A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Argentine : avortement - quand Eglise rime avec dictature

Date Fri, 25 Aug 2006 18:16:09 +0200 (CEST)


La famille de L.M.R. a eu hier une visite surprenante. Dans l'après-midi, le
président de
l'Université Catholique (UCA) de La Plata, Ricardo de la Torre, s'est présenté en
personne à
la maison de Verónica, la soeur de l'handicapée mentale violée à laquelle
l'avortement a été
refusé, pour la convaincre des bontés de continuer la gestation et lui offrir une aide
économique. De la Tour n'a pas été reçu avec les portes ouvertes. Veronica a mis en
question
son intromission dans le cas. "Je défends la vie de ma soeur. L'Eglise Catholique
devrait
s'occuper de ses propres problèmes. C'est dernièrement une nouvelle seulement parce
qu'il y a
des prêtres dénoncés pour violation de mineurs et non pour faire le bien", a accusé
la femme
de 28 ans, à l'ex-fonctionnaire de la dictature militaire.
"Ce que nous voulons le moins c'est de l' argent. Nous voulons que les droits de
ma soeur se
respectent, parce qu'ils ont été violés", a répliqué Veronica, la plus grande soeur de
L.M.R. à l'ingénieur De la Torre, quand le recteur de l'UCA lui a proposé une aide
économique pour faire face à la grossesse. De la Torre s'est converti en un vrai
croisé
contre le fait que L.M.R. puisse bénéficier du droit que lui octroit la loi pour
interrompre
la grossesse produit d'un viol.

Trois semaines en arrière, la Cour Suprême de Justice de la province de Buenos Aires a
avalisé l'interruption de la grossesse de L.M.R., dont l'âge mental est de 8 ans, pour
entendre que le cas rentre dans l'article 86 haché 2º du Code Pénal qui ne pénalise
pas
l'avortement quand il s'agit d'une grossesse produit d'un viol à une femme handicapée
mentale. Mais l'intervention n'a pas été réalisée parce que le Comité de Bioéthique de
l'Hôpital San Martin, de La Plata, où il était prévu de la réaliser, a considéré
que la
gestation était trop avancée. La famille a mis en cause ce diagnostic après avoir
réalisé une
autre échographie à L.M.R.

De la Torre est arrivé dans l'après-midi à la maison de Veronica, située dans un
quartier
humble de la localité de Guernica. L.M.R. et sa mère vivent à 300 mètres de là. "Je
défends
la vie de ma soeur", lui a dit Verónica quand De la Torre a insisté avec la
nécessité de
préserver la grossesse produit d'un viol. La visite ne s'est prolongée plus de dix
minutes.
Le recteur n'a pas été invité à entrer et la discussion a eu lieu sur le trottoir.
"Ils m'ont
dit qu'ils pouvaient nous offrir une aide psychologique, mais ceux qui ont besoin de
psychologues, ce sont eux", a ensuite commenté la soeur de L.M.R. à ce journal. De
la Torre
s'est présenté accompagné par deux femmes dans un Chevrolet Corsa.

De la Torre a été sous-secrétaire de l'Education durant la dernière dictature
militaire et
depuis quelques années est à la tête de l'Université Catholique de La Plata, où il
est arrivé
de la main de monseigneur Hector Aguer, le plus conservateur entre les cardinaux
conservateurs. Comme ce journal l'a publié, il y a plus d'une décennie que De la
Torre défend
dans des forums internationaux la position la plus radicalisée de l'Église
Catholique face
aux questions relatives à la santé sexuelle et reproductive. Durant le ménémisme,
il a été
membre des délégations officielles argentines aux conférences sur Population et
Dévellopement
(Le Caire, 1994), sur la Femme (Beijing, 1995) et sur Habitat (Istambul, 1996), où
le pays a
eu un alignement avec la position du Vatican dans la même thèmatique. Son
militantisme a
reçu une récompense : en 2001, il a été décoré par le pape
Jean Paul II comme Commandeur de l'Ordre San Gregorio Magno pour sa trajectoire
dans les
thèmes d'"éducation et vie humaine".

