A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Proces Minatec - Grenoble 19 et 20 novembre 2006

Date Mon, 13 Nov 2006 18:35:50 +0100 (CET)


Bonjour,
Nous voilà dans la dernière ligne droite avant notre procès. Il est
temps de partager avec vous :

1. Une invitation pour une soirée de soutien le 19 novembre
2. Une invitation pour le procès du 20 novembre
3. Un appel à témoignage
4. Version texte du trac en pièce jointe

Nous avons essayé d'être concis, n'hésitez pas à faire passer ce message
autour de vous...

Amicalement, et d'avance merci pour votre soutien

L. et S.,
Erroristes grenoblois



***** 1. Soirée de soutien

Nous vous invitons à une soirée d'information et de soutien le dimanche 19
novembre à 19h, à l'ADAEP (Grenoble, 163 Cours Berriat), avec le soutien
de l'association Piment Vert.

Vous aurez la chance de découvrir l'avant-première de "NanoVent", une
pièce de théâtre "nanotechnologique".

Il y aura aussi une table de presse avec les dernières infos concernant
les nanos, de la musique, des surprises...


***** 2. Le procès

Nous sommes convoqués à 14h au Palais de Justice de Grenoble (quartier
Europôle). Nous serons (normalement) défendus par maître Rippert.
Sachant que les procès passent par ordre d'ancienneté des avocats, nous
espérons être jugés entre 14h et 17h.

Nous vous invitons à venir nous soutenir à 14h, devant le Palais de
Justice. Il y aura sans doute peu de place dans la salle d'audience, la
plupart d'entre vous resterez sur le parvis. Mais nous souhaitons que ce
moment soit convivial, l'occasion de retrouver des ami-e-s. N'hésitez
pas à apporter des choses à boire ou à manger, des guitares, de la
musique, de la couleur, de la poésie et de la politique, toute
initiative est la bienvenue.


***** 3. Appel à témoignage

Pour notre défense lors du procès, nous avons besoin de témoignages
écrits. Si vous avez participé à la manifestation du 1er juin et si vous
êtes prêts à décrire notre attitude ce jour-là, nous sommes très
preneurs.
Il faut cependant écrire sur un papier officiel que nous avons à la
maison.
(contact avecsam(a)no-log.org)



***** 4. Version texte du trac en pièce jointe

Pourquoi nous avons manifesté contre Minatec

Parce que nous sommes pour une science orientée par le bien commun et
contrôlée par la population, pour une science qui ne soit pas au service
des profits industriels et de l'Armée, pour une science qui ne détruise
pas notre santé et notre environnement.

Les nanoparticules, amiante-bis ?

Les nanoparticules sont commercialisées sans étude toxicologique. En
juin 2006, un rapport remis au Ministère de l?Ecologie affirmait : « Aucune
évaluation des risques, y compris pour les nanostructures les plus
fabriquées, n'est actuellement disponible. Toutefois les résultats de
tests de laboratoire [...] laissent penser que les organismes vivants
peuvent être affectés par l'exposition à des nanomatériaux. »
(http://www.ecologie.gouv.fr). Quelques jours plus tard éclatait en
Allemagne le premier scandale sanitaire impliquant les nanos : le
nettoyant ménager « Magic Nano » a été retiré en urgence des rayons,
après avoir déclenché des phénomènes de détresse respiratoire chez 97
consommateurs.

Minatec, centre de recherche militaire

En mars 2006, la Ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie visitait le
chantier de Minatec en expliquant son importance pour l'Armée. Quatre
ans plus tôt, la Délégation Générale pour l'Armement (DGA) signait une
convention avec Minatec, permettant à l'Armée de participer au choix des
recherches et d'acquérir les technologies inventées. Minatec
permettra aux militaires de produire le matériel des guerres du futur : drones,
missiles intelligents, gaz de combat... C'est ce que décrit un rapport publié en
septembre 2006 par l'Observatoire des Armements (http://www.obsarm.org).

La dérive totalitaire des nanos

Les nanotechnologies rendent possibles de nouveaux outils de contrôle
social d'une puissance inégalée dans l'histoire humaine :
vidéosurveillance invisible, nanopuces lisibles à distance (RFID) ou
implantables sous la peau, biométrie... Ces outils permettront toutes
les dérives sécuritaires. Quand les puces sous-cutanées seront
obligatoires et les rues truffées de nanocaméras, quelles seront les résistances
possibles face à un pouvoir totalitaire ?

Enfin, Minatec a été construit sans débat public, sans information
sur ses nuisances environnementales et sanitaires, sans information sur ses
implications militaires et policières. Minatec est contrôlé par le
Commissariat à l?Energie Atomique, structure opaque. 75% des 190
millions d'euros de Minatec sont des fonds publics : Conseil Général de l?Isère,
Métro, Ville de Grenoble... Mais les profits de Minatec, eux, seront
avant tout pour les industriels.


Pour en savoir (beaucoup) plus
Indymedia Grenoble (information critique et indépendante)
http://grenoble.indymedia.org
Pieces et main d'?uvre (publication d'enquêtes)
http://www.piecesetmaindoeuvre.com
Opposition Grenobloise aux Nécrotechnologies (site-archive)
http://ogn.ouvaton.org



LE PROCÈS DE MINATEC

Souvenez-vous : le 2 juin 2006, les CRS bouclaient le quartier Europôle
pour inaugurer Minatec, le plus grand centre européen en
nanotechnologies.
Tandis qu'à l'intérieur les chercheurs, industriels et hommes politiques
invités dégustaient champagne et petit-fours aux frais des isérois ; à
l'extérieur deux personnes étaient placées en garde à vue. Leur délit :
avoir manifesté contre Minatec...


