A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Il faudra plus qu'un retrait pour avoir la paix !

Date Sat, 15 Apr 2006 02:23:27 +0200 (CEST)


Voici le texte d'un tract actuellement diffusé sur Dijon, autour du
mouvement anti-CPE/CNE/LEC et au delà. Il est également disponible en PDF
à l'adresse suivante:
http://brassicanigra.org/infos/CPE-plusquunretrait.pdf

----- 8< -----

Il faudra plus qu'un retrait pour avoir la paix!

Dès dimanche, les médias inventaient la fin du « mouvement », avant même
que le gouvernement ne tente maladroitement de l'enterrer lundi matin,
mais après, pourtant, que les étudiant·e·s, lycéen·ne·s et autres
engagé·e·s rassemblé·e·s au sein de la coordination nationale aient
affirmé qu'ils & elles continueraient la lutte. Et de fait, elle
continue, quoi qu'en pensent ceux qui parlent à notre place depuis le début.

Nous continuons, parce que le CPE n'est qu'un détail, quelques lignes dans
une "Loi sur l'Égalité des Chances" (LEC) que depuis le début, nous
combattons; parce que la LEC, comme réponse gouvernementale aux émeutes
d'automne 2005, est une attaque supplémentaire contre les jeunes
précaires qui, en novembre dernier, exprimaient leur colère; parce que la
LEC, c'est, notamment: l'apprentissage dès 14 ans, la suppression des
allocations familiales en cas d'absence trop régulière aux cours, et le
travail de nuit dès 15 ans; parce que si le CPE est retiré, il en existe
déjà copie: le Contrat Nouvelle Embauche (CNE) permet lui aussi aux
patrons, pendant deux ans, de licencier sans justification. Charmant!

Nous continuons, parce que le mouvement s'offre aujourd'hui d'autres
perspectives que le seul refus du CPE, de la LEC, du CNE; celui-ci s'est
radicalisé, comme certains commentateurs l'ont eux-mêmes remarqué. Il se
radicalise en action, les blocages économiques, actions coup de poing,
occupations... prenant le pas sur les manifestations, qui, souvent trop
tranquilles, ne causent au pouvoir aucun soucis digne de ce nom. Il se
radicalise, enfin, sur le fond: critiquer le CPE, la LEC et le CNE n'a de
sens, finalement, que si nous refusons le système qui les génère, sans
quoi ils reviendront, sous un autre nom!

Nous continuons, parce qu'il est devenu impensable, après deux mois
d'intensité, de retourner à nos petites vies séparées, cadencées par
l'institution. Ce qui s'est créé & tissé entre nous en ces moments
d'occupation, au fil des manifestations, des actions, des temps de
confrontation, nous ouvre d'autres perspectives que celles d'obéir quand
quiconque siffle la fin de la récréation. Nous sommes beaucoup à avoir
palpé la réalité de l'autogestion, donné de la consistance à nos envies,
trouvé ou retrouvé une force individuelle à travers cette émulation
collective, senti que nos utopies étaient plus réalistes que la
perspective d'une continuation de ce monde triste.

Nous continuons, parce que le recul partiel du gouvernement ne saurait
être interprété comme une victoire, tout au plus un aveu tardif de son
incapacité à contrôler la situation; parce qu'en cédant sur un point, le
gouvernement ignore sciemment le reste de nos revendications, espérant
noyer le poisson, et recouvrer sa crédibilité. Mais pour nous, il est trop
tard, et si l'État a montré son vrai visage, en nous méprisant
ouvertement, en nous réprimant violemment, nous n'allons certainement pas
l'aider à se rhabiller!

Nous continuons, parce que ce serait nier ce pour quoi nous nous sommes
mobilisés que d'accepter les miettes avec lesquelles le gouvernement
entend nous acheter; parce qu'il serait suicidaire d'accorder notre
confiance aux dirigeant·e·s, et qu'il s'agit de maintenir la pression face
à leurs promesses embarrassées; parce que le rapport de force ainsi créé
peut être le début d'autre chose; parce que nous sommes, une fois n'est
pas coutume, en position de force, et que l'instant est trop beau pour le
gâcher.

Alors oui, nous continuons, et continuerons à manifester, à agir
ensemble, à bloquer les intérêts de l'État & autres fabricants de
précarité, contre le CPE, la LEC, le CNE, le CDE (Contrat Dernière
Embauche) et leur monde, pour l'amnistie de tou·te·s les interpellé·e·s!

Dijon, le 11 avril 2006
Des étudiant·e·s, précaires, et autres révolté·e·s

----- >8 -----

[ expéditeur/expéditrice <contact(a)brassicanigra.org> ]
_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center