A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Communiques de soutien aux grevistes de la SNCM et du port de Marseille + actualite

Date Thu, 29 Sep 2005 11:05:55 +0200 (CEST)


Communiqué de la CNT
<medias(a)cnt-f.org>

Solidarité avec les grévistes de la SNCM
SNCM : La CNT tient à exprimer toute sa solidarité avec les grévistes.

L'affaire est connue : Monsieur Butler, répétiteur de Monsieur de
Villepin du temps de l'ENA, se voit aujourd'hui récompensé pour avoir
su choisir ses copains. L'Etat lui cède une ligne d'exploitation de
transport qu'il qualifie lui-même de "part de marché significative". Et
reste "optimiste". Il y a de quoi ! Racheter 35 millions d'euros une
société qui en vaut 500, avec un cadeau-bonus de 113 millions d'euros
gracieusement versés par l'Etat pour apurer les comptes...On voit mal
Monsieur Butler faire la fine bouche !

Justifier la privatisation de la SNCM par son déficit est hélas
tellement convenu ! La CNT l'a dénoncé à maintes reprises ; le"trou" de
la "sécu" n'existe pas, comme celui de la SNCM non plus ! Mais les
cadeaux au patronat, eux, sont bien réels.

L'avenir de Monsieur Butler n'est pas menacé. Celui qu'il laisse
entrevoir aux salariés de la SNCM est très clairement menaçant :
flexibilité et retrait du droit de grève. Sans compter l'incontournable
plan de licenciement qui accompagne la privatisation de toute entreprise
publique : 350 à 400 suppressions de postes. Il faut savoir mater ses
salariés et rappeler qui est le maître à bord !

Les travailleurs en ont plein le dos de ces courbettes et de ces
tractations qui se lient dans les salons feutrés des palais dorés !
Il n'y a décidément que des patrons qui spéculent, des gouvernements qui
bradent, répriment et réforment et des salariés qui triment !
Le gouvernement une fois de plus utilise l'armée ou les forces de
l'ordre pour crimilaliser le mouvement social. Après les lycéens , après
les postiers de Bègles et ses 14 syndicalistes mis en examen, c'est au
tour des travailleurs marins de subir les assauts du GIPN. Parce qu'ils
osent s'élever et se battre pour défendre leurs droits. Parce qu'ils
osent faire grève et se ré-approprier leur outil de travail.
A voir la répression qui s'abat sur l'ensemble du mouvement social,
le droit de grève serait-il déjà réformé ?

La CNT tient à exprimer toute sa solidarité avec les grévistes de la SNCM

Confédération Nationale de Travail
Bureau Confédéral
Secrétariat médias
medias@cnt-f.org

Paris, le 28 septembre 2005

************************

Communiqué de la CNT-FTE
<fede-educ(a)cnt-f.org>

La fédération des travailleurs de l?Education CNT dénonce l?intervention
militaire à l?encontre des grévistes de la SNCM du navire Pascal Paoli et
est solidaire avec les grévistes interpellés et des travailleurs en lutte.
Après le centre de tri PTT de Bègles en mai, l?intervention du GIGN semble
devenir une méthode courante de règlement des conflits sociaux. La grève à
la SNCM n?échappe pas à cette logique grandissante de criminalisation des
luttes sociales avec notamment deux militants cégétistes interpellés mardi
à Marseille et plusieurs dizaines d?arrestations aujourd?hui.
En France, derrière le vernis démocratique, des dizaines de militants
syndicaux et sociaux sont poursuivis pour leurs activités, plusieurs sont
emprisonnés. Ces attaques répétées contre des acteurs du mouvement
social, se font parallèlement à la destruction des droits sociaux (CNE,
radiation des chômeurs, privatisations ??) orchestrée par les
gouvernements successifs à la solde du MEDEF.
Face à cela toute résistance est légitime.

Le secrétariat fédéral de la CNT-FTE.
Lyon, le 28/09/05

*************************

Communiqué de la Fédération anarchiste
<relationsexterieuresfedanarchiste(a)wanadoo.fr>

Solidarité avec les travailleurs en lutte de la SNCM !
La situation socio-économique de la France se dégrade et l?Etat UMP
continue le train de privatisation qu?il souhaite afin de remplir les
caisses de l?Etat et brader les quelques services publics qui fonctionnent
encore. Hier GDF, EDF et la Poste, aujourd?hui la SNCM et les autoroutes,
demain le chemin de fer, l?éducation, la Santé ? Cette stratégie de
liquidation des services publics où les usagers sont traités équitablement
convient parfaitement à ce gouvernement au service du Capital.

Malgré la résignation ambiante et la paralysie des grandes confédérations
syndicales, le gouvernement trouve inévitablement sur sa route la
résistance des travailleurs pour s?opposer aux privatisations,
délocalisations et autres plans anti-sociaux. Des oppositions plus ou
moins importantes, plus ou moins structurées, plus ou moins violentes
accompagnent ces luttes.

Nous constatons depuis quelques temps une radicalisation croissante des
luttes sociales encore trop parcellaires ainsi qu?un retour à de nouvelles
formes d?action directe. La Fédération anarchiste se félicite de ce
regain de la volonté de nombreux travailleurs à gérer leurs luttes plus
radicalement comme celle des postiers de Bègles (réprimée par le GIGN) ou
encore l?action de SUD Rail qui a démonté le 17 septembre à Dugny sur
Meuse les rails pour s?opposer à la circulation des trains privés.

