A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Nouveaux arrivages à la librairie L'Insoumise - Montreal

Date Sat, 16 Dec 2006 15:59:45 +0100 (CET)


La librairie offre un choix de revue, de livre (neufs ou usagés), de brochures, de
journaux, représentant différentes tendances de la mouvance libertaire.
On y trouve aussi des livres et de la documentation sur les autochtones.

2033 St Laurent Montréal. Tel: 514-313-3489
Heures d?ouvertures : Lundi fermé ? mardi/mercredi 12H-18H ? Jeudi/vendredi 12H-20H
Samedi/dimanche 12h-17


LES BRISEURS DE MACHINES, de Ludd à José Bové
Nicolas CHEVASSUS-AU-LOUIS ? Seuil

Les " fauchages volontaires " de champs d'OGM par José Bové et ses amis expriment
une forme radicale de résistance à un développement technique considéré comme
injuste et néfaste. Cette violence a une longue histoire, trop peu connue, qui
débute avec les bris de machines textiles dans l'Angleterre de la fin du XVIIIe
siècle sous la conduite d'un légendaire " général Ludd ". Le luddisme est né, et
connaîtra en Europe divers avatars pendant tout le XIXe siècle, pour ressurgir
aujourd'hui. Longtemps considérées, tant par les théoriciens du capitalisme que
par le mouvement ouvrier, comme des mouvements réactionnaires de refus du "
progrès ", ces révoltes sont, depuis peu, réexaminées. Les études historiques
désormais portent un regard bien moins dédaigneux sur les briseurs de machines ;
la recherche économique réinterprète le luddisme comme l'expression d'une
alternative à la production de masse choisie par la première révolution
industrielle ; une nouvelle critique de la société industrielle, à partir des
années 1970, a pris pour cible la mécanisation et l'automatisation ; et des
mouvements actuels, comme les fauchages d'OGM, sans se référer explicitement au
luddisme, en reprennent les grands thèmes et les modes d'action.
C'est à retrouver cette histoire et à évaluer sa signification sociale qu'est
consacré ce livre. Alternant récits et analyses, il a pour fil directeur l'idée
que le choix d'introduire une machine ou une nouvelle technologie est un choix
politique. Loin d'être neutre, ou inexorable comme on le croit trop souvent, la
mécanisation et l'automatisation procèdent toujours de l'exercice d'un pouvoir,
au profit d'un groupe humain et au détriment d'un autre.
[http://www.decitre.fr/livres/fiche.aspx?code-produit=9782020825610]


LES BOUTEILLES SE COUCHENT
Patrick STRARAM - Allia

Les bouteilles se couchent est une plongée dans les dérives nocturnes d?un groupe
où l?on retrouve Guy Debord et Ivan Chtcheglov, membres de l?Internationale
Lettriste que Straram rejoindra en 1953, ainsi que Jean-Michel Mension (auteur de
La Tribu, également chez Allia), Jacques Blot, Jean-Claude Guilbert, Michèle
Bernstein (c?est avec elle qu?il fera une virée au Havre sur les traces de Sartre
et de la petite ville de La Nausée)... L?arpentage du quartier latin s?effectue
en zigzag. Les circuits se terminent toujours dans des salles enfumées et
houleuses où les idées fusent.
L?écrivain Patrick Straram (1934-1988) fut, dans les années 70/80, l?une des
figures marquantes de la contre-culture québécoise. Non seulement comme poète
(auteur d?une douzaine de titres dont Irish coffees au No Name Bar et Vin rouge
Valley of the Moon, éd. L?hexagone) mais aussi comme créateur du Centre d?art de
l?Elysée (premier cinéma d?art et essai à Montréal) et animateur à Radio-Canada,
d?abord d?une série d?émissions (Une demi-heure avec... Boris Vian, Samuel
Beckett, les trains, le blues, etc) puis d?une centaine d?heures de Blues clair.
Ce titre, emprunté à Django Reinhard figurera d?ailleurs en tête de tous ses
livres à partir de 1983. Il fut également l?un des éléments clés de l?aventure de
la revue « Parti pris » (magazine nationaliste et anticolonialiste 1963/1968) et
correspondant à Montréal des « Cahiers du cinéma ».
Ce livre est tiré des archives du fond Straram de la bibliothèque du Québec.
[Jacques Josse - 20 juin 2006 (http://www.remue.net/spip.php?article165)]


FRACTURES D?UNE VIE
Charlie BAUER, Agone.

