A - I n f o s
a multi-lingual news service by, for, and about anarchists **

News in all languages
Last 40 posts (Homepage) Last two weeks' posts

The last 100 posts, according to language
Castellano_ Deutsch_ Nederlands_ English_ Français_ Italiano_ Polski_ Português_ Russkyi_ Suomi_ Svenska_ Türkçe_ The.Supplement
First few lines of all posts of last 24 hours || of past 30 days | of 2002 | of 2003 | of 2004 | of 2005

Syndication Of A-Infos - including RDF | How to Syndicate A-Infos
Subscribe to the a-infos newsgroups
{Info on A-Infos}

(fr) Chiapas-Mexique : alerte rouge...

Date Wed, 29 Jun 2005 21:06:03 +0200 (CEST)


L'Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN) vient d'annoncer une série
de mesures exceptionnelles : la mise en alerte rouge dans les territoires
rebelles et le rappel de ses combattant-e-s, la fermeture et le passage à
la clandestinité des institutions de l'auto-gouvernement (Juntas de Buen
Gobierno des 5 « Caracoles », Municipes Autonomes, etc.), afin de mettre
les personnes qui y siègent en sécurité et de pouvoir poursuivre la
construction de l'autonomie indigène. Les membres de la société civile
mexicaine et internationale se trouvant dans les communautés ont été
conviés à sortir des territoires rebelles, ou à rester cantonnés dans l'un
ou l'autre des « Caracoles », mais « à leurs risques et périls ».. Les
zapatistes veulent faire le point sur l'état actuel de leur combat à partir
des communautés en résistance, réfléchir sur la réalité du monde
d'aujourd'hui, analyser les projets des forces politiques mexicaines,
débattre des meilleures manières de continuer leur lutte, même s'il faut
remettre en cause ce qui semble acquis. Ils organisent donc une
consultation de la population insurgée au sujet de la « prochaine étape »,
qui sera probablement marquée par « une recrudescence des persécutions et du
harcèlement » contre les communautés en rébellion.

Ces déclarations, qui portent un coup à la stratégie gouvernementale de
négation de la guerre menée contre les communautés, ont été précédées d'une
série d'événements graves : assassinats de militants et responsables
zapatistes, pression accrue des groupes paramilitaires, importants
mouvements des troupes fédérales, fermeture des comptes bancaires d'une ONG
proche des communautés zapatistes sous prétexte de blanchiment d'argent,
communiqués du ministère de la « Défense » à propos de « champs de
marihuana dans la zone d'influence zapatiste » (en fait les lieux cités ne
sont pas dans les régions rebelles ; d'autre part nul n'ignore les liens
étroits entre l'armée mexicaine et le narcotrafic, tandis que l'on connaît
la vigilance zapatiste à ce sujet). Les zapatistes rappellent en outre que
lors d'une précédente consultation organisée par l'EZLN (en février 1995)
l'armée fédérale avait traîtreusement attaqué le territoire rebelle, malgré
le cessez le feu en vigueur et la tenue de négociations avec le gouvernement.

La rébellion zapatiste au Chiapas est depuis bientôt 12 ans porteuse de
messages forts. La dignité et le courage, la ténacité et l'imagination des
peuples indiens de cette région du Sud-Est mexicain, qui ont osé se lever
contre la spoliation et l'exploitation, la misère, le racisme et l'oubli,
contre la « logique économique » dans laquelle nous sommes enfermés, force
l'admiration. S'appuyant sur une culture riche, profondément respectueuse
des individus et du milieu naturel, des milliers de communautés tsotsil,
tseltal, chol, tojolabal, zoque, ont su construire avec l'EZLN un mouvement
radical mais pacifique, renforçant l'évolution des structures sociales
traditionnelles vers une organisation horizontale et démocratique. Les
femmes indigènes mènent au sein de cette rébellion une « lutte dans la
lutte » contre la double oppression qu'elles subissent. Leur participation
croissante dans l'EZLN et la construction de l'autonomie politique,
alimentaire, sanitaire et éducative en témoigne.
Les temps qui viennent semblent lourds de menaces, mais aussi d'espoirs
pour le mouvement zapatiste et pour nous-mêmes. De nombreuses entreprises
nord-américaines, mais aussi françaises et européennes sont activement
complices du refus méprisant et brutal du gouvernement mexicain de
reconnaître la culture et les droits indigènes sur leur vie et sur leurs
terres. La rapacité sans limite d'un système économique prêt, par les
moyens les plus autoritaires, à tout détruire, structures sociales et
milieux naturels compris, nous confronte à nos propres problèmes, à nos
propres luttes.

Nous réaffirmons notre soutien au mouvement zapatiste, et appelons toutes
les personnes qui se sentent concernées à se mettre en alerte, afin de se
préparer à répondre comme il se doit à toute tentative militaire contre les
communautés en rébellion du Chiapas. Nous reprenons à notre compte le
message qui leur avait été adressé par des millions de mexicain-e-s en
janvier 1994 :

« ¡NO ESTAN SOLOS! » « VOUS N'ETES PAS SEUL-E-S ! »

Collectif de Solidarité Chiapas-Mexique-Toulouse - Juin 2005
(Chiapas.31(a)laposte.net)

_______________________________________________
A-infos-fr mailing list
A-infos-fr@ainfos.ca
http://ainfos.ca/cgi-bin/mailman/listinfo/a-infos-fr


A-Infos Information Center