A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Bolivie : la ville de El Alto toujours rebelle

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Fri, 18 Mar 2005 14:45:18 +0100 (CET)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

LA FEJUVE DE LA VILLE DE EL ALTO VEUT LA NATIONALISATION DES
HYDROCARBURES ET QUE MESA S'EN AILLE.

Mercredi soir 16 mars 2005, s'est réalisé une Assemblée Générale de
Présidents et d'Habitants dans les locaux de la Fédération des Assemblées
de Quartier (FEJUVE) de la ville de El Alto pour définir une position
sur trois thèmes : l'eau, Carlos Mesa et les hydrocarbures.

Après quelques exposés et plusieurs courtes interventions durant
lesquelles on a pu entendre la condamnation unanime des actitudes du
président Mesa et des parlementaires, un dirigeant de FEJUVE a décrit le
contexte dans lequel se sont produit les changements politiques du
gouvernement.

“Nous avons pu voir de manière très claire qu'auncun habitant de El Alto
ne s'est prêté au jeu de Carlos Mesa lorsqu'il a fait cette grande fête
la semaine dernière sur la Place Murillo (à La Paz). Une fête qui a
signifié que le pays continue de mendier au capital étranger. Une fête
oú il s'est dansé, oú il s'est chanté sur les 60 morts et plus de 400
blessés (en octobre 2003 pendant la dite "guerre du gaz") de la ville de
El Alto qui ont lutté pour nos ressources naturelles. Parce que le sang
a coulé, nous ne pouvons y renoncer”.

Puis ont été lues les résolutions suivantes qui ont été applaudies en
signe d'approbation :

- Au sujet de la démission de Mesa ou de l'anticipation des élections
générales : “Qu'il s'en aille mais qu'ils s'en aillent tous, le
président, les ministres et leurs parlementaires”.

- Nous devons rechercher des mécanistes pour nous auto-gouverner
nous-mêmes et pour cela rechercher l'unité de tous les secteurs
appauvris et marginaux.

- Nous devons former la base sur tous les sujets.

- Au sujet de l'approbation de la Loi des Hydrocarbures par les députés :
il y a un refus unanime des 18% de "regalías" et des 32% des impôts (1).
C'est faux, c'est la même loi que celle de l'ex-président Gonzalo
Sánchez de Lozada (en fuite après les émeutes et la répression d'octobre
2003). La proposition directe de El Alto est la nationalisation des
hydrocarbures.

- Sur Aguas del Illimani (concession de distribution de l'eau de El Alto
et de La Paz, aux mains de Suez-Lyonnaise des Eaux (2)) : on n'écarte
pas la prise des installations.

- On ne payera pas les factures et pour ne pas souffrir de coupûres, dans
chaque zone doivent se constituer des comités d'auto-défense. Il a aussi
été indiqué qu'il n'y avait aucune raison pour payer des indemnisations
à l'entreprise. Qu'a-t-elle investi ? La connexion de l'eau a même été
opérée grâce à la participation des habitants. C'est elle qui doit payer
une indemnisation au peuple de El Alto pour tous les dommages et les
abus.

- Nous exigeons la démission de José Luis Paredes pour avoir trahi la
ville de El Alto.

A la fin des interventions, un étudiant de l'Université Publique de El
Alto a dénoncé qu'un universitaire qui s'était uni à la grêve de faim au
Parlement avait été expulsé de la dite université.


Indymedia Bolivia.
((i)) la paz (17/03/2005 13:57)

Notes :

1- les "regalias" correspondent à la valeur estimée du pétrole ou du gaz
à sa sortie de puit. Les multinationales doivent payer 18% d'impôts à
l'Etat sur cette valeur (auparavant c'était 50%). Mais il y a deux
"problèmes" : - personne ne contrôle ce que les entreprises sortent,
- il n'y a pas d'impôts sur le pétrole "travaillé", c'est à dire quand le
brut se transforme en essence alors que c'est à partir de ce moment que
les profits sont énormes (c'est ce qui s'appelle du pillage de
ressources). (NdT)
2- En janvier dernier, les habitants de El Alto s'étaient mobilisé pour
l'expulsion de l'entreprise et la formation d'une entreprise publique
avec gestion par les habitants. Ils ont obtenu satisfaction mais ensuite
Mesa a fait marche arrière en prétextant ne pouvoir rompre
unilatéralement le contrat car il devrait payer des indemnisations.
(NdT)

Voir aussi "Bolivie : comprendre ce qui se passe"
http://risal.collectifs.net/imprimer.php?id_article=1283

[ expéditeur/expéditrice <santelmo2(a)hotmail.com> ]




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html


A-Infos Information Center