Ne racontant pourtant que sa vie, Charlie Bauer rappelle presque un demi-siècle
d'histoire de France, qui commence dans un quartier ouvrier à la périphérie de
Marseille, dans les années 1950, où il se forge à la religion populaire d'alors,
le communisme ; une formation complétée par le pillage, en bande organisée, des
magasins et des trains. L'engagement du PC dans la guerre d'Algérie provoque la
première rupture : l'auteur et ses amis soutiennent le FLN algérien. Arrêté,
Charlie Bauer est condamné à vingt ans de réclusion criminelle. Son quotidien est
désormais rythmé par ses transferts d'une maison centrale à une autre ; il
passera neuf années en cachot ou dans des quartiers de haute sécurité (QHS).
Libéré après quatorze ans de détention, il revient vite à une vie de clandestin
où il croise Jacques Mesrine en activiste contre les QHS, avant de replonger pour
dix ans, jusqu'en 1988. Ce livre paraît deux ans plus tard. Quinze ans après,
cette réédition poursuit le témoignage d'une vie de résistance à l'ordre social
dominant.



LE CULTE DE LA CHAROGNE Anarchisme, un état de révolution permanente (1897-1908)
Albert LIBERTAD ? Agone

On adore ou on déteste le personnage et ses écrits. Pas de demi-mesure avec
Libertad, cet homme qui a voulu faire de sa vie une illustration de l?anarchie
vécue au quotidien, un « état de révolution permanente ». Critique acerbe du
militantisme, de la démocratie et de l?électoralisme, de la vie quotidienne, de
la valeur et de la marchandise... rien ne trouve grâce à ses yeux. Et ne se
contentant pas de dénoncer par écrit, il passe à la pratique, fonde les Causeries
populaires, porte la contradiction dans les réunions publiques, participe à de
nombreuses manifestations violentes malgré son infirmité et pratique l?amour
libre. Dans ses articles, le style est flamboyant et l?attaque fait mouche à
chaque fois. Gaetano Manfredonia prend avec justesse sa défense dans la postface
(« Libertad était un camarade ! »).
(http://www.avoixautre.be/article.php3?id_article=964)


----------------------------
DE Raoul VANEIGEM :

POUR L?ABOLITION DE LA SOCIÉTÉ MARCHANDE - Payot
L?ART DE NE CROIRE EN RIEN - Payot
BANALITÉS DE BASE - Verticales
LE CHEVALIER, LA DAME, LE DIABLE ET LA MORT ? Le cherche midi éditeur
DE L?INHUMANITÉ DE LA RELIGION - Denoël
TRAITE DE SAVOIR VIVRE À L?USAGE DES JEUNES GÉNÉRATIONS ? Folio

-----------------------------
De Guy DEBORD

?UVRES ?Quarto, Gallimard
LA SOCIÉTÉ DU SPECTACLE - Folio

-----------------------------

Emma GOLDMAN

L?ÉPOPÈE D?UNE ANARCHISTE : New York 1886, Moscou 1920 ? Complexe

----------------------------

ENRICO MALATESTA

AU CAFÉ, SUIVI DE ENTRE PAYSANS ? Bibliothèque anarchiste, Phénix éditeur.
Que deviennent l?anarchie dans les dialogues de comptoir ? L?anarchie est-elle en
droit une doctrine constituée, figée ? Tel est le thème de réflexion développé
par Malatesta dans cet incontournable du genre.




_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr
http://ainfos.ca/fr


A-Infos Information Center