A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Chomeurs, chomeuses, precaires, occupons nous de affaires !

Date Fri, 10 Feb 2006 23:26:29 +0100 (CET)


Un tract du collectif-RTO Lille:
http://www.collectif-rto.org/article.php?id_article=46

Au moment où le gouvernement ne cesse de se vanter de la baisse du
chômage, qui n?est celle que des chiffres, 2006 s?annonce comme une année
de contrôle social et de pression sans précédent pour les chômeurs. Elle
sera celle de la mise en oeuvre des mesures adoptées au cours de l?année
2005 dont on peut déjà à mesurer certains effets désastreux.
L?application du décret Villepin sur le " suivi de la recherche d?emploi "
intensifie le contrôle et la pression sur les chômeurs et introduit un
nouvel éventail de sanctions allant de la réduction graduelle de
l?allocation à la radiation pure et simple.
Dégradation accélérée de la norme d?emploi par la multiplication des
contrats précaires imposés. Il deviendra bientôt difficile de faire une
énumération complète des formes d?emploi tant l?imagination du
gouvernement et du MEDEF semble fertile en la matière : Contrat
d?Accompagnement à l?Emploi (CAE), Contrat d?Avenir (CA), Contrat
Initiative Emploi (CIE), Contrat
d?Insertion Revenu Minimum d?Activité (CIRMA), Contrat Nouvelle Embauche
(CNE) et Contrat Première Embauche (CPE). Autant de contrats précaires,
le plus souvent sous-payés, visant autant la mise au travail forcé, que
la subvention systématique des entreprises, en particulier celles des
secteurs d?activité " en tension " (bâtiment, restauration, services à la
personne...).
Pour parachever ce bel édifice " le suivi mensuel personnalisé " des
demandeurs d?emploi se met en place depuis le 1er janvier. Les chômeurs
devraient être désormais convoquéEs tous les mois, et non plus tous les
six mois, par l?ANPE, pour se voir " proposer " l?un ou l?autre de ces
contrats aidés précaires, un stage parking ou une " évaluation en milieu
de travail " (EMT), travail gratuit en entreprise. Ils auront de plus en
plus en plus de difficulté à en justifier le refus. Ce dispositif ne
pourra qu?entraîner l?explosion mécanique des radiations, pour non
présentation à convocation ou pour refus " sans motif légitime " d?une
prétendue " offre valable d?emploi " ou d?une action " d?insertion ".

