A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Rencontres sur les "Pratiques et resistances des espaces autonomes" - Dijon 19 au 29 aout 2006

Date Sun, 9 Jul 2006 13:00:17 +0200 (CEST)


Appel à des rencontres sur les "Pratiques et résistances des espaces
autonomes" dans le cadre de la conférence de l'Action Mondiale Peuples à
Dijon du 19 au 29 août.

1. Intro
2. Appel
3. Quelques mots sur le mouvement des squats "politiques" en France
4. Introduction générale à la conférence AMP/PGA

Intro
=======

Alors donc cet été, il y a la recontre européenne de l'Action Mondiale des
Peuples/People's Global Action, réseau anticapitaliste et
anti-autoritaire. C'est dans ce cadre que nous vous invitons à une
rencontre décentralisée sur les "résistances et poratiques des espaces
autonomes" du 19 au 28 août à l'Espace autogéré des Tanneries* à Dijon. Le
moment centralisé aura lieu directement après du 29 août au 3 septembre,
toujours à dijon.

Pendant la rencontre aux Tanneries, il y aura aussi un chantier de
construction d'une bibliothèque/salle de réu et bureau, un focus
thématique autour des luttes "numériques" et du militantisme
informatique, un autre sur le mouvement social du printemps, ses échos et
ses suite.

Ce texte est une introduction. Il a pour but de donner un cadre et des
idées sur des sujets que nous voudrions aborder collectivement lors de la
rencontre dijonnaise. On invite à le faire tourner dans des "espaces
autonomes" divers et variés d'ici là.

Tout-e-s les personnes souhaitant participer à la rencontre sont
invitées à envoyer dès maintenat des textes, films, propositions
d'ateliers et d'exercices pratiques, de débats, d'expos...

Vous trouverez une petite présentation spécifique et très partielle de la
scène squat "française" après l'appel, ainsi qu'une présentation générale
de la conférence AMP/PGA avec toutes les autres infos pratiques
nécessaires...

Un point de contact et une liste d'échanges autour de la rencontre à dijon
et de ce thème existe. Il suffit d'envoyer un message ou de demander à
être inscrit à stamp-dijon(a)pgaconference.org Et puis toutes les infos
sont aussi sur le site pga.conference.org ou le wiki
stamp.poivron.org

*Les tanneries sont espace autonome, d'habitation, de subversion et
d'activités politiques et sociales en milieu post-industriel ouvert en
1998 et stabilisé depuis quelques années dans un cadre semi-conventionné,
suite à pas mal de luttes contre la Mairie de Dijon, propriétaire des
locaux occupés.


Appel
=====

La possibilité de lutter tient souvent en premier lieu à la
réappropriation collective d'un espace "autonome"...
===========================================================

Qu'il s'agissent de squats urbains, de terrains achetés, négociés, ou
réappropriés à la campagne, de bâtisses restaurées ou autoconstruites, de
lieux nomades ou temporaires, de centres d'activités et/ou de maisons
d'habitation, ces espaces ressources et refuges ont été en europe, au
coeur de brassages d'idées et de personnes ILs ont permis de ce fait une
continuité et un renouvellement des luttes et pratiques radicales et
anticapitalistes au cours des dernières décennies.

Le fait de disposer d'espaces autonomes, ruraux et urbains, où pratiquer
l'autogestion, produire, mettre en place des actions et offensives, nous
est crucial, que ce soit en tant que mouvement de changement social
radical ou à une échelle beaucoup plus individuelle.

Ces lieux diversifiés permettent :

- tout d'abord de se loger dans un monde où l'on a pas accès aux formes
d'habitations qui nous conviennent ou à une habitation tout court, et de
remettre en cause l'accumulation de biens et la sacro-sainte
"propriété privée"

- la mise en commun et des échange non-marchands d'objets, outils et
savoirs...

