A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Quand tout va mal, greve generale !

Date Wed, 5 Oct 2005 10:48:42 +0200 (CEST)


QUAND TOUT VA MAL,

Il est évident que la situation sociale ne cesse de s'aggraver. La
précarité se généralise, le nombre de RMIstes explose. C?est à l'inflation
de la pauvreté que nous assistons. Afin d'atténuer les statistiques,
derrière lesquelles se trouvent des familles entières dans la galère,
l'Etat, les collectivités locales font passer sans détour des mesures
anti-sociales. La situation actuelle des RMIstes est significative : c'est
le travail précaire forcé et le flicage social, ou bien la radiation et
l'élimination. Dans le même ordre d'idées, le Contrat Nouvelle Embrouille
de Monseigneur Vile-Pain est doté d'une période d'essai de 2 ans qui
précarise encore plus. En période d'essai, toute forme de revendication
est en effet impossible : le patron peut facilement, sans aucune
contrainte, se débarrasser des gêneurs. Par ailleurs, le changement
continuel d'entreprise est une entrave à l'organisation d'actions
efficaces, qui nécessitent un minimum de préparation. Dans ce contexte,
les nouvelles dispositions vont achever toutes velléités de révoltes,
pourtant légitimes.

POUR LES POLITICIENS IL EST URGENT D'ATTENDRE ? 2007

Les politiciens nous avaient promis que le non au référendum devait être
le point de départ d?un renouveau de la lutte. En attendant, on assiste
surtout à un réveil de la lutte des places pour savoir qui sera le futur
candidat de la Gôche.

Il est primordial d'apporter un regard critique d'autant plus facile que
les faits s'imposent d'évidence : la multiplication des journées d'actions
de ces derniers mois, du type « La poste le mardi, la SNCF le mercredi,
les fonctionnaires le jeudi? » ont-elles eu un réel impact ? Sur quelles
revendications les travailleurs ont-ils obtenus satisfaction ? Comme
toutes les personnes mobilisées ces jours de grève de 24 heures et de
manifestations nationales, on reste dans l'expectative, on attend la
suite, le prochain rendez-vous, le mois suivant. Cette stratégie de
l'attente n'est pas due au hasard : il s'agit de nous faire poireauter en
attendant que les politiciens se soient mis d'accord sur le nom du futur
prétendant au trône.

Allons-nous continuer à se faire tondre la laine sur le dos par les
patrons et les gouvernements, à faire trois petits tours et puis s'en vont
à chaque fois que des organisations syndicales nous le demandent ? Où
allons-nous amener une réponse à la hauteur des attaques dont nous sommes
victimes depuis trop longtemps ?

CE QUE NOUS PERDONS PAR LA TRAHISON DES SYNDICATS,
NOUS NE LE REGAGNERONS PAS PAR LE BULLETIN DE VOTE !

Nous ne pouvons plus accepter de rester passivement à la disposition
d'organisations syndicales qui décident en notre nom de la forme que doit
prendre notre action. Quelles leçons avons-nous tirées des revers de 2003
et 2004 (retraites, éducation nationale, sécurité sociale, mouvement
lycéen?) ? Il est trop facile de « tirer un trait » et de passer à autre
chose sans bilan, sans essayer de tirer des leçons sur le déroulement et
l?échec de ces luttes passées.

C'est aussi la responsabilité de tous de ne plus laisser à d'autres, le
soin de gérer des luttes qui nous appartiennent. Puisque personne ne se
battra à notre place, un fonctionnement auto-organisé des luttes est plus
que jamais nécessaire : assemblées générales souveraines ; portes paroles
élus, mandatés et révocables ; contrôle par la base. Ce mode de
fonctionnement permet la multiplication des initiatives, le
décloisonnement des individus réunis autour des revendications qu'ils
portent, la création d?une solidarité interprofessionnelle à la base et
ainsi, le développement d'une réelle dynamique de lutte. Il est important
d'adopter une attitude ferme contre les dérives corporatistes, souvent
entretenues par les centrales syndicales, qui divisent les travailleurs et
conduisent à l'isolement et l? impasse.

Ce mode d'organisation n'est cependant pas une fin en soi. En effet, quand
bien même les luttes fonctionneraient sur ce mode libertaire, il serait
criminel de vouloir gérer ce système inégalitaire, ou de continuer à
revendiquer sans cesse pour grappiller des miettes à la société
capitaliste. L'égalité sociale et la véritable démocratie ne sauraient
être réalisées dans une société capitaliste et parlementaire ; c'est
pourquoi nos luttes doivent s'inscrire dans une perspective
révolutionnaire, avec pour finalité le communisme libertaire.

GREVE GENERALE !

CNT-AIT (Association Internationale des Travailleurs)

Si vous souhaitez nous rencontrer pour discuter, pour participer à nos
activités, recevoir gratuitement notre presse, n?hésitez pas à nous écrire
à l?adresse suivante :

AIT c/o AAAFA BP 5-75860 Paris cedex 18.
Courriel : contact (a) cnt-ait . info
http://cnt-ait.info

Le Syndicat Interco Paris Nord CNT AIT
_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center