A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Motions du 63e congres de la Federation anarchiste

Date Wed, 7 Jun 2006 11:52:00 +0200 (CEST)


Motions adoptées au 63ième Congrès de la Fédération anarchiste francophone
3-4 et 5 juin 2006 à Merlieux (Aisne)

SEULE LA LUTTE PAIE

Le mouvement dit ? anti-CPE ? du printemps dernier a, une fois de plus,
démontré que seule la lutte payait. A la suite des émeutes de banlieues en
novembre 2005, ce mouvement a représenté un grave danger politique pour le
gouvernement. En effet, nous avons constaté par endroit une convergence
réelle entre la révolte des jeunes en banlieue, au lycée et à
l?université.

Ces luttes sont une réponse adaptée à la paupérisation, à la précarisation
et à la répression. Ce processus d?accroissement de l?exploitation se
développe depuis des années, sous tous les gouvernements, et renforce la
domination économique et sociale.

Au cours de la lutte ? anti-CPE ?, des modes d?organisation, basés sur des
assemblées générales souveraines et décisionnelles, des occupations et des
blocages de l?économie se sont développés. Ils préfigurent les luttes de
demain et même une nouvelle façon d?appréhender l?organisation sociale.

Par ces recours à des formes d?action directe, les jeunes et les moins
jeunes renouent avec les principes et les pratiques de la lutte collective
initiés, il y a 100 ans par la Charte d?Amiens, et mis en ?uvre, notamment
lors des grèves et occupations de 1936.

Il reste que, si le gouvernement a reculé sur la question du CPE, il
s?agit d?une victoire socialement importante mais relative. Les mesures
anti-sociales continuent de s?appliquer, à commencer par ce qui reste de
la loi dite ? d?égalité des chances ? (apprentissage dès 14 ans, travail
de nuit dès 15 ans?).

Manifestement, les salarié.e.s, même très massivement présent.e.s dans les
rues, ne sont pas entré.e.s dans une logique de grève reconductible et
d?affrontement avec l?Etat.

De leur côté, les organisations syndicales, par un mot d?ordre très
réducteur (retrait du CPE), des moyens d?action volontairement très
limités (journées d?action) et les arrières-pensées électorales, n?ont pas
permis non plus la généralisation du mouvement.

Les militant.e.s de la Fédération Anarchiste, massivement impliqué.e.s
dans cette lutte contre la précarisation, affirment que cette victoire
partielle n?est qu?un début. Elle doit déboucher sur d?autres luttes, plus
fortes et plus déterminées pour offrir d?autres débouchés.

Cette lutte montre également qu?il est inutile de se fourvoyer dans les
urnes, tant il est vrai que ce ne sont pas les barricades de bulletins de
vote qui permettront une transformation sociale significative.

Enfin, la Fédération Anarchiste rappelle que la Grève Générale ne prend
sens que si elle est autogestionnaire et expropriatrice, seule condition
pour détruire le capitalisme qui n?est ni réformable ni amendable.


Fédération Anarchiste
63ème Congrès
Merlieux le
04 juin 2006

Agir au lieu d?élire

Les militants et militantes de la Fédération anarchiste, réunis en leur
63ème congrès à Merlieux les 3, 4 et 5 juin 2006, réaffirment leur ferme
opposition à la soumission électorale.

Nous rejetons ce système dit représentatif de délégation de pouvoir sans
contrôle réel (absence de mandats impératifs, contrôlables et révocables),
intimement lié à l?exploitation capitaliste auquel il sert d?alibi.

Il importe aux anarchistes de lutter contre toute forme d?aliénation de
l?autonomie des individus et contre toute médiation qui va à l?encontre
des intérêts de la classe dominée et ce au moment où une campagne
d?intoxication culpabilise ceux et celles qui refusent d?adhérer par un
acte de délégation de pouvoir à un système républicain perpétuant
l?injustice sociale sur laquelle il est basé.

Il importe également de lier ce combat à toutes les luttes d?émancipation,
contre l?ordre sécuritaire et toutes les formes de domination.

Au-delà d?une position anti-électorale construite et confortée par des
constats et analyses successifs tout au long de l?histoire, il nous semble
crucial de réaffirmer cet engagement à un moment où sur des thèmes comme
la sécurité, l?immigration, la famille? nous vivons la montée d?un
discours réactionnaire transcendant le clivage gauche-droite.

Face à ceci, aux côtés d?une campagne de sensibilisation sur cette dérive,
il est important de refuser de cautionner un processus électoral qui se
nourrit de ces discours et conforte l?exploitation capitaliste et
l?oppression étatique, sources réelles des problèmes auxquels il prétend
s?attaquer.

Enfin, il nous faut plus que jamais dénoncer les mascarades électorales de
tous types qui tuent dans l??uf tout développement d?un mouvement social
autonome.

Les anarchistes entendent, par le développement des pratiques et des idées
libertaires dans le mouvement social et syndical s?opposer à cette logique
de délégation de pouvoir.

Pour contrer l?argument récurrent voulant que le système représentatif,
malgré tous ses défauts, est le seul moyen viable d?organisation, il est
impératif d?opposer des alternatives concrètes et crédibles.

La Fédération anarchiste :

incite tous les exploité-e-s et opprimé-e-s à rejeter les illusions
électorales et à opter pour l?action directe et sa coordination sur le
mode fédéraliste ;

défend l?autonomie des luttes et des organisations du mouvement social
contre les intérêts politiciens des partis ;

soutient toutes les expériences d?autogestion et de libre fédération
permettant aux individus et groupes d?individus de se réapproprier
localement la gestion de leurs communes, de leurs lieux de travail et de
leurs environnements.

La généralisation des pratiques fédéralistes et autogestionnaires,
permettant une véritable gestion collective, locale et globale de la
société, constitue un cadre rendant possible la décroissance. Ce n?est
qu?en laissant les individus décider eux-mêmes de l?utilité commune que
l?on parviendra à construire une société respectueuse de l?être humain et
de l?environnement.

La Fédération anarchiste s?associera aux actions des individus et
organisations poursuivant le même but et développant les mêmes pratiques.

Fédération Anarchiste
63ème Congrès
Merlieux le
04 juin 2006

[ expéditeur/expéditrice
<relations-exterieures(a)federation-anarchiste.org> ]

_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center