- l'expérimentation de modes de vie et d'organisation en collectif qui
permettent s'autonomiser, au moins partiellement de l'Etat, du travail
salarié et de la société marchande, de casser un peu le cloisonnement de
nos vies entre travail salarié / vie privée / loisirs /
militantisme... et de montrer par la pratique que c'est possible !

- la production de textes, d'outils de diffusion et de médias
indépendants,

- d'avoir une base pour des rencontres et projets, des lieux de prise de
contact et de sociabilisation, de préparation et de convergence pour des
actions...

- du Do It Yourself, du recyclage et de la construction, des activités
de production agricoles, énergétiques, artisanales...

- la création et la diffusion de "cultures" et de mode vies subversifs,

Ces espaces, interstices de liberté incontrôlée, sont à ce titre des
cibles prioritaires des pouvoirs en place.
============================================================

Dans certains pays européens, des offensives étatiques déterminées ont
déjà fortement compromis l'existence de lieux d'habitation collective et
d'activités politiques autonomes.

A l'heure actuelle en France ces espaces sont menacés. L'Etat cherche à
imposer un cadre légal encore plus répressif et les autorités semblent de
plus en plus promptes à réagir face aux squats de précaires, de
sans-papier-e-s et à un certaine recrudescence dans de nombreuses villes
en France de squat dit "politiques". Des incendies meurtriers d'immeubles
de sans-papiers ont par exemple été instrumentalisés l'été dernier pour
accroître les expulsions et mesures contre les lieux squattés.

En milieu rural, l'accès au foncier est de plus en plus dur et les
enclaves communautaires se trouvent aux prises avec les normes d'hygiène,
de sécurité et la colonisation bourgeoise et touristique.

En France, malgré les nombreux liens existants entre collectifs, les
structures formelles d'échanges de savoirs et de solidarités sont peu
développées. La nécessité de construire un rapport de force conséquent sur
l'accès à l'espace et aux terre face à l'Etat et aux propriétaires devrait
nous pousser à nous questionner sur les possibilités de
(re)créér des réseaux, alliances et stratégies communes.

Malgré certaines envies et quelques pratiques effectives, les squats dit
"pclitiques" restent souvent enclavés dans un "ghetto marginal" et ne
créent pas toujours de liens direct avec les squats dit de "précaires", de
"sans-papier-e-s", ou encore avec les luttes populaires menées dans
certains quartiers contre la gentrification et pour le logement...

Cette conférence AMP/PGA devrait:

- être un lieu de débat sur ce que entendons par ces espaces d'autonomie
et leur place dans une stratégie de changement social radical entre
"alternatives" et "offensive", sur les liens de ces lieux aux
mouvements sociaux et luttes qu'ils cotoîent.

- viser à informer des pratiques que nous menons en ces lieux, poser la
question de ce que nous produisons matériellement et envisager
comment accroître des échanges de tout type notamment dans un axe
ville-campagne.

- être un lieu de mutualisation de nos expériences qui permette de
s'inspirer de ce que font les un-es et les autres en terme de vie
collective, d'activités, d'économie...

- mettre en perspective divers moyens de conserver ou d'acquérir des
terres et des bâtiments, de les collectiviser ou d'en construire:
squats, wagenburgh, négociations, achats coopératifs, prêts et baux
précaires...avec les intérêts, dangers et parts de compromis que les
diverses solutions peuvent impliquer

- questionner sur ce qui peut permettre du long terme, aussi bien des
vieux-eilles dans les espaces que des espaces qui vieillissent.

- permettre de discuter de stratégies de résistance communes face à la
répression, aux normes que cherche à imposer l'Etat, aux expulsions.

- permettre la mise en place d'outils pratiques de solidarités entre
divers types d'espaces: lieux d'activités, d'habitation, des
coopératives, des fermes...

- permettre de réfléchir aux cloisonnements entre des lieux de
"précaires", d'"activistes", d'"immigré-es", de "nomades",
d'"urbain-es", de "ruraux-ales", à ce qui peut nous marginaliser et nous
couper de complicités potentielles...