Dimanche 19 novembre, 19h

avant-première de NanoVent pièce de théâtre ''nanotechnologique''
(soirée d'information et de soutien)

à l'ADAEP (163, Cours Berriat, Grenoble)
avec le soutien de l'association Piment Vert

Lundi 20 novembre, 14h

Procès de deux manifestants jugés pour avoir, la veille de
l'inauguration de Minatec « n'étant pas porteurs d'une arme, participé
volontairement à un
attroupement après les sommations de dispersion »

au Palais de Justice de Grenoble (quartier Europôle)
Venez les soutenir ! Tisanes, fruits, tables de presse, musique, etc.

Collectif de Soutien aux Inculpés de Minatec (procesminatec(a)no-
log.org)
MINATEC, UNE INAUGURATION POLICIÈRE



Rappel des faits

Une campagne d'information indépendante

De février à mai 2006, le collectif Opposition Grenobloise aux
Nécrotechnologies (OGN) organise une cinquantaine de réunions publiques
d'information en France, réunissant au total plus de 2000 personnes. OGN
diffuse des milliers de documents pour alerter sur les conséquences
sociales, militaires, sanitaires et environnementales des
nanotechnologies. Il appelle à une manifestation lors de l'inauguration
officielle du centre Minatec, le 1er juin à Grenoble.

Minatec : inauguration policière

Le 1er juin, un millier de personnes marchent dans les rues de Grenoble
contre Minatec, contre une science au service des industriels et des
militaires. La Police a déployé un important dispositif pour bloquer le
cortège juste avant la gare. Quelques manifestant-e-s brisent une
vitrine de banque et un panneau de pub. Le cortège arrive devant le cordon de
CRS bloquant la rue Alsace-Lorraine. Les manifestant-e-s sont dispersé-e-s
violemment avec Flasballs et gaz lacrymogènes, puis pourchassé-e-s dans
les rues. Les CRS utilisent des grenades de désencerclement sur un
rassemblement pacifique Place St-Bruno : une jeune fille est grièvement
blessée au visage. Les quelques manifestant-e-s rassemblé-e-s Place
Félix Poulat rejoignent ensuite «la BifurK », lieu d'information et de débats
sur les nanotechnologies depuis le 29 mai.

Le 2 juin, jour de l'inauguration retardée, les grenoblois se réveillent
dans une ville en état de siège : la zone autour de Minatec est
soumise à des restrictions de circulation et de stationnement draconiennes
depuis la veille au soir. Elle est verrouillée par des grilles anti-émeutes. Des
centaines de policiers sont déployés dans la ville. Ils fouillent et
contrôlent systématiquement tout rassemblement de plus de cinq
personnes, parfois plusieurs fois de suite. Malgré ce harcèlement, les militants
anti-Minatec distribuent des tracts pour informer et débattre dans les
rues avec les grenoblois.
A 7h00 sur le campus, un campement de 30 militant-e-s est évacué manu
militari par 200 policiers. A partir de 8h30, la Bifurk est encerclée
par la police (notamment Brigade Anti-Criminalité). Toute personne
entrante ou sortante doit subir une fouille complète et un contrôle d'identité.
A 9h30, deux membres du collectif OGN sont interpellés alors qu'ils se
dirigent vers le centre-ville à vélo. Ils sont maintenus 10h en
garde-à-vue, emmenés menottés à leur domicile pour une perquisition, et
doivent se soumettre à un prélèvement ADN pour fichage (qu'ils
refusent).
Ils seront jugés le 20 novembre par le Tribunal Correctionnel pour : «
n?étant pas porteurs d?une arme, avoir continué volontairement à
participer à un attroupement après les sommations de dispersion, le 1er
juin 2006 ».



La répression des opposant-e-s continue


Depuis le 1er juin...

? Le 9 mai 2006, l'émission de TéléGrenoble "Une heure pour avancer
sur la crainte des nanotechnologies" a confronté en direct un militant
anti-Minatec à deux promoteurs du projet. Le siège parisien de
TéléGrenoble a immédiatement reçu de vives protestations de la part
d'Olivier Noblecourt, directeur de cabinet du maire de Grenoble
(financeur de Minatec). Ces pressions ont contribué au départ de la chaîne du
journaliste animant l?émission.

? Pour avoir hébergé l'Opposition Grenobloise aux Nécrotechnologies, les
collectifs d'associations Cap Berriat et La Bifurk ont subi des
pressions de la part de la mairie de Grenoble, notamment des menaces de baisse de
subvention.

? Le 18 septembre 2006, deux personnes identifiées comme « opposantes
» se sont vues refuser l'accès à l'inauguration de l'exposition
Nanodialogue au CCSTI, après fouille et contrôle d'identité par la Police. Un groupe
d'étudiants invités par leur professeur a failli ne pas pouvoir entrer
pour les même raisons, et a été suivi par un policier des RG durant tout
l'évènement.

? Deux autres manifestants seront jugés le 10 janvier 2007 à Grenoble,
pour « outrage à agent » et « violences sur agent », suite à une
interpellation lors de la manifestation du 1er juin 2006 et une autre
lors de l'évacuation matinale et musclée du campement sur le campus le 2
juin.

Pourquoi tant de Police et de répression autour d'un projet
officiellement « civil » et « inoffensif »... ?



[ information diffusé sur la mailing liste [Sans-titre-diffusion] -
http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/sans-titre-discussion ]



_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center