A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Precarite partout, egalite nulle part

Date Mon, 3 Oct 2005 08:40:24 +0200 (CEST)


Le NON vainqueur dans les urnes, le 29 mai, n'a stoppé en rien la
dégradation de nos conditions de vie. Le gouvernement De Villepin, sous
couvert de lutte contre le chômage, amplifie son oeuvre de démolition
sociale. L?Ordonnance N° 2005-89 3 du 2 août 2005, qui institue le Contrat
Nouvelle Embauche (CNE), mesure-phare du " plan d?action gouvernemental
contre le chômage " (sic), en est certainement la plus inquiétante.

Par cette mesure, l?Etat ouvre une nouvelle brèche dans la protection des
salarié-e-s. Ces protections (Code du travail, conventions collectives?),
sans être la panacée, leur offraient des garanties minimales face à
l?arbitraire patronal. Rappelons que le Code du travail fut le fruit d?un
rapport de force construit par le Mouvement ouvrier au cours du 20ème
siècle, par la lutte et la grève. l?Etat et le Capital furent alors
contraints d?adopter une législation sociale.

Le CNE s'inscrit dans une logique de casse des acquis. Il prévoit un
pseudo " CDI " avec 2 ans d?essai, pendant lesquels le patron pourra
licencier " son " employé sans motif : toute possibilité pour le ou la
salarié-e de contester son licenciement devient nulle. En clair : ferme ta
gueule et bosse, ne te syndique pas, fait des heures supplémentaires non
payées dans des conditions de merde ou alors à la porte !

L'Etat et le MEDEF veulent " remettre la France au travail " en augmentant
le temps de travail et en contraignant les chômeurs à accepter n'importe
quel emploi à n'importe quelle condition en les menaçant de radiation des
ASSEDIC s'ils refusent les emplois " proposés ". En effet, les chômeurs ne
pourront plus refuser les contrats de merde ou ne correspondant pas à leur
qualification. Au bout de trois refus, ils se verront supprimer leurs
indemnités !


*******

LE PERSONNEL DE L?EDUCATION EST PRECARISE...
LA JEUNESSE EST SACRIFIEE !

Au sein de l?Education nationale, la précarisation va ici aussi bon train !

Les réductions drastiques des enveloppes financières, entre autre au sein
de la MGI (Mission Générale d?Insertion), tendent à rendre totalement
inopérantes les missions qui lui sont confiées. Seule la qualité du
service des agents de la MGI, sur le terrain, permet à des jeunes, parmi
les plus défavorisés, d?entrevoir et d?envisager des solutions à leurs
attentes?

Plus largement, les remplacements des professeurs absents tendent à
instituer un service de " gardiennage " des élèves sans réelle
préoccupation de leur devenir et encore moins des retombées de telles
mesures en terme de développement personnel.

En ce qui concerne les Maîtres d?Internat et Surveillants d?Externat
(MI-SE), malgré leur forte mobilisation durant l?année 2003, le
gouvernement UMP-MEDEF a fait passer en force un nouveau statut de
surveillant : les Assistants d?éducation (AE). Une fois de plus, c?est une
progression constante de la précarité qui est proposée au sein de
l?Education nationale. Voici quelques exemples afin d?éclairer cette
précarité : à la différence des MI-SE, les AE n?ont pas droit aux heures
supplémentaires (seulement aux récupérations de services). Un SE plein
temps (28 heures) est payé un peu moins de 1.000 euros alors qu?un AE (non
étudiant) à mi-temps (20 heures) touche à la fin du mois un peu plus de
500 euros. Nous ne pouvons pas accepter de telles disparités salariales et
nous devons nous mobiliser afin de revendiquer que les AE aient des
contrats de travail équivalents à ceux des MI-SE.

Les A.T.O.S., lesquels regroupent l?ensemble des personnels
administratifs, techniques, ouvriers, de santé et sociaux des
établissements scolaires, sont, dans une grande part, des " contractuels
". Les A.T.O.S. sont indispensables à la bonne marche des établissements.
Contractuels, ils assurent des remplacements de titulaires, que ce soit
pour les longues maladies comme pour les courtes suppléances. Ainsi, les
contrats se succèdent-ils, les uns après les autres, quelques fois jusqu?à
" huit " au cours d?une année scolaire. Les salaires sont versés en
fonction des remplacements effectués. Pour les suppléances courtes, la
paie est versée trois mois après le premier jour travaillé. Pour les
remplacements de poste vacant (longue durée : en général contrat de 10
mois), le salaire est versé normalement? les contractuels n?ont jamais
l?assurance d?être réemployés, à chaque nouvelle rentrée scolaire?

L?école fourre-tout, l?école de la précarité institutionnelle, forme
majuscule de l?hypocrisie libérale, tend comme ont le voit, à donner le
change, uniquement le change. Ici il n?y a pas place pour l?avenir de la
jeunesse. Seuls les intérêts et les attentes d?un capitalisme débridé et
destructeur sont pris en compte !

Pour le reste, circulez? il n?y a plus rien à " savoir "?

Cette précarisation sans cesse croissante nous est insupportable ! C?est
ce qui nous conduit à revendiquer la titularisation de tous les personnels
en situation de précarité.


*******

MOBILISONS-NOUS :
Organisons la riposte sociale !

L'ampleur et la diversité des attaques nécessitent une réponse à leur
hauteur.

Nous devons, salarié-e-s et chômeur-se-s, organiser ensemble la riposte
sociale afin de mettre un terme

à tous ces projets qui font de la précarité la norme sociale.

Seule, la construction d'un mouvement social large et massif, ancré dans
l?interprofessionnel, permettra aux luttes sociales d?aboutir.

Il nous faut, dès aujourd?hui, sur nos lieux de vie, dans nos entreprises,
travailler d?arrache pied à la réalisation de ce grand mouvement,
autonome, unitaire et solidaire

Pour se passer des patrons qui nous exploitent et des élus qui confisquent
le pouvoir en nous privant de notre capacité de décider, pour ne plus
vivre une humanité au rabais, les luttes que nous devons mener ensemble
doivent se donner comme but :

L?avènement d?une autre société, égalitaire, libertaire et solidaire?


CNT de l'Education, Pyrénées-Orientales
66.cnt(a)free.fr

_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center