- discuter des initiatives qui sont prises (ou pas) au sein de ces
espaces pour faire évoluer les normes patriarcales, racistes ou
hétérosexistes...

Voilà, on aimerait bien qu'il en ressorte des amitiés, projets et
actions communes et faire partager une culture d'autonomie.
============================================================

On aimerait que des gens viennent présenter leur lieux, que l'on parle
sérieusement et que l'on se raconte des histoires de barricades et de murs
en paille, de récups et de potagers, d'infokiosques et de hacklabs, de
concerts chaotiques et de lectures collectives, de relationnel, de
fusionnel, de rôles, de genre et de queer, de partage des tâches avec ou
sans tableaux, , de voisinage et d'accueil, de fric et d'autonomie, de
roulottes et de vieilles usines, de propriété d'usage et de
collectivisation, de tas d'habits et de psycho-géographie, de relous et de
folles amitiées, de festins à 3h du mat et de fours à pains, de petit dej'
nonchalants et de journées surspeedées, de personnages extravagants et de
normes identitaires, de vivre de rien avec un peu de tout mais pas
toujours ce qu'on veut, de réunions qui se finissent en boum et de
chantiers qui se transforment en jeux, de complots murmurés et de pouvoir
hurler quand ça nous chante, de cumulus transformés en poêles et de poêles
transformés en moteur, de façades peintes peintes fièrements et de refuges
cachés, de constructions folles, de tuyauteries qui
fuient, de réseaux qui pètent, de magnifiques épaves qui ne roulent plus
qu'à moitié, de l'angoisse de devoir redéménager encore et de la pure
beauté quotidienne de s'inventer une vie avec nos meilleur-e-s potes ou
celleux qui ont débarqués la veille...

============================================================QUELQUES MOTS
SUR LE MOUVEMENT DES « SQUATS POLITIQUES » EN FRANCE...
============================================================

Depuis quelques années, nous pouvons constater en France le développement
d'un mouvement de centres sociaux et politiques squattés, où sont souvent
mis en pratiques à la fois des expériences de vies collectives et des
activités politiques publiques de diverses sortes.

On retrouve régulièrement dans ces lieux, l'organisation d'évènements et
d'actions anticapitalistes et anti-autoritaires, des zones de gratuité où
s'échangent librement des biens et matériaux, des potagers squattés, des
cybers cafés et du militantisme autour de l'informatique, des
logiciels libres et des médias indépendants, de la diffusion d'information
et éditions de livres et brochures autour d'infokiosques, des espaces de
travail et d'échanges de savoir sur les médecines
alternatives, les vélos, la mécanique, le travail du bois ou du métal, la
sérigraphie, l'autoconstruction, le recyclage d'huile de tournesol pour
les véhicules, l'échanges de graines, des espaces entre femmes et
pratiques féministes, queer ou transgenres, des repas de quartiers, des
espaces de restaurants, bars, concerts, débats, projections ou théâtre. ..

Ces espaces se différencient d'une certaine mouvance dite de « squats
d'artistes » (surtout présente en région parisienne...) en tant qu'ils ne
recherchent pas à collaborer avec les pouvoirs publics et s'inscrivent
généralement de manière explicite dans une lutte de remise en cause de la
propriété privée, de l'Etat, des rapports de pouvoir et de profits et
cherchent à construire des zones d'autonomisations en liens avec divers
autres mouvements sociaux.

Ceci n'est qu'une vision partielle et grossière d'une situation complexe
et il serait par ailleurs faux de chercher à trop unifier des
expériences dont les idées et activités sont relativement diversifiées, et
qui ne se voient pas forcément toutes comme partie prenante d'un mouvement
plus large.

