A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Retour sur les evenements de San Pere Mes Baix - Barcelone

Date Tue, 7 Feb 2006 23:41:52 +0100 (CET)


Traduction de deux textes concernant les évènements de San Pere Més Baix,
ce week-end à Barcelone.

### Article Indymedia Barcelone du 05 février au matin.

Les faits se sont déroulés le samedi 4 février 2006, vers 6h30 du matin,
devant le théatre occupé de la rue San Pere Més Baix, dans le quartier de
Santa Catarina.

La guardia urbana (police municipale), qui était présente dans le quartier
depuis environ 22 heures, s'est mise à 5 heures du matin à agresser des
personnes qui étaient dans la rue. Après avoir frappé brutalement
plusieurs personnes et tiré à trois reprise avec des balles réelles, ils
arrêtèrent finalement arbitrairement 9 personnes.

Selon la première version du maire Joan Clos et des médias officiels, un
policier fut blessé par une pot de fleur lancé depuis un balcon du
théàtre. Ils soutiennent à présent une nouvelle version des faits. Dans
cette version, modifiée 14 heures plus tard, il ne s'agirait pas d'un pot
de fleur mais d'une pierre lancée depuis la rue par plusieurs personnes.

Selon des témoins occulaires, un des détenus fut menotté aux pieds et aux
mains et tabassé au milieu de la rue par huit policiers (agents de la
guardia urbana et des mossos d'esquadra). Jusqu'à 19h30 le même jour, ce
jeune homme était disparu et la police n'a donné aucune nouvelle sur son
lieu de détention ou son état de santé.

Ce samedi après-midi, les mossos d'esquadra (police catalane) se sont
emparés du quartier Santa Catarina, y créant un véritable état policier.
Commença alors une véritable chasse aux sorcières dans des centres sociaux
du quartier (n'ayant pourtant rien à voir avec le théâtre), la police
arretant arbitrairement des personnes au look supposé "squat".

D'autre part, ni le groupe de soutien, ni l'avocat, ni les familles n'ont
reçu de nouvelles des détenuEs avant samedi 22 heures. À l'heure actuelle,
il reste encore une jeune fille disparue; ses parents ont porté plainte.

Les informations que nous avons sur la situation de trois personnes
détenues sont extrèmement graves. Une d'elle a de graves contusions à la
tête, une autre un oeil au beurre noir et un bras bandé. La personne se
trouvant dans les pires conditions fut frappée brutalement par de
nombreux policiers et trainée au point d'avoir une rasta arrachée. Elle a
également un bras dans le plâtre et un autre bandé. Les violences furent
si graves qu'ils furent hospitalisés mais, même après leur passage à
l'hôpital, les violences continuèrent impunément, couvertes par le silence
entourant ce qu'ils ont subis.

Gardons à l'esprit que, très probablement, certaines de ces personnes
seront emprisonnées et que la situation peut encore s'aggraver.



### Texte du collectif de soutien du 05 février au soir.

Le samedi 4 février au matin la police a arrêté de manière violente et
arbitraire 9 personnes dans la rue San Pere Més Baix, dans la Ciutat
Vella. Mais les manières de faire illégales de la police et des instances
judiciaires rendent de toutes façons impossible de confirmer le nombre
réel de personnes arrêtées, leur identité ou leur état de santé.

Ces personnes ont été frappées et violemment maltraitées aussi bien au
moment de leur arrestation que durant leur détention dans les locaux de la
police ou leurs transferts. Les personnes détenues sont victimes d'une
tentative de manipulation de la part de la police qui porte de très graves
accusations envers elles, accusation que ces personnes rejettent en bloc.

Tout cela n'est pas le fruit du hasard. L'escalade de violence
qu'instiguent les différents corps de police depuis longtemps, et plus
concrètement depuis l'entrée en vigueur de la loi sur le civisme, de la
tolérance zéro et la mise en place définitive des mossos d'esquadra
s'acharne de manière très claire sur certains collectifs et certaines
zones comme les quartiers du Raval, de la Ciutat Vella, Santa Catarina,
Sants, Berga, Arenys, etc ; zones dans lesquelles les intérêts spéculatifs
de la Mairie se heurtent aux réalités sociales des gens vivant sur place.
Et sa réponse au conflit généré par le manque d'alternatives sociales est
la répression sauvage à travers des
agissements disproportionnés comme ceux de ce samedi. Ils cherchent à
rendre quelqu'un coupable de la réalité de conflit qu'ils ont eux-mêmes
instauré.

Nous exigeons la libération sans charges des personnes détenues et la fin
des mauvais traitements et tortures infligées en tout impunité par les
corps de police.

Liberté pour les détenuEs du 4 février!


_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center