A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) [Suisse] Rebellion 36: Sans-Papiers [de]

Date Mon, 29 May 2006 13:22:38 +0200 (CEST)


Problème de statut ou d?exploitation ?
Revenons sur les travailleurs/euses sans statut légal
A en croire le Conseil d?Etat vaudois, le travail "au noir"
constituerait un véritable danger écono-mique dans ce canton. Deux
Conseillers d?Etat, Mme J. Maurer et M. J-C Mermoud, ont tenu à la
mi-mars une conférence de presse sur le sujet.
La droite xénophobe, autoritaire et néolibérale, ne dit pas autre chose.
Pour elle, les travailleurs/euses "clandestinEs" seraient tout
simplement des délinquantEs.
Selon nos ministres, l?économie vaudoise n?aurait pas besoin de
sans-papiers.


Qui a besoin de qui ?

Le problème n?est pas de savoir si les capitalistes ont un besoin
incontournable d?une main d??uvre qu?ils ne peuvent engager légalement.
Le patronat, ici comme ailleurs, a simplement la volonté de précariser le
travail et de payer des salaires aussi bas que possible.

Cette attaque patronale est subie par les gens qui ont un statut légal.
Il y a dans ce pays des centaines de milliers de salariéEs qui travaillent
et ne peuvent subsister avec ce qu?ils/elles gagnent. Ce sont les
"working poors" qui doivent recourir aux services sociaux pour survivre.
Pour les travailleurs/euses sans statut légal, c?est encore pire, avec
des salaires plus bas, des conditions de travail plus dures et sans
possibilité de toucher l?aide sociale.

Par contre, nombreux/euses sont les sans-papiers qui paient impôts et
assurances sociales sans pouvoir bénéficier de la plupart des
pres-ta-tions qui y correspondent.


Généraliser la concurrence

Les capitalistes mettent en concurrence les salariésEs chaque fois qu?ils
le peuvent. Le patronat fait venir en Suisse une force de travail sans
droits, sans possibilité de défense. Dans ce canton, on paie des gens 8
ou 10 francs de l?heure. Dans le travail domestique, cela descend parfois
jusqu?à 6 francs. Tout le monde le sait. Le système tourne avec ça. Quand
le Conseil d?Etat appelle à la répression du travail au noir, promet des
amendes aux employeurs/euses et des expulsions pour les
travailleurs/euses concernéEs, il ne va pas faire reculer effectivement
le travail "clandestin", il va permettre que les patronNEs accroissent la
pression, suscitent davantage de peur, diminuent encore les salaires de
misère, tentent d?imposer davantage de peur, de silence et de soumission.
En fait, un ou deux employeurs/euses tomberont peut-être et seront
amendéEs, mais, globalement, l?action du gouvernement cantonal contribuera
à exclure les sans papiers de l?espace public, à les empêcher de défendre
collectivement leurs intérêts, de s?or-ganiser, de conquérir des
conditions de travail et de vie dignes, de faire reconnaître leur droit au
séjour.

Il est inacceptable que des gens, contraintEs pour gagner leur vie
d?accepter les travaux les plus durs et les plus mal payés, se voient
menacés d?emprisonnement sans jugement (les fameuses mesures de
contrainte) s?ils/elles ne partent pas volontairement.

Il est scandaleux que les permis B non-européenNEs soient victimes d?une
politique discriminatoire, menacéEs d?expulsion s?ils/elles bénéficient
trop longtemps (durant plus d?une année et pour plus de 80?000 francs),
alors que l?Etat subventionne par le biais de l?aide sociale les
entreprises qui paient des salaires de misère.

La solution du problème est pourtant simple. Il suffirait que soit
institué un salaire minimum cantonal. Tout patron ne payant pas ce
salaire minimum, que ses victimes soient des "working poors" avec papiers
ou sans papiers, sera dénoncé aux tribunaux de prud?hommes et condamné à
payer le manque à gagner des travailleurs/euses. Enfin, le gouvernement
cantonal s?engagerait auprès de Berne pour que les travailleurs/euses au
noir qui dénonceraient des conditions illégales de travail et de salaire,
se voient attribuer un permis de séjour.

Le syndicalisme institutionnel qui participe de plein pied au contrôle du
travail clandestin - et donc couvre la répression policière et
administrative contre les travailleurs/euses sans papiers - pourrait
trouver là un terrain plus digne pour son action. D?abord, en mobilisant
les forces politiques institutionnelles pour faire passer une telle loi,
ensuite en aidant les travailleurs/euses clandestinEs à accéder aux
tribunaux de prud?hommes pour défendre leurs droits. Ceci est d?ailleurs
possible pour les clandestinEs, même dans le cadre légal actuel. Un
renforcement de l?action syndicale sur le terrain juridique permettrait
d?accumuler des forces et de préparer des luttes plus directes.

Une pression syndicale accrue pour faire payer aux patronNEs usuriers les
salaires conventionnels ou usuels permettrait d?améliorer le rapport des
forces, de protéger salaires et conditions de travail et de faire
avancer, pratiquement, la solidarité internationaliste.Mais le
syndicalisme institutionnel ne veut pas de cette voie. Il préfère
cultiver l?illusion qu?une alliance avec les employeurs/euses "honnêtes"
et avec un Etat censé défendre l?intérêt général peut combattre le dumping
salarial et social.

Seules l?action directe et la pression permanente pour arracher de
nouveaux droits, y compris sur le plan légal, est réaliste et raisonnable.
Pour les développer il nous faut un syndicalisme de base lié aux valeurs
et aux objectifs libertaires. A l'heure du centenaire de la Charte
d?Amiens, rien n?est sans doute plus actuel.


Par: "infoladen.biel" <infoladen.biel -A- freesurf.ch>
_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center