Il y a eu à ce titre quelques rencontres nationales intersquats il y a
trois ans et plus depuis. D'un autre coté, les associations locales
intersquats sont assez fréquentes et il y a beaucoup d'échanges entre les
squats à travers le pays par le biais de projets et d'actions
spécifiques, d'amitiés bien sur, et de réseau dans lesquels s'activent des
squatters-euses comme sans-titre (qui regroupe aussi des collectifs
ruraux...) (www.under.ch/SansTitre), le réseau infokiosque
(infokiosques.net), le réseau indymédia, les festivals de résistance, le
réseau anti-carcéral ou encore des projets nomades comme la Caravane
Permanente (cp.squat.net). Les liens existants ont déjà permis des
offensives communes comme le 25 fèvrier 2005 où des actions surprises ont
été menées dans 17 villes en france dans des locaux et Mairie du Parti
socialiste pour protester contre les expulsions.


Malgré les tentatives de répression croissante des autorités françaises
vis à vis de ces squats politiques - le gouvernement a par exemple cherché
à transformer l'occupation « sans droit ni titre » en délit dans le set
des Lois de Sécurité Intérieure il ya deux ans - il est
heureusement encore généralement possible de squatter sans se faire
emprisonner en France. Si la justice donne quasi-systématiquement raison
aux proprios et ordonne l'expulsion, les squatters-euses peuvent
régulièrement espérer quelques mois (ou quelques années...) de délais
quand ils/elles se battent légalement et surtout sur le terrain public et
politique. Si les expulsions sont nombreuses, elles occasionent de
nombreuses actions de résistance et de réouverture rapides dans certaines
villes.

Au cours des dernières années, quelques squats ont même réussi a stopper
momentanément les menaces d'expulsion qui pesaient sur eux et à trouver
une certaine stabilité suite à des rapports de force conséquents et
quelquefois aussi en concédant quelques négociations avec les
propriétaires (ce qui est l'objet de nombreux débats...). On peut citer
par exemple le cas de l'Esapce autogéré des Tanneries à Dijon, du Clandé à
Toulouse ou du 102 à Grenoble qui sont tous là depuis plus de huit ans.

D'un autre coté, beaucoup des squats les plus actifs de ces dernières
années comme les 400 couverts à Grenoble, Izmir à St-etienne, les Diables
bleux à Nice ou encore l'Ekluserie à Grenoble ont été expulsés dans la
dernière année. Tandis qu'à Paris, la Mairie socialiste ne se soucie même
plus des procédures légales pour expulser, d'autant plus depuis
l'instrumentalisation d'incendies d'immeubles de sans-papier-e-s l'été
dernier. . Il apparaît donc vital pour le mouvement de créer à temps un
rapport de force conséquent à l'échelle nationale et par
ailleurs de continuer à à multiplier les alliances et coopérations en
dehors du milieu squat.



============================================================IInvitation à
la prochaine rencontre de l'Action Mondiale des Peuples
============================================================

=================================
19 août - 3 septembre - en France
=================================

Introduction
============

A.M.P. [Action Mondiale des Peuples] : créé en 1998, c'est un outil, une
structure de coordination de groupes et de personnes partageant des luttes
et des pratiques portées par des principes anticapitalistes et
anti-autoritaires (voir "hallmarks" ci contre). L'AMP a été à
l'initiative de la caravane des indiens en France en 1999, de journées
mondiales d'action contre le G8, l'OMC, la Banque mondiale, le FMI, etc. A
Seattle comme à Gênes ou Prague et dans un certain nombre d'évènements
moins médiatisés, elle fut l'élément moteur de
nombreuses actions et réflexions... Au croisement d'initiatives
internationales et de luttes locales, l'AMP cherche à développer de
nouvelles dynamiques pour une transformation sociale radicale.

En Europe, les groupes et les individu-e-s proches des principes de l'AMP
se rassemblent tous les deux ans à l'initiative d'un collectif
"accueillant" (les convenors). Depuis 1998, ces rencontres sont
l'occasion d'échanger pendant quelques jours autour de nos pratiques
d'organisation et de résistance, de nos savoirs techniques et théoriques,
de tisser des liens pour s'associer et lutter ensemble. Les dernières
rencontres ont eu lieu à Leiden (Pays-Bas) en septembre
2002 et à Belgrade (Serbie) en juillet 2004. Elles ont rassemblé à chaque
fois des centaines de personnes et généré contacts, échanges et
initiatives. Cette année, le groupe francophone STAMP est convenor et
organise les prochaines rencontres de l'AMP-europe en août 2006.

