A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Referendum : nous n'irons pas voter !

Date Thu, 26 May 2005 23:10:16 +0200 (CEST)


La fausse bataille électorale entre partisans du “oui” et du “non”, la
prétendue importance de ratifier la constitution ou d’en écrire une autre,
ne sert qu’à masquer la réalité de ce qu’est l’Europe. A savoir, une zone
depuis longtemps organisée sur le modèle économique, social et politique
des puissances qui prédominent dans le monde et dont les règles sont :
capitalisme , répression sociale et policière directe ou insidieuse, mise
en scène et promotion de la démocratie, culte de la consommation et du
travail, interventionnisme dans les anciens territoires coloniaux
(l’Afrique pour la France) ou création de nouvelles zones coloniales
(l’Irak par les USA)... quant à la casse du service public, si elle a du
retard dans des pays comme la France, elle n’en est pas moins déjà décidée
et très largement avancée. Sur ce point, il faut se rappeler que le
gouvernement Jospin a privatisé deux fois plus que ceux de Juppé et de
Balladur réunis. Partout, l’on s’ aperçoit que les élections et autres
débats politiques ne sont qu’une illusion de choix, qui n’infléchit pas ce
qui existe déjà. Dernier exemple, le Brésil dont le "président du peuple",
Lula, fait allégeance au FMI.

Tous les partis politiques sont solidaires entre eux sur l’essentiel ; et,
quand ils arrivent au pouvoir ils gèrent et mettent en place ce pourquoi
ils sont payés. La "bonne marche de la société", c’est-à-dire la gestion
optimum du profit et du contrôle social de la masse (ceux qui n’ont comme
choix que de travailler, consommer, élire...) s’appuie aussi sur les
syndicats. En créant des simulacres de contestation ou en faisant tout
pour la récupérer ou l’étouffer si ça elle risque de leur échapper, ils
ont prouvé depuis toujours qu’ils sont de bons partenaires et qu’au niveau
de la répression des luttes, ils savent être efficaces. En ce qui concerne
les partis minoritaires d’extrême gauche, qui prétendent être au cœur d’un
mouvement social qui n’existe que dans leurs plaquettes de pub, non
seulement ils sont reconnus et appréciés par la télévision mais ils jouent
aussi le rôle de pompiers de services en cas de risque de révolte, avec un
zèle qui doit faire plaisir à voir à leurs partenaires au pouvoir. Le rôle
de la LCR après AZF ou sa promotion de Chirac en promettant un "3° tour
social" (dont nous n ’avons pas vu l’ombre) en attestent.

Justement, le piége du référendum rappelle le mécanisme qui a eu cours
dans l’épisode Chirac/Le Pen. L’important, nous dit-on, est de choisir “le
moins pire” ou “le plus efficace” et dés lors, on nous invite à oublier
tout le système qui a permis d’en arriver là. Voter au référendum, c’est
croire qu’ une constitution peut changer quoi que ce soit ; alors qu’elle
n’officialise que ce qui existe déjà. Si le “non” l’emporte alors, tout
simplement, ils en referont une autre qui sera adoptée par le parlement ou
bien, ils nous feront revoter (ça s’est déjà vu), et en attendant, les
affaires
continueront comme avant. Constitution ou pas, la directive Bolkestein
elle-même est largement appliquée. Au sud de l’Espagne les puissants
patrons agricoles bénéficient de la traite des sans papiers à moindre coût
organisé par l’État. Il n’y a pourtant pas de "directive" qui est censé
permettre cela, mais qui s’en soucie ? Dans l’exploitation des gens,
l’Europe laisse carte blanche aux États, qu’ils votent oui ou non. Pour le
système “démocratique” l’important est de faire croire que l’on a le
choix, et pour ceux qui n’y croient plus (et qui se font remarquer dans
les taux d’ abstention) c’est de les gérer par l’exclusion et la
soumission.

Voter non au référendum ne gênera en rien la bonne marche des affaires, et
voter tout court c’est admettre le bien fondé d’une constitution, de l’
Europe, de l’État, de l’économie, du travail... C’est pour cela que, plus
que jamais, il faut s’abstenir et rompre avec ce système pour favoriser l’
organisation des révoltés entre eux sans intermédiaires, pour soutenir des
luttes qui échappent au contrôle du pouvoir.

Il faut dénoncer sans relâche ceux qui sont employés à démobiliser ou
réprimer tout mouvement de révolte de l’intérieur, et avoir le souci de
propager l’idée que tout changement radical doit être global et se faire
contre eux.

(cf illustration à http://cnt-ait.info/article.php?id_article=1087)

_______________________________________________
Actualité de l'Anarcho-syndicalisme
http://liste.cnt-ait.info
http://cnt-ait.info
Contact(a)cnt-ait.info



_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center