A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Le Monde libertaire # 1450 - 12 au 18 octobre 2006

Date Thu, 12 Oct 2006 10:48:00 +0200 (CEST)


*** Le sommaire :

La Seine-Saint-Denis, un endroit comme un autre, par Rebecca, page 3
Attaques en règle contre l?école, par Fred, page 4
Provocations syndicales, par Jimma, page 5
Droit syndical? Code du travail, par J.-P. Germain, page 6
En prison pour un oeuf de trop, interview de Y. Delavoët, page 7
« Vous ne justifiez pas l?intensité de vos liens avec notre pays », par L. Carnoy,
page 9
Souffrir pour quoi pour qui ? par Sitta Neumayer, page 11
Fichage génétique de masse, par J.-M. Raynaud, page 14
L?Église et les autres religions, par R. Boullard, page 15
Paroles de maîtres du monde d?aujourd?hui, par Paco, page 18
La fête à Gaston, par Jacques et Gérard, page 19
Un local libertaire à Rennes, par leur propriétaire, page 20
Une femme seule, par Bruno Daraquy, page 20
La Commune n?est pas morte, par Mireille, page 21
Radio libertaire, page 22
Agenda, page 23


*** Et l'édito :

Ah! ces salauds de richards, dégoulinantes crapules! Jamais assez contents d?nous
voler le fruit d?not?travail et d?nous pousser davantage dans la précarité. Faut
qu?en plus ces bouff ?galettes nous prétendent qu?c?est pour not?bien.

Et ainsi, on le sait, les crapulards à leur service à la Chambre ou au gouvernement
de bien s?occuper d?nous à voter des lois et imposer des réformes pour nous emmurer
dans l?insécurité.

Et va-z-y que j?te casse les hôpitaux, les écoles, le gaz public. Que j?te rogne
tes picaillons d?chômeur. Que j?te r?colle tes mômes de quatorze piges à
l?apprentissage et les bonnes femmes au travail de nuit !

Ça refile d?autant plus l?appétence et l?occase aux maquereaux et
maquerelles de tout acabit vivant dans la chaîne économique d?user et d?abuser des
malheureux. Sans oublier le pognon qu?on nous essore qui repart aussitôt dans les
pognes des maquignons. « Aide à l?emploi », qu?ils appellent ça ! Et que ce n?est
pas permis de pointer du doigt le pillage d?un patron, « ça nuirait aux
investisseurs et aux entrepreneurs ! ».

Comme ces cochons obscènes veulent s?engraisser le plus possible sans qu?les
humbles pensent à moufter, ils nous font croire qu?le bazar est équitable et
inéluctable! Ils entretiennent la crasse dans la tête des miséreux et des moins
pauvres. Ces moutons-là tout heureux de s?gober supérieurs à un « sans-papiers »,
un « sans-abri »? Et des fois qu?le carcan médiatique n?suffise pas, ils ont encore
les curetons et les imams à leur secours !

Tiens ! à propos de ceux-là, les affolés de la fesse interdite. Même la libre
expression est en sursis. Un bon bougre de professeur déclare que « haine et
violence habitent le livre dans lequel tout musulman est éduqué, le Coran », et le
v?là obligé de s?planquer ! Et des pissecopies de presque dire que c?est normal
puisque l?zigue a « violemment » critiqué le Coran. Où va-t-on? Notez que, les
soumis à Dieu, en lui promettant un mauvais sort, donnent raison à la critique.

Sacré pétard! L?oppression n?est pas seulement dans les promesses du triste nabot
de Beauvau et de ses potes du patronat, mais aussi dans les barreaux que les
infâmes ratichons de toutes chapelles veulent nous enfoncer dans la caboche. Nom de
Dieu! il est temps que les taffeurs de tout poil montrent leurs poings au lieu de
les garder dans leurs poches.


Et en prime un article :

LA SEINE-SAINT-DENIS, UN ENDROIT COMME UN AUTRE

J?HABITE LA SEINE-SAINT-DENIS. Le « 9-3 », comme ils disent (disent-ils le « 7-0 »
lorsqu?ils parlent de la Haute-Saône?). Objet de fantasme pour certains, terra
incognitae pour la plupart de ceux qui se permettent pourtant, à propos de ce
département, des jugements définitifs et insultants. Journalistes, éditorialistes,
intellectuels et politiques, de droite comme de gauche, ces gens connaissent mieux
que moi l?endroit où je suis installée, mon quotidien, celui de mes voisins.

Pourtant, quand je les écoute ou les lis, c?est étrange, je n?en retrouve
pratiquement rien. Le « 9-3 »: un département qui, de longtemps, fut la cible
privilégiée des forts en thème de Passy. La lie de la banlieue parisienne.

Une honte, une décadence, le signe (ostentatoire) de la relégation sociale. À
quelques îlots près, habiter le 9-3, ce serait vouloir en partir. Car ce n?est pas
ici un endroit comme les autres: soit on y est pauvre et souffrant (version de
gauche), soit on y est « terrorisé » par les hordes barbares (version de droite).
Dans tous les cas, on n?y est pas bien, on n?y est pas « tranquille ».