Jusqu'à ce que la tragédie de L.M.R soit connue, De la Torre n'avait pas eu de
protagonisme
si visible dans sa croisade "pour la vie" et contre l'avortement. Il s'est non
seulement
présenté hier au domicile de la famille de la jeune fille violée mais aussi le jour où
l'Hôpital San Martin a décidé de ne pas interrompre sa grossesse, le président de
l'UCA avait
remis à la direction du centre de santé une lettre, accompagné d'un notaire, dans
laquelle il
prévenait les médecins qu'ils pouvaient commettre un délit face à l'absence du
consentiment
du père de L.M.R. pour réaliser l'intervention. Il a aussi envoyé une lettre à la Cour
Suprême de Justice de la province de Buenos Aires se postulant pour adopter le bébé
produit
d'un viol.


Pagina/12 (Argentine), 15 août 2006.
Traduction : Fab, santelmo(a)no-log.org

-----------------------

Argentine : l?Eglise en croissade contre des avortements légaux

En Argentine, l?avortement est illégal, le Code Pénal ne le prévoit que dans les
cas de viol
mais seulement sur les femmes "idiote ou démente". Mais même lorsque ces conditions
sont
réunies, la justice, sous la pression de l?Eglise catholique, ne passe pas.

En juillet dernier, LMR, jeune handicapée mentale enceinte victime d?un viol, a vu
une juge
lui refuser le droit d?avorter, la Cour Suprême de Justice de la province de Buenos
Aires a
quand même cassé le jugement mais lorsque la jeune femme s?est présentée à
l?hôpital, les
médecins ont estimé que la grossesse était trop avancée et ont refusé de pratiquer
l?intervention. On a su plus tard que cela était faux. On a également su que le
recteur de
l?Université Catholique de La Plata (ancien sous-secrétaire sous la dictature de
Videla)
avait envoyé un courrier aux médecins.
Le 7 août dernier, à Mendoza, la mère de CCA, femme de 25 ans mais 8 d?âge mental et
épileptique, l?a emmenée à l?hôpital militaire (son défunt de mari était
militaire), en
raison de troubles du comportenent. Après examens, il s?est avéré que CCA était
enceinte (et
avait donc été violée). L?hôpital ne donnant aucune réponse pendant dix jours, les
avocats de
la famille ont présenté une demande à la justice, le juge Ferrer qu?il n?était pas
nécessaire
d?avoir une autorisation judiciaire au vu du Code Pénal. Lorsque la famille de CCA
s?est
présenté à l?hôpital pour l?intervention, elle a prit connaissance qu?une
association liée à
l?Eglise catholique (Vitam) avait déposé un recours auprès de la justice, ce qui
suspend
l?intervention. Le 23 août, la Cour Supême de Justice de Mendoza, a ratifié la
légalité de
l?avortement de CCA. Le gouvernement a assuré que
l?intervention était assurée mais les pressions des secteurs ultra-catholiques
contre les
médecins continuent. Vitam assure que la grossesse a atteint 20 semaines alors que les
éxamens indiquent 12 semaines et quatre jours. "Il faut supporter une chaîne de
prières de
vingt énergumènes à la porte de l?hôpital tout le temps", rapporte un médecin. Vers 18
heures, une partie des ultra-catholiques a décidé de faire appel à la justice
céleste. Ils se
sont lancés dans une croisade. Ils sont passés par le siège du Cercle Médical, avec un
greffier. "Ils ont menacé d?initier des demandes pénales contre le médecin qui
réaliserait
l?opération - a révélé un des spécialistes-. Ils disent que ce matin ils vont se
rendre au
siège de Ampros (le syndicat des professionnels de la santé)". Le mouvement est
simple. Tout
comme la peur qu?il provoque. (Pagina/12, 23 août 2006).

Il faut préciser que l?avortement dans une clinique publique (et non "clandestin")
permet de
réaliser une empreinte génétique du foetus, ce qui permettrait d?identifier le
violeur de CCA
(peut être est-ce que craignent ces secteurs catholiques en raison des fréquentes
affaires de
viols sur mineur(e)s de la part de curés).

Buenos Aires, 23 août 2006.
Fab, santelmo(a)no-log.org
_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center