A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Revoltes dans les banlieues : avec les exploites, toujours !

Date Tue, 15 Nov 2005 11:21:34 +0100 (CET)


Le bon vieux "classe laborieuse, classe dangereuse" a toujours fait
recette. Aujourd'hui encore, alors que des banlieues s'enflamment en
affrontements entre jeunes et forces de l'ordre, cette équation est mise
en avant. Le contexte économique s'y prête : attaque sur le code du
travail, la sécu, les retraites, baisse du pouvoir d'achat, radiations et
contrôle accru des chômeurs et rmistes, licenciements,
délocalisations ...Cette politique de casse sociale porte ses fruits :
les grandes fortunes augmentent, les entreprises françaises ont fait 24%
de bénéfices net l'an dernier.

Mais il y a le revers de la médaille. A Clichy-sous-Bois, Montfermeil,
Drancy, Toulouse, Vaulx-en-Velin, Strasbourg, les jeunes des classes
populaires savent que l' insécurité c'est le chômage, la précarité,
l'incertitude de l'avenir et les pratiques d'une police chauffée à blanc
par un ministre oscillant entre populisme et relent d'extrême-droite.
Pendant que Guillaume Sarkozy, haut responsable du MEDEF, délocalise ses
usines de textiles, son frère Nicolas, ministre de l'intérieur, vient en
banlieue provoquer les jeunes laissés pour compte sous le feu des médias.

Les politiciens et le patronat savent bien ce qu'ils font lorsque tout
manque et que le désespoir grandit. C'est pourquoi des crédits
importants sont débloqués depuis des années pour l'embauche de
policiers, la construction de prisons...C'est une mécanique bien huilée.

Surveillés, exclus, râflés, contrôlés, enfermés, parce que pauvres, les
"jeunes" des banlieues trouvent à dire leur révolte et cherchent à être
entendus. Cette implosion de violence est l'expression d'un affrontement
contre un système capitaliste qui les marginalise.

La CNT dénonce l'incarcération de plusieurs centaines de jeunes, dont les
deux-tiers, mineurs, furent jugés à huit-clos en comparution
immédiate, principalement à Bobigny. Elle appelle les parents, les
enseignants, les sans-papiers, les chômeurs, les précaires et tous les
salariés à la grève. La grève, car c'est notre outil de lutte, celui des
exploités qui devront bien un jour s'unir, quelque soit leur mode
d'expression pour faire cesser l'injustice, le mépris et l'exploitation.

Paris, le 13 novembre 2005

Confédération Nationale du Travail
Bureau Confédéral
Secrétariat médias
medias@cnt-f.org

(expediteur/expeditrice <medias(a)cnt-f.org>)


_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center