A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) La préfecture a décidé de ne pas laisser les squatters dominer la ville - Grenoble

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Mon, 2 May 2005 23:09:56 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

Depuis quelques jours, 80 personnes occupaient l'ancien Institut de
Géographie Alpine (IGA) situé sur la montagne de la Bastille et renommé
le BORA BORA . Ce bâtiment universitaire de quatre étages et d'une
taille impressionnante était recouvert depuis l'occupation d'une
banderole de 81m2 visible de toute la ville (en particulier de la
mairie, du commissariat et de la préfecture) et annonçant « squats de
Gre » en plagiant le logo de la municipalité « ville de Grenoble ».

Ce matin, un responsable de la police grenobloise est passé pour
signifier que l'expulsion aurait lieu dans la journée. Il prétendait que
la qualité de "bâtiment d'Etat" de l’immeuble occupé autorisait
l'intervention immédiate et sans aucune procédure judiciaire. Il
apparaît néanmoins après renseignements pris auprès de juristes que ces
allégations seraient mensongères et que les propriétaires et l'Etat
auraient dû passer par une procédure au tribunal administratif même pour
un bâtiment appartenant à l'Etat (lors de l'occupation du parc Paul
Mistral l'an dernier qui était lieu public encore utilisé, une procédure
nominative avait été suivie au tribunal administratif). Il semble que ce
soit la préfecture, sans doute ulcérée par l'audace croissante du
mouvement squat grenoblois et le positionnement stratégique du bâtiment,
qui a fait directement pression sur les propriétaires (l'université)
pour que ceux-ci portent plainte.

Contrairement à ce qu'ont laissé entendre certains médias locaux, il ne
s'agissait pas que d'une action symbolique des squats sur la crise du
logement. Ce bâtiment était d'ores et déjà l'habitat de nombreuses
personnes , mais aussi l'objet d'un projet de centre social
(infokiosque, salle de projections, espace non-mixte entre femmes,
débats, locaux à la disposition de collectifs , atelier informatique,
salle de concert...avec encore de l'espace pour divers projets
autonomes). Il s'agissait d'une semaine intense pour les squats
grenoblois puisqu'une manifestation de 500 personnes avait déjà occupé
les rues de Grenobles ce samedi pour protester contre les menaces
d'expulsion pesant sur la traverse des 400 couverts.

A 14h, une centaine de policiers et CRS sont arrivés dans le bâtiment,
bloquant directement les voies d'accès afin d'empêcher que les
personnes venues en soutien de l'extérieur ne s'approchent.
La cinquantaine d'occupant-e-s présent-e-s sur le lieu avait fait le
choix après avoir barricadé toutes les entrées du batîment, de se
regrouper sur le toit à une douzaine de mètres de hauteur et de résister
à l'expulsion dans une position qui rendrait difficile une intervention
speed.
Une personne s'était pendue en rappel à la façade dans une position qui
ne permettait pas aux policiers de le détacher sans une intervention de
forces spéciales.
Après avoir dégagé petit à petit les escaliers du bâtiment obstrué par
des barricades en tous genres, les policiers sont arrivés en nombre sur
le toit.
Des négociations se sont alors opérées, s'accordant aux exigences des
squattereus-e-s, les représentant-e-s de la police ont promis de ne pas
contrôler ni inculper les occupant-e-s . Environ une heure après le
début de leur intervention, la personne encordée est descendue, les
occupant-e-s sont donc sorti-e-s du bâtiment sans passer par la case
commissariat et sans subir de violences.

Juste après l'expulsion, 70 à 90 personnes ont manifesté spontanément
dans le centre-ville de Grenoble, aux cris notamment de « Ni loyers ni
expulsions, autogestion ! » et « Une expulsion, dix ouvertures ! ». Tout
le monde s'est ensuite dispersé au jardin de ville...

Mais Grenoble continuera de se faire squatter !

Et en attendant nous vous invitons à faire pression et demander des
explications, en appelant les numéros suivants:
alain.miaoulis@ujf_grenoble.fr, secretariat-general@ujf_grenoble.fr
la préfecture 04.76.60.34.00
rectorat de grenoble 04.76.01.84.65
demander le recteur
le doyen de l'université joseph fourier, Mr Vallée 04.76.51.47.94
standard général de l'université 04.76.51.46.00
secrétariat du patrimoine 04.76.51.40.42 ou 04.76.51.49.75

Des squatteur-euse-s grenoblois-es.




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html


A-Infos Information Center