A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Tract unitaire CGA93-OLS-OCL pour la manif du 7 mars

Date Sat, 4 Mar 2006 15:24:36 +0100 (CET)


Cpe, Cne, précarité...
L'offensive patronale vaut bien une greve generale

Le Contrat Première Embauche (CPE) est un nouveau pas dans la démolition
des conquêtes sociales fruits de 150 ans de luttes collectives. Comme le
Contrat Nouvel Embauche (CNE) pour les entreprises de moins de vingt
salarié-e-s, il permet, notamment, aux patron-ne-s de licencier sans motif
leurs salarié-e-s pendant les deux premières années suivant l'embauche.

La conséquence directe : explosion de la précarité, licenciement
prévisible de toutes celles et ceux qui ouvriront leur gueule contre les
conditions de travail, les heures sup' non payées, augmentation de la
répression antisyndicale, des discriminations racistes et sexistes. La
porte sera grande ouverte : toute tentative de lutte dans l'entreprise se
soldera par des licenciements "sans motifs".

La même logique va être étendue aux immigrés avec le projet de Loi
Sarkozy. Le séjour des travailleur-se-s sera conditionné à l'existence et
à la durée du contrat de travail : "Tu n'as plus de travail, tu rentres
dans ton pays". Des travailleur-se-s qu'on peut jeter comme des citrons
après les avoir bien pressés, voilà le rêve du patronat. L'esclavage
moderne
avec la bénédiction de l'Etat.


Le CPE est loin de ne concerner que les jeunes

L'ensemble de la société est visé par ce nouveau contrat. Après les moins
de 26 ans, les immigré-e-s, qu'est ce qui pourra empêcher le patronat de
généraliser cette logique pour liquider le code du travail ? La lutte des
classes reste une réalité, à l'inverse de ce que nous rabachent des médias
aux mains d'une poignée de marchand d'armes (Lagardère, Dassault...).

Et aujourd'hui c'est bien le patronat qui mène l'offensive. L'objectif :
toujours plus de profit. Cela passe par le flicage des chômeurs, la remise
au travail obligatoire des RMIstes... Car le monde du travail est loin
d'être un lieu idyllique. Les boulots de merde succèdent souvent aux
contrats précaires.

Le salariat n'est rien d'autres que le vol organisé de ce que nous
produisons. Et la soumission et la dépendance qu'il entraîne empêche les
gens de se révolter face à ce vol. Mais, ce n'est pas la crise pour tout
le monde ! Les dividendes des actionnaires n'ont jamais été aussi
importants, quand plus de 7 millions de personnes survivent en France sous
le seuil de pauvreté. La misère des uns fait la richesse des autres.

L'Etat, dans tout ça, n'est pas un instrument neutre. Il sert d'un côté, à
assurer par ses interventions économiques et sociales, le profit des
entreprises, et de l'autre, à réprimer toutes les révoltes liées à la
précarité. Les émeutes de novembre sont en lien direct avec l'explosion de
la misère.


Gauche et Droite même combat, au service du capital

La précarité n'est pas liée à la seule politique d'un gouvernement plutôt
qu'un autre. La Gauche a en son temps généralisé l'usage de contrats
précaires : CES, CEC, emploi jeunes, vacataires du publics, etc. Les
politicien-e-s de Gauche ont beau jeu de dénoncer ce qui n'est que la
continuité de la casse sociale, qu'ils et elles ont aussi mené. C'est par
la lutte que nous combattrons le CPE et la précarité, pas en se laissant
séduire par les faux espoirs d'une élection présidentielle de 2007. Si on
regarde l'Histoire, le patronat n?a jamais lâché un peu de ce qu'il vole
aux salariée-s par les lois, mais par le rapport de force dans les luttes
: grèves, occupations... Les lois, le patronat n'a jamais eu de problème
pour les piétiner, quand nous cessons de nous organiser par nous-mêmes et
que nous remettons notre sort entre les mains de politicien-ne-s. S'il
faut se battre pour le CPE et le CNE, nous devons, si nous voulons en
finir avec la précarité, en finir avec l'Etat et le capitalisme.


Sans patrons ni Etat, décidons nous-mêmes

La société, nous pouvons et devons la gérer par nous-mêmes, pour
nous-mêmes, au moyen d'assemblées de quartier, sur nos lieux de travail,
etc. Reprenons le contrôle de nos vies, personne ne le fera à notre place
! Les politicien-ne-s ne peuvent que gérer le partage des miettes à coups
de bâtons. Commençons par reprendre le contrôle de nos luttes : refusons
les chef-fe-s et la hiérarchie, favorisons les décisions collectives,
fédérons les assemblées de lutte... De rupture en rupture, nous pourrons
construire les bases d'une société égalitaire et libertaire. Si
l?offensive patronale vaut bien une grève générale...

à nous de la construire !

Coordination des Groupes Anarchistes 93
c/o Secrétariat fédéral
20 rue Terral
34000 Montpellier
liaison93(a)c-g-a.org
http://www.c-g-a.org

Offensive Libertaire et Sociale Paris
21ter rue Voltaire
75011 Paris
ols.paris(a)no-log.org
http://offensive.samizdat.net

Organisation Communiste Libertaire région parisienne
c/o L'insurgé bp70118
95316 Saint Ouen L'Aumône
oclibertaire(a)hotmail.com
http://oclibertaire.free.fr

Adresse de téléchargement:
http://www.c-g-a.org/download/tracts/cpe93.pdf
_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center