autonome, hors des récupérations
et des instrumentalisations politiciennes des aspirant-e-s au pouvoir. Chaque
nouvelle rupture ouvre la voie à un pas supplémentaire vers la transformation
révolutionnaire de la société, quand nous prenons conscience de notre force
collective, quand nous laissons tomber le fatalisme pour lutter ensemble, quand
nous ne nous satisfaisons pas de ce que nous obtenons mais que nous nous appuyons
sur les victoires partielles obtenues pour en construire d?autres, jusqu?à
récupérer totalement ce qu?on nous vole. Le pire cauchemar des crapules qui nous
exploitent et nous dominent, c?est que nous sortions de la résignation dans
laquelle ils veulent nous enfermer.

Pour cela, il nous faut prendre en main directement nos destins et passer de la
participation électorale ou de l?abstention passive à l?abstention active :
agissons directement et sans attendre ! Seul-e-s face à l?urne ou chez soi, nous
perdons. Uni-e-s dans la lutte, en préservant celle-ci loin des appétits
politiciens, nous nous donnons les moyens de gagner !

Sam - Seine-Saint-Denis

[ le texte ci-dessus fait parti d'un 4 pages élaboré dans le cadre de La campagne
unitaire antiélectorale des libertaires ]

La campagne unitaire antiélectorale des libertaires regroupe la Fédération
Anarchiste (FA), la Coordination des Groupes Anarchistes (CGA) et le Groupe des
Anarchistes de Lille et des Environs (GDALE).
Cette campagne est ouverte à toutes les composantes du mouvement libertaire

[ texte repris du site http://www.federation-anarchiste.org ]
_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center