A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) A propos de la rentree scolaire

Date Thu, 1 Sep 2005 15:05:54 +0200 (CEST)


La fédération des Travailleur-euse-s de l?Education de la CNT (FTE-CNT)
dénonce les conditions de rentrée et la poursuite au cours de l?été de la
destruction du service public d?éducation entrepris par le précédent
gouvernement avec la loi de régression scolaire Fillon.
Les sales coups de l?été
En effet plusieurs décrets ont été adoptés ces deux derniers mois. Or
malgré l?unanimité du rejet de la loi Fillon par l?ensemble de la
communauté éducative dont la mobilisation massive des lycéens sévèrement
réprimée, le nouveau gouvernement persiste à mépriser les
travailleur-euse-s. Ainsi dans une circulaire estivale, les TPE défendus
avec force par les lycéens seront abandonnés, il est également maintenu et
réaffirmé l?importance de l?apprentissage obligatoire par les enfants de 8
ans de la Marseillaise, tout comme aux pires heures de notre histoire.
Dans le même esprit réactionnaire une note de vie scolaire rentrera en
compte pour l?obtention du brevet. Dans cette même circulaire sont
évoquées les filières d?excellence ou encore les bourses au mérite, ceci
n?ayant d?autre but que de hiérarchiser encore plus les élèves, de
développer leur esprit de compétition afin qu?ils soient le plus
malléables possible lorsqu?ils rentreront dans un marché du travail sous
la coupe du Medef.

De plus, dans un autre décret, il est confirmé que les enseignants seront
contraints de remplacer leur collègue absent à partir du 1ier janvier
2006, à raison de 5 heures maximum par semaine et de 60 heures maximum
dans l?année. Une telle mesure, en plus de chercher à diviser les
professeurs, ne prend bien évidemment pas en compte l?intérêt des élèves :
pour le gouvernement il suffit que l?école joue un rôle de garderie.
Chercher à leur assurer le meilleur enseignement possible n?est pas sa
priorité.

Afin de pouvoir faire passer ses mauvais coups de l?été le gouvernement
joue encore une fois d?effets d?annonce avec la promesse de la création
de nouveaux emplois aidés (contrat d?accompagnement vers l?emploi ou
contrat d?avenir). Ceci sera insuffisant dans les établissements où le
déficit de personnels de vie scolaire est énorme depuis la disparition des
surveillants et des aide-éducateurs. En outre les nouveaux emplois créés
seront comme toujours encore plus précaires que les précédents et les
salaires toujours moins importants.

Et toujours pénurie, décentralisation, précarité
Que pèsent ces déclarations d?intentions dans un contexte de pénurie
budgétaire qui se traduit, année après année, par l?augmentation du
nombre d?élèves par classe dans le secondaire et par la fermeture de
classes dans le primaire ?

A cela il faut ajouter le problème toujours présent de la précarité.
L?Education nationale est un important employeur de précaires avec environ
1 personnel sur 10. Pour ce qui est des personnels précaires enseignants
cette année devrait voir la logique développée l?année dernière se
poursuivre avec majoritairement l?embauche de vacataires plutôt que de
contractuels. Pour nous il est clair qu?aucune de ces logiques ne nous
convient et que nous continuerons à réclamer la titularisation sans
condition ni de nationalité ni de concours de tous les précaires, avec le
principe « A travail égal, statut et salaire égaux ».

N?oublions pas non plus la décentralisation qui doit être effective en
cours d?année. Il se confirme que cette régression contre laquelle nous
avons luttée en 2003, entraînera à terme la privatisation de l?entretien
dans les établissements et donc la dégradation du cadre d?apprentissage
des élèves.

Une seule solution : la lutte
Il apparaît donc plus que jamais nécessaire de lutter face à cette
situation. La CNT-FTE militera partout où cela est possible pour faire
reculer ce gouvernement, elle soutiendra toutes les initiatives allant
dans ce sens, comme par exemple l?occupation contre une fermeture de
classe dans une école à Bègles.

La CNT-FTE militera également avec toutes celles et tous ceux qui
cherchent à construire un mouvement fort pour un service public
d?éducation de qualité, une école égalitaire et émancipatrice.

Lyon le 31 août,
Le secrétariat fédéral de la CNT-FTE

[ titre ainfos-fr. expéditeur/expéditrice <fede-educ(a)cnt-f.org> ]

_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center