A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) L?electronucléarisation de la France et l?alibi de l a crise petroliere

Date Fri, 2 Jun 2006 18:21:40 +0200 (CEST)


La nucléarisation massive de la France s?est décidée en 1974 avec le
Rapport d?Ornano (voir le rapport en Pdf sur
http://www.dissident-media.org/infonucleaire/rapport_ornano.pdf) qui
indiquait les sites envisagés pour les réacteurs nucléaires. Il s?agissait
alors, prenant prétexte de la crise pétrolière, de mettre en place 190 à
200 réacteurs électronucléaires pour 1990-2000. Cétait un vrai délire.
L?arrivée au pouvoir de Mitterrand en 1981 qui, auparavant avait signé
avant les élections le texte sur un moratoire du nucléaire, promis la non
extension de l?usine de La Hague (pour obtenir facilement les voix
écolos !) réduisit les perspectives de 1974, non pour des raisons
antinucléaires mais pour des raisons strictement économiques.

Les prévisions grandioses de 1974 étaient totalement stupides.

L?électronucléarisation de la France n?a guère été expliquée par les
médias. En 1950 il se crée un Comité dit Comité PEON (production
électrique d?origine nucléaire) qui réunit des technocrates (haut niveau,
corps des mines) de l?industrie et de l?Etat. Ces derniers vont essayer
d?intéresser l?industrie au nucléaire, ce qui signifie d?accepter
d?investir dans des équipements rentables à long terme, sans ignorer les
dangers d?une catastrophe qu?ils redoutent (pour le fric investi bien sûr,
pas pour la santé des gens). Les réunions de ce Comité PEON se chargèrent
de les rassurer : aucune responsabilité civile en cas de catastrophe, un
développement important et rapide (4 à 5 réacteurs par an) pour garantir
leurs investissements (1).

Les responsables EDF prirent prétexte de la crise pétrolière de 1973 pour
accélérer le processus de nucléarisation qu?ils envisageaient depuis
longtemps.

Il y eut quelques flashs entre EDF et CEA car EDF visait la rentabilité
industrielle de l?électronucléaire alors que le CEA voulait garder la
direction des opérations. Les réacteurs CEA graphite-gaz (UNGG, uranium
naturel, graphite, gaz) qui avaient permis de développer à la fois la
bombe et l?électricité n?étaient pas pour EDF les plus efficaces pour la
production électrique. EDF préférait les réacteurs à eau pressurisée PWR
sous licence américaine Westinghouse. Cela a conduit à des manifestations
du personnel CEA pour imposer les réacteurs CEA, avec des mots d?ordre
assez prémonitoires « du graphite et du gaz pour tout le monde » dans les
rues de Palaiseau, localité proche du centre d?études nucléaires de
Saclay. Tchernobyl a réalisé ce « désir »?

Revenons à 1974. Le gouvernement Messmer justifie son programme
électronucléaire par le danger d?une crise pétrolière amorcée en 1973 et
l?électronucléarisation massive devait permettre d?y faire face. L?effet
de serre n?était pas encore né. Le choix était entre nucléaire et
charbon+fioul.

En 2005 on assiste à un début de crise pétrolière et on s?aperçoit que la
France qui avait soit disant résolu ce problème en 1974 grâce au
nucléaire, se trouve dans des conditions aussi difficiles que les pays
voisins beaucoup moins nucléarisés que nous et qui ont maintenu leur
production électrique par le thermique classique !

Ce regard sur le passé nous montre que la justification du programme
nucléaire qui met la France en tête, et de loin, des pays nucléarisés
était stupide et finalement facile à dénoncer ce qui paraît aujourd?hui
une évidence : l?électricité, quelle que soit son origine, ne peut pas
remplacer le pétrole?

Roger Belbéoch,
Comité Stop Nogent-sur-Seine,
http://www.dissident-media.org/stop_nogent



(1) Pour plus de précisions lire "L?énergie nucléaire et la démocratie"
sur http://www.dissident-media.org/infonucleaire/93_94_nuc_demo_2.html
(Lettre d?information du Comité Stop-Nogent n°93/94).

[ expéditeur/expéditrice < infonucleaire(a)altern.org> ]



_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center