A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Ou en est la riposte des travailleurs, chomeurs, etudiants et lyceens ?

From worker <a-infos-fr@ainfos.ca>
Date Wed, 16 Mar 2005 23:53:46 +0100 (CET)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

[ tract distribué à la manif du 10 mars à Nantes ]
Où en est la riposte des travailleurs, chômeurs, étudiants et lycéens ?

Vu la défaite de 2003 sur les retraites, les difficultés à se défendre au
boulot, ou tout simplement à s'organiser, dans une période difficile pour
tout le monde, nous pensons qu'il est indispensable aujourd'hui d'être
critique sur ce que nous faisons.

Nous ne sommes pas satisfaits de l'habituel cycle, projet de loi (ou mauvais
coup de la direction)-négociations-manifs, et au final : pas grand chose,
voir rien. Même aujourd'hui, et il ne s'agit pas de décourager qui que ce
soit, mais on se demande pourquoi on en est là ? La loi Fillon sur
l'éducation (loi d'orientation pour l'avenir de l'école), qui va pousser les
profs à bourrer un peu plus le crâne à nos gamins sur l'importance de la
nation, de la citoyenneté active et des valeurs républicaines (donc à ne
surtout pas être critique sur notre société), qui parle de remplacer les
bourses sur critères sociaux par des bourses au mérite, qui parle de contenu
du bac évalué en fonction des besoins des entreprises, cette loi est en
train de passer en ce moment même où nous marchons. Cette loi Fillon est
liée à celle sur la décentralisation (13 août 2004), et elles sont un grand
pas vers la privatisation du système éducatif (donc mainmise de groupes de
pression sur l'école, marchandisation, aggravation des inégalités, etc.)
Quelle information, quelle riposte à cela ? La manif d'aujourd'hui ? Il
aurait au moins fallu qu'elle ait eu lieu avant, et qu'elle permette
d'organiser des actions d'information dans les écoles et les lycées, en vue
de luttes si possible : cela fait trop longtemps qu'on nous appelle juste à
manifester.
La loi sur les 35H continue de nous être présentée comme un acquis social,
mais que contient-elle réellement ? La loi fixait l'horaire légal à 35
heures hebdomadaires sur l'année … tout en introduisant la variabilité des
horaires, non plus définis sur une base hebdomadaire mais annualisés ; les
pauses acquises n'étaient plus comptabilisées comme temps du travail ; on
instituait plusieurs SMIC ; on donnait davantage de liberté aux entreprises
pour négocier des accords spécifiques ; le nombre d'heures supplémentaires
payées avec un taux majoré diminuait ; les patrons recevaient l'autorisation
de fixer les dates de congés en fonction des exigences de la production ; la
négociation s'est faite boîte par boîte, ce qui est une remise en cause des
conventions collectives, et ne permet pas d'unité des travailleurs (on sait
bien que c'est plutôt dans le public que cette loi a pu être favorable aux
travailleurs, et encore, à court terme et surtout au niveau des RTT, ce qui
renforce encore la division privé-public dans la tête de trop de salariés).
On pourrait vous parler du RMA et autres nouveaux contrats, des travailleurs
jetés après usages, de notre quotidien, au boulot comme en dehors, mais
arrêtons là. Les coups pleuvent, le patronat et les dominants continuent
leur lutte des classes, et chacun se demande comment on va reprendre notre
propre lutte. On ne va pas vous livrer de solution miracle, mais nous
remettons en cause ce qui se fait, car nous constatons comme vous que cela
ne marche pas. Nous participons aux luttes, avec nos petits moyens, tout en
regardant dans le présent et le passé ce qui fonctionne pour s'en resservir.

