A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Argentine : criminaliser c'est réprimer

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Mon, 28 Mar 2005 11:22:25 +0200 (CEST)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

"La justice est comme une vipère, elle pique ceux qui marchent pieds
nus".

Depuis quelques années, plus précisemment à partir du dernier
gouvernement de Menem (1994), il se passe ce que nous connaissons comme
criminilisation de la protesattion sociale. Ceci consiste en gros à
appliquer le code pénal, prévu pour des délits communs,contre ceux qui
réclament travail digne, santé, éducacion, justice.
Cette utilisation indue du code pénal contredit au grand jour la
Constitution que ceux d'en haut ont rédigée, vu qu'ils ne permettent pas
les protestations, qui sont un droit légitime.

Il y a ceux qui affirment que couper une route, une rue ou prendre une
entreprise sont des actes qui sont hors la loi et que pour cela la
justice doit agir et réprimer. Pour nous opposer à cette vision de la
réalité (que les médias massifs comme la radio ou la télé annoncent
intensément) nos avons nos arguments qui peuvent être des plus variés.
Ces arguments peuvent se diviser à notre avis en deux lignes argumentales
différentes qui sont très solides et pas nécessairement opposées.

Depuis l'idéologique. Nous sommes convaincus que ces lois sont quasiment
dans leur totalité faites et appliquées par les puissants pour maintenir
l'ordre social et le reproduire. C'est à dire que rien ne change et que
ceux d'en haut continuent de vivre sur l'effort de la grande majorité du
peuple. Les privilèges dont jouissent les capitalistes ont besoin d'un
cadre légal qui les garantissent. C'est pour cette raison que nous avons
les lois que nous avons (à l'exception de quelques unes arrachées par la
lutte), ceci changera si nous sommes capables de transformer la réalité
et d'en finir avec cet ordre social injuste.

Depuis le légal et en prenant en compte le sens commun. Toutes les lois
n'ont pas la même importance. Dans la Constitution Nationale sont
proclamés -entre autres- le droit à un logement digne, à la santé, à
l'éducation, à un travail digne et bien rémunéré. Pas besoin de trop
d'analyse pour nous rendre compte que ces droits sont violés et ne sont
pas respectés. Nous pouvons dire que le gouvernement, ou pour être plus
exact, les gouvernements, ont piétiné, de manière permanente et effrontée,
les droits gagnés dans la lutte. Ensuite, ils ne vont pas se criminaliserentre eux. Ils sont en train de violer toute la législation sociale,
sans parler de celle du travail avec le travail au noir et tants
d'autres questions. Jamais le droit à la libre circulation (automobile)
ne peut être au-dessus des droits mentionnés auparavant.
Eux, ceux d'en haut, sont les véritables délinquants, et en plus, ils
nous accusent, nous ceux d'en bas, pour résister.

QUELQUES MODALITES DE CRIMINALISATION DES LUTTES :

- Utilisation de figures pénales abusives. Ceci dans le but d'empêcher
toute libération conditionnelle des accusés. Cela consiste à appliquer
des figures pénales habituellement utilisées pour juger des bandes
organisées ou pour des délits économiques.

- Inculper les victimes au lieu des responsables. Un clair exemple de
cette modalité est le massacre du pont Pueyrredon (juin 2002-2 morts) où
la justice n'approfondit pas l'enquête concernant les assassinats mais
en retour surveille les organisations qui ont participé à cette
mobilisation et maintient des inculpations pour "attentat à la
démocratie" sur quelques victimes de cette répression.

- Faiblesse des preuves. Cela consiste à ce que, dans beaucoup de cas,
les juges prennent la parole des policiers qui ont réalisé les
arrestations comme quelque chose de quasiment sans appel, alors que nous
savons que la parole ou le récit ne constituent pas en soi une preuve
suffisante et que de plus ils peuvent être inventés ou malintentionés
(cas des détenu(e)s de la mairie de Buenos Aires).

- Policiers sans identifications. Ce gouvernement a été intimé par le
Centre d'Etudes Légales et Sociales (CELS) à veiller à ce que tous les
policiers qui encadrent des manifestations soient parfaitement
identifiés. Loin de le faire (et malgré un accord médiatisé), les
policiers en civil sont à chaque fois plus nombreux, ce qui donne lieu à
des provocations et des montages qui ensuite sont utilisés pour
criminaliser des manifestants en les accusant injustement.

QUELQUES REFLEXIONS

L'injustice qui est en train d'être commise est très évidente et ses
contrastes frôlent le ridicule. Si nous voulons voir les délinquants, il
suffit de regarder ceux d'en haut. Des personnages comme Domingo Cavallo
(ancien ministre de l'économie de Carlos Menem, qui touchait un salaire
d'une fondation privée, la Fondation Méditerranée, alors que c'était
interdit, qui s'était emparé des dépôts des gens et qui a étatisé la
dette externe privée), Mathov (ministre de De la Rua (ancien président
en 2001), impliqué dans les assassinats du 20 décembre 2001), Juanjo
Alvarez (responsable politique du massacre du pont Pueyrredon), sans
parler des sénateurs corrompus (payés par les services secrets de l'Etat
pour voter une réforme du droit du travail, NdT), des militaires
génocidaires qui marchent dans les rues, de la Citibank qui blanchit
l'argent. Ibarra (maire de Buenos Aires) pour Cromañon (discothèque où
sont mortes 194 personnes pour non respect des normes de sécurité à
cause de la corruption, NdT), etc. La liste est longue.

Il sont quasiment tous libres ! Beaucoup n'ont même pas été convoqués par
la justice pour déclarer !

En revanche, nos compagnos sont en prison.

Le 4 juillet 2004, le ministre de l'Intérieur, Anibal Fernandez, a
demandé à la justice d'agir "avec le code pénal à la main" pour
réprimer. Ces déclarations peuvent être prises par beaucoup de
procureurs et de juges comme une carte blanche pour judiciariser et
criminaliser les activistes.

DEUX CAS EMINENTS EN 2004 :

- Caleta Olivia
Les chômeurs ont occupé les installations pétrolières de Termap à Caleta
Olivia (province de Santa Cruz) et ont coupé la route pour demander du
travail. Ils sont en prison et ont été inculpé de "privation illégitime
de liberté aggravée, menaces, dommages, usurpation, attentat, résistance
à l'autorité et ralentissement de l'activité industrielle" (rapport du
CELS).

- Mairie de Buenos Aires
Une provocation dégénère en troubles lors du vote du nouveau code pénal
de la ville de Bs As. Pour les incidents, 15 personnes ont été inculpées
de délits comme privation illégitime de liberté, coactions aggravées,
dommages qualifiés et résistance à l'autorité. (rapport du CELS)

Comme conséquence de cette politique de criminalisation de la
protestation sociale il y a plus de 4 000 inculpés et plus de 40
prisonniers politiques, parmi eux Gabriel Roser, compagnon du MUP, qui a
été vistime d'une manipulation de la part d'un "puntero" (homme de main)
du parti péroniste de son quartier, avec la complicité du commissaire.
Nous sommes conscients que nous pouvons inverser cette situation
seulement en nous organisant.

Liberté pour tous les prisonniers politiques !

La Voz de los Sin Voz (La voix des sans voix),
Un projet du Collectif Editorial DESALAMBRANDO
<colectivo_desalambrando(a)yahoo.com.ar>Mars 2005

Traduction : Fab <santelmo(a)no-log.org>




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html


A-Infos Information Center