J?y suis bien, moi, et je constate: il y a des cinémas, en Seine-Saint-Denis. En
Seine-Saint-Denis, il y a des théâtres, des boulangeries, des pharmacies, et même
des pubs irlandais! Une large majorité de ses habitants travaillent, se lève le
matin, déposent les enfants à l?école, car, en Seine-Saint-Denis, pour curieux que
ça puisse paraître, il y a aussi des écoles. 1 million et demi d?habitants, pas
plus « terrorisés » que ceux de Loir-et-Cher. Un endroit comme un autre? Oui. Même
si la moyenne d?âge y est plus jeune qu?ailleurs et que le chômage frappe dur:
additionnez ces deux particularités et vous aurez saisi l?essentiel du « problème »
de la Seine-Saint-Denis. Pour autant, cela ne suffit pas à en faire une terre
d?exception, ni n?explique pourquoi l?index du ministre de l?Intérieur et des
journalistes caniches pointe si souvent le 9-3.

C?est devenu une habitude, depuis la petite phrase sur le Kärcher, balancée de La
Courneuve, c?est nous qu?on aime montrer du doigt. C?est devenu une habitude, mais
on ne s?y habitue pas. Les émeutes de novembre 2005, que les jeunes des quartiers
vont payer durant les dix ans à venir, elles sont parties d?où? De
Clichy-sous-Bois, 9-3. Donc coupable, le 9-3, comme Paris coupable de la Commune,
en son temps. Et les bonnes âmes de gauche redécouvrent soudain la misère sociale
dont ils se sont tellement souciés lorsqu?ils étaient aux affaires et dénoncent, la
main sur le coeur, la stigmatisation dont nous sommes victimes.

Foutage de gueule général.

Foutage de gueule accentué ces dernières semaines, confinant à l?odieux. Quand
Sarko stipendiait les juges de Bobigny, coupables selon lui de ne pas jeter en
prison suffisamment d?enfants, la note où le préfet disait son inquiétude face à
l?augmentation de la violence « fuitait » étrangement dans la presse (une vieille
note, qui datait de juin). La couverture médiatique donnée à ces non-événements par
des journalistes décidés à marcher au pas de l?oie livrait une nouvelle fois une
image exécrable de la Seine-Saint-Denis : délinquance, insécurité, bandes de
jeunes, islamisme et cages d?escaliers. Alors on se dit « c?est assez ! ». Marre
des caricatures, des poncifs enfilés comme autant de perles sur un collier dont le
nom est rejet, inculture, méconnaissance et addiction crasse au pouvoir ! Marre de
laisser Sarkozy user de la banlieue comme d?un décor pour son show de futur
présidentiable ! Marre de lui laisser ainsi dérouler son programme à seule fin de
prouver que lui seul sera capable de mener jusqu?au bout la guerre contre les
pauvres !

Marre de se coltiner, chaque jour, des flics survitaminés et ces paumés de CRS
venus de Montélimar (derniers représentants de l?État depuis qu?on a fermé La
Poste, puis l?agence ANPE, puis la PMI de mon quartier) ! Marre de voir le
député-maire, PC, lui qui se prétend mon porte-parole à l?Assemblée mais qui, de
parole justement, manque, gesticuler sur le parking, à bonne distance des tours,
entouré de caméras et de flics municipaux ! À lui, comme aux autres, j?ai envie de
dire : « Lâchez-nous! Foutez-nous tranquilles ! »

On vit bien, en Seine-Saint-Denis, pas plus mal en tout cas que dans le
Loir-et-Cher. Et même si vous avez décidé que le sécuritaire sera, une fois encore,
le thème central de la campagne à venir. Même si, dans cette optique, plus vous
pourrez faire croire que ça va mal en banlieue, plus vous vous assurerez un
confortable matelas de voix (dont certaines viennent de banlieue, ce qui n?est pas
le moindre des paradoxes, et montrent, s?il en était besoin, le caractère infâme de
l?électoralisme).

Même si, grâce à vous, on a de fortes chances de voir Le Pen accéder une nouvelle
fois au second tour, mon souhait unique est aujourd?hui que vous nous oubliiez.
Qu?on respire! Pourquoi ne pas envoyer vos cameramans bosser un peu en Tchétchénie?
Nous, pendant ce temps-là, nous continuerons à alimenter ces solidarités si
particulières aux quartiers, à construire ces histoires, collectives et belles, ces
histoires qu?à Passy on ne saurait imaginer.

Rebecca
Groupe libertaire Louise-Michel

Le Monde libertaire, hebdomadaire de la Fédération anarchiste
Chaque jeudi dans les kiosques, 24 pages en couleurs d'actualité anarchiste

[ expéditeur/expéditrice <relations-exterieures(a)federation-anarchiste.org> ]

_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center