A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) la propriete, c'est le vol !

Date Mon, 17 Oct 2005 17:56:09 +0200 (CEST)


Près de 50 morts, plusieurs dizaines de blessés, des centaines de familles
rejetées à la rue, la succession d?événements tragiques depuis le mois
d?avril a remis la question du mal-logement à l?ordre du jour. Pourtant la
crise du logement ne date pas d?hier, mais la spirale de la spéculation
immobilière ainsi que la chasse aux pauvres et aux immigrés ont
considérablement aggravé pour des millions d?individus une situation déjà
intolérable et scandaleuse. Cependant, de plus en plus de gens se rendent
compte que cette situation est insupportable et même absurde. En effet,
comment admettre qu?un nombre croissant de personnes - parfois salariés
comme en témoigne le phénomène des « working poors » ou quand un salaire
d?emploi à plein temps ne permet même plus de payer un loyer ? se
retrouvent à la rue ou sont logées dans des conditions désastreuses, alors
qu?il y a tant de logements vides, logements qui sont principalement des
moyens pour spéculer.
La crise du logement que l?on connaît actuellement n?a rien à voir avec
celle que l?on a connue dans les années 50. A cette époque, il y a avait
effectivement une insuffisance de logements due aux destructions
engendrées par la guerre et à une carence de construction de logements
dans l?entre-deux-guerres. Aujourd?hui, le problème est tout autre :

- ce n?est pas le manque de logement qui est en cause, mais une volonté à
spéculer entres autres sur le logement. Ainsi le problème n?est pas de
construire de nouveaux logements, mais de rendre accessibles ceux qui sont
vides ou de transformer des bureaux non utilisés en logements. En effet,
depuis plus de 20 ans, le nombre de logements vacants oscille autour de 2
millions d?unités soit environ 8% du parc locatif. Autrement dit de quoi
loger ou reloger la quasi-totalité des sans-abri et mal-logés ;

- l?évolution de l?exclusion et la généralisation de la précarité font que
les bailleurs, publics ou privés, ne veulent plus louer des logements à
des personnes ne présentant pas des garanties suffisantes (jusqu?à 4 fois
le montant du loyer pour le revenu, un emploi stable plus une caution à
trouver) ;
Ainsi, si l?on continue à proposer de construire des logements ou à
inciter les propriétaires à louer leurs logements vides (par exemple en
leur proposant des primes), on ne résoudra pas fondamentalement le
problème, car il y aura toujours de plus en plus de personnes qui ne
pourront répondre aux exigences des bailleurs, qu?ils soient public ou
privés. La crise du logement est une des conséquences de la montée de
l?exclusion et de la précarité.
Ce n?est pas le manque de logements qui est en cause ! Il s?agit d?un
problème exclusivement politique, qui relève d?un débat sur le choix de
société dans laquelle nous voulons vivre !

La société repose, entres autres, sur deux piliers fondamentaux : la
propriété privé et la hiérarchie sociale fondée, en partie, sur les
revenus. Ces principes sont parmi les fondements de la Révolution
française qui a permis l?accès au pouvoir de la bourgeoisie.

La propriété, c?est l?ensemble des moyens dont disposent des personnes
pour en exploiter d?autres. Ainsi, un capitaliste est propriétaire de
moyens de production afin d?exploiter des travailleurs ; de même, un
propriétaire possède des logements pour exploiter des locataires en
exigeant qu?ils ou elles lui payent des loyers.

Dans une société de classes, les revenus seront toujours inégalitaires ;
cette inégalité engendre inéluctablement la hiérarchie sociale, la
domination. En outre, la réalité de la société capitaliste fait que les
propriétaires des moyens de production, de logements ? sont toujours en
position de force, position qui permet de maintenir leur hégémonie
politique, idéologgique et sociale sur l?ensemble de la société.

L?Etat, instrument de domination d?une classe sur l?autre, maintient ce
rapport de forces et le droit à la propriété (qui est inscrit dans la
Constitution). Il dispose pour remplir cette fonction de chien de garde du
Capital de nombreux outils : la police, l?appareil judiciaire, carcéral,
et en dernier recours l?armée (comme l?assaut héliporté du GIGN et des
commandos-marine contre les mutins du « Pascal Paoli »?).
Ainsi, par rapport à la lutte sur le logement, les anarchistes affirment
et luttent pour que :

- Le droit de propriété cesse de prévaloir sur le fait de pouvoir vivre :
le droit de propriété doit disparaître ! Autrement dit, il est criminel de
laisser crever des gens parce qu?ils n?ont pu se loger décemment ! - Nos
conditions de vie ne doivent plus être déterminées par nos revenus
(salaires, allocations RMI ...) ; que chacun et chacune doit pouvoir se
vêtir, se nourrir, se soigner, utiliser les transports et se loger sans
conditions et gratuitement !

Le mouvement anarchiste et révolutionnaire doit se donner les moyens de
poser les contradictions de fond qui traversent les mouvements sociaux, de
les mettre en évidence, de montrer et démontrer que cette société n?est
pas aménageable, réformable, « humanisable » : l?exclusion, la domination,
la hiérarchie, le patriarcat et les inégalités sociales et économiques ne
le sont pas.

Lutter pour que les individus puissent vivre dignement où ils l?entendent,
pour que s?instaure un réel partage de la richesse sociale suppose d?en
finir avec le capitalisme.

Proposons, faisons partager des utopies créatrices, des alternatives
concrètes à cet ordre social qui rime de plus en plus avec barbarie.
Prenons nos affaires et nos luttes en main ! Participons à l?émergence, à
la vie, de collectifs autonomes de luttes, fédérés entre eux, afin qu?ils
ne soit pas instrumentalisés à des fins qui nous échappent.

Fédération anarchiste

[ transmis par le Secrétariat aux relations extérieures de la Fédération
anarchiste <relations-exterieures(a)federation-anarchiste.org> ]

_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center