Voici quelques constats, questions et idées. Faut-il favoriser la direction
de nos mouvements par des intersyndicales, au détriment de l'unité plus
large des travailleurs, chômeurs, étudiants, lycéens, au sein d'assemblées
générales démocratiques ? Nous avons bien vu que jamais les bureaucraties
syndicales n'ont appelé à la grève générale en mai-juin 2003, ce qui
signifie que, comme toujours, c'est à nous d'organiser les choses, y compris
avec tous les syndiqués sincères et les sections syndicales vraiment dans la
lutte. Les services publics sont privatisés. Est-ce uniquement la faute de
la droite, alors que la gauche a signé des accords au niveau européen allant
dans ce sens ? Est-ce qu'un service public étatique c'est forcément mieux
pour nous (La Poste vient encore d'augmenter le prix des timbres) ? Un
service public qui doit être rentable, c'est un service public qui augmente
le prix du timbre contre l'intérêt de tous les travailleurs et chômeurs
quand la concurrence l'exige. Nous sommes pour défendre le statut des
travailleurs du public, mais nous pensons qu'un service public aux mains de
l'Etat ce n'est pas vraiment un service public. Le syndicalisme a-t-il eu
raison d'abandonner la critique du capitalisme qu'il menait au début du
siècle ? Pour les entreprises du privé, un capitalisme à visage humain
est-il vraiment possible quand on travaille à la chaîne ? Ne sommes-nous pas
stressés au bureau ? Quand un travailleur coûte 10 fois moins cher à l'autre
bout de la planète, ou quatre fois moins cher en Europe de l'est, il est
clair que c'est la rentabilité des entreprises qui pousse à licencier, que
c'est le fonctionnement de cette société malade qui démolit tant de vies
humaines. Est-ce que ce sont les prochaines élections, les référendums ou un
nouveau gouvernement qui vont remplacer ce que nous n'arrivons pas à faire
nous-mêmes sur nos lieux de travail ou dans la rue ? Une lutte qui ne
s'attaque pas au bénéfice patronal, ou qui ne s'en prend pas aux lieux de
décisions, est-ce une lutte ? Nucléarisation de la société, OGM, effet de
serre, multiplication des cancers…, on en arrive à un stade où la planète va
être inhabitable : la société du profit n'aurait rien à voir là-dedans ?

Nous savons bien qu'il faut partir de ce que nous vivons au quotidien, que
les luttes ne se décrètent pas. Mais il faudrait que nous commencions par
cesser les manifs isolées et à répétition : descendre dans la rue doit
permettre des prises de contact, de se réunir pour voir ce que nous pouvons
faire ensemble, de reconstruire de vrais syndicats de lutte, d'agir
directement sans élus sur nos lieux de travail ou en dehors… Reconstruisons
l'unité entre tous les secteurs d'activité, faisons grève en même temps,
bloquons les transports, refusons de laisser un collègue seul face à sa
direction, épaulons-nous, n'hésitons pas à séquestrer les stocks ou des
machines en cas de délocalisation, à bloquer une administration et se barrer
dès que la police arrive, à saboter la production, à trouver des moyens de
distribuer le fruit de son travail gratuitement pour rendre une lutte plus
sympathique… Si cela vous intéresse, vous pouvez toujours vous faire votre
opinion sur nous par notre journal, mais le plus important c'est de
construire patiemment les conditions de la lutte par un travail
d'information, et le moment venu ne pas s'enfermer dans les manifs, mais
plutôt passer au blocage direct des entreprises et administrations. A
bientôt dans l'action !

Organisons-nous et passons à l'action en unissant nos luttes, en bloquant
directement entreprises et administrations, par la grève générale…

Groupement d'Action et de Réflexion AnarchoSyndicaliste - Nantes
Tract 10 mars 2005

…..
Pour recevoir gratuitement 3 numéros de notre lettre de liaison, envoyez ce
coupon à notre adresse fédérale :
GARAS c/o Sarthe Libertaire
Maison des associations
salle n° 23
4 rue d'Arcole
72 0000 LE MANS.

Nom : Prénom : Adresse :

Groupement d'Action et de Réflexion AnarchoSyndicaliste
Courriel : garas_44(a)no-log.org



*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html


A-Infos Information Center