STAMP est constitué de personnes et de collectifs attachés à
l'autonomie, à l'autogestion et à l'action directe... Il s'agit
d'une structure ouverte spécialement créée en vue de cette rencontre et
qui souhaite inclure toutes celles et ceux qui veulent participer à son
organisation.

Youpi.


Hallmarks
=========

1. un rejet très clair du féodalisme, du capitalisme, et de
l'impérialisme, ainsi que de tous les accords commerciaux,
institutions et gouvernements promoteurs d'une mondialisation
destructrice.

2. un rejet très clair de toutes formes et systèmes de
domination et de discrimination dont (et de manière non
exhaustive) le patriarcat, le racisme et le fondamentalisme
religieux. Nous reconnaissons la dignité entière de tous les
êtres humains.

3. une attitude de confrontation, puisque nous ne pensons pas
que le « lobbying » puisse avoir un impact majeur sur des
organisations à tel point partiales et antidémocratiques,
pour lesquelles le capital transnational est le seul facteur
réel déterminant leur politique.

4. un appel à l'action directe et à la désobéissance civile,
au soutien des luttes et des mouvements sociaux, mettant en
avant des formes de résistance qui maximisent le respect pour
la vie et pour les droits des peuples opprimés, ainsi qu'à la
construction d'alternatives locales au capitalisme mondial.

5. une philosophie organisationnelle basée sur la
décentralisation et l'autonomie. L'AMP est un outil de
coordination, pas une organisation. L'AMP n'a pas de membres
et n'aura pas de représentation juridique. Nulle organisation
ou personne ne peut représenter l'AMP.


Programme
=========

Du 19 au 27 août 2006
---------------------

Partie décentralisée à Frayssinous, Bellevue, Toulouse, Lyon, Dijon: des
discussions et chantiers/projets concrets se dérouleront simultanément sur
5 lieux collectifs autogérés, en ville ou à la campagne. Chaque lieu
portera des thèmes particuliers, notamment liés à des préoccupations
locales. Nous attendons au plus vite vos propositions de débats,
ateliers & projections, sur ces sujets ou d'autres encore !

Les 28 et 29 août 2006
----------------------

Rangement et Road Movie collectif en train, stop, bus, camion, vélo à
travers la France.

Du 30 août au 3 septembre 2006
------------------------------

Moment centralisé à Dijon: tout le monde se retrouvera pour un retour sur
les discussions thématiques, de nouveaux ateliers, la mise en commun de
réflexions stratégiques et de projets d'actions, la prise de décision
concernant l'organisation, les orientations et les projets de l'AMP
Europe.

Au quotidien
------------

Quant au déroulement de cette conférence et de nos vies, nous refusons le
cloisonnement de certains rôles et leur hiérarchisation. Dans une volonté
de mélange théorie/vaisselle/révolution, nous souhaitons donc porter une
attention particulière à ce que chacun-e se sente impliquée autant sur le
contenu thématique que dans l'organisation logistique et les tâches du
quotidien. Les chantiers permettront aussi de se connaître autour d'une
réalisation pratique commune et de porter une attention à la dimension
relationelle en nombre plus restreint avant de se retrouver tous et
toutes.


