A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) La FESAL est presente et promet de se battre - Portugal [pt, en]

Date Fri, 30 Sep 2005 19:07:06 +0200 (CEST)


La ?FESAL?, Fédération Européenne de Syndicalisme Alternatif a realisé une
rencontre au niveau européen, le 17 et 18 septembre, à Lisbonne, à la
Bibliothèque Musée de la République et de la Résistance.
Ont participé des délégations d'Espagne (CGT?E, Federación de Enseñanza),
d'Italie (L?Altra Scuola UNICOBAS), Suisse (Sind. d' Étudiants et
Apprentis, SIZA), et du Portugal (collectif portugais de la FESAL-E). La
FESAL est une organisation qui regroupe des fédérations syndicales, des
syndicats et des collectifs, tous se guidant par la démocratie de base,
anti-authoritaires et anti-capitalistes.

La FESAL est née à Berlin, en septembre 2003 et a augmenté ses rangs
depuis. Ele est déjà présente avec plusieurs collectifs et syndicats en
Italie, France, Espagne, Slovénie, Suisse, Portugal, Hollande et Norvège.
L'OIT (Organisation Internationale du Travail, une organisation de l'ONU)
la reconnaît comme Fédération Syndicale au niveau européen dans le domaine
de l'Éducation.

Jusqu'à maintenant, les seules organisations reconnues au niveau européen
étaient celles qui participent de la CES ("Confédération Européenne de
Syndicats"), en réalité, une "courroie de transmission" de la comission
européenne de Bruxelles. Les confédérations portugaises UGT et CGTP
participent à la CES. Leur politique est celle d'un "syndicalisme de
concertation", c'est à dire, de conciliation de classes, sans aucune
participation authentique de leurs propres bases.

Nous avons une philosophie syndicale exactement à l'opposé: nous voulons
un syndicalisme antagoniste, de classe, de base et indépendant des forces
politiques, économiques, étatiques ou autres. L'objectif central de la
FESAL-E c'est de se placer clairement comme alternative à l'hégémmonie des
syndicats membres de la CES (Confédération Européenne de Syndicats).

En tant que projet, il est toujours ouvert à l'addition de nouveaux
collectifs, syndicats, tendances, etc. du moment qu'ils soient d'accord
avec les statuts et désirent participer activement aux luttes. Comme il a
été répété par plusieurs participants lors de la Rencontre Européenne de
Lisbonne, la FESAL, en tant que project en construction et qui s'oriente
par des principes libertaires, existe, dans un espace géographique
déterminé, dans la mesure où il y a une volonté de mener des actions
d'organisation et de lutte.

Le collectif portugais de la FESAL-E, est orienté vers l'approfondissement
des luttes dans l'éducation et contre sa privatisation, pour la défense du
syndicalisme alternatif, de combat et capable de s'opposer aux politiques
néo-libérales menées par la généralité des gouvernements. Le collectif
portugais de cette organisation européenne est aussi en expansion, formant
des cercles régionaux et sectoriels, cherchant les formes adéquates au
contexte national d'organisation/action, de telle sorte qu'il ait une plus
grande capacité d'intervention effective dans les luttes. Citant une
partie de la déclaration de principe du collectif portugais de la FESAL-E:
«Nous maintiendrons, à tous les niveaux, la démocratie de base et
assembleíste, avançant aussi du point de vue de notre reconnaissance
légale. Nous croyons que c'est par l'unité et la solidarité que nous
arriverons à un changement profond. Pour l'effectuer nous -étudiants/tes,
travailleurs/euses et activistes - nous reunissons pour combattre le
capitalisme, qui est la cause de toute la misère sociale, tant ici que
partout ailleurs dans le Monde. Un des aspects importants, pour que nous
atteignons une société meilleure, c'est notre auto-organisation et notre
action directe.
Pour que telle action et organisation puissent avoir lieu, nous avons
besoin d'autonomie, de démocratie directe, de vision collective et de
coopération entre nous tous/tes. Nous sommes un collectif
anti-authoritaire et nous nous opposons à la création de structures
d'avant-garde.»

Pendant la séance publique, qui a eut lieu le Samedi 17, de 17h. à 19h.,
quelques idées furent énnoncées par notre camarade Stephano d?Errico,
coordinateur national de l?AltraScuola UNICOBAS (Italie):
«La FESAL-E théorise politiquement l'École Publique comme institution de
"l'espace public", et pas comme "service marchandise". L'École ne doit pas
suivre la raison d'état, quand nous parlons d'institutions, nous ne
parlons pas nécessairement de l'état.
La société civile portugaise a besoin d'institutions, l'École est née pour
garantir la liberté d'enseigner et d'apprendre.
L'École est au centre de la politique, puisque l'état enseigne qu'il
existe une différence de valeur entre le travail manuel et le travail
intellectuel, concept auquel nous nous opposons.
Le capitalisme d'état est né à partir de la pensée marxiste, comme
création de la techno-bureaucratie qui a extorqué la plus-value dans les
pays de l'Est.
Ce qui est le plus perturbateur du 'status quo' dans l'Union Européenne ce
ne sont pas les partis soit-disant revolutionaires, mais plutôt les
syndicats non-alignés avec des partis politiques.
Le gouvernement préféré des patrons est un gouvernement de centre-gauche.
Pour appliquer le programme néo-libéral avec la collaboration syndicale.
Le triomphe du libéralisme n'est devennu possible en Europe qu'avec
l'aide, à tous les niveaux, des appareil syndicaux de la CES.
Le syndicat pour nous, travailleurs, permet une intervention directe (sans
intermédiaires). C'est l'alternative que nous essayons de construire, à
laquelle les travailleurs adhèrent naturellement parcequ'elle correspond à
leur sens profond.
Nous ne sommes pas venus tous d'une tradition et culture syndicaliste
libertaire, mais c'est la pratique qui nous conduit vers celle-ci. Il
n'existe pas l'alternative à la formalisation indépendante d'entités
syndicales parcequ'il n'est pas possible d'établir des courants
anti-libéraux à l'intérieur des syndicats «concertatifs».
Le monde syndical est en train de s'unir en un seul syndicat unique,
néo-libéral, communiste, catholique, socialiste et corporatiste.
Notre vision syndicale attribue au syndicat un rôle de transforation
sociale et non seulement de défense des travailleurs.
Aujourd'hui nous avons besoin de syndicats comme au début de 1900 et
d'activistes syndicaux qui luttent pour les travailleurs étrangers,
ceux-ci n'ont pas de droits et sont discriminés.»
Nous avons besoin aujourd'hui d'un syndicat horizontal.
La FESAL-Portugal est née pour celá et pour mener la lutte.


SITE EUROPÉEN DE LA FESAL-E : http://www.fesal.it/
GROUPE DE DISCUSSION PORTUGAL:
http://groups.yahoo.com/group/fesale_portugal/


_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center