A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Bolivie : comprendre ce qui se passe

From a-infos-fr@ainfos.ca
Date Mon, 14 Mar 2005 11:29:14 +0100 (CET)


_________________________________________________
A G E N C E D E P R E S S E A - I N F O S
http://www.ainfos.ca/
http://ainfos.ca/index24.html
_________________________________________________

"Une semaine remplie d'évènements : barrages de routes et de chemins,
encerclement de la capitale et menace de manque d'eau, démission du
président et confirmation de son mandat par le parlement, alliance
postérieure de toutes les forces sociales pour recupérer les ressources
naturelles des transnationales. Un scénario incertain, ouvert". (Brecha)

Comprendre ce qui est en train de se passer dans la Bolivie convulsée est
difficile : un président qui renonce à l'utilisation de la force
publique pour imposer les décisions gouvernementales et qui présente sa
démission comme mesure de pression face à l'énième action de
protestation et d'insubordination de la population civile ; une
population aymara urbaine dans la ville de El Alto qui a possède une
expérience de mobilisation telle, que de manière quasiment répétée est
capable de fermer la ville de La Paz, en empêchant l'entrée et la sortie
des véhicules, marchandises et personnes.

La récente action de confrontation entre d'une part la population simple
des villes et de quelques zones rurales et, d'autre part, le
gouvernement bolivien et les corporations transnationales s'est soldée
par un
"ballottage" chaotique entre les forces sociales en conflit : les uns ne
pouvant imposer ce qu'ils décident, les autres non plus.

Carlos Mesa, le président qui est arrivé à ce poste en octobre 2003 après
l'autre soulèvement qui fit fuir l'ultra-néo-libéral Gonzalo Sanchez de
Lozada, ne peut pas gouvrener. En accord, bien sûr, au sens que l'on
confère à ce mot : Carlos Mesa ne peut pas guider, diriger ou régir le
destin du pays ; ses décisions sont instamment contestées dans la rue et
les chemins par une population brutalement appauvrie qui peu à peu
cherche des mécanismes et des formes pour assurer sa possibilité
d'intervenir dans la décision sur les affaires publiques. La population,
de son côté, n'est pas disposée à se laisser gouverner, si le président
n'"obéit" pas à ce que la population décide.

La récente mobilisation en Bolivie, dont le final est toujours incertain,
a trois demandes centrales. La première est l'expulsion de l'entreprise
transnationale Suez-Lyonnaise des Eaux -la plus grande corporation
mondiale de distribution d'eau potable- de El Alto et son remplacement
par une entreprise publique dans laquelle la gestion est aux mains des
habitants.

Entre le 10 et le 14 janvier dernier, les habitants de la ville de El
Alto ont réalisé une grève avec cette demande et, apparament, ont obtenu
satisfaction. En février, les habitants ont su que le gouvernement avait
décidé "de respecter les conformités de la loi" pour mettre un terme au
contrat avec la Suez qui, en attendant, continuait sa gestion. En plus,
Mesa et son cabinet refusaient la volonté citoyenne de former une
entreprise publique de distribution de l'eau sous le contrôle des
propres habitants et proposaient, comme solution transitoire, la
constitution d'une entreprise d'une société d'économie mixte où se
permettrait la participation de capital privée. Ceci fut ce qui entraîna
la nouvelle mobilisation. Comme
l'exprimaient les habitants de El Alto lors de leurs barrages de routes :
"Nous avons déjà dit que nous ne voulions pas ici la transnationale.
Donc qu'elle s'en aille. Que Carlos Mesa le comprenne".

La seconde demande du mouvement est continuelle depuis octobre 2003 :
c'est l'exigence que, au moins rapidement, s'établisse un impôt de 50 %
à l'exploitation des hydrocarbures également concessionnés à des
consortiums transnationaux, et que ce pourcentage soit inclu dans la Loi
des
Hydrocarbures actuellement en discussion au Parlement. Au sujet de cette
demande, il se passe quelque chose de similaire à ce qui se passe avec
l'eau : les gouvernants et la "classe politique" en général, après
l'irruption collective (...) de la population dans la rue, manifestant
son intention de récupérer ce qu'elle considère être le patrimoine
public, s'efforcent d'effacer et de diluer dans la négociation ce que
les gens mobilisés ont établit comme convenable pour le pays.

Le gouvernement de Carlos Mesa a parié durant toute l'année 2004 sur
l'affaiblissement des mouvements sociaux. Dans une certaine mesure il l'a
obtenu, mais le terrain des "commissions d'experts" n'est pas un lieu
dans lequel les milliers d'habitants qui se mobilisent peuvent
participer. Cependant, la force du mouvement bolivien, au moins jusqu'à
maintenant, réside dans la clarté avec laquelle la population simple
comprend la nécessité de récupérer ce qui est richesse naturelle pillée.
Pour cela, elle se présente dans la rue encore une fois.

Finalement, la troisième demande du mouvement, qui peut constituer une
sortie à cette confrontation à chaque plus intense, est la volonté des
multiples et diverses organisations sociales de réaliser une Assemblée
Constituante pour refonder un pays qui, sans aucun doute, balance par les
quatre côtés au milieu de l'inestabilité et la carence.

Raquel Gutierrez
Brecha (Uruguay), 11 mars 2005
Traduction : fab (santelmo(a)no-log.org)




*******
*******
****** Agence de Presse A-Infos ******
Information d'intérêt pour et au sujet des anarchistes

INFO: http://ainfos.ca/org http://ainfos.ca/org/faq-fr.html
AIDE: a-infos-org@ainfos.ca
ABONNEMENT: envoyer un email à lists@ainfos.ca avec la commande suivante
dans le corps du message "subscribe (ou unsubscribe) nomdelaliste votre@email".

Les options pour toutes les listes se trouvent à http://www.ainfos.ca/options.html


A-Infos Information Center