Une des plus spectaculaires d?entre elles est en cours entre Marseille et
la Corse et concerne la privatisation de la SNCM. Au delà des positions
des fédérations syndicales de transport maritime « le naufrage » de la
SNCM et sa confiscation par un fond de pension posent de vrais questions
sur le devenir des dernières entreprises encore publiques. L?Etat paraît
déterminé, mais seule la résistance et l?organisation des travailleurs et
de la population pourront tenir en échec cette casse programmée.

La Fédération Anarchiste apporte son soutien et sa solidarité aux
travailleurs syndiqués et non syndiqués de la SNCM en lutte pour
sauvegarder leurs emplois et leur outil de travail dans le cadre d?une
entreprise de service public contre les appétits voraces du capitalisme.

La Fédération anarchiste dénonce l?utilisation de l?armée pour réprimer
les conflits sociaux, l?assaut héliporté démesuré des commandos de la
Marine nationale et du GIGN sur le « Pascal Paoli » nous rappelle encore
une fois les pages les plus sombres de notre histoire.

Nous dénonçons l?instruction judiciaire pour détournement et acte de
piraterie ainsi que les gardes à vue et éventuelles mises en examen de
militants syndicalistes et nous exigeons leur libération immédiate.

Dans le prolongement de cette action et des autres luttes qui se déroulent
en France, la Fédération Anarchiste appelle ses militants et sympathisants
à rejoindre les manifestations du 4 octobre soit dans les cortèges de
leurs organisations syndicales soit en créant des cortèges libertaires
quand cela est possible.

Ensemble cassons la logique morbide et démobilisatrice des journées
d?actions, radicalisons et fédérons nos luttes autour de pratiques de
gestion et d?action directe pour construire la grève générale
expropriatrice et autogestionnaire.

Fédération anarchiste
Secrétariat aux relations extérieures
Paris, le mardi 27 septembre 2005

*************************

Communiqué d?Alternative libertaire
<relations.presse(a)alternativelibertaire.org>

SNCM


Les seuls pirates, ce sont l?État et les fonds de pension


L?action symbolique des marins du Pascal-Paoli n?est pas un «acte de
piraterie». Elle a été très forte d?exemplarité, et de sens politique.

Que nous disent ces marins ?
Que la SNCM sera toujours mieux entre les mains des travailleur(se)s et des
citoyen(ne)s qu'entre les mains du fonds de pension Butler Capital Partners.

Quelle est la réponse de l?État ?
L?envoi du GIGN. Et l?ouverture de poursuites pour « crime de détournement
de navire ».

À la grève des marins et sédentaires de la SNCM, luttant pour préserver
l?intégralité de leur outil de travail, le gouvernement ne sait répondre que
par la répression : inculpations de syndicalistes, envoi des forces de
l?ordre, intervention de l?armée.

Alternative libertaire déclare sa solidarité avec les militant(e)s
inculpé(e)s, la lutte et les actions des marins en grève.

Le gouvernement, avec la privatisation annoncée de la SNCM, donne un nouvel
exemple de sa soumission à la dictature des marchés financiers. Il entend
privatiser une entreprise publique ayant pour mission la mobilité des
résidents corses et le transport de passagers vers le Maghreb. Il
privilégie ainsi le profit sur la mobilité des populations concernées.

La lutte des travailleur(se)s de la SNCM concerne largement les usager(e)s.

Ne les laissons pas seul !!! La solidarité est notre meilleure arme. Les
services publics ne doivent pas être soumis aux diktats des fonds de
pension et des grands groupes capitalistes. Pour les conserver au service
de tou(te)s, se sont les travailleur(se)s qui doivent les gérer !!!

Alternative libertaire,
28 septembre 2005

Alternative libertaire
BP 295
75921 Paris Cedex 19
Tél. 08-70-23-19-36


*******************

Dernières nouvelles :

Quatre des 40 marins ayant participé au détournement du navire
"Pascal-Paoli" ont vu leur garde à vue prolongée mercredi soir après
l'accostage du navire à la base militaire de Toulon. Des commandos
héliportés du GIGN avaient auparavant arraisonné mercredi matin le navire
de la SNCM.

Des procédures de licenciements ont été mises en ouvre par la direction du
port autonome de Marseille à l'encontre de trois militants CGT suite aux
incidents qui se sont produits durant la nuit de lundi à mardi.

Des affrontements ont eu lieu à Bastia ces derniers jours ainsi que sur le
port de Marseille entre grévistes et forces de l'ordre

A Marseille la grève a été reconduite pour la journée de jeudi.
Des AG ont lieu tous les jours à 11h sur le Méditerranée, le ferry occupé
depuis plusieurs jours par les grévistes de la SNCM et du port autonome de
Marseille. Elles regroupent plusieurs centaines de personnes.

Il n'y a quasiment plus de traffic de navire entre la Corse et le
continent. Et plusieurs dizaines de bateaux sont bloqués sur le port de
Marseille

marseille, le 29 septembre 2005
_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center