A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Acheminement vers Cornelius Castoriadis et apres : autonomie et communisation

Date Sat, 21 Jan 2006 13:36:04 +0100 (CET)


(Texte d'une conférence prononcée au CAPTEÉ)
Acheminement vers Cornelius Castoriadis et après : autonomie et communisation

par Insurrection vive

Provenant de l?héritage marxiste et nationaliste, il y a toujours eu chez
moi un double intérêt pour le politique et le social : le point de vue
pratique et le point de vue théorique, la praxis qui les concilie comme
dirait Marx. Voulant agir pour transformer la vie et le monde, je
comprenais que je devais pour ce faire comprendre la situation historique
de mon actualité, la synthèse de l?histoire dans un sens assez hégélien et
puis assez marxiste aussi, là-dessus Marx poursuivait l??uvre de Hegel.
Dans un sens tout aussi historique, je me devais de me saisir en tant que
québécois de situations géographique, géopolitique et culturelle. J?ai
ainsi fait parallèlement à des recherches en histoire et en philosophie de
l?histoire, des recherches sur les origines du Québec contemporain. Dans
mes jeunes années de politisation, on pourrait dire que le Manifeste du
parti communiste de Marx et Engels côtoyait Nègres blancs d?Amérique de
Pierre Vallières. Il y avait <<urgence de choisir>> pour paraphraser un
texte de ce même Vallières. C?est immédiatement au PQ que devait aller
mes allégeances politiques et puis par déception face au néolibéralisme de
celui-ci au PDS (Parti de la démocratie socialiste) et ensuite au PCQ
(Parti communiste du Québec) qui plus tard allaient devenir deux des
créatures à l?origine de l?UFP (Union des forces progressistes).

Parallèlement à mon évolution théorique, sociale et politique, il y avait
la grande période d?effondrement du bloc soviétique (URSS et pays
satellites) qui lentement mais sûrement s?acheminait vers sa propre
destruction et la libéralisation. L?Occident capitaliste triomphait
partout et le marxisme s?avérait être un échec. Les agents de
légitimation du libéralisme occidental comme Francis Fukuyama pouvaient
bien parler de fin de l?histoire. Dans ce cadre, le Québec ne différait en
rien. Les principaux partis étaient tous néolibéraux, pro-capitalistes
donc, et la gauche de parti était désorientée. Le modèle soviétique était
périmé et on questionnait de plus en plus le rôle de l?État (fusse-t-il
social) comme colonisant l?ensemble de la vie, l?arraisonnant, nous
conduisant toujours to the road of serfdom, vers la voie de la servitude.

J?acceptais ce constat de plusieurs et me questionnais sur l?État qui
s?avérait finalement pour moi être un véritable appareil de domination
bureaucratique servant soit les intérêts du capitalisme (néolibéralisme
actuel) ou encore ses propres intérêts ainsi que ceux de la classe qu?il
fait travailler essentiellement petite-bourgeoise (correspondant
idéologiquement aux nationalisme de gauche, sociale-démocratie ancienne et
nouvelle, socialisme?), que nous pourrions sûrement appelé aussi classe
moyenne étatisée : fonctionnaires, intellectuels et artistes patentés
et/ou subventionnés, organisateurs communautaires? Le marxisme et le
nationalisme étant les deux idéologies fondamentales de légitimation de
l?État, fusse-t-il prétendument social, ils ne peuvent qu?être rejetées
avec l?État qui leur permet de s?incarner. En arrivant là, j?étais
désorienté.

À ce moment, je revenais parallèlement à d?autres influences plutôt
individualistes qu?étaient Max Stirner et Friedrich Nietzsche et ses
continuateurs (de Bataille à Deleuze et Guattari en passant par Michel
Foucault, Jacques Derrida et plusieurs autres). Je n?entrevoyais à ce
moment qu?une affirmation de la pluralité constitutive de l?existence
singulière de l?individu, voire du dividu (l?individu scindé en lui-même
par plusieurs forces, identités et différences qui le traversent
constamment et en sont constitutives) et une lutte contre tout ce qui
empêche cette existence (généalogie des pouvoirs, macropouvoirs comme le
patriarcat, l?État, le capitalisme, la technoindustrie, la gestion «
opérationnelle-décisionnelle » comme dirait Michel Freitag, etc. ou
micropouvoirs comme la famille, l?école, l?hétéronormalité et
l?hétérosexisme, la police et la prison, l?institution psychiatrique et
médicale?). J?y resterai fidèle et le reste encore.

Je n?arrivais plus à penser les communautés autrement que comme des
entraves à cette existence singulière. Il va sans dire qu?il y avait là
un rejet de toute Société comme ensemble organique d?institutions
normalisatrices et répressives ainsi que formes de dominations. Cela
demeure une donne fondamentale dans ce que j?envisage théoriquement,
politiquement et existentiellement.

C?est à ce moment que lors de la préparation d?une conférence-débat sur le
rapport entre les normes et la liberté que je devais défendre contre
celles-ci, je fis la connaissance de Cornelius Castoriadis. Ce penseur en
est un de l?autonomie. L?autonomie dans l??uvre de Castoriadis est ce qui
est centrale.

L'auto-nomie ne consiste pas à faire n'importe quoi, ni même à laisser
faire n'importe qui, mais bien plutôt à se donner (auto) sa propre loi
(nomos), où se nouent liberté individuelle et collective.

Posant comme exigence de l'autonomie de "se donner soi-même ses lois,
sachant qu'on le fait", il s'agit ensuite de trouver un sujet pour devenir
cette société autonome qui resterait société instituante ne restant pas
figée dans la "pensée héritée", "auto-institution explicite et permanente
de la société".

Pour Castoriadis : << Une société autonome ne peut exister sans individus
autonomes et des individus autonomes ne peuvent exister que dans une
société autonome>>. Ici l?autonomie individuelle et l?autonomie sociale se
co-engendrent, sont constitutives l?une de l?autre. La conception
castoriadienne de l?autonomie me permettait dès lors de refonder la
dialectique complexe qui unit puissances singulières et puissances
collectives et d?envisager globalement le politique tout autrement.

Castoriadis est né en Grèce en 1922 mais vécut en France de 1945 à 1997.
Il fut dans son jeune temps lié au Parti communiste grec, puis à la
contestation anti-stalinienne d?obédience trotskiste. C?est dire qu?il
s?est lié au communisme soviétique dès sa jeunesse. Mais vint à penser
l?URSS comme un État ouvrier dégénéré soumis à l?administration despotique
d?une bureaucratie dirigiste dirigée d?une main de fer par Staline. Il
critiquait la dégénérescence bureaucratique stalinienne. Mais peu à peu
remis en question l?ensemble du marxisme-léninisme (léninisme, trotskisme,
stalinisme?) comme étant un régime de gestion d?un capitalisme d?État
fonctionnant par administration planiste et bureaucratique des masses à
des fins productivistes, industrialistes et impérialistes, s?érigeant en
dictature et se développant par contrôle sur les partis communistes du
monde qu?il soumit à son autorité et à ses diktats.

Il renvoya dos à dos le capitalisme libéral occidental et le
marxisme-léninisme comme deux mondes issus des impératifs capitalistes.

En France, il fonda avec Claude Lefort, Jean-François Lyotard et d?autres
la revue Socialisme ou Barbarie (1949-1965) qui mena très tôt une critique
implacable du marxisme-léninisme et de l?administration bureaucratique en
général et développa la politique conseilliste issue des expériences des
conseils ouvriers, gestion autonome en conseil par les
travailleurs/travailleuses de la production dans son unité de base,
l?usine, l?entreprise? qui puise une de ses majeures influences dans les
soviets autonomes qui précédèrent la contre-révolution bureaucratique
bolchévique de 1917... Cette tendance conseilliste est issue de la gauche
communiste germano-hollandaise, l?ultra-gauche, représentée historiquement
par des figures comme Otto Ruhle, Herman Gorter, Anton Pannekoek?
Castoriadis développa tout d?abord dans Socialisme ou Barbarie une pensée
autogestionnaire qui visait à l?éradication de tout pouvoir de gestion des
masses, libérale ou marxiste-léniniste. Mais cette pensée demeurait dans
un cadre marxiste historiciste, industrialiste, productiviste?

Mais il vint à penser que le marxisme comme le capitalisme dont on peut
dire qu?il est l?enfant ne remettait pas en question les impératifs qui
fondent les sociétés modernes et qui s?imposent aux humainEs. Castoriadis
devait donc s?attaquer à la pensée de Marx et au marxisme dans son
ensemble.

Il critiqua l?historicisme de Marx issu d?Hegel qui pense l?histoire
humaine comme étant déterminée par des fins comprises en elle-même ou en
son évolution qui donnent réalité à la vie en général. Chez Marx, c?est la
lutte des classes comprise à l?intérieur des rapports de production. Les
sociétés modernes se fondent comme la réalisation d?un ordre
d?exploitation où il y a ceux qui possèdent les moyens de production, la
bourgeoisie, et ceux qui n?ont que leur force de travail qu?ils doivent
vendre à cette bourgeoisie, le prolétariat. La bourgeoisie accumule la
plus-value et le profit en s?accaparant le fruit du labeur des masses
prolétariennes. Cette histoire poursuit l?histoire comme évolution de la
lutte des classes, comme le pensait Marx. Dans ce cadre, pour détruire
l?exploitation capitaliste, le prolétariat était conduit par ses
déterminations à s?organiser en Parti, en forgeant l?unité de ses forces
en érigeant le Parti de sa classe, le Parti communiste, qui devait par
l?organisation, la propagande et la révolution armée prendre le contrôle
de l?État et établir la dictature du prolétariat qui devait elle-même peu
à peu amener l?État à se détruire pour réaliser la société communiste,
sans classes, sans capitalisme, sans État... Évidemment, tout cela comme
vu auparavant s?avéra qu?une vaste illusion et un véritable cauchemar dans
tous les pays où on vit le marxisme prendre le pouvoir et cela pour
Castoriadis découle fondamentalement de la théorie marxiste de l?histoire.
Cette histoire se réalisait dans un nouvel ordre d?exploitation. Cette
histoire s?imposait à tous/toutes, la volonté autonome des
humains/humaines n?y était pour à peu près rien. Cette façon de penser
l?histoire et de la faire s?avérait déterministe, impérative, contre toute
forme d?autonomie individuelle et sociale.

Cette histoire poursuivait aussi les fins capitalistes de développement
industriel, d?arraisonnement, de gestion et de destruction de la vie à
des fins de production, de réduction des humains/humaines à leur labeur, à
leur condition prolétarienne fusse-t-elle autogérée et communisée? bref en
découlait un univers globalement administré dont la pensée de Marx ne
sortait pas selon Castoriadis. Marx était issu de l?univers existentiel,
social et politique du capitalisme et n?en sortait pas. Toute la théorie
et la pratique révolutionnaires devaient donc être repensées.

Castoriadis fit à partir de ce constat une nouvelle lecture de l?histoire
de l?émancipation. Il repensa la praxis révolutionnaire à partir
d?influences plurielles mais dont certaines plus déterminantes dont la
démocratie directe athénienne et l?histoire conseilliste visant une praxis
de l?auto-émancipation. Il voyait dans ses différentes expériences, malgré
leurs limites marquées historiquement, des pratiques de l?autonomie.

Pour Castoriadis, différentes expériences historiques montrent la capacité
proprement humaine d?autofondation de la Société. La Société n?est
visiblement pas la création des Dieux, des finalités extrahumaines de
l?histoire, des déterminismes absolus, des seuls grands hommes, etc.
Certes les humainES font l?histoire dans les conditions préexistantes à
leur existence singulière mais ils/elles la font tout de même. Cependant,
cette réalité fut toujours recouverte par l?histoire des dominations :
religieuses, étatiques, capitalistes? Ce qu?il s?agit maintenant c?est de
reprendre en mains individuellement et socialement la capacité que nous
avons de déterminer nous-même l?histoire, de reprendre le pouvoir de notre
propre possibilité humaine d?imaginer et de créer les univers
existentiels, sociaux et politiques dans lesquels nous vivrons, notre
propre possibilité de concevoir et d?engendrer l?à venir et non de
poursuivre le présent sous la forme d?un futur déjà présent. Cela est la
révolution selon Castoriadis et celle-ci ne peut être que permanente sous
peine de se figer en nouveaux ordres sociaux figés qui empêchent la
création humaine historique de se poursuivre et qu?ainsi les humainEs ne
vivent que sous des impératifs qui s?imposent à eux. Il convient d?un
côté que les individus deviennent maîtres de leur destinée, qu?ils
s?arrachent aux diktats pulsionnels de leur inconscient, se connaissent et
soient responsables d?eux-mêmes ainsi que dans un rapport harmonieux avec
la vie en général et d?autre part que leur socialisation se fasse dans
l?interaction entre subjectivités autonomes instruites de leur histoire,
des conditions de leur vie et des moyens de la vivre et qu?ils
autoinstituent la Société selon des procédures de démocratie directe : par
conseils, par agoras, par délibérations publiques et par d?autres
procédures démocratiques favorisant l?autonomie de chacunE et de leur
Société.


« Le projet d?autonomie implique un véritable devenir public de la
sphère publique/publique, une réappropriation du pouvoir par la
collectivité, l?abolition de la division du travail politique, la
circulation sans entraves de l?information politiquement pertinente,
l?abolition de la bureaucratie, la décentralisation extrême des décisions,
la souveraineté des consommateurs, l?autogouvernement des producteurs ?
accompagnés d?une participation universelle aux décisions engagent la
collectivité et d?une autolimitation .»

Tout un programme donc qui implique l?abolition de toutes les formes de
domination : patriarcat, capitalisme, États, administrations et autres
organes de gestion? Un projet d?autonomie !


Ce projet d?autonomie est l?ultime forme de démocratie selon Castoriadis,
c?est-à-dire de réalisation d?un univers social fondé sur notre capacité
d?imaginer et de créer, de nous autofonder, autant individuellement que
collectivement, il n?y a d?ailleurs pas de dissociation à faire selon
Castoriadis entre l?individu et la Société, les deux s?engendrant dans un
rapport dynamique qui les fait co-exister dans leur fondation et leur
autofondation.

Et le projet que Castoriadis vise en est un qui doit permettre la
réalisation d?un plein pouvoir inclusif qui délibérant, dialogique, se
donne la possibilité d?une constante autotransformation. Le projet de
Castoriadis est un projet d?autoinstitution de la Société définie par des
procédures de démocratie directe.

La pensée politique de Castoriadis définit largement l?horizon social et
politique radical que nous qualifions de ``démocratisme radical``.

Autonomie et communisation : les limites de la théorie castoriadienne et
leur dépassement

Le Démocratisme Radical
Le démocratisme radical se veut, dans le meilleur des cas, la critique du
mode de production capitaliste pour laquelle il ne s?agit plus pour le
prolétariat d?abolir ses conditions d?existence, c?est à dire abolir le
mode de production capitaliste et lui-même, mais de maîtriser ses
conditions d?existence. Pour cela ce mouvement social trouve dans la
démocratie revendiquée comme radicale la forme et le contenu le plus
général de son existence et de son action (maîtrise, contrôle). Le
prolétaire est remplacé par le citoyen, la révolution par l?alternative.
La notion d?alternative est centrale en ce qu?elle suppose que les
conditions actuelles de la production et de la société en général pourrait
être gérées de deux façons différentes. Le démocratisme radical a des
solutions pour tout. Le mouvement est vaste : de formes qui ne
revendiquent qu?un aménagement, un capitalisme à visage humain, jusqu?à
des perspectives alternatives qui se veulent rupture d?avec le capitalisme
tout en demeurant dans la problématique de la maîtrise.

- Roland Simon

Pour les raisons évoquées avant, l?affirmation communiste ne se fera plus
sous la base d?une identité prolétarienne qui n?est qu?une identité
réifiée pour les fins du Capital libéral ou marxiste. Mais l?affirmation
de Roland Simon me semble par ailleurs un commencement certain de cette
dernière partie.

Le démocratisme radical existe comme tendance affirmant dans son pôle de
radicalité de nouvelles luttes et affirmations sociales qui peuvent aller
jusqu?à l?autogestion et l?action directe mais toujours pacifiées par les
procédures d?AG, la conciliation des intérêts par le consensus et
l?unitarisme. Nous , le nous de position, n?avons rien à foutre avec lui
car nous vivons et luttons furieusement sans attendre quoi que ce soit des
règles d?un quelconque jeu démocratique : ni démocratie comme gestion
faussement représentative ni démocratie directe comme activités politiques
régulées par ag, structures qui perdurent, Organisation unitaire qui nie
la conflictualité et les différents, Sociétés?

Nous entendons par démocratie directe l?autogestion procédurière de nos
misères, le lieu de pacification des conflits, l?espace structurant de
rencontres légitimé comme lieu de programmation de la discussion, de la
non-vie, de la domination du code sur la vitalité et le dynamisme du
mouvement, la tentative de concilier toutes les puissances sociales dans
un même mouvement en faisant l?économie de la violence entre tendances
dominantes et mouvements de destruction de ces formes de domination... Au
même titre que nous sommes contre la démocratie, nous sommes contre la
Société. La Société définit comme l?ensemble régulateur d?institutions
normalisatrices et impératives qui fondent la vie et la loi sociales et
ainsi nous déterminent et nous dominent. Sur laquelle comme totalité, nous
n?avons pas d?emprise générale que des emprises singulières qui subsumées,
ou englobées, dans cette totalité sociale deviennent vite aliénantes et
hétéronomes au sens qu?elles sont déterminées par cet ordre social général
qui dans le rapport de force et de coercition triomphe dans le jeu de
pouvoir et de gestion fusse-t-il démocratie directe, qui institue chaque
fois un impératif global qui s?impose sur nos vies, nous détermine et donc
nous fait violence et nous domine.

De l?affirmation sans compromis de notre existence communisée, nous
attaquons les procédures de gestion de nos vies y compris la démocratie
directe particulièrement sous sa forme assembléiste. Nous n?avons que
faire de passer nos vies à gérer le monde dans la procédure dans de vastes
assemblées générales qui mettent en place la pacification des conflits.
Notre vie est une attaque constante contre sa formalisation-programmation.

Quand nous créons, quand nous nous aimons, quand nous produisons, quand
nous pensons et même quand nous discutons, nous n?avons pas besoin de
passer par l?AG pour savoir quoi faire et quoi penser et surtout comment
nous policer. Nous vivons furieusement sans canaliser nos forces dans la
maîtrise du tout et la programmation de nos vies. Nous communisons parfois
dans l?illégalité en libérant les espaces, les ressources alimentaires,
les techniques, les idées, les désirs...

Nous sommes des illégalistes qui brisons les lois et les codes comme tout
ce qui régule pour à la fois vivre sans entraves et lutter sans compromis.
Nous communisons plus souvent qu?autrement dans l?informel et/ou
l?illégalité. Rien à voir avec la démocratie radicale fusse-t-elle celle
pensée par Castoriadis à qui nous empruntons parfois certains concepts
comme on pille ce dont nous avons besoin et désirons.

Nous nous organisons pour vivre et pour lutter sous des modes de gratuité,
de partage, de mise en commun, d?amitiés intenses?

« Rien de ce qui s?exprime dans la distribution connue des identités
politiques n?est à même de mener au-delà du désastre. Aussi bien, nous
commençons par nous en dégager. Nous ne contestons rien, nous ne
revendiquons rien. Nous nous constituons en force, en force matérielle, en
force matérielle autonome au sein de la guerre civile mondiale. »
« S?organiser veut dire : partir de la situation, et non la récuser.
Prendre parti en son sein. Y tisser les solidarités nécessaires,
matérielles, affectives, politiques. »

Nous nous organisons par « une constellation expansive de squats, de
fermes autogérées, d?habitations collectives, de rassemblements fine a se
stesso, de radios, de techniques et d?idées. L?ensemble relié par une
intense circulation des corps, et des affects entre les corps. » Entre
autres...
Comme disent certainEs, nous avons déjà commencéEs.

Nous savons que c?est insuffisant mais il faut des bases pour
attaquer/détruire, construire le mouvement de communisation qui ne peut
avoir de prolongements que dans des insurrections toutes à la fois
singulières et générales?

Et une vie libérée généralement au-delà du nous, même du nous humainEs.

Du côté de l?écologie, nous laisserions la vie se libérer de sa
marchandisation et de sa détermination rationaliste et utilitaire. Nous
détruirions ces logiques de domination qui s?exercent contre tout y
compris contre nous. Nous réapprendrions à vivre « communistement » avec
l?ensemble du vivant, comme partie dynamique de cette affirmation
plurielle qu?est la vie.

« La prochaine révolution sera communisation de la société, c?est-à-dire
sa destruction, sans "période de transition" ni "dictature du
prolétariat", destruction des classes et du salariat, de toute forme
d?État ou de totalité subsumant les individus... »
Communisation - Christian Charrier




_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center