A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005 | of 2006

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Recit de l'occupation du conseil general - Dijon

Date Wed, 12 Apr 2006 13:14:48 +0200 (CEST)


Aujourd'hui 12 avril a 15h a eu lieu à Dijon une manifestation d'environ
500 personnes, principalement des lycéen-n-e-s et étudiant-e-s. Elle a
commencé par un traditionnel sit-in devant la préfecture avec distribution
d'un texte ?il faudra plus d'un retrait pour avoir la paix? (voir
ci-dessous) expliquant la nécessité de continuer le mouvement.

Peu après, un cortège s'est formé rapidement dévié par l'annonce que le
Conseil Général, non loin de là, était occupé par une trentaine de
personnes qui en bloquaient les entrées. tout le monde s'est alors mis à
courir pour envahir le bâtiment, ne laissant pas le temps à la police
d'intervenir. Un tract explicitant les objectifs de cette action a été
distribué sur place. En voici le contenu :

Conseil Général, CPE, Loi sur l'Egalité des Chances...
...Précarisation & Répression

Le Conseil Général est actuellement présidé par Louis de Broissia,
sénateur UMP, bien connu pour son conservatisme et pour son soutien
inconditionnel au CPE et plus généralement à la Loi sur l'Egalité des
Chances.

Il est associé activement avec Sarkozy à tous les travaux actuels
(rapports Bennisti, Hermange, rapport Inserm...) sur la ?prévention de la
délinquance? qui visent à criminaliser les populations les plus fragiles
et défavorisées : construction de 7 prisons pour mineurs, dépistage des
troubles du comportement avant trois ans, policiers, contrôles
biométriques et vidéosurveillance à l'intérieur des établissements
scolaires...

Rappelons qu'en 2002, les Lois de Sécurité Intérieure ont ramené l'âge de
la responsabilité pénale à 10 ans et la possibilité d'incarcérer dès 13
ans.

Louis de Broissia a produit lui-même un rapport cassant le secret
professionnel des travailleurs sociaux et allant dans le sens d'un partage
des informations concernant les usagers des services sociaux avec les
maires des communes, préfets et la police. Ce système officialise un rôle
de délateur pour des travailleurs sociaux que l'on veut inféoder aux
institutions répressives.

De plus, la Loi sur l'Egalité des Chances instaure un flicage des familles
par le biais, entre autre, de suppressions des allocations familiales en
cas d'absentéisme, des obligations à la rééducation des parents (stages de
responsabilité parentale)... Dans le cadre de cette loi, c'est le
président du Conseil Général qui décide de la suppression des allocations
familiales.

Pour toutes ces raisons, nous ciblons aujourd'hui le Conseil Général.
Dijon, le 11 avril 200


Assez rapidement le chef de cabinet de M. de Broissia est venu essayer de
négocier. Il a maladroitement tenté d'embrouiller les gens en leur
expliquant sous les huées qu'ils/elles étaient mal organisées et que leur
revendications n'étaient pas claires. L'assemblée unanime a exigé que M.
de Broissia s'engage à ne pas supprimer d'allocations familiales. M. de
broissia siègeant au sénat un fax lui a été envoyé. La majorité des
personnes ont alors souhaité continuer l'occupation dans l'attente d'une
réponse.

Dans l'attente, diverses personnes sont intervenues sur le rôle du Conseil
Général et les politiques suivies par Louis de Broissia : loi sur la
délation, sur l'immigration, sur le ?dépistage précoce de la
délinquance?...

Comme la réponse tardait à arriver, un jeu de sculpture collective géante
a été lancé avec les sièges, tables, mobiliers, panneaux et plantes vertes
du Conseil Général, suivi de parties endiablées de 1,2,3 CPE (les gens qui
bougent ont perdu et ceux qui ne bougent pas aussi) et autres Medef glacé.

Régulièrement, notre chef de cabinet revenait à la charge pour se voir
refuser toutes ses propositions par l'assemblée, insensible à ses talents
de communication.

Peu à peu, des policiers et gardes mobiles se sont regroupés au deux
entrées du batîment, se préparant lentement à intervenir.

Après environ 3h d'occupation, une réponse de Louis de Broissia est
arrivée par fax live from the sénat, il nous proposait soit d'accepter
une rencontre entre lui et une délégation de 5 personnes dès le lendemain,
soit de nous faire expulser immédiatement par les forces de l'ordre pour
mettre fin à une occupation jugée intolérable et menaçante pour la
démocratie, tout en essayant de nous culpabiliser, par une énumération
larmoyante, de porter atteinte à un lieu entièrement dedié aux personnes
les plus vulnérables.

Suite à cela, la police nous laissait 15 minutes avant d'évacuer. Nous
avons néanmoins pris le temps d'un débat. La proposition du sénateur
conservateur fut jugée satisfaisante par une partie des personnes
présentes, notamment du collectif ?anti-délation? qui s'étaient vu refuser
plusieurs fois des demandes de rendez-vous. D'autres étaient d'avis que ce
type de rencontre est parfaitement inutile et ne sert qu'à légitimer les
dirigeants leur permettant de faire croire qu'ils sont ouverts au
dialogue. Même si l'assemblée était assez partagée sur la pertinence de
l'entretien, tout le monde semblait s'accorder sur la nécessité de
continuer ce type d'action de pression et d'occupation. Finalement un
sondage rapide fit opter pour une sortie collective et un retour en
cortège au centre-ville.

[ expéditeur/expéditrice <plusdunretrait(a)no-log.org> ]

_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center