Lieux
=====

Frayssinouss
------------

- Hameau collectif, Les 4 chemins
- Téléphone: +33-(0)-688-916-755
- E-mail: stamp-frayssinous(a)pgaconference.org

Thèmes
~~~~~~

- Enfants, éducation, âgisme et contrôle social (ces questions seront
abordées avec des enfants);
- Luttes anti-industrielles: stratégies de luttes face à la
techno-industrie et son monde; résistances paysannes contre
l'agro-industrie;

Activités pratiques
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

- bois, débroussaillage
- maçonnerie
- atelier gravure
- atelier radio
- construction d'un espace jeu et d'une cabane pour les enfants, avec
les
enfants

Lyon
----

- Collectif Friche Artistique-Autogérée
- E-mail: stamp-lyon(a)pgaconference.org
- Téléphone: +33-(0)5-65-998-672

Thèmes
~~~~~~

- les sociétés de contrôle et les politiques sécuritaires: biométrie,
vidéosurveillance, répressions policières et nouvelles technologies;
- racisme, néo-colonialisme et politiques migratoires;
- luttes antipatriarcales & antihétérosexistes, féminismes et questions
de genres;
- analyses et réflexions sur le mouvement social du printemps;

Activités pratiques
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

- ateliers samba;
- atelier sérigraphie: création d'affiches;


Bellevue
--------

- Ferme de Bellevue
- E-mail: stamp-bellevue(a)pgaconference.org
- Téléphone: +33-(0)-555-679-626

Thèmes
~~~~~~

- Comment gagner en autonomie matérielle, politique et sociale, par les
échanges non-marchands, le partage, la mise en commun et lacréation de
communauté ?

- "Destruction globale environnementale", liée au système capitaliste;
développement d'alternatives écologiques autonomes

Activités pratiques
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

- traite
- boulange
- maraîchage
- construction
- bûcheronnage


Dijon
-----

- Espace autogéré des Tanneries
- E-mail: stamp-dijon(a)pgaconference.org
- Téléphone: +33-(0)-872-248-117

Thèmes
~~~~~~

- Expérience et résistance des espace autonomes: squats, communautés
rurales, espaces autogérés divers et variés
- Luttes numériques: défense des serveurs et structures de comunication
autonome; Indymedia et le mouvement...
- Quand la rue s'embrase : retour sur les mouvements sociaux en france,
ouverture et ghettoisation des luttes radicales

Activités pratiques
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

- Construction d'une salle de réunion, bureau et bibliothèque


Toulouse
--------

- Autoc Toulouse
- E-mail: stamp-toulouse(a)pgaconference.org
- Téléphone: +33-(0)-675-157-665

Thèmes
~~~~~~

- autonomie vis à vis du logement et des énergies;
- accés à la terre: échanges de pratiques;
- urbanisation: remodelage de quartiers où existait une idée de lien
social et qui maintenant facilite la répression et le control social;

Activités pratiques
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

- chantier d'autoconstructions;
- activités variées (radio, brochures...);


Infos Complémentaires
=====================

Inscriptions
------------

Les lieux décentralisés ont chacun des limites physiques, humaines,
environnementales en terme de capacité d'acceuil. Il est donc nécessaire
et urgent de s'inscrire rapidement pour participer à la conférence. Un
formulaire est disponible sur http://pgaconference.org/.

Transports et visas
-------------------

Si vous avez besoin d'aide pour les frais de voyage et l'obtention de
visa, contactez nous d'urgence (avant fin juin, sinon ce sera
compromis).

Soutien financier
-----------------

Un des objectifs important que nous nous sommes fixés pour ces
rencontres est de permettre à des militant-e-s d'europe de l'est d'y
participer et donc nécessairement pour beaucoup d'entre elles/eux de les
soutenir financièrement pour l'obtention de visas et les frais de voyage.
Nous ne disposons pour l'instant que de très peu d'argent et faisons donc
appel urgemment à votre solidarité financière sur cet objectif spécifique.
Les dons peuvent se faire à l'ordre de « accueil caravane »:

STAMP c/o Longo Mai 04300 Limans France

Contacts & infos
----------------

- E-mail: stamp(a)pgaconference.org
- Site web: http://pgaconference.org/
- Téléphone (pour visas seulement): +33-(0)-687-025-844
- Téléphone (global, à partir du 9 juillet): +33-(0)-872-248-117

--
STAMP - http://stamp.poivron.org/
PGA06 - http://pgaconference.org/
_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center