Toujours sous prétexte de lutte contre le chômage, le gouvernement
entreprend de réformer les minima sociaux et fait adopter une prime à la
reprise d?emploi qui, calculette à la main, fait perdre aux allocataires
du RMI ou de l?ASS 1000 à 2000 euros par rapport au système précédent.
Dans le même temps les " partenaires sociaux " (MEDEF, CFDT, CGC, CFTC)
ont signé la nouvelle convention UNEDIC 2006.
Soumis à la pression des conseils généraux, les Rmistes doivent se battre
pour que les associations " d?insertion " qui les " gèrent " prennent en
considération leurs
besoins vitaux (logement, électricité, eau, téléphone, chauffage) et
résister à l?intrusion dans leur vie privée. Nous toutes et tous, ne
pouvons ignorer cette réalité. Nous ne pouvons fermer les yeux sur sa
brutalité et sur la conception de la justice sociale qu?elle traduit. Nous
ne
pouvons en accepter les conséquences sur nos vies. Nous ne voulons pas
nous y soumettre.
Un peu partout, dans des collectifs, le refus de cette logique de mise au
pas de nos vies, la mobilisation contre les instruments de sa mise en
oeuvre se construisent. Il s?agit de s?informer, d?échanger, de
manifester notre mécontentement, de nous imposer, de mettre en commun nos
luttes, de forger de nouvelles armes. Il s?agit d?être présent-e-s partout
où se décide notre sort, dans les ANPE, les Assédic et dans les
administrations, par une mobilisation de l?ensemble des
concernéEs. Il s?agit de comprendre, de perturber, de refuser.
A Lille, un collectif de Résistance au Travail Obligatoire (RTO) s'est
créé. Il en appelle aux chômeurs-ses, RMAstes, apprentis-es, intérimaires,
squatteurs-ses, gens du voyage, stagiaires,
intermittents-tes, vacataires, étudiants-es, pigistes, sans-papiers et
autres licenciés-es, exclus-es ou exploités-es de toutes sortes,
syndiqués-es ou pas. Il les appellent à se joindre à lui dans une lutte
menée par les intéressés et pas imposée dans sa forme et dans ses
objectifs par
des directions syndicales. Ces même grandes confédérations qui lorgnent
sur le gâteau que représente la gestion de l'UNEDIC et qui ne semble
envisager autre chose qu'une opposition de forme, restant désespérément
absente du terrain de la mobilisation ou organisant des « journées
d'actions » auxquelles plus personne ne croit.
Les gouvernements successifs ont déclaré la guerre contre les chômeurs,
les précaires (et par
là-même, à l'ensemble des travailleurs). Face à l'oppression de l'état,
des patrons et de leurs
collaborateurs, il est grand temps de lutter efficacement sans compter
sur personne d'autre
que sur nous-même.
En nous organisant, nous pourrons obliger l?ANPE à réintégrer des
chômeurs radiés, obliger EDF à
rétablir l?électricité, demander collectivement du fric pour vivre,
résister aux expulsions, lutter pour des logements pour tous,
réquisitionner les richesses, soutenir les grèves, etc. Si vous Êtes
soumis à toutes ces pressions (ANPE, Assedics, etc .), vous pouvez
contacter le
collectif pour témoigner, s?informer mutuellement, échanger des conseils
pratiques et juridiques, pour organiser des actions collectives.

Collectif RTO-Lille


Le droit à l'accompagnement

Quel que soit la nature de votre démarche à l'ASSEDIC ou à l'ANPE, vous
avez le droit d'être accompagné: par un ami, un avocat, un syndicaliste,
un membre d'un collectif ou d'une association.
En quoi est-ce utile?
Contrairement aux idées reçues, celui ou celle qui fait valoir ses droits
ne sera pas fiché-e comme fouteur-se de merde mais, au contraire, comme
un-e chômeur-se à qui on ne peut pas faire tout et n'importe quoi. Être
accompagné, c'est d'abord se garantir un témoin de ce qui est dit par
vous et par le représentant de l'institution.
Être accompagné, c'est aussi un soutien essentiel pour défendre son
dossier, pas seulement juridiquement, mais aussi parce que la personne
qui n'est pas directement concernée sera moins stressée et moins soumise
aux pressions que vous.
Le collectif fait ce pari de la solidarité active. A vous aussi de rendre
la pareille: si votre expérience personnelle peut vous permettre de filer
un coup de main à d'autres précaires, nous avons besoin de vous.

CONTACTS:
Permanence pour et par des précaires
tous les mercredi et samedi de 16h à 19h
au 6, rue de Colmar à Lille
Mail: collectif(a)rto-lille.ath.cx

- RETRAIT DE LA LOI SUR « L'ÉGALITE DES CHANCES » (CPE-APPRENTISSAGE) -
ABROGATION DES ORDONNANCES VILLEPIN (CNE)
- SUPPRESSION DE TOUTES LES MESURES DE CONTRÔLES DES CHÔMEURS-SES
- VERSEMENT INCONDITIONNEL DES ALLOCATIONS POUR TOUTES ET TOUS.
- ACCÈS GRATUIT ET INCONDITIONNEL AUX BESOINS FONDAMENTAUX (CULTURE,
ÉNERGIE, LOGEMENT, PAPIERS, TRANSPORT,...)
- LIBÉRATION IMMÉDIATE DE TOUS LES ÉMEUTIERS DES QUARTIERS POPULAIRES

[ info reprise de la mailing liste [ac-forum] http://www.ac.